Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Viti Fabio, 2014, La Côte d’Ivoire d’une crise à l’autre

Paris, L’Harmattan, 240 p.
Philippe David
p. 492-494
Référence(s) :

Viti Fabio, 2014, La Côte d’Ivoire d’une crise à l’autre, Paris, L’Harmattan, 240 p.

Texte intégral

1Trente années (vingt en tout cas) de vigueur politique et de « miracle » économique brutalement suivies de vingt autres « tumultueuses » (p. 60) de déchirement, de violences et de sang : l’histoire contemporaine de la Côte d’Ivoire a fait, jusqu’en Italie, en septembre 2012, l’objet d’un « atelier thématique » à l’université de Pavie. D’un intérêt inégal, les neuf communications rassemblées ici émanent de dix auteurs – dont seulement trois Ivoiriens, tous enseignants à Bouaké –, chacun lesté d’une surabondante bibliographie française et anglaise de plusieurs pages, comme c’est décidément la mode universitaire. Juxtaposées, directes et percutantes ici, là pédantes et trop abstraites, elles réussissent en définitive à déchiffrer les multiples facteurs, les rebondissements successifs et les comportements humains qui jalonnent une histoire brutalement fracturée.

  • 1 Pourquoi Linas ? Cette commune, certes voisine de Marcoussis, n’a jamais été concernée et n’a jamai (...)

2Après le long règne autocratique d’Houphouët-Boigny suivi par la guerre de (ses) héritiers (p. 46), la question foncière, longtemps contenue (premier exposé) éclate au grand jour avec la loi du 23 décembre 1998 qui va en réalité plus compliquer que démêler les relations très subtiles et très complexes entre autochtones et allogènes, ivoiriens ou étrangers, pour l’accès à une propriété foncière pleine et entière. La désastreuse idéologie de l’« ivoirité » qui lui succède ne fait qu’aggraver la situation dès les élections présidentielles et législatives « calamiteuses » de 2000, et les accords finalement inapplicables dits « de Linas-Marcoussis » de 20031 ne résolvent rien (p. 74‑75).

3Le troisième exposé constate ensuite l’étonnante, indiscutable dérive messianique de Laurent Gbagbo et plus encore de son épouse. L’idéologie de son régime, affublée de tous les adjectifs possibles par les observateurs (p. 65), a été indiscutablement marquée par un « discours nationaliste » et un accrochage « fétichiste » à la loi (p. 63 et 78) avec, pour résultat paradoxal et navrant que « la manipulation de la démocratie s’est jouée en grande partie sur le terrain légal et constitutionnel » (p. 70). Le pouvoir s’est accroché avec force au droit, à l’État et à la constitution, même quand le président n’hésitait pas à les violer.

4Le colloque décrit évidemment aussi les multiples facettes d’un peuple écartelé, coupé en deux, pendant dix ans : l’irruption désordonnée de la jeunesse et de l’armée dans le champ politique (p. 55 et p. 131) ; le pouvoir quasi militaire et souvent mafieux des « comzones » et des « milices ethniques » ; le comportement des « barragistes », le règne des « barrages-syndicats et même « les ennuis de la moto » (p. 145) dans l’Est, chez les Agni (p. 131‑152) ; l’impact de la crise sur le territoire national et la saignée des forêts (p. 58‑60) ; et les bouleversements imposés à tous les degrés de l’enseignement, plus ou moins parés ou réparés çà et là. (p. 185‑208).

5On allait oublier (p. 155‑181) la fameuse « résilience ». Jusqu’à il y a environ une quinzaine d’années reservée en France aux matériaux, et définissant leur résistance aux chocs, la voilà devenue humaine et, ici, invoquée jusqu’à dix fois sur la même page (p. 167) sans avoir été d’abord définie. Elle est associée par endroits au « concept de capabilité », à la « notion d’agencéité », aux « turbulences métastasiques », à la « temporalité de vulnérabilité » et autres éléments récurrents d’un verbiage abstrait qui escamoterait presque les drames du pays et de sa population. Heureusement, un « tableau des mots de la crise » (p. 171) depuis la « conjoncture » des années 1980, exprime enfin, avec pertinence, impertinence et humour, un aspect majeur de la résistance des Ivoiriens aux chocs que leur infligent leurs malheurs.

6Bien entendu, le rôle de la France fait l’objet d’une estimation claire et nette (p. 89‑103) qui ne peut que juxtaposer, d’une part, ses actions inévitables et positives pour le maintien d’une certaine paix sous l’autorité ou en marge de l’ONU ainsi que ses efforts de conciliation à Marcoussis et, de l’autre, son intervention militaire finale, évidemment difficile considérer sereinement, lors de l’arrestation de Gbagbo en avril 2011.

7Rebondissement et surprise en fin d’ouvrage : familier de la Côte d’Ivoire depuis trente ans, l’initiateur italien du colloque reprend, sévère et parfois même virulent, toutes les crises subies par le pays depuis la colonisation puis ne se prive pas de dénoncer les insuffisances, voire les « dérives » de ses collègues français et leurs hésitations à analyser correctement la situation (p. 224‑231).

Haut de page

Notes

1 Pourquoi Linas ? Cette commune, certes voisine de Marcoussis, n’a jamais été concernée et n’a jamais abrité les négociateurs du « conclave forcé » de 2003 !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Viti Fabio, 2014, La Côte d’Ivoire d’une crise à l’autre », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 492-494.

Référence électronique

Philippe David, « Viti Fabio, 2014, La Côte d’Ivoire d’une crise à l’autre », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6273

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals