Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Pemboura Aïcha, 2016, L’Élite militaire et la Formation de la culture stratégique camerounaise

Paris, L’Harmattan, 260 p.
Christian Seignobos
p. 482-485
Référence(s) :

Pemboura Aïcha, 2016, L’Élite militaire et la Formation de la culture stratégique camerounaise, Paris, L’Harmattan, 260 p.

Texte intégral

1Aïcha Pemboura est docteur en science politique, enseignante-chercheuse à l’École supérieure internationale de guerre de Yaoundé, et au Centre de recherche d’études politiques et stratégique à l’université Yaoundé 2.

2Elle livre un travail issu, pour l’essentiel, de sa thèse (2011) : Le Processus de formation de la culture stratégique camerounaise entre extraversion et introversion. Pemboura brosse une évolution sur un demi-siècle des politiques « extraverties » de coopération militaire du Cameroun avec différentes nations partenaires. Ce travail a gardé des lourdeurs de thèse, sous chapitres trop nombreux conduisant à bien des répétitions, sans compter de laborieuses définitions concernant la culture militaire, la stratégie, les élites... Par ailleurs, sur le fond, l’auteure a choisi de s’aligner sur une grille d’analyse bourdieusienne : les écoles militaires ne sont que les instruments cachés de la domination des pays qui offrent leurs coopérations. Les officiers y acquièrent des « habitus » intériorisés qu’il sera ensuite difficile pour eux de réinterpréter.

3Comment, alors, se détacher de cette prégnance extérieure ? D’autant que les discours officiels du Cameroun que cite l’auteure ne cessent de se féliciter de « coopérations militaires fructueuses » avec des pays amis. Pemboura admet également que les officiers camerounais sortis de Saint-Cyr Coëtquidam, de Sandhurst ou encore de Westpoint tirent gloire de leur formation, à la différence de ceux formés sur place, à l’École militaire interarmées (EMIA) de Yaoundé.

4Cette contradiction constante ne sera jamais levée et l’on veut bien croire finalement à une hybridation camerounaise qui, avec le temps, produira un mouvement vertueux « d’introversion ».

5Il s’agit donc d’une histoire des coopérations militaires engagées par le Cameroun d’abord avec les anciennes puissances mandataires, la France et l’Angleterre. Au début, la France entretient un monopole de fait en formant les futurs éléments de l’armée camerounaise à partir de la garde indigène, dès avant 1960, au cours de la contre-insurrection upéciste (Union du peuple camerounais). Ces événements sont ici à peine évoqués, alors que d’entrée la France va s’attacher à former des officiers camerounais non seulement dans l’armée, mais aussi dans la gendarmerie. Grâce à cette dernière formation – où elle n’aura aucun concurrent – elle joue encore un rôle prépondérant dans la coopération militaire en général devant chacun des autres partenaires, Chine comprise.

6L’Angleterre, dès les commencements, ne s’est jamais sentie fortement impliquée. Elle suspendra sa coopération en 1990. Des partenaires occasionnels (Grèce, Espagne, Belgique, Maroc) vont s’engager au cours de la décennie 1970. Puis la coopération militaire américaine va se développer, toujours de façon mesurée, à travers un processus classique passant par la langue et la culture. Plus que d’autres, elle place sa coopération dans le milieu « idéationnel » ambiant de la mondialisation. Les États-Unis seront les seuls à s’engager en 2015 auprès des Camerounais contre Boko Haram : 300 hommes pour des formations de démineurs. L’auteure ne signale pas ceux préposés aux drones à Garoua.

7La coopération militaire de la Chine va être autrement plus massive et intervient à la suite d’une longue coopération économique, initiée sous Ahidjo, le précédent président. L’offre chinoise s’accélère dès le début des années 2000 et en 2010 : c’est la Chine qui forme le plus d’officiers de l’armée de terre, au National Defense university de Beijing. Ici encore, la formation passe par l’acquisition de la langue et de la culture chinoise.

8La coopération avec Israël intervient en 1980, mais sur le sujet pas un mot dans le livre de Pemboura. Pour lutter contre les coupeurs de route au nord, la piraterie sur la côte et les menées nigérianes autour de Bakassi, il faut créer une force capable de réagir plus rapidement que les FAC (Forces armées camerounaises) empêtrées dans leurs vastes casernements. Les Français avaient conseillé et aidé à mettre en place le Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie (GPIG) en 1994, puis le Bataillon léger d’infanterie (BLI) en 1999. Mais les Israéliens reprennent, à la barbe des Français, le projet et créent en 2001 le Bataillon d’intervention rapide (BIR) et mettent à sa tête le charismatique colonel israélien Avi Sivan. En 2008, le BIR fusionne avec la Garde présidentielle (GP) et, dès lors, dépend directement de la présidence. Cette coopération à fort tropisme israélo-américain sera compensée par des stages de formation confiés à la France, qui renforce encore son monopole sur la gendarmerie. Comment, alors, envisager cette dichotomie de « l’extraversion » et de « l’introversion » quand l’offre de formations représente une hybridation à ce point complexe ?

9Le BIR ne saurait être classé dans les « forces spéciales », les effectifs sont trop importants et ne cesseront de croître. Armée dans l’armée, cette garde prétorienne n’est pas, à la différence de ce qui se passe dans d’autres États africains, communautarisée, mais elle reste mieux dotée (armement israélien) et mieux payée, d’où les rapports parfois rugueux entretenus avec les officiers des FAC. Le BIR interviendra, au grand jour, pour réprimer les désordres à Douala et à Yaoundé en 2008. Il est aux avant-postes sur les frontières dans la lutte contre les coupeurs de route et aujourd’hui, dans la guerre contre Boko Haram. Dans son livre, Pemboura fait l’impasse sur ces « forces de sécurité » sans s’en expliquer. La mention du BIR apparaît incidemment, par deux fois, et il reste absent jusque dans la liste des sigles. Ne pas savoir quelle place accorder au BIR au sein des forces armées camerounaises est révélateur d’un malaise profond. Cette omission volontaire ferait-elle de cet ouvrage un produit de communication des FAC stricto sensu ? Une telle interprétation serait bien excessive, car on y trouve exposés la politique officielle du Cameroun depuis les « containements » des insécurités venant de la RCA et les débordements du Nigeria, et aussi l’imbroglio des organismes gravitant autour du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX).

10Tout au long de son livre, Aïcha Pemboura prend un exemple de terrain qui s’impose : la guerre contre Boko Haram déclarée par le président Biya, en 2014. Cette guerre est vue à travers le prisme de l’armée, comme une guerre conventionnelle : « 20 000 km2 reconquis », « les lignes de ravitaillement du groupe terroriste ont été coupées », « ne pas perdre un pouce de terrain du territoire national »... Et, comme dans les médias camerounais, Boko Haram reste une menace venue du Nigeria, et on veut bien occulter que des régions entières du nord-Cameroun, sur une ligne allant de Mora à Fotokol via Kolofata et Waza, adhèrent à cette subversion religieuse islamique.

11Plutôt que « l’acquisition d’une culture stratégique » bien convenue, voire théorique, pour une population militaire elle-même standardisée, on aurait aimé connaître les réactions de terrain des officiers de l’ANC, de la gendarmerie et du BIR devant l’hydre Boko Haram. On aurait voulu savoir ce qui a présidé au choix de la nomination à Maroua, dans la région militaire nouvellement créée (2014), du jeune général Jacob Kodji, Kapsiki, protestant du village de Mogodé, et connaître pour le coup sa « culture stratégique ». Mais il y a tant d’informations que l’on aurait voulu connaître sur une armée camerounaise au fonctionnement bien opaque. Les carences de terrain de l’auteure sont patentes, mais donnons-lui le crédit que ces dernières années, et sur ce sujet, il n’est pas facile de l’arpenter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Pemboura Aïcha, 2016, L’Élite militaire et la Formation de la culture stratégique camerounaise », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 482-485.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Pemboura Aïcha, 2016, L’Élite militaire et la Formation de la culture stratégique camerounaise », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6234

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals