Navigation – Plan du site
Mélanges
Informations

Assemblée générale du 8 juin 2017 – Rapport d’activité

Maria Teixeira
p. 508-511

Les conférences mensuelles

Nous aurons donné cette année 9 conférences entre le 6 octobre 2016 et le 8 juin 2017. Elles ont eu lieu dans l’atelier no 1 du musée du quai Branly – Jacques Chirac, sauf pour la dernière, qui était précédée de l’assemblée générale et qui s’est déroulée dans la salle de cinéma du musée.

  • Le 6 octobre 2016 : Christophe Vallée, « L’amante interdite ».

  • Le 3 novembre 2016 : Klara Boyer-Rossol, « Histoire et mémoires des Makoa à l’ouest de Madagascar ».

  • Le 1er décembre 2016 : Delphine Burguet, « Les devins-guérisseurs à Madagascar. Pourvoir et contre-pouvoir au fil du temps ».

  • Le 5 janvier 2017 : Anne Fournier, « Les plantes de la divination chez les Sèmè du Burkina Faso ».

  • Le 2 février 2017 : Doris Bonnet et Véronique Duschesne, « Interroger la parenté africaine au regard des techniques de la reproduction ».

  • Le 2 mars 2017 : Guillaume Lachenal, « Médecine coloniale et épidémies en Afrique centrale. Histoire, traces, mémoires ».

  • Le 6 avril 2017 : Alice Aterianus-Owanga, « “Suivre” ou “tourner la page”. Des intersections entre rap et politique au Gabon ».

  • Le 4 mai 2017 : Camille Devineau, « Musique et danse des sorties de masques griots chez les Bwaba du Burkina Faso ».

  • Le 8 juin 2017 : François Gaulme et Claude-Hélène Perrot, « Hommage à Balandier ».

Cette année, nous avons accueilli 5 nouveaux membres :

  • En littérature orale et ethnolinguistique, Boukary Boro ;

  • En histoire, Désiré Kouakou M’Brah ;

  • En géographie, Véronique Lassailly-Jacob ;

  • En science économique et science politique, Joseph Brunet-Jailly ;

  • En histoire, Pierluigi Valsecchi.

Nous vous rappelons que pour toute demande d’adhésion, il faut s’adresser au secrétaire général adjoint, Fabio Viti, en se conformant aux indications figurant dans la Lettre des africanistes et sur le site internet de la Société des africanistes.

Les séances de cinéma

L’équipe du Cinéma des africanistes, coordonnée par Anne-Marie Bézénech, a organisé 8 séances. Elles se sont déroulées du 9 novembre 2016 au 1er juin 2017. Les séances de 2016 ont eu lieu le mercredi à 16 h 30, puis, en 2017, le jeudi, à 18 heures, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Ce changement d’horaire et de jour visait à rendre ces séances plus accessibles aux membres de la société, notamment à ceux qui exercent une activité professionnelle.

  • 9 novembre 2016 : Barakeden, les petites bonnes de Bamako, d’Adeline Gonin, 2015.

  • 14 décembre 2016 : Sida, sur la piste africaine, de Rémi Lainé, 2015.

  • 9 janvier 2017 : Tierno Bokar, le sage de Bandiagara, de Louis Decque, 2000.

  • 9 février 2017 : Tiroirs-caisses, tontines et solidarités, de Gilbert Kelner, 2015.

  • 9 mars 2017 : Meniha, Alia, Aïcha, reines du désert, de Patrick Profit, 2012.

  • 27 avril 2017 : Citoyens, bois d’ébène, de Franck Salin, 2016.

  • 11 mai 2017 : La Robe du temps, de Malam Saguirou, 2008.

  • 1er juin 2017 : Un fleuve nommé Niger, de Bernard Surugue, 2015.

Partenariat Société des africanistes et Comité du film ethnographique

À l’initiative de Luc Pecquet, la société des africanistes a initié un partenariat avec le Comité du film ethnographique, en invitant le réalisateur cadreur et scénariste burkinabé Michel K. Zongo, le jeudi 14 novembre 2016, à projeter deux de ses films dans la salle de cinéma du musée de l’Homme, dans le cadre du Festival international Jean Rouch, films ethnographiques : Espoir Voyage, de 2011, et La Sirène de Faso Fani, de 2014. Ces projections ont été suivies d’un débat avec le réalisateur. Les discussions ont été modérées par Luc Pecquet, directeur du Journal des africanistes et président du Comité du film ethnographique. Une interview de M. K. Zongo par Luc Pecquet a été publiée dans le tome 86-2 du Journal des africanistes.

La lettre électronique

La lettre a été éditée régulièrement et avec ponctualité de septembre 2016 (mini-lettre de rentrée) à mai 2017 (lettre no 73) grâce au travail minutieux et assidu de Daniela Bognolo et de Catherine Baroin, de septembre 2016 à décembre 2016, puis de Daniela Bognolo et Marie Rodet, en janvier 2017, et enfin de Daniela Bognolo, depuis février 2017. La lettre est maintenant largement diffusée auprès des membres, des contacts (amis de la société) mais aussi sur les listes de diffusion Docpostdocethno et Ethno-info.

Le site web et la communication

Il a été fait appel à un nouveau webmaster, Edern Rio, que Luc Pecquet, Françoise Le Guennec-Coppens, Marie-Dominique Mouton et Maria Teixeira ont rencontré pour organiser la nouvelle arborescence souhaitée. Il a écrasé l’ancien site rempli de bugs et en a créé un nouveau. Ce site est opérationnel depuis octobre 2016. Indiquons entre autres que les membres à jour de leur cotisation ont la possibilité d’y remplir une page Web personnelle qu’ils peuvent alimenter eux-mêmes grâce à leur identifiant et à leur code personnel. Les conférences et les séances de cinéma y sont annoncées, ainsi que les dernières publications de la Société (Journal des africanistes et ouvrages). Un service de paiement en ligne des cotisations a été mis en place, ainsi qu’un e-commerce. Les archives de la lettre électronique y sont accessibles.

Le prix de thèse 2011

Si la publication du livre de la lauréate du premier prix, Céline Flory, De l’esclavage à la liberté forcée, aux éditions Karthala et Société des africanistes était déjà effective, nous attendions encore celle du lauréat du second prix. C’est désormais chose faite. Ismaël Moya a publié à la Société d’ethnologie, avec l’aide de la Société des africanistes, son ouvrage De l’argent aux valeurs à la Société d’ethnologie.

Le prix de thèse 2016

Nous avons décidé de relancer le prix de thèse resté en sommeil depuis 2011. Désormais, tous les deux ans, un prix de thèse des africanistes sera lancé. Nous avons reçu 56 candidatures. Un jury interne à la Société a sélectionné les 9 meilleures thèses, puis un jury international de spécialistes, reflétant la pluridisciplinarité des thèses retenues, a été constitué. Nous remercions pour leur participation à ce jury :

  • Florence Brisset Foucault, université Paris I ;

  • Marie Brossier, université Laval ;

  • Barbara Cooper, Rutgers, The State University of New Jersey ;

  • Eloi Fiquet, EHESS Paris ;

  • Daouda Gary-Tounkara, CNRS, Bordeaux ;

  • Marianne Lemaire, CNRS, Paris ;

  • Jean-Claude Penrad, EHESS Paris ; • Benedetta Rossi, University of Birmingham ;

  • Christian Seignobos, IRD, Aix-en-Provence.

Le premier prix a été attribué à Emmanuel Chauvin pour sa thèse de géographie Violences en Centrafrique : pouvoirs de déplacer, manières de migrer. Centrafricains déplacés et réfugiés (Cameroun, Tchad).

Le deuxième prix a été attribué à Camille Dugrand pour sa thèse de science politique Prendre la rue. Politique de la citadinité vagabonde en Afrique. Les Shégués de Kinshasa.

Les statuts

Nous avons rédigé et voté en conseil d’administration de nouveaux statuts simplifiés. Ils ont été proposés au vote en assemblée générale. Seule une partie de ces statuts a été adoptée. La partie indiquant la composition du bureau a fait l’objet de débats. Cette partie remaniée sera à nouveau soumise au vote lors d’une assemblée générale extraordinaire en mars 2018. Ces nouveaux statuts étaient indispensables pour correspondre aux évolutions de notre Société. Le fonctionnement basé sur l’année civile a été adopté.

Le Journal des africanistes

Le premier numéro de 2016 (tome 86-1 ; 384 p.) est essentiellement constitué d’un dossier intitulé « Revalorisation patrimoniale des sites naturels sacrés (Kenya, Ouganda, Madagascar). Enjeux locaux, nationaux et internationaux », dirigé par Sophie Blanchy et Marie-Pierre Ballarin. Ce numéro comporte 10 articles (dont 8 pour le dossier, auxquels s’ajoute une présentation circonstanciée du thème et de ses développements), et 1 contribution dans la partie « Notes et documents ». À la suite prennent place les rubriques habituelles de la revue : Comptes rendus, Ouvrages reçus, Informations.

Le second numéro de 2016 (tome 86-2 ; 258 p.) est constitué de varia. Il est composé de quatre articles, d’une contribution pour la partie « Notes et documents » et d’une contribution pour la partie « Anthropologie visuelle ». À la suite prennent place les rubriques habituelles de la revue : Comptes rendus, Ouvrages reçus, Informations. Le numéro prévu initialement comportait un dossier, « La honte au Sahel », dont les six articles et la présentation avaient été évalués et corrigés. Le refus des responsables du dossier et des auteurs de tenir compte des remarques de fonds faites par les évaluateurs et le comité de rédaction sur deux des articles a conduit, malgré son intérêt et les frais déjà engagés pour la correction et la mise en page, à l’abandon de cette publication en phase de bouclage. Cette décision du comité de rédaction a été prise afin de maintenir la ligne éditoriale du Journal et sa rigueur scientifique. Malgré le fait que nous allions perdre de l’argent et en dépit du surcroît de travail (c’est-à-dire, mettre très rapidement sur pied un autre numéro), il a été décidé de refuser la publication de ce dossier.

Pour 2017, nous publierons un numéro double (tome 87, 1-2), consacré à Jean Rouch, ethnologue et cinéaste. Ce numéro thématique, préparé à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Rouch (31 mai 1917) – pour lequel de multiples manifestations sont organisées –, est coordonné par Luc Pecquet, en partenariat avec le Comité du film ethnographique. Les 15 articles de ce dossier, auxquels s’ajoutent 2 contributions dans la rubrique « Notes et documents », sont en cours de finalisation (doubles évaluations critiques déjà retournées aux auteurs et certains articles prêts pour la mise en page).

Un autre dossier – « Le forgeron, le juge et l’ethnologue : autour de Bruno Martinelli » –, actuellement en préparation, sera publié en 2018 dans le tome 88-1. Porté par Sandra Fancello, ce dossier comportera 6 articles (et 9 auteurs) en cours d’évaluation. Les articles du second volume de l’année 2018 (tome 88-2), qui sera un numéro de varia, sont également en cours d’évaluation.

Mise en ligne sur Revues.org : L’ensemble de notre collection en ligne, depuis le tome 1 (1931) jusqu’au tome 73 (2003), est consultable gratuitement sur Persee. org. Les volumes les plus récents, du tome 74 (2004) au tome 85-1 (2015) figurent sur le site Revues.org où la barrière mobile est de trois ans. Les tomes 85-2 (2015), 86-1 et 86-2 (2016) seront mis en ligne très bientôt.

Je vous remercie,
Maria Teixeira
Secrétaire générale

  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals