Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Lenoble-Bart Annie (dir.), 2015, Missionnaires et Églises en Afrique et à Madagascar (XIXe-XXe siècles)

Turnhout, Brepols, « Anthologies de textes et documents missionnaires » 6, 732 p.
Clélia Coret
p. 478-480
Référence(s) :

Lenoble-Bart Annie (dir.), 2015, Missionnaires et Églises en Afrique et à Madagascar (XIXe-XXe siècles), Turnhout, Brepols, « Anthologies de textes et documents missionnaires » 6, 732 p.

Texte intégral

  • 1 Les cinq précédentes anthologies sont les suivantes : Laux Claire (dir.), 2007, Les Écritures de la (...)

1Publié sous la direction d’Annie Lenoble-Bart (professeur émérite en sciences de l’information et de la communication de l’université Bordeaux-Montaigne), Missionnaires et Églises en Afrique et à Madagascar (XIXe-XXe siècles) est le sixième volume de la collection des « Anthologies missionnaires » dirigée par Chantal Paissant et publiée par le Groupe de recherches interdisciplinaires sur les écritures missionnaires (GRIEM) de l’Institut Catholique de Paris1. À travers trente-quatre textes inédits, une vingtaine d’illustrations et quelques cartes, les dix-neuf contributeurs présentent des documents écrits par des missionnaires catholiques ou protestants en Afrique et à Madagascar entre 1820 et 1996. Force est de constater, à la lecture de cet ouvrage, que les sources missionnaires demeurent indispensables pour écrire l’histoire. Mais quelle histoire ? La richesse de cette anthologie réside dans sa faculté à nourrir différentes thématiques : l’histoire des hommes et des femmes européen.ne.s qui composent la mission, mais aussi l’histoire sociale et culturelle des stratégies d’évangélisation et des modalités de diffusion du christianisme lors de la conquête européenne, la colonisation et les indépendances africaines. En cela, ce recueil de textes offre de riches matériaux pour des analyses s’inscrivant dans le courant des postcolonial studies ou de la world history. Du Cap à Alger, de Dakar à Mombasa, la documentation couvre une large partie du continent africain, exceptée la Corne de l’Afrique, et des territoires situés dans des régions francophones, anglophones et lusophones.

2L’ouvrage est organisé en trois parties chronologiques qui portent sur les circonstances de l’implantation des premières missions au XIXe siècle (1), la vie au quotidien dans les missions (2) et les mutations qu’elles connaissent au XXe siècle (3). Les textes de la première partie permettent de questionner des thématiques déjà bien investies, en particulier les rapports entre la colonisation européenne et l’évangélisation des populations africaines. Les postures et les réactions des religieux.ses au moment de la conquête coloniale ont été diverses. Mentionnons, par exemple, les rencontres régulières qui ont eues lieu entre les missionnaires spiritains, les explorateurs et les consuls sur la côte est-africaine (Annie et François Bart), ainsi que, au Sénégal, les soins apportés par les Sœurs de la congrégation de Saint-Joseph de Cluny aux hommes revenant d’expédition ou encore leur participation à l’une d’entre elles, pour reprendre le poste de Podor, en tant que soignantes (Geneviève Lecuir-Nemo, 1re et 2e parties). Révélant ce qui se joue au cœur des missions, ces textes sont remarquables pour penser les interactions entre les missionnaires et les populations africaines, notamment dans une perspective spatiale et sociale, tant les missions forment des lieux de sociabilité à part et distincts de leur environnement immédiat.

3Après l’implantation des premières missions, la deuxième partie tend à saisir « les mutations et les permanences dans la vie des missions » (p. 228), pour comprendre les dynamiques qui se jouent dans le monde missionnaire avant 1914. Outre l’intérêt porté à la vie quotidienne plus ou moins semée d’embûches, ces textes offrent une perspective de plus longue durée sur l’action des missionnaires en raison de leur implication dans la production de savoirs (ethnologiques, linguistiques, etc.) sur les populations africaines (« Lettres du Dahomey », « Circulaires de Mgr Cessou », Pierre Trichet). Les pratiques de l’écrit se retrouvent aussi dans la bureaucratisation née de la colonisation et de la participation des missionnaires à la constitution d’états civils. Par ailleurs, ces textes servent également une approche tournée vers l’histoire des populations africaines. En effet, les missionnaires ont été des témoins de la fin de grands royaumes ouest-africains (Lecuir-Nemo), ainsi que des transformations des pratiques esclavagistes, et d’autres formes de dépendance comme la mise en gage (« Esclavage et sacrifices humains », « Les villages de liberté », « La première communauté catholique de Lagos », Trichet).

4Les textes de la troisième et dernière partie évoquent les « réalités vécues » (p. 445) par les missionnaires au XXe siècle et questionnent leur place et leurs initiatives dans différents domaines. La préparation d’une exposition missionnaire entre la fin des années 1930 et 1950 ouvre un vaste champ de réflexion sur la nature de l’art chrétien indigène, qui doit à la fois être « beau », offrir un « matériel scientifique pour pénétrer l’esprit de l’art des peuples lointains » et « mesurer l’inépuisable et éternelle fécondité du christianisme jusque dans le domaine de l’art » (Trichet, p. 449). D’autre part, les réflexions sur l’éducation, en particulier celle des filles, et sur l’enseignement supérieur se révèlent centrales à l’heure des indépendances africaines (Catherine Marin, Annie Lenoble-Bart), tout comme le processus d’autonomisation de l’Église catholique africaine (Catherine Foisy). Au-delà de ces aspects, c’est en tant qu’observateurs des événements marquants du siècle que les auteurs des textes offrent de très riches matériaux, en particulier sur l’obsession « ethnique » opposant Hutu et Tutsi au Rwanda et au Burundi (Jean-Pierre Chrétien), la Zaïrianisation sous Mobutu (Édouard Brion) ou la guerre d’Algérie (Lenoble-Bart).

  • 2 Comaroff John L., Comaroff Jean, 1991, Of Revelation and Revolution, vol. 1. Christianity, Colonial (...)

5L’intérêt de cette anthologie réside d’abord dans la nature plurielle des textes choisis. Ils donnent à voir la diversité des styles des missionnaires et leurs perceptions non homogènes du continent africain. À la croisée entre des documents intimes à destination d’un public restreint et privé (lettres plus ou moins concises, journaux à destination des futures générations, voir notamment le long récit d’Elisabeth Wittrock proposé par sa petite-fille) et d’écrits attendus et provoqués par l’institution œcuménique (diaires de longueur variable, journaux de voyage, instructions, circulaires, textes de conférence), ces témoignages permettent d’apprécier la pluralité des pratiques écrites des missionnaires. Par ailleurs, la diversité des parcours personnels et professionnels des contributeurs de l’anthologie (historiens de formation, archivistes, missionnaires ou descendants de missionnaires, etc.) constitue à la fois un atout et une limite. Si l’on peut défendre l’idée que l’histoire peut être écrite par tous, force est pourtant de constater l’inégalité qualitative de l’appareil scientifique d’introduction et de notes de bas de page entre les contributions – bien que cette anthologie ne prétende pas être une édition critique de textes. De plus, plutôt que d’être questionnée, l’entreprise missionnaire en Afrique est souvent présentée comme positive et dynamique. Pourtant, il était fréquent, en particulier au début des missions, qu’elles connaissent des échecs à répétition et que les missionnaires soient confronté.e.s à des longs temps d’attente et d’ennui. Cet aspect est assez peu mentionné dans les textes du recueil, sinon pour démontrer la foi à toute épreuve des missionnaires (Lecuir-Nemo, Émilie Gangat). Enfin, l’introduction générale aurait gagné à être étoffée en fournissant davantage de repères chronologiques sur l’histoire missionnaire en Afrique et à Madagascar – même si un tableau en fin d’ouvrage liste une série de dates. Comme il a été proposé dans certaines des anthologies de la collection (en particulier Missions chrétiennes en terre d’islam et La Mission au féminin), une synthèse historiographique, expliquant notamment le renouveau des études sur l’histoire de la conversion en Afrique depuis les années 19902, aurait certainement pu trouver sa place en introduction.

6Mis en perspective et croisés avec d’autres sources, les écrits missionnaires offrent de multiples entrées pour écrire l’histoire. Leurs auteurs ne sont pas de simples observateurs, dans la mesure où ils prétendent transformer le monde qu’ils décrivent. Il importe donc, comme pour n’importe quelle autre source historique, de tenir compte de ce biais. Si les chercheurs ne pourront faire l’économie de séjours prolongés dans les centres d’archives missionnaires pour avoir accès aux textes existant, et non à une sélection d’extraits, cette anthologie fournira des matériaux passionnants aux étudiants soucieux d’exercer leur sens critique sur les témoignages missionnaires.

Haut de page

Notes

1 Les cinq précédentes anthologies sont les suivantes : Laux Claire (dir.), 2007, Les Écritures de la mission dans l’outre-mer insulaire ; Marin Catherine (dir.), 2007, Les Écritures de la mission en Extrême-Orient ; Cabanel Patrick (dir.), 2008, Lettres d’exil, 1901‑1909 – Les congrégations françaises dans le monde après les lois laïques de 1901 et 1904 ; Paisant Chantal (dir.), 2009, La Mission au féminin – Témoignages de femmes au fil d’un siècle ; Verdeil Chantal (dir.), 2013, Missions chrétiennes en terre d’islam, Moyen-Orient, Afrique du Nord.

2 Comaroff John L., Comaroff Jean, 1991, Of Revelation and Revolution, vol. 1. Christianity, Colonialism, and Consciousness in South Africa, Chicago, The University of Chicago Press ; 2007, Of Revelation and Revolution, vol. 2. The Dialectics of Modernity on a South African Frontier, Chicago, The University of Chicago Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clélia Coret, « Lenoble-Bart Annie (dir.), 2015, Missionnaires et Églises en Afrique et à Madagascar (XIXe-XXe siècles) », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 478-480.

Référence électronique

Clélia Coret, « Lenoble-Bart Annie (dir.), 2015, Missionnaires et Églises en Afrique et à Madagascar (XIXe-XXe siècles) », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6207

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals