Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Mourre Martin, 2017, Thiaroye 1944. Histoire et mémoire d’un massacre colonial

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 240 p.
Philippe David
p. 481-482
Référence(s) :

Mourre Martin, 2017, Thiaroye 1944. Histoire et mémoire d’un massacre colonial, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 240 p.

Texte intégral

1Après plus de soixante-dix ans, cette honteuse tragédie serait-elle enfin presque totalement élucidée ? Menant pour cela une recherche obstinée et scrupuleuse largement étendue à d’autres circonstances et à d’autres pays, l’auteur s’est évidemment efforcé de reconstituer d’abord l’histoire des faits eux mêmes, limités à l’aube d’une seule et sanglante journée tout près de Dakar, le 1er décembre 1944. 24 tués, 46 blessés, 35 morts au total, seulement ? On ne le sait toujours pas avec certitude, puis aussi 36 condamnés ultérieurs à l’issue d’un procès à charge expédié en seulement deux jours. Répression préméditée d’une « mutinerie » ? puis comptes rendus militaires falsifiés ? mensonge des uns, vérité des autres ? Des zones d’ombre demeurent donc malgré tout. Mais, s’engageant dans des investigations innovantes et très précieuses, l’auteur a résolu de raconter aussi la mémoire elle-même que le drame de Thiaroye a suscitée et entretenue depuis trois-quarts de siècle au Sénégal, le pays directement concerné. « Histoire-mémoire, couple infernal » (p. 13). Conscient de cette redoutable difficulté, il nous donne en fait une « histoire de la mémoire après l’histoire tout court » de 1944 (p. 75), même s’il avoue parfois « délaisser la stricte chronologie de l’histoire politique pour s’intéresser aux dynamiques cuturelles » (p. 163). Et ces dynamiques ont été multiples et surprenantes, même dans un pays qui demeure encore particulièrement lié à la France avant comme après l’indépendance de 1960.

2Six chapitres chronologiques énumèrent l’impressionnant bilan de cette mémoire vive progressivement « sédimentarisée » et vite élargie à toutes les composantes de la nation sénégalaise. Au lendemain du drame, les réactions plus ou moins immédiates sont peu nombreuses et encore bien faibles : Me Lamine Guèye, bref avocat-défenseur des 36 tirailleurs jugés en février 1945 puis élu député en octobre, va l’évoquer un peu plus tard devant l’Assemblée constituante (p. 93). De son côté, Léopold Sedar Senghor, encore humble professeur mais ex-tirailleur et prisonnier des Allemands et lui aussi député, ouvre à partir de 1948, par le poème Tiaroye puis le recueil Hosties noires, une œuvre militante que l’auteur décortique minutieusement. Le professeur Jean Suret-Canale et le Groupe d’études communiste/GEC de Dakar dénoncent également Thiaroye mais c’est surtout le vibrant poème Aube africaine du Guinéen Fodéba Keita, porté à la scène en 1949 avec accompagnement musical, qui fait date. Désormais, à l’approche du référendum de 1958 et de l’indépendance, la « mémoire de Thiaroye », vite élargie à toute l’AOF (et même à l’Algérie par Frantz Fanon, en 1961) est à l’origine de manifestations, pélerinages et exigences politiques à l’encontre de De Gaulle puis de Senghor, président de 1960 à 1981 mais très contesté, surtout à partir de la crise de mai 1968. L’opposition, désormais multiple, fait de Thiaroye une référence de plus en plus large et presque permanente, jalonnée maintenant par la pièce Thiaroye terre rouge de Boubacar Boris Diop, la pièce Aube de sang, de Cheikh Faty Faye et un projet de film Thiaroye 44 finalement non réalisé. Il faudra attendre le doyen Ousmane Sembène pour produire le film Camp de Thiaroye, d’abord mal reçu, en 1988, notamment par les Français (p. 160), mais qui triomphe dix ans plus tard à Dakar et en région (p. 162 et 178). Bientôt, Thiaroye, après le cinéma, va aussi inspirer la musique.

3Exploitée désormais en tous sens, l’image du tirailleur, soldat français, massacré à Thiaroye se fond dans une longue chaîne émouvante et constrastée de silhouettes héroïques mais floues : les esclaves embarqués à Gorée (Gorée que l’on voit de Thiaroye...), les ceddo de Lat-Dior résistant à l’envahisseur colonial, les soldats noirs de 14‑18 et de 39‑45, les « bouts de bois de Dieu », cheminots grévistes de Thiès en 1947, les migrants d’aujourd’hui affrontant l’Atlantique ou la Méditerranée et même, plus récemment encore, les jeunes rappeurs subversifs du mouvement dakarois « Y en a marre », tous héros et guerriers à leur façon, génération après génération (p. 187). Bien que... les tirailleurs de Faidherbe puissent encore passer pour des traîtres à l’Afrique. D’ailleurs, l’armée sénégalaise dans son ensemble et le musée des Forces armées de Dakar demeurent très fidèles à la vieille « fraternité d’armes » franco-sénégalaise prolongée par les guerres d’Indochine et d’Algérie et diverses missions conjointes ou parallèles des « casques bleus » de l’ONU. Cette ambiguïté, indéniable, s’est encore renforcée pendant quelques années lorsque le président Wade a instauré, en 2004, une « politique mémorielle officielle » comportant, en plein accord avec la France, tout à la fois la célébration du cinquantenaire et de la Journée annuelle du tirailleur, un colloque à Verdun et la transformation du cimetière de Thiaroye en Cimetière national. À noter d’ailleurs l’intérêt plutôt limité des historiens professionnels pour Thiaroye et la rareté des thèses universitaires sur le sujet (p. 16, p. 171 et p. 177).

4On remarquera que cette étude encore une fois courageuse et innovante, consacré par l’auteur au « ressac de la mémoire vive » de Thiaroye (p. 195), est gratifiée d’une préface et d’une postface très élogieuses de ses deux directeurs de thèse. Par ailleurs, il n’était peut-être pas indispensable de l’alourdir par 28 pages de « sources-documentation et bibliographie » surabondantes et débordant largement du sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Mourre Martin, 2017, Thiaroye 1944. Histoire et mémoire d’un massacre colonial », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 481-482.

Référence électronique

Philippe David, « Mourre Martin, 2017, Thiaroye 1944. Histoire et mémoire d’un massacre colonial », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6222

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals