Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1MélangesComptes rendusAbrous Dahbia, Claudot-Hawad Hélè...

Mélanges
Comptes rendus

Abrous Dahbia, Claudot-Hawad Hélène, 2017, Mimétisme des corps et conquête des âmes. Les photographies des Missionnaires d’Afrique (Kabylie, Aurès, Sahara)

Paris, Non Lieu, 208 p.
Tatiana Benfoughal
p. 179-183

Texte intégral

1Encore un livre de photographies sur l’Algérie coloniale – pourrait-on dire –, alors que tant d’albums ont été déjà publiés, surtout ces dernières années ? Oui, sauf que cette fois-ci, il ne s’agit pas de photographies de voyageurs ou d’explorateurs, ni de militaires, ni de photographes d’atelier. Les clichés présentés ici ont été pris par des religieux chrétiens, plus précisément par des missionnaires d’Afrique, entre 1873 et 1930, dans les régions d’Algérie où ils se sont implantés. Une autre originalité de ces photographies est le lieu où elles se trouvent et où elles sont conservées, en Italie, à Rome, dans les maisons généralices des Missionnaires d’Afrique. Les deux auteurs de l’ouvrage ont pu étudier ce fonds pendant deux ans et ont obtenu l’autorisation d’en publier une partie significative, pour la première fois. Pour effectuer une analyse poussée des photographies, elles ont également exploré les archives de la congrégation regroupant les écrits doctrinaux de la hiérarchie ecclésiastique, les diaires des différents postes de mission, ainsi que les rapports et correspondances des congrégationistes.

2Des 600 photographies consultées, les auteurs ont choisi d’analyser celles qui représentent l’environnement social et humain (ce qu’on appelait à l’époque « scènes et types ») et les activités des Missionnaires à l’extérieur des stations, soit 350 photographies, laissant de côté la série illustrant l’environnement géographique et le paysage, qui ne répondait pas à leur angle d’investigation. De ce lot, 160 photographies ont été choisies pour figurer dans cet ouvrage.

3Un excellent texte introductif de 50 pages nous propose une grille de lecture des images du point de vue historique et anthropologique. Il nous présente en premier lieu le contexte de production de ces photographies, en nous renvoyant aux premières décennies de la colonisation de l’Algérie. L’église chrétienne était alors considérée et se considérait comme une force indispensable au projet colonial de la France. Si, au début de la colonisation, avec la création des diocèses d’Alger, d’Oran ou de Constantine, l’Église était essentiellement au service de la population chrétienne d’Algérie, nouvellement arrivée, c’est avec la création des différentes missions que le travail de prosélytisme à destination de la population musulmane a commencé. C’est justement l’une d’elles, la Société des Missionnaires d’Afrique, créée par l’archevêque d’Alger Charles Lavigerie, en 1868, qui nous a laissé cet exceptionnel fonds photographique. Ses membres sont plus connus sous les appellations de « pères blancs » et de « sœurs blanches ». Le cadre chronologique choisi par les auteurs part de 1873, année de l’installation du premier poste de mission en Kabylie, jusqu’en 1930, année du centenaire de la colonisation de l’Algérie.

4Les photographies publiées sont regroupées en six séries thématiques : « “Scènes et types” : photographier l’altérité » ; « Se fondre dans le désert : l’apparence des Missionnaires d’Afrique » ; « Les pionniers ou Frères armés du Sahara » ; « Sur la scène des œuvres : relations et interactions » ; « Soigner – Enseigner, éduquer – Prendre contact, échanger » ; « Pères blancs et élèves : des tenues en écho » ; « Changer d’allure : orphelins, étudiants et convertis ».

5La première série comporte 42 photographies qui mettent en scène la population locale et ses occupations. Elles ne se distinguent point des photographies de l’Algérie coloniale diffusées alors largement sous la forme de cartes postales : femmes portant une cruche d’eau, femmes préparant le couscous ou tressant une vannerie, jeunes filles parées de bijoux, portraits de famille de notables, vues des marchés, etc. Classiques pour l’époque, ces prises de vue de type « ethnographique » sont néanmoins révélatrices de la mission des pères blancs et des sœurs blanches, et c’est dans les écrits de Lavigerie que les auteurs de cet ouvrage découvrent pourquoi. L’archevêque appelait ses missionnaires à contribuer aux efforts de la colonisation et à consigner tout ce qu’ils apprenaient sur les coutumes des populations locales, leurs modes de vie, leur système économique, leurs moyens de transport et réseaux commerciaux, etc. (p. 19). Comment ne pas penser aux Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, édité en 1930 par le musée du Trocadéro, où l’appel adressé « aux fonctionnaires, voyageurs, touristes ou colons » pour constituer des collections et « rassembler des informations orales ou écrites, par le dessin ou la photographie » avait des raisons non seulement scientifiques mais aussi politiques, notamment pour mieux gérer les populations des colonies ?

6La totale adhésion de Lavigerie et des Missionnaires d’Afrique à l’argumentaire théorique, voire évolutionniste, de l’État français dans sa politique de colonisation, présentée comme « mission civilisatrice », explique la prédominance, sur les photos de cette série, d’hommes, de femmes et d’enfants miséreux, de mendiants et de malades. Comme le soulignent les auteurs de l’ouvrage, le thème de l’indigence, qui apparaît de manière récurrente sur de nombreuses photographies, devait apporter aux contemporains la « preuve » que sur cette terre colonisée, la population était « sauvage » et « barbare », incapable de se gérer elle-même, une population à laquelle la France apporterait le bonheur et la « civilisation » (p. 25).

7Pour Lavigerie, la « civilisation » était fondée sur la foi chrétienne qu’il fallait ranimer. Et pour y accéder, il n’y aurait pas d’autre voie, pour la population autochtone, que de changer de religion. La tâche d’évangéliser les indigènes de l’Algérie rurale et profonde revenait notamment aux Missionnaires d’Afrique. Les photographies regroupées dans ce livre en cinq autres séries illustrent ce travail de la « conquête des âmes », et plus particulièrement ses stratégies et ses méthodes.

8En premier lieu, la localisation même des clichés, pris dans les régions d’installation des postes de mission, à savoir en Kabylie, dans l’Aurès et au Sahara, révèle les choix stratégiques des Missionnaires. Les auteurs de l’ouvrage expliquent que ces trois régions ont été choisies parce que leurs populations étaient berbères. Selon Lavigerie, elles porteraient encore l’empreinte de la christianisation antique et seraient donc plus facilement « convertibles » (p. 15). Si l’installation des Missionnaires au Nord de l’Algérie, notamment en Kabylie, pouvait se faire sans obstacles insurmontables, les terres étant déjà militairement soumises, il en a été autrement au Sahara, car avant de s’y fixer, il fallait y arriver et se faire accepter. Les auteurs expliquent que c’est sous la forme de déplacements de prospection, appelés « caravanes », que les Missionnaires s’avançaient vers le Sud, dans les espaces non conquis et hostiles (p. 45-47). Les premières « caravanes » se terminant souvent tragiquement pour les missionnaires, Lavigerie créa, en 1890, une société religieuse sans vœux, qu’il appela « les Frères armés du Sahara et du Soudan » et dont le rôle était d’accompagner et de protéger les « caravanes ». Sept photographies aussi rares que méconnues, représentent ce corps militaire reconnaissable par la présence de la croix de Malte sur les vêtements. Mal vue par les autorités politiques et militaires françaises, cette armée fut dissoute en 1892, et n’aura donc existé que deux ans.

9Le deuxième choix stratégique qui se reflète dans les photographies concerne les catégories de personnes auprès desquelles les missionnaires devaient mener leur travail. Après les premières expériences pas toujours concluantes, Lavigerie était arrivé à la conclusion que l’évangélisation de l’Algérie et de l’Afrique tout entière devait se faire par les Africains eux-mêmes. Les missionnaires devaient donc commencer par l’évangélisation des enfants, plus malléables, lesquels, une fois « assimilés », devaient répandre la foi chrétienne auprès de larges masses de la population (p. 15 et 28). Et quels enfants seraient les plus faciles à assimiler, sinon ceux privés de leur milieu traditionnel et familial, autrement dit les orphelins ? De nombreuses photos prises par les missionnaires mettent en scène des élèves avec leurs maîtres dans les classes des orphelinats, tous fondés et dirigés par des religieux, catholiques ou protestants, du moins jusque dans les années 1930. La deuxième catégorie de personnes pensée comme pouvant être facilement évangélisée était celle des malades. Souffrant et demandant de l’aide, les malades devaient recevoir, de la part des missionnaires, non seulement les soins mais aussi la « bonne parole » à laquelle ils ne pouvaient qu’être attentifs.

10Les photographies prises par les missionnaires dans les hôpitaux et les dispensaires, ainsi qu’à l’occasion de leurs tournées dans les régions qui en étaient dépourvues, nous renvoient à une méthode d’évangélisation fortement conseillée aux missionnaires. Elle reposait sur « la loi de l’amour ». Les auteurs de l’ouvrage citent à ce propos les paroles du père Deguerry qui appelle les missionnaires à s’attacher à ce que leurs relations avec les indigènes « soient toutes de dévouement, de charité, je dirais même d’affection, car rien ne gagnera mieux le cœur des Kabyles que de se voir sincèrement aimés par les missionnaires qui sont au milieu d’eux. C’est le grand secret de gagner leur confiance » (p. 39). Sur les photographies, on voit des missionnaires dans une attitude d’abnégation et d’humilité, agenouillés devant les malades. Comme l’expliquent les auteurs, les photographies de ce type, comme celles prises dans les orphelinats, porteuses du message de la charité et des bonnes actions de l’Église, étaient destinées à être distribuées en France sous forme de cartes postales pour récolter des fonds.

11Toujours sur le plan des méthodes d’évangélisation, les photographies font aussi ressortir les manières d’être imposées aux missionnaires par leur hiérarchie. Les auteurs du livre nous proposent la lecture des images en s’appuyant sur des écrits de Lavigerie, et plus particulièrement les Règles de la Société des Missionnaires d’Afrique dans ses différentes versions, publiées, pour la première, en 1869 et, pour les suivantes, entre 1872 et 1879. Selon Lavigerie, pour gagner la sympathie des indigènes, les missionnaires devaient « s’approcher d’eux par la langue, le vêtement, la manière de vivre, les usages […] et cela pour augmenter leur influence, pour travailler plus utilement au but unique qu’ils se proposaient : changer la religion des Arabes » (p. 42). Le mode de vie à adopter a été décrit par Lavigerie dans le moindre détail. Certaines règles peuvent nous paraître aujourd’hui anecdotiques, par exemple celle de ne manger « deux ou trois fois chaque semaine que des mets arabes et principalement du Kouskouss ». Ce dispositif témoigne, selon les auteurs de l’ouvrage, d’une véritable stratégie d’« accès » des Missionnaires à des communautés locales, et de leur intégration à la vie de la population. Ainsi, la tenue vestimentaire des missionnaires masculins a été pensée par Lavigerie sur le mode du « mimétisme », dans le but de se fondre dans la population. Les missionnaires devaient porter le vêtement local dit « arabe », à savoir la gandoura et le burnous en laine blanche, la culotte de forte toile ou de drap, la chéchia en laine rouge, etc. (p. 43-44). Et nous ne pouvons que suivre les auteurs du livre qui notent que sur certaines photos, « la ressemblance entre corps colonisé et corps missionnaire est troublante » (p. 53).

  • 1 Article paru en 1981 dans Monique de Fontanès et Yves Delaporte (dir.), Vêtement et sociétés. Actes (...)

12Une autre originalité de l’approche des auteurs – dans la mesure où la période assez longue de prise de photographies par les Missionnaires le permettait – réside dans l’analyse parallèle de l’évolution des vêtements des missionnaires et des convertis. Si, pour les premiers, le costume de type « arabe » s’est figé dans le temps, au point d’être utilisé encore aujourd’hui par les pères blancs dans leur cérémonie d’ordination, et même d’être devenu l’habit réglementaire des Missionnaires d’Afrique de par le monde, l’évolution du costume des convertis, marquant le changement de leur identité, est bien visible sur les photographies. Il est passé progressivement de la tenue traditionnelle rurale à la tenue citadine d’influence turque, puis partiellement occidentalisée dans ses diverses composantes : la coiffure (remplacement du turban par la chechia et la calotte), les robes des femmes (remplacement du vêtement drapé par la robe cousue), les parures (port de la croix et des médailles à l’effigie de la Vierge Marie, mélangées aux bijoux traditionnels), etc. Les auteurs consacrent un large passage à la « robe kabyle » cousue, inventée par les sœurs blanches et qui représente un compromis entre le vêtement traditionnel drapé et la robe européenne (p. 51-52). Un très bon article d’Hélène Balfet, « Note sur la robe kabyle, un exemple de vêtement emprunté », non cité dans la bibliographie de ce livre, aurait pu apporter des renseignements complémentaires à ce sujet1.

13Pour conclure, cet ouvrage nous offre non seulement des photographies rares et peu connues, témoins visuels d’un volet de l’histoire de la colonisation, mais aussi une analyse fine et fouillée du contexte de leur production et de l’idéologie qu’elles véhiculent. Ces deux auteurs, bien connues par leurs travaux sur le Maghreb et le Sahara, et plus particulièrement sur le monde berbère, ont mis à profit, pour cette analyse, leur excellente connaissance du terrain et leur grande expérience de recherche ethnologique.

Haut de page

Notes

1 Article paru en 1981 dans Monique de Fontanès et Yves Delaporte (dir.), Vêtement et sociétés. Actes des journées de rencontre des 2 et 3 mars 1979, vol. I, Paris, Laboratoire d’ethnologie du Museum national d’histoire naturelle, Société des amis du musée de l’Homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatiana Benfoughal, « Abrous Dahbia, Claudot-Hawad Hélène, 2017, Mimétisme des corps et conquête des âmes. Les photographies des Missionnaires d’Afrique (Kabylie, Aurès, Sahara) », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 179-183.

Référence électronique

Tatiana Benfoughal, « Abrous Dahbia, Claudot-Hawad Hélène, 2017, Mimétisme des corps et conquête des âmes. Les photographies des Missionnaires d’Afrique (Kabylie, Aurès, Sahara) », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6876

Haut de page

Auteur

Tatiana Benfoughal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search