Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Schler Lynn, 2016, Nation on Board. Becoming Nigerian at Sea

Athens, Ohio University Press, Shallow Press, « New African Histories Series », 241 p.
Françoise Ugochukwu
p. 490-492
Référence(s) :

Schler Lynn, 2016, Nation on Board. Becoming Nigerian at Sea, Athens, Ohio University Press, Shallow Press, « New African Histories Series », 241 p.

Texte intégral

1D’abord envisagé comme une histoire maritime du colonialisme, cet ouvrage s’est rapidement orienté vers une étude de la décolonisation, de la nationalisation et de la transition vers la nigérianisation du commerce maritime, du point de vue des classes laborieuses – un sujet peu étudié jusqu’ici. Basé sur une étude extensive d’archives maritimes consultées à Londres, Liverpool, Lagos et Amsterdam, et sur quarante-quatre entretiens réalisés entre 2007 et 2011 auprès de marins, de capitaines de vaisseau, d’ingénieurs, de syndicalistes et d’administrateurs nigérians, il est le fruit de trois études de terrain qui ont permis à l’auteure d’accéder à de nombreux documents personnels.

2Cette recherche, qui s’est poursuivie entre la Sierra Leone, le Nigeria et l’Angleterre, s’est intéressée à la vie quotidienne des marins africains entre les dernières années de l’époque coloniale et la fin des années 1960 – une quinzaine d’années difficiles mais grosses des attentes des Nigérians. Elle éclaire d’abord la façon dont l’époque coloniale a influencé la vie quotidienne et le destin de ses sujets. L’histoire débute à la fin des années 1940, époque des premiers recrutements de marins à Lagos, moins coûteux, qui remplacent peu à peu les marins de Freetown sur les vaisseaux de la compagnie britannique Elder Dempster. Ce sera l’occasion pour les Nigérians de participer à la circulation des biens, des idées et des populations au-delà du continent africain, et au développement des diasporas. Cette compagnie dominait à l’époque, avec 85 % du fret, le commerce du cargo, de la poste et des passagers entre le Royaume-Uni et la côte de l’Afrique de l’Ouest. Ces hommes, attirés par le voyage et la liberté qu’il procure, et fiers d’appartenir à un corps de métier exclusivement masculin, vont vivre une expérience ambivalente à bord de vaisseaux sous les ordres d’officiers britanniques. Pour beaucoup de marins, les dernières années de l’époque coloniale, sur lesquelles a surtout porté l’étude de Schler, ont laissé le souvenir d’un temps de grande liberté, loin des contraintes familiales et claniques, un temps d’ouverture au monde et d’opportunités – dont la découverte du syndicalisme noir de Liverpool. À bord et dans les escales se forge une solidarité dépassant largement le cadre ethnique et racial, une sorte de panafricanisme des marins, citoyens de la diaspora noire, en lien avec leurs frères de couleur d’Angleterre, des États-Unis et du reste de l’Afrique.

3L’auteure a réussi à faire de son livre, en dépit de sa densité, une sorte de carnet de bord passionnant racontant la mobilité, les voyages et les rencontres de ces manœuvres nigérians non qualifiés. Mal payés, corvéables à merci, victimes de hiérarchies de classe et de race, en butte aux discriminations, les Nigérians s’organisent rapidement en syndicat pour défendre leurs conditions de travail. Ils vont, parallèlement, réussir à supplémenter leur maigre salaire grâce à un commerce import-export de détail sur lequel les officiers ferment les yeux. Les longs mois d’absence loin de leurs familles marquent la vie de ces hommes qui vont tisser des liens éphémères avec des femmes un peu partout et fonder des familles de réconfort au hasard des escales. La double vie menée par de très nombreux marins est liée à la présence d’une importante communauté noire dans le port de Liverpool, établie dès la fin des années 1920. L’auteure évoque à ce propos l’impact du recrutement des marins nigérians sur la société anglaise de l’époque, terrifiée par le spectre des couples mixtes et de la sexualité noire. L’un des mérites de l’ouvrage est de faire à ce propos une place aux témoignages jamais entendus des épouses nigérianes rencontrées, qui lèvent le voile sur leur expérience de parents isolés assumant la responsabilité de l’éducation des enfants et des finances du foyer en l’absence des marins. On trouve, au détour d’une page, une touchante réflexion sur le concept de maison/home, défini par un ancien marin comme « partout où le bateau jetait l’ancre » (p. 60), même si la plupart d’entre eux finissaient par rentrer prendre leur retraite au Nigeria.

4L’ouvrage, émaillé de très nombreux témoignages et exemples, fait le bilan de l’impact de la passation graduelle de pouvoir entre Britanniques et Nigérians sur la vie quotidienne des marins en mer et à quai. Les imaginaires locaux et transnationaux vont progressivement laisser place à des perspectives nationalistes. Mais la transition vers l’indépendance, longtemps rêvée et attendue par les marins, a été vécue difficilement et s’est négociée contre les classes laborieuses, comme le démontre la comparaison entre les deux époques. L’auteure prend ici ses distances avec la présentation d’un nationalisme vu du côté des élites, pour livrer le point de vue des petites gens. Pour les marins, devenir nigérian, c’était être mieux payés et ne plus souffrir du racisme. Mais la décolonisation, en transformant ces citoyens du monde en citoyens nigérians, a restreint leur indépendance personnelle déjà entravée par l’arrogance et les exigences de leurs compatriotes soudain promus au rang d’officiers. Les chapitres IV, V et VI retracent le parcours de la Nigerian National Shipping Line (NNSL), dont l’histoire « peut être considérée comme une métaphore de l’économie et de la société nigérianes postcoloniales », de ses débuts prometteurs à son échec. Vulnérabilisée par le manque d’expérience de ses cadres, rongée par la corruption et le tribalisme, affaiblie par l’impossibilité de concurrencer les géants de la mer et par l’inadéquation grandissante entre les intérêts politiques et commerciaux du pays, la NNSL fera faillite et sera finalement fermée en 1994. Une excellente étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Schler Lynn, 2016, Nation on Board. Becoming Nigerian at Sea », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 490-492.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Schler Lynn, 2016, Nation on Board. Becoming Nigerian at Sea », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6261

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals