Skip to navigation – Site map
Mélanges
Comptes-rendus

Leblon Anaïs, 2016, Dynamiques patrimoniales et enjeux pastoraux en milieu peul. Les fêtes de transhumance yaaral et degal au Mali

Paris, L’Harmattan, « Connaissance des hommes », 366 p.
Jean-Baptiste Boutrais
p. 473-477
Bibliographical reference

Leblon Anaïs, 2016, Dynamiques patrimoniales et enjeux pastoraux en milieu peul. Les fêtes de transhumance yaaral et degal au Mali, Paris, L’Harmattan, « Connaissance des hommes », 366 p.

Full text

1L’ouvrage publié par Anaïs Leblon est la version remaniée d’une thèse de doctorat en anthropologie, soutenue à l’université de Provence en 2011, sous la direction de Bruno Martinelli. L’étude est basée sur des enquêtes de terrain échelonnées de 2006 à 2010 mais beaucoup d’analyses de situations locales se rapportent également aux premières années 2000, si bien que le champ temporel des enquêtes couvre pratiquement une décennie. Ces enquêtes de terrain figurent sans doute parmi les dernières encore possibles dans cette région du Mali depuis quelques années. Dès lors, leur témoignage n’en est que plus précieux.

2L’ouvrage relève d’abord de l’anthropologie d’une société peule qui constitue, au Macina, l’un des centres de peuplement de « l’archipel peul » en Afrique. Les enquêtes ont été effectuées en partie en langue peule et les références culturelles sont également empruntées à cette langue. Manifestement, l’auteure maîtrise la langue peule et elle n’hésite pas à introduire quantité de termes peuls dans son texte. Ce recours systématique réjouit sans doute les lecteurs foulanisants mais il risque de rebuter les autres, malgré l’aide d’un glossaire de quatre pages (mais non exhaustif). La mobilisation d’abondantes références bibliographiques relatives aux sociétés peules inscrit également ce travail dans les études peules.

3En même temps, l’ouvrage déborde de ce champ thématique en étant une anthropologie de processus de patrimonialisation et de « l’arène patrimoniale ». Avec les politiques de décentralisation, celles de patrimonialisation consolident en apparence mais, en fait, elles transforment profondément des sociétés locales en Afrique, notamment des sociétés pastorales. L’auteure démontre que les Peuls du Macina n’assistent pas passivement à la patrimonialisation d’une de leurs manifestations culturelles. Au contraire, celle-ci déclenche des stratégies et des clivages, elle devient un nouvel enjeu dans les arènes politiques locales, elle conduit à l’élaboration de fictions et d’idéologies.

4En fait, l’ouvrage n’est pas d’abord une anthropologie d’une société peule puis celle d’une patrimonialisation mais il passe de l’une à l’autre au fil de huit chapitres. Les deux thématiques se croisent ainsi dans une construction originale.

5Certes, Leblon s’inscrit dans la littérature anthropologique des Peuls mais en marquant une rupture, dès le début de l’ouvrage, avec cet héritage. En effet, tout un courant anthropologique a mis en avant, dans les années 1980 et 1990, la notion de pulaaku comme code social et moral, véritable fondement de l’identité peule. Ce faisant, les anthropologues ont construit, selon l’auteure, une image stéréotypée et idéalisée des Peuls, comme si ceux-ci constituaient un ensemble homogène. Reprenant à son compte des critiques déjà formulées envers cette conception normative, Leblon souligne qu’au Macina, pulaaku désigne simplement la communauté peule, en incluant d’ailleurs plusieurs catégories sociales. Elle propose de renouveler l’étude des sociétés peules sous le signe de la compétition entre personnes de même statut (ndeworu) et celui de la tradition (finaa tawaa : ce que l’on trouve à la naissance). En fait, la dernière notion ne désigne pas seulement ce qui est très ancien, mais aussi ce qui est considéré comme le meilleur. Le caractère normatif contesté dans le pulaaku ressurgit ainsi dans la conception peule de la tradition. C’est le cas à propos de deux fêtes de retour de transhumance étudiées dans l’ouvrage, le yaaral : l’entrée des troupeaux dans le delta inondable du Niger à la faveur de la décrue puis le degal : la descente des troupeaux dans la plus grande cuvette du delta. Ces deux fêtes pastorales sont importantes car elles marquent le début et la fin de la vie pastorale dans le delta.

  • 1 Contrairement au parti pris de l’auteure, les noms géographiques sont écrits ici en orthographe fra (...)

6Les deux fêtes de transhumance sont d’abord replacées dans le cadre des territoires pastoraux auxquels elles régulent l’accès des troupeaux. Chaque territoire pastoral est géré par un jowro (maître des pâturages) qui est une institution majeure du système pastoral deltaïque. L’auteure restitue dans le détail les histoires locales de ces pouvoirs pastoraux à Diafarabé et Dialloubé1, les deux villages où se déroulent les fêtes étudiées. Malgré la finesse de ces récits historiques, des divergences et des reconstructions se révèlent, liées à des stratégies de légitimation historique des pouvoirs sur les pâturages. Destitutions, redéfinitions de préséances, rivalités inter-lignagères : l’auteure conclut ces essais d’histoire du pastoralisme par la difficulté d’établir de manière assurée la mise en place des jowro.

  • 2 Gallais Jean, 1967, Le Delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, Dakar-IFAN.
  • 3 Seydou Christiane, 1991, Bergers des mots. Poésie peule du Mâssina, Paris, Colin, « Classiques afri (...)

7Si le yaaral de Diafarabé a déjà été décrit par de nombreux auteurs, notamment le géographe Jean Gallais2, et si Christiane Seydou3 a recueilli et étudié les poésies pastorales déclamées lors du degal de Dialloubé, l’auteure présente pour la première fois une étude ethnographique complète des deux fêtes pastorales. Elle relate le déroulement des événements pastoraux (traversée par les bovins d’un grand bras du fleuve, défilé de troupeaux sur une piste à bétail) puis les manifestations culturelles officielles et spontanées qui leur succèdent (chap. III). Parmi celles-ci, les « jeux de jeunes » font l’objet d’une attention particulière. Des compétitions autour des troupeaux ou de certains animaux mettent en rivalité des bergers, avec la participation de jeunes filles. Ces compétitions pastorales renvoient, selon l’auteure, à des ressorts fondamentaux de comportement peul : le respect et la honte envers les personnes de même statut et, en même temps, la recherche de la renommée et du prestige qui impliquent un esprit de rivalité. Même dans les danses et les veillées qui accompagnent les fêtes de transhumance, les signes de respect échangés entre jeunes bergers et jeunes filles s’inscrivent dans une mise à l’épreuve de l’honneur et de la considération.

8Ensuite, l’auteure démontre aisément que la richesse anthropologique du vécu des fêtes de transhumance ressort fort peu dans la « patrimonialisation institutionnelle » de ces fêtes (chap. V). Les personnes-ressources consultées pour établir l’inventaire des biens patrimoniaux ne sont pas (ou plus) les principaux acteurs de la transhumance. Ces « interprètes en patrimoine » ont privilégié, en accord avec les promoteurs de patrimoine, des aspects esthétiques et spectaculaires, aux dépens des spécificités du système pastoral deltaïque. Ainsi, les jowro ne sont-ils pas reconnus ni associés aux réflexions sur la patrimonialisation des deux fêtes. L’auteure en explique la raison, notamment à Diafarabé où le jowro est au centre de conflits locaux inextricables. Or, les agents de la patrimonialisation souhaitent présenter une image consensuelle de la société « traditionnelle » peule (chap. VI).

9Ainsi, les fêtes patrimonialisées de transhumance se réfèrent-elles à une tradition pastorale idéalisée. Le chapitre VII, au titre évocateur (« la conduite des animaux a disparu ») expose de façon convaincante les tensions entre une éthique du pastoralisme et son déclin actuel. Dans ce contexte de dégradation, des initiatives de compétition à l’occasion des fêtes de transhumance sont interprétées par l’auteure comme des essais de relance du pastoralisme. Ces réflexions intéressantes ont une portée plus large que celle des deux fêtes de transhumance. Elles apportent des éléments novateurs au dossier de la crise du pastoralisme, trop souvent réduite au simple volet d’une crise environnementale. Selon l’auteure, elle est une marginalisation économique des pasteurs et une perte de leur pouvoir sur les pâturages précieux de burgu dans le delta. Mais elle est surtout une rupture de transmission de l’éthique pastorale aux jeunes générations. Alors que le « bon berger » se caractérisait par des compétences professionnelles et des qualités morales, les jeunes bergers représenteraient, aux yeux des anciens, le stéréotype inverse.

10Le dernier chapitre revient sur le processus de patrimonialisation dans ses implications, au-delà des domaines esthétiques et culturels. En effet, la mise en scène patrimoniale des deux fêtes pastorales est loin d’être neutre, du point de vue politique. Les acteurs locaux interprètent les fêtes revalorisées comme des « espaces politiques » qui permettent de réaffirmer des droits. La participation inégale aux fêtes symbolise des distinctions entre éleveurs qui s’expriment dans les droits sur un territoire pastoral et une préséance d’accès. En ce sens, la patrimonialisation accentue la référence à l’autochtonie et au local. Par contre, pour les acteurs au niveau national, la patrimonialisation permet d’accéder au développement et même de mieux gérer des conflits liés à l’usage des ressources naturelles. D’un niveau à l’autre, des enjeux différents s’inscrivent donc dans la politique de mise en patrimoine.

11Alors que le premier chapitre mettait en avant la tradition comme référence fondamentale dans la société peule du delta, les manipulations dont elle fait l’objet dans la patrimonialisation des fêtes pastorales amènent l’auteure à conclure sur les limites de cette référence. Celle-ci idéalise un passé pastoral, elle donne l’illusion d’une permanence du pouvoir pastoral et elle nie les transformations actuelles du pastoralisme. À la lumière de l’analyse des mises en patrimoine des deux fêtes pastorales, la conclusion propose surtout « une anthropologie des processus patrimoniaux », en insistant sur les dynamiques socio-politiques qui les sous-tendent.

  • 4 Adesir-Schilling Michèle, 1999, L’Herbe, le Poisson et le Riz. Transformations des paysages et dyna (...)
  • 5 Gallais Jean, 1984, Hommes du Sahel. Espaces-temps et pouvoirs. Le Delta intérieur du Niger 1960‑19 (...)

12De fait, l’étude est intéressante par l’analyse des stratégies d’acteurs, en tenant compte constamment de différentes générations, catégories sociales et statuts. Alors que les études sur les sociétés peules s’appuient souvent sur les paroles de notables (les mawBe), l’auteure varie les informateurs, elle met en avant des oppositions entre générations et entre modèles de pratiques pastorales. Sur le fond, l’auteure regrette avec raison que la patrimonialisation des pratiques pastorales dans le delta soit limitée à deux fêtes pastorales et à deux villages. Cependant, la critique serait mieux fondée si une description plus exhaustive était présentée des fêtes pastorales de retour de transhumance. Certes, d’autres fêtes, et parfois importantes, sont signalées, par exemple à Sofara (p. 161) et au Maayo Debboy (p. 293), mais de façon incidente. En fait, des festivités se succèdent, au fur et à mesure de la progression des troupeaux dans le delta. L’entrée dans chaque territoire pastoral est marquée par un défilé des troupeaux autochtones puis « étrangers », arrivée saluée par des réjouissances. C’est un contexte festif mais aussi de tension. Pour les uns, les fêtes de retour de transhumance expriment la joie du retour des gros contingents de vaches laitières quand celles restées sur place sont taries (Gallais, op. cit. : 376). Pour les autres, par exemple les Bozo, c’est l’inquiétude d’une arrivée précoce des troupeaux, avant que les récoltes de riz soient achevées. En 1995, « plusieurs semaines avant l’arrivée des Peuls JalluBe, les Bozo s’inquiétaient de la progression des animaux, cherchaient à obtenir des informations sur les traversées, si elles avaient eu lieu, où se trouvait le groupe des troupeaux. Et chacun s’activait pour précipiter les récoltes4 ». Jean Gallais5 avait esquissé l’inventaire des multiples tensions qui accompagnent l’attente et le début de l’entrée des troupeaux dans le delta. Exaltation, émoi, défoulement, il manque aux descriptions des festivités des restitutions de contextes et d’ambiances collectives. À côté des deux fêtes patrimonialisées dont le déroulement et l’atmosphère sont influencés par la présence de personnalités officielles, d’autres fêtes pastorales ne restent-elles pas plus « traditionnelles » et locales ? Au-delà de désistements et d’atermoiements ponctuels relatés dans l’ouvrage, le retentissement des fêtes pastorales, même celles promues comme patrimoines, n’est-il pas en déclin dans la société pastorale ?

13Enfin, il est regrettable que la qualité des analyses et des réflexions soit entachée de fautes d’orthographe et de coquilles qui émaillent le texte. Le correcteur automatique de l’ordinateur change des « berges » en « bergers » (p. 73), la « notion » en « nation » (p. 183), l’infinitif « passer » devient « penser » (p. 194). Ailleurs, sans doute par suite d’un copier-coller malencontreux, quatre lignes sont insérées au milieu d’une phrase et lui enlèvent tout sens. Plus loin (p. 282), l’expression « à propos » est détournée en un « à pornos ». Arrêtons la liste et demandons-nous si le travail d’édition comporte encore une phase de correction des épreuves.

Top of page

Notes

1 Contrairement au parti pris de l’auteure, les noms géographiques sont écrits ici en orthographe française.

2 Gallais Jean, 1967, Le Delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, Dakar-IFAN.

3 Seydou Christiane, 1991, Bergers des mots. Poésie peule du Mâssina, Paris, Colin, « Classiques africains » 24.

4 Adesir-Schilling Michèle, 1999, L’Herbe, le Poisson et le Riz. Transformations des paysages et dynamiques paysannes dans le Kotiya (Delta central du Niger, Mali), Paris, thèse de géographie, université Paris 1.

5 Gallais Jean, 1984, Hommes du Sahel. Espaces-temps et pouvoirs. Le Delta intérieur du Niger 1960‑1980, Paris, Flammarion.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Baptiste Boutrais, « Leblon Anaïs, 2016, Dynamiques patrimoniales et enjeux pastoraux en milieu peul. Les fêtes de transhumance yaaral et degal au Mali », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 473-477.

Electronic reference

Jean-Baptiste Boutrais, « Leblon Anaïs, 2016, Dynamiques patrimoniales et enjeux pastoraux en milieu peul. Les fêtes de transhumance yaaral et degal au Mali », Journal des africanistes [Online], 87-1/2 | 2017, Online since 01 March 2019, connection on 21 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6195

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals