Navigation – Plan du site
Mélanges
Informations

Nouveaux membres de la Société des africanistes 2016

p. 502-505

Désiré Kouakou M’Brah

Historien, enseignant chercheur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, Désiré Kouakou M’Brah s’intéresse principalement aux Sénoufo de Côte d’Ivoire, et plus précisément aux Niarafolo de la région de Ferkessédougou, auxquels il a consacré sa thèse de doctorat, sous la direction de Simon-Pierre Ekanza et Allou Kouamé René. Il est l’auteur de plusieurs articles et d’un ouvrage (Histoire des Sénoufo Niarafolo : Ferkessédougou-Côte d’Ivoire, Paris, L’Harmattan, 2014). Il se consacre actuellement à l’étude du cycle rituel du Tchologo. Kouakou M’Brah est parrainé par Chantal et Michel Deschamps.

Bouakry Boro

Bouakry Boro est titulaire d’un doctorat en littérature orale de l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, intérressant les genres oraux des Sânâ du Nord (Burkina Faso). Il est actuellement inscrit en thèse d’ethnolinguistique à l’université Sorbonne Nouvelle, Paris 3, sous la direction de Cécile Leguy. Ses nouvelles recherches doctorales portent sur la devise des lutteurs Sanan du Burkina Faso. Bouakry Boro est parrainé par Cécile Leguy et Alice Degorce.

Véronique Lassailly-Jacob

Professeur émérite à l’université de Poitiers et membre du laboratoire Migrinter (Migrations internationales, Espaces et Sociétés), Véronique Lassailly-Jacob est géographe. Elle s’est spécialisée dans l’étude des migrations forcées de populations et leurs reterritorialisations en Afrique subsaharienne, qu’il s’agisse de groupes transférés pour cause d’utilité publique (les évacués du barrage hydroélectrique de Kossou, en Côte d’Ivoire), de réfugiés pour cause politique (les Mozambicains réfugiés en Zambie) ou de déplacés pour cause environnementale (les sinistrés des inondations au Burkina Faso). Ses recherches interrogent les parcours et les modes de reterritorialisations de ces populations déracinées, qu’ils soient imposés par les pouvoirs publics ou réinventés par les populations. Elle est l’auteur de Espace utile et transfert de population en amont du barrage de Kossou (Côte d’Ivoire), publié en 1980 aux éditions du CNRS, et elle a coordonné en 2008 avec Luc Cambrézy, Luc Legoux et Smaïn Laacher L’asile au Sud, publié aux éditions La Dispute, puis un dossier avec Luc Cambrézy dans le n° 204 de la revue Tiers-Monde, en 2010 : « Réfugiés climatiques, migrants environnementaux ou déplacés ? ». Véronique Lassailly-Jacob est parrainée par Jean Boutrais et Alfred Schwartz.

Pierluigi Valsecchi

Historien, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Pise, Pierluigi Valsecchi a enseigné l’Histoire de l’Afrique dans les universités d’Urbino et Teramo et est actuellement professeur à l’université de Pavie, Faculté de Sciences Politiques. Ses recherches, de terrain et d’archives, concernent principalement l’histoire moderne et contemporaine de la région du Sud-Ouest (Nzema) du Ghana, anciennement Gold Coast. Parmi ses sujets d’intérêt figurent l’histoire des formations politiques Akan (Ghana et Côte d'Ivoire) à l’époque précoloniale et coloniale, la dépendance personnelle et l’esclavage, l’Etat postcolonial (rapports entre centre et périphérie, gouvernance et chefferie), les frontières, la formation des groupes dirigeants ouest-africains au XIXe et au XXe siècles. Il s’est intéressé aussi au processus de transformation politico-institutionnel en Afrique australe et Afrique du Sud. Pierluigi Valsecchi préside le « Centro Studi Popoli Extra-europei “Cesare Bonacossa” », Pavie ; il est membre de l’Accademia Ambrosiana (Milan) et a reçu le prix « Giorgio Maria Sangiorgi per la Storia ed Etnologia dell’Africa" de l’Accademia Nazionale dei Lincei, Rome, en 2016. Il est l’auteur de nombreux articles de revues et de chapitres d’ouvrages. Parmi ses monographies, I Signori d’Appolonia. Poteri e formazione dello Stato in Africa occidentale fra XVIe XVIIIe secolo, Roma, Carocci, 2002, dont une version remaniée est parue en anglais (Power and State Formation in West Africa : Appolonia from the 16th to the 18th Century, New York, Palgrave-Macmillan, 2011), et Africa : la storia ritrovata. Dalle prime formazioni politiche alle indipendenze nazionali, Roma, Carocci, 2016 (1re éd. 2005), en collaboration avec G. Calchi Novati. Pierluigi Valsecchi est parrainé par Claude-Hélène Perrot et Fabio Viti.

Joseph Brunet-Jailly

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble et Docteur es-sciences économiques de l’université de Paris, Joseph Brunet-Jailly a mené une longue carrière à l’université d’Aix-en-Provence (Doyen de la Faculté des sciences économiques de 1979 à 1982), puis à l’Orstom (devenu Ird) entre 1986 et 2004. Dans ce cadre, il a été affecté au Mali et en Côte d’Ivoire (projet Sida), travaillant sur des thématiques concernant l’économie de la santé et l’accès aux soins, l’éthique de la décision de santé publique, les politiques de santé. Il s’est investi également dans la protection du patrimoine culturel, notamment dans le site historique de la ville de Djenné (Mali). Parmi ses publications : Essai sur l’économie générale de la santé, Paris, Cujas, 1971 (Prix Robert Goetz) ; Se soigner au Mali : une contribution des sciences sociales, hommage à Claude Pairault (direction de l’ouvrage), Paris, ORSTOM-Karthala, 1993 ; Innover dans les systèmes de santé, expériences d’Afrique de l’Ouest (direction de l’ouvrage), Paris, Karthala, 1997 ; Santé en capitales, la dynamique des systèmes de santé dans les capitales ouest-africaines (direction de l’ouvrage), Abidjan, CEDA 1999 ; Djenné, d’hier à demain, Bamako, Editions Donniya, 1999 (direction de l’ouvrage) ; Le Mali contemporain, éditions Tombouctou-IRD, 2015 (direction de l’ouvrage avec Jacques Charmes et Doulaye Konate) ; Santé mondiale, enjeu stratégique, jeux diplomatiques, Paris, Presses de Sciences-Po, 2016 (direction de l’ouvrage avec Dominique Kerouedan). Il est actuellement consultant indépendant et chargé d’enseignement à Sciences-Po Paris. Joseph Brunet-Jailly est parrainé par Françoise Le Guennec-Coppens et Maria Teixeira.

Marie Daugey

Anthropologue, Marie Daugey est actuellement post-doctorante de la Fondation Fyssen à l’Université de Liège, Laboratoire d’Anthropologie sociale et culturelle (ULG/LASC). Elle est également affiliée à l’Institut des Mondes Africains (IMAF), CNRS / EPHE / Paris1 / AMU / IRD / EHESS. Sa thèse en ethnologie, soutenue en 2015 à l’École pratique des hautes études de Paris, sous la direction de Danouta Liberski-Bagnoud (Directrice de recherches au CNRS), s’intitule Les lions qui ne parlent pas. Cycle initiatique et territoire en pays kabyé (Togo). Ses travaux de thèse ont porté sur l’initiation masculine, envisagée dans son articulation avec la construction rituelle d’un lien au territoire ; ses recherches actuelles concernent la place des enfants dans le rituel. Elle a accompli de nombreuses missions de recherche au Togo et elle fait partie de plusieurs équipes de recherche sur la divination, le genre, le rituel, les écosystèmes et la biodiversité. Elle a participé à de nombreux colloques et conférences et elle est l’auteur d’articles et chapitres d’ouvrage, parus ou en cours de publications. Marie Daugey est parrainée par Raymond Verdier et Elodie Razy.

Claudie Haxaire

Pharmacienne puis botaniste, Claudie Haxaire a commencé à enquêter sur la pharmacopée traditionnelle et la médecine familiale en pays Gbaya (Centrafrique) dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire, ce qui a donné lieu à sa thèse, en fait d’ethnobotanique. Ayant obtenu un poste d’assistante en botanique à la faculté de pharmacie d’Abidjan (RCI), elle a poursuivi, cette fois seule, ses recherches en pays Gouro, dans la région de Zuenuola, en axant ses enquêtes sur la maladie, le corps et la notion de personne. De retour en France elle a suivi la formation d’anthropologie à l’EHESS sous la direction de Marc Augé qui l’a incité à élargir ses centres d’intérêt. Elle a ainsi publié sur les sociétés de masques d’amusement, sur l’évolution des masques d’inversion de la famille de Zamble dans le contexte des bouleversements climatiques, économiques et sociaux en cours. Dans le même temps, l’arrivée des médicaments industriels dans les campagnes et le développement de l’épidémie de sida, l’ont amenée à travailler sur la réorganisation du système maladie et du système médicament. Un corpus important de recettes médicinales a été recueilli dont elle tente d’analyser l’organisation dans le contexte de l’ontologie analogique qui est celle des Gouro et dans le cadre d’une anthropologie du vivant. Désormais à la retraite d’un poste d’enseignante en anthropologie de la santé à la faculté de médecine de Brest où elle avait mené plusieurs projets en France sur les médicaments psychotropes, la gestion des psychotropes puis de la souffrance psychique par les médecins généralistes, puis sur la gestion de l’incertitude par les familles à risque de thrombose, elle compte poursuivre ces recherches africanistes. Elle termine actuellement une enquête d’anthropologie du médicament industriel sur la production et la régulation de médicaments antipaludiques (CTA) en Côte d’Ivoire, dans le cadre du projet Globalmed (C. Baxerre, M. Cassier). Claudie Haxaire est parrainée par Serge Bahuchet et Fabio Viti.

  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals