Skip to navigation – Site map
Mélanges
Comptes-rendus

Raepsaet Georges, 2016, Attelages antiques, jougs et jouguets. Approches ethno-technologiques

Bruxelles, Centre de recherche en archéologie et patrimoine (CReA-Patrimoine) de l’Université libre de Bruxelles, « Études d’archéologie » 9, 189 p.
Christian Dupuy
p. 485-487
Bibliographical reference

Raepsaet Georges, 2016, Attelages antiques, jougs et jouguets. Approches ethno-technologiques, Bruxelles, Centre de recherche en archéologie et patrimoine (CReAPatrimoine) de l’Université libre de Bruxelles, « Études d’archéologie » 9, 189 p.

Full text

1Cet ouvrage bien structuré et richement illustré contribue à améliorer nos connaissances sur la traction attelée en milieu rural, un thème sur lequel travaille Raepsaet depuis 1979. Les questions de méthodologie, d’historiographie et d’épistémologie sont logiquement traitées dans les deux premiers chapitres, avant que ne soient détaillés les fruits des recherches de l’auteur sur les jougs doubles (dits aussi jougs à deux têtes) et les jouguets (dits aussi jougs à une tête, jougs simples, petit-jougs ou demi-jougs) en usage depuis l’Antiquité. L’objectif est de juger au mieux de l’efficacité de ceux employés à l’époque gréco-romaine. L’exercice est délicat, d’une part, parce que les figures d’attelage de cette période sont soumises à des conventions et approximations qui les éloignent de la réalité et, d’autre part, parce que les harnais retrouvés en fouille sont extrêmement rares et toujours incomplets. Pour pallier cette insuffisance des sources et alimenter sa réflexion sur des bases solides, Raepsaet se tourne vers une quarantaine de clichés noir et blanc d’attelages de bovins (taurins et zébus) et d’équidés (chevaux, ânes et mules) pris au cours du siècle dernier en Europe, en Afrique et en Asie. Ces documents photographiques montrent des animaux équipés de harnais comparables à ceux de l’Antiquité gréco-romaine. Faisant œuvre d’ingénieur en mécanique, l’auteur flèche les efforts qui s’exercent sur ces jougs et ces jouguets ethno-historiques, en prêtant une attention toute particulière à la force de traction dont le point d’application et l’orientation sont révélateurs de performance. Ces vectorisations sont ensuite transposées aux figures d’attelages gréco-romains. L’efficacité au tirage des jougs antiques est ainsi appréhendée de manière objective. Ces approches ethno-technologiques, en plus de leur originalité, témoignent de l’ingéniosité des Anciens dans la mise au point de harnais qui visaient le plus souvent à améliorer le confort et/ou le rendement de leurs animaux au travail. Leurs innovations ont porté sur le profilage des jougs et des jouguets et sur les pièces d’accompagnement y afférentes : matelassés, sangles, fourchons, cadres, arceaux, ferrures et plaquettes d’appui, clés et passe-guides... Les divers harnais étudiés sont reproduits à l’encre et leurs dessins ordonnés en types et sous-types sur plusieurs planches rassemblées en fin d’ouvrage. Cette typologie sera, à n’en pas douter, très utile pour tous ceux qu’intéresse la traction attelée.

  • 1 Anderson Patricia C., 2006, Premiers tribulums, premières tractions animales au Proche-Orient vers (...)

2Eu égard à sa haute antiquité et à son succès dans l’Ancien Monde, le joug double d’encolure occupe, comme il se doit, une place de première importance dans ce livre. Raepsaet rappelle que l’expression « joug de garrot », qui sert couramment à le désigner, est inappropriée puisque ce joug se trouve toujours placé à l’aplomb des vertèbres cervicales postérieures des tractionneurs et non pas sur leur garrot où il les aurait, non seulement gênés, mais aussi rapidement blessés, compte tenu de la faible épaisseur des chairs à cet endroit. Il s’agit donc bien d’un joug d’encolure. Celui-ci était peut-être déjà utilisé à la fin du VIIe millénaire av. J.‑C. au Proche-Orient pour le tirage du tribulum par des taurins1. Ce joug est adapté à l’encolure plongeante de ces animaux contre laquelle il se cale naturellement. L’étendue de la surface d’appui à hauteur de leurs omoplates leur permet de développer des efforts de traction importants qu’appellent les travaux lourds. En revanche, le garrot noyé des chevaux limite la surface portante de ce joug et, par conséquent, l’intensité de leur force de tirage. Cela explique pourquoi durant l’Antiquité, les chevaux placés sous ce joug étaient attelés à des chars légers munis de roues ajourées, d’essieux et de plateformes conçus pour supporter tout au plus trois personnes, véhicules du haut desquels les occupants présidaient aux cérémoniels, paradaient, combattaient ou chassaient. La situation change au Moyen Âge, en Occident, avec l’adoption du collier d’épaule et de la bricole (ou tablier) qui répartit les efforts de traction autour du poitrail et sur la pointe des épaules des animaux. Équipés de ce harnais, les chevaux de grands gabarits sont dès lors sollicités pour les travaux lourds appelant d’importants coups de collier. Précisons que les chevaux de l’Antiquité étaient de la taille des poneys, l’imposante corpulence des chevaux du Moyen Âge ayant été acquise progressivement par sélection.

  • 2 Spruytte Jean, 1977, Études expérimentales sur l’attelage, contribution à l’histoire du cheval, Par (...)

3Un réexamen des peintures d’attelage sur les vases grecs des VIe-Ve siècles av. J.‑C. conduit Raepsaet à rejeter l’hypothèse du joug dorsal avancée par Jean Spruytte2, pour privilégier celle du joug d’encolure, répandu à cette époque à travers l’Ancien Monde. Quelques représentations équivoques ont suggéré cette interprétation à Spruytte qui a reconstitué et expérimenté ce joug dorsal présumé pour montrer que des quadriges attelés de cette manière pouvaient être menés à différentes allures, du trot au galop, et ce, malgré une vectorisation des forces guère favorable à une traction efficace. Cette situation est instructive en ce sens qu’elle révèle qu’une expérimentation, si concluante soit-elle, ne peut suffire à prouver la réalité d’une technologie. Ce qui est testé dans ces conditions, comme le souligne, à juste titre, Raepsaet, c’est la créativité de l’expérimentateur.

4Le second objet d’étude important de ce livre est le jouguet. Son utilisation est attestée à partir du Ier siècle apr. J.‑C. en Italie du Nord et en Gaule ; la preuve la plus ancienne de son usage se situant au IIe siècle av. J.‑C. en Chine. L’iconographie gallo-romaine témoigne de son emploi pour tirer des voitures à deux roues et à quatre roues équipées de brancards. La traction était réalisée par l’encolure des animaux mais aussi, quelquefois, par les cornes des taurins, cette tradition typiquement européenne étant encore attestée au XXe siècle. La vectorisation des forces témoigne de l’efficacité du jouguet, par-delà la diversité de ses aménagements : petit joug avec brancards suspendus à une sellette dorsale, jouguet à cadre réglable, fourchons d’encolure sur demi-joug... Raepsaet conclut que le rapport coût, technicité, performance au tirage du joug à une tête était on ne peut plus avantageux. Cette situation explique le succès pluriséculaire de ce harnais en zone rurale maillée par un réseau routier.

5Les points présentés ci-dessus ne sauraient rendre compte de l’étendue des problématiques développées dans ce livre. Les lecteurs y trouveront d’autres données précises concernant : la traction-propulsion à une tête du vallus, une moissonneuse gauloise sans lendemain ; les techniques de déplacement des lourdes charges dont il est question dans les textes de l’Antiquité ; les systèmes de retenue en descente ou lors de la demande de l’arrêt des voitures ; les contextes socioéconomiques d’utilisation de la traction animale. Cet ouvrage valorise le génie des Anciens en matière d’attelage et dresse de multiples passerelles entre l’Antiquité et le XXe siècle. En épilogue de son travail, Raepsaet espère que cette valorisation et que ces rapprochements permettent aux agronomes et utilisateurs de la traction animale, de par le monde, de tirer quelques enseignements utiles pour l’avenir. Souhaitons à son livre le succès qu’il mérite, y compris d’être bénéfique pour demain.

Top of page

Notes

1 Anderson Patricia C., 2006, Premiers tribulums, premières tractions animales au Proche-Orient vers 8000‑7500 BP ?, in Pierre Pétrequin, Rose-Marie Arbogast, Anne-Marie Pétrequin, Samuel van Willigens, Maxence Bailly (dir.), Premiers chariots, premiers araires. La diffusion de la traction animale en Europe pendant les IVe et IIIe millénaires avant notre ère, Paris, Centre national de la recherche scientifique, Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge : 299‑316.

2 Spruytte Jean, 1977, Études expérimentales sur l’attelage, contribution à l’histoire du cheval, Paris, Éditions Crépin-Leblond.

Top of page

References

Bibliographical reference

Christian Dupuy, « Raepsaet Georges, 2016, Attelages antiques, jougs et jouguets. Approches ethno-technologiques », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 485-487.

Electronic reference

Christian Dupuy, « Raepsaet Georges, 2016, Attelages antiques, jougs et jouguets. Approches ethno-technologiques », Journal des africanistes [Online], 87-1/2 | 2017, Online since 01 March 2019, connection on 16 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6243

Top of page

About the author

Christian Dupuy

By this author

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals