Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Razy Élodie, Rodet Marie (eds.), 2016, Children on the Move in Africa. Past and Present Experiences of Migration

Oxford, James Currey, 241 p.
Françoise Ugochukwu
p. 488-490
Référence(s) :

Razy Élodie, Rodet Marie (eds.), 2016, Children on the Move in Africa. Past and Present Experiences of Migration, Oxford, James Currey, 241 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage pluridisciplinaire, regroupant historiens, anthropologues et psychologues, et qui traite de la migration d’enfants et adolescents en Afrique entre le début du XIXe et les Indépendances, est né d’une série d’ateliers et de discussions organisés entre 2009 et 2016. Après l’ouvrage de Jacquemin sur les Petites bonnes d’Abidjan (2012), celui-ci offre une vue d’ensemble sur le sujet, s’appuyant sur de nombreux documents : archives coloniales, rapports gouvernementaux, lettres personnelles, entretiens, récits d’enfance, littérature orale et romans, et relate les multiples expériences ayant marqué les migrants.

2Cette somme est divisée en trois parties ; la première se démarque des études antérieures en soulignant, non plus tant la vulnérabilité de ces enfants que la force de leurs choix personnels en la matière. La seconde partie démontre à quel point les migrations de l’enfance informent la vie adulte, et la troisième souligne le lien entre mobilité, imagination et contribution à l’établissement d’une nation. Treize auteurs ont collaboré à l’ouvrage, représentant le continent africain (Nigeria et Afrique du Sud), l’Europe (Italie, France, Belgique et Royaume-Uni), les États-Unis et le Canada. On a là une grande variété d’approches mais un intérêt commun pour l’histoire, la mobilité sociale, l’enfance et les minorités. La zone couverte par ces études est l’Afrique de l’Ouest (Nigeria, Mali, Ghana, Togo), l’Afrique orientale (Zambie), la corne de l’Afrique (Somalie, Kenya) et l’Afrique du Sud. Les auteurs se proposent de couvrir l’ensemble du concept d’enfant migrant : sa définition, sa vulnérabilité, son libre choix, le fait qu’il soit accompagné ou non, les zones géographiques concernées et les conséquences pour le vécu de l’enfant. L’ouvrage se penche sur une variété d’expériences personnelles s’étalant sur plus d’un siècle pour démontrer comment les contextes nationaux et supranationaux informent l’expérience de ces jeunes. La migration y est comprise comme un changement de lieu de résidence, temporaire ou permanent, hors du lieu de vie habituel, et le confiage comme la mise en œuvre de la responsabilité collective vis-à-vis de l’enfant – la communauté et pas seulement les parents biologiques – dans l’éducation du mineur. Les auteurs abordent la question de l’éducation, envisagée comme l’apprentissage des compétences intellectuelles mais aussi domestiques et culturelles, celles de la formation identitaire et de l’élaboration des régimes et des pratiques de la protection de l’enfance auxquels ont abouti ces expériences.

3La prise de conscience de la mobilité est apparue dans les années 1950‑1960 avec le développement de l’urbanisation. Le concept d’enfant migrant est à replacer dans le cadre de la migration globale des mineurs, actuellement en évolution, du statut de « mineur non accompagné » à celui de « mineur isolé », associés aux notions d’itinérance et de déracinement. Ces migrations ont jusqu’ici été mal documentées, avec des frontières floues entre confiage, esclavage, alliances, travail et prêt d’enfant. Cette anthologie de la migration jeune, choisie ou forcée, liée à l’éducation, au confiage, aux travaux agricoles, à la recherche d’emploi, au désir de fonctionnariat, au souhait de discipline pour enfants difficiles, ou à l’esclavage et au trafic d’êtres humains, mêle parfois les trajectoires enfant-esclave-exploité-orphelin. Elle inscrit ces déplacements dans leur contexte historique et dans le cadre de l’important mouvement migratoire intra-africain et international des deux derniers siècles. L’ouvrage veut se démarquer des études dominant ce champ et qui présentent des jeunes victimes ou rebelles, en mettant en avant la voix des enfants et en soulignant le rôle actif qu’ils ont joué dans leur propre migration, souvent envisagée comme une exposition à des cultures différentes et à une plus grande richesse de relations et de liens familiaux.

4Les auteurs souhaitent ajouter leur contribution aux études émergentes sur la migration enfantine, peu étudiée jusqu’ici alors qu’en 2011, cette catégorie sociale représentait 40 % de la population d’Afrique subsaharienne. La perspective adoptée est celle de la longue durée et du microniveau des trajectoires individuelles. Les études détaillées sur plusieurs terrains mettent en évidence la complexité des décisions de départ, souvent volontaires, l’importance de la famille et de l’entourage dans les trajectoires et l’influence des réseaux sociaux et claniques sur ces décisions, et les difficultés des autorités coloniales face à ces pratiques qu’elles ne comprenaient pas toujours. Le premier chapitre illustre cette approche en examinant une situation peu connue, datant de la première moitié du XIXe siècle. Suivant l’offre de la fondatrice des sœurs de Saint-Joseph-de-Cluny, 22 jeunes Sénégalais âgés de 7 à 13 ans furent envoyés à la maison-mère de l’Ordre, en France, pour y poursuivre leurs études et un engagement religieux. Ce projet n’aboutit pas, freiné par plusieurs décès par tuberculose. Cependant, la migration a été pour ces enfants l’occasion de s’affranchir de la tutelle de leurs familles et de prendre seuls les décisions majeures concernant leur vie, en s’appuyant sur les structures coloniales, religieuses et pédagogiques. Le deuxième chapitre traite du trafic des jeunes filles au sud-est du Nigeria en pays igbo, ibibio, ijo et efik à l’époque coloniale – mariages d’enfants, vols, prostitution, déplaçant les fillettes de leurs parents vers des gardiens. Des entretiens à Aba, Awka, Owerri, Onitsha et Calabar ont permis à l’auteur d’approcher les coutumes locales de l’époque concernant l’implication des familles dans le mariage, les enfants gardées comme garantie suivant un prêt, vendues en mariage pour consolider les liens économiques entre familles, ou kidnappées.

5Le chapitre III se penche sur les migrations de fillettes en Zambie postcoloniale, un mouvement lié à la paupérisation des campagnes causée par la politique d’ajustement structurel qui a affecté 78 % de la population, et au développement des emplois domestiques en zone urbaine dans les années 1960. L’auteur s’est entretenu avec des résidents et des églises à Lusaka et dans l’est de la Zambie en 2013‑2014, a recueilli leurs souvenirs et a pu mesurer l’impact économique de ces migrations, le rôle joué par les réseaux sociaux féminins dans sa mise en œuvre et son impact bénéfique en termes d’éducation. D’autres études concernent le cas des enfants confiés en pays bambara au sud-ouest du Mali, des « boys » du Togo, des métis à Madagascar (colonie française en 1896) et de la migration vers les écoles au nord du Ghana à l’époque coloniale. Le chapitre VIII, basé sur une étude d’archives datant de 1900 à 1920 et sur les récits d’enfance de six personnes venues plus tard, traite de la mobilité entre l’Inde et l’Afrique du Sud au début du XXe siècle : il s’agit là de l’étude de l’autobiographie d’un migrant indien arrivé en Afrique du Sud en 1948, dont l’analyse des relations entre familles et services d’immigration reste d’actualité. Un autre chapitre retrace l’histoire de la première école secondaire du Soudan, ouverte en 1948 et où s’est forgée la conscience du Sud. La dernière étude, consacrée à deux romans nigérians, Imagine This (2009) de Sade Adeniran et The Icarus Girl (2005) d’Helen Oyeyemi, met en scène deux enfants présentées comme victimes de la migration et leur entrée dans la maturité dans un style hérité de l’abiku de Soyinka et d’Okri.

6Ces études éclairent les mécanismes de formation des enfants, l’impact de la migration sur les notions de travail, d’âge et de masculinité/féminité, la relation à la langue et à l’identité régionale ou nationale, et sur les relations avec les autres. Les problèmes rencontrés sont eux aussi considérés : non-intégration dans la famille d’accueil, mauvais traitements, difficultés de mobilité sociale. La migration est ici considérée avant tout comme un apprentissage de la vie adulte, et le développement précoce de mécanismes de survie regardé par la plupart comme intégral à la socialisation de l’enfant. La richesse de l’ouvrage tient avant tout au fait qu’il aborde, à partir de témoignages de première main et de documents d’archives, des situations largement ignorées par la recherche. Son questionnement des définitions acceptées, son choix d’ancrer son approche des concepts d’enfance, de jeunesse et d’éducation dans le contexte culturel africain et de souligner les différences, à ce sujet, entre valeurs et idéaux occidentaux et africains, est une autre grande qualité de ce travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Razy Élodie, Rodet Marie (eds.), 2016, Children on the Move in Africa. Past and Present Experiences of Migration », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 488-490.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Razy Élodie, Rodet Marie (eds.), 2016, Children on the Move in Africa. Past and Present Experiences of Migration », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6254

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals