Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1MélangesComptes rendusAndurain Julie d’, Henri Gouraud....

Mélanges
Comptes rendus

Andurain Julie d’, Henri Gouraud. Photographies d’Afrique et d’Orient

Paris, Éditions Pierre de Taillac, 2016, 239 p.
Benoît Beucher
p. 183-184

Texte intégral

1À travers un livre très richement illustré, un bel objet à lui tout seul, Julie d’Andurain nous conduit dans un passionnant parcours de vie, celui d’un colonial, le général Henri Gouraud. Né en 1867 et décédé en 1946, il est l’une des grandes figures de l’histoire de France, tant dans sa dimension métropolitaine qu’impériale. Le grand public ne semble pourtant pas avoir retenu son nom. Il se souvient plus volontiers de celui d’un Gallieni ou d’un Joffre. Paradoxe pour un homme dont l’auteur montre à quel point il a été attentif à son image et à sa postérité ; des traces aujourd’hui réunies sous la forme d’un imposant corpus photographique.

2L’auteur a en effet exploité un fonds iconographique impressionnant : près de 14 000 clichés issus des archives privées du général, dont elle fait un vade mecum non seulement pour saisir le cheminement personnel et militaire d’un homme, mais aussi celui d’une puissance coloniale en formation, la France, les deux étant intimement mêlés.

3Dans un style élégant, pédagogique, Julie d’Andurain s’attache à éclairer cette double trajectoire historique à travers une sélection de 200 clichés, qui sont également l’occasion de retracer l’histoire de l’utilisation politico-militaire de la photographie. À ces images répondent des documents variés, tirés d’archives. Ces derniers constituent autant d’indices de notre histoire ultramarine, mais aussi de celle d’une partie de l’Afrique et du Levant, même si le regard porté par les populations locales sur Gouraud aurait mérité plus d’attention.

4L’ouvrage est davantage centré sur le parcours de Gouraud, qu’il invite à suivre de façon chronologique, au rythme des étapes que sont sa formation militaire à Saint-Cyr, les campagnes de conquête et de « pacification » en Afrique, sa participation à la Grande Guerre, ses fonctions « proconsulaires » en Syrie et au Liban et, pour finir, l’exercice de la prestigieuse fonction de gouverneur militaire de Paris. D’emblée, Julie d’Andurain fait état d’une carrière exemplaire, accomplie par un officier mû par le souci de se montrer loyal et discipliné.

5Cette carrière est d’abord celle d’un colonial. L’Afrique, en particulier, attire l’attention de Gouraud, pour ses promesses d’une vie militaire active, faite d’aventures. Ses premiers pas sur le sol africain le conduisent ainsi au Soudan français (actuel Mali) où il s’illustre lors de la capture de l’almamy Samory Touré, en 1898. C’est à ce moment que le rapport de Gouraud à la photo change. De document personnel envoyé à la famille ou aux amis, elle s’affirme comme outil de communication, moyen « d’illustrer le récit de la pacification » (p. 65) et, ainsi, de la légitimer. Les clichés de la capture de Samory, relayés par la presse nationale, atteignent ces objectifs : Gouraud devient un officier « en vue » (p. 78), et l’expansion coloniale dans cette partie du continent suscite l’intérêt d’un public gagné par une forme d’exotisme mêlé de patriotisme.

6Tandis que ses affectations le conduisent au Tchad, en Mauritanie et au Maroc, Gouraud se fait remarquer par ses supérieurs et progresse rapidement dans la hiérarchie militaire, au point de devenir le plus jeune général de France en 1912. Au cours de la Première Guerre mondiale, l’officier s’impose comme un chef militaire dont la valeur est reconnue par l’opinion publique. Cette image est d’autant plus forte qu’il est lui-même gravement blessé en 1915 et qu’en 1918, il est le premier officier à entrer avec son armée dans la ville de Strasbourg.

7Son retour outre-mer a cependant un goût amer. Devenu haut-commissaire au Levant, il souffre d’un sentiment d’abandon de la part de la capitale, ce qui explique sa démission. Nommé gouverneur militaire de Paris, le général continue de témoigner d’une attention touchante à l’égard de ses anciens soldats. Cependant, on aurait aimé en savoir plus sur les dix dernières années de sa vie, moment où l’Empire souffre du déchirement de la France lors du second conflit mondial et des premiers signes de délitement de sa présence en Asie et en Afrique. En somme, ce livre permet de rendre accessible et attrayante l’histoire d’une France impériale, à travers l’une de ses grandes figures. Il est par ailleurs un convaincant plaidoyer pour une histoire militaire abordée sous un angle original et dans toute sa complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Beucher, « Andurain Julie d’, Henri Gouraud. Photographies d’Afrique et d’Orient », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 183-184.

Référence électronique

Benoît Beucher, « Andurain Julie d’, Henri Gouraud. Photographies d’Afrique et d’Orient », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6882

Haut de page

Auteur

Benoît Beucher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search