Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1MélangesComptes rendusBodenstein Wulf, 2017, Cartes géo...

Mélanges
Comptes rendus

Bodenstein Wulf, 2017, Cartes géographiques de l’Afrique

Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale & Philippe de Moerloose, « Collections du MRAC », 296 p.
Philippe David
p. 185-187

Texte intégral

1Un superbe album du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren révèle pour la première fois une partie de ses richesses les moins connues : 80 cartes géographiques d’Afrique sur les 3 500 de sa collection, jalonnant six siècles d’hypothèses, de supputations, de découvertes, d’explorations, de rivalités et de conquêtes, plus précisément de 1486 à 1921. Cet ouvrage prend place dans une série de publications dont le format insolite et presque carré (15,5 x 18 cm) convient mal aux images qu’il présente, mais est accompagné d’un DVD extrêmement détaillé. L’édition originale en anglais est aussi disponible en néerlandais et en français. Les titres originaux de toutes les cartes, qui proviennent de huit pays d’Europe (plus une de Philadelphie), ont été scrupuleusement et intégralement traduits, ainsi que l’essentiel des notes et commentaires éventuels qui s’y ajoutent.

2Très approximativement dessinée vers l’an 150 de notre ère et, à l’époque, encore limitée à sa partie nord, l’Afrique de Ptolémée est toujours reproduite quatorze siècles plus tard, en 1486, à Ulm. Toutefois, le cartographe allemand, à la lumière des premières expéditions portugaises de circumnavigation, prolonge le continent vers le sud, esquissant provisoirement sa forme définitive. Malgré tout, l’emprise et les conceptions très imaginaires du géographe alexandrin, relatives, notamment, à l’orographie et à l’hydrographie de l’intérieur du continent (les Montagnes de la Lune et les lacs ptolémaïques), vont obnubiler encore longtemps les cartographes des xvie et xviie siècles, qui mettront longtemps à s’en débarrasser. Leurs supputations demeurent donc incertaines, fantaisistes, voire contradictoires. L’âge d’or hollandais de la cartographie commence en 1585, quand Anvers et les Flandres échoient aux Pays-Bas, mais les éditeurs des autres pays s’inspirent vite de ses innovations. Aux cartes s’ajoutent désormais textes, enluminures, et de superbes cartouches illustrés de diverses figures : indigènes, monstres terrestres ou marins, forts et ports européens, drapeaux des diverses nations accrochés aux côtes et, beaucoup plus tard, portraits des explorateurs.

3Cette progression technique et scientifique se poursuit et s’amplifie pendant deux siècles. Le premier atlas français, riche de 96 pages et dû à Nicolas Sanson d’Abbeville, fondateur, avec son fils, de la cartographie française, paraît en 1658. Des changements majeurs interviennent encore au début du xviiie siècle. On va passer, pour représenter l’intérieur du continent, d’une tabula rasa partielle à une carte nouvelle, tabula nova, de mieux en mieux admise (Delisle, 1708). On améliore les grilles de longitude et l’on commence à indiquer (cinq) zones climatiques (Allard, vers 1696). Mais un flottement va longtemps persister quant à l’origine du méridien 0 (qui ne sera définitivement et officiellement fixé sur Greenwich qu’en 1884). Pour autant, l’héritage de Ptolémée n’est pas encore complètement répudié et la représentation des grands fleuves, notamment, demeure toujours assez fantaisiste, voire contradictoire d’un éditeur à l’autre. On ne comprend décidément plus rien aux cours du Niger et des deux Nils, comme aux noms, au nombre et à l’emplacement des grands lacs. Première réaction de sagesse toutefois et « nettoyage décisif » : les grandes inconnues qui persistaient à l’intérieur du continent, notamment quant au dessin réel de son hydrographie, sont parfois réduites, voire éliminées, pour récupérer provisoirement de grandes surfaces blanches en attente d’informations fiables et définitives (Delisle, 1708 et surtout Bourguignon d’Anville, 1749). Une carte de 1721 (Châtelain) s’enrichit de « tables pour trouver sans peine les différents peuples » et décrit aussi comment les Africains obtiennent le vin de palme. Madagascar, dont la pointe nord est restée longtemps courbée vers le nord-est, enfin se redresse (Smith, 1744) et la source du Nil bleu est désormais fixée au bon endroit (Clouet, 1788).

4La création, la même année à Londres, de la puissante African Association, annonce un effort sans précédent d’explorations scientifiques multidisciplinaires qui vont accélérer, tout au long du xixe siècle, la découverte programmée du continent dans une ambiance de plus en plus serrée de rivalités internationales. Les cartes s’enrichissent désormais des itinéraires et des observations de Park, Laing, Caillié, Barth, Overweg, Belzoni et de tant d’autres (Garnier, 1860). Elles se retrouvent, pour la première fois, courbées à Bruxelles sur un globe terrestre (Vandermaelen, 1846) ou donnent au contraire une représentation à plat presque parfaite de certaines régions très précises : îles Canaries (Vidal, 1854), Liberia (Anderson, 1879) et surtout, à partir de 1876, de l’immense et futur Congo, en fonction des projets de l’Association internationale africaine (AIA) créée à l’initiative du roi Léopold II. Les collections belges – on s’en doute – sont particulièrement bien fournies en ce domaine, mais le MRAC a pris soin de ne pas trop gonfler de cartes du Congo (État indépendant puis colonie belge) la sélection présentée ici, qui s’arrête à 1921.

5La dernière grande période de la cartographie africaine correspond à la Conférence de Berlin (novembre 1884-février 1885) puis aux trente années de la « ruée sur l’Afrique » des nations européennes jusqu’à la première guerre mondiale. Elle amplifie encore la production de cartes de toutes dimensions et à toutes échelles pour la vorace consommation de tous les négociateurs, savants et diplomates qui ont entrepris le découpage politique du continent. Le bassin du Congo est toujours au centre des préoccupations, mais l’Allemagne de Bismarck hausse le ton et ses cartographes (Kiepert, 1885 et surtout Liebenow, 1886) dessinent, en exagérant un peu, les contours de quatre « protectorats » tout neufs, augmentés même d’une « Somalie allemande » éphémère ! La plus belle production de l’époque n’en est pas moins française (de Lannoy de Bissy, 1890 et 1892) : un superbe ensemble de 63 feuilles au 1 : 2 000 000, imprimées par un nouveau processus de « photozincographie » et couvrant une surface totale de 4,20 x 4 mètres. Belges et allemandes, les cartes du Congo se multiplient entre 1897 et 1912, immenses (Perthes, 1907) ou « officielles » (anonyme, 1912), privilégiant parfois le Katanga, le Bas-Congo ou la curieuse « enclave du » Lado aux confins du sud-Soudan anglais.

6La presque toute dernière série (cartes allemandes 77-78-79 de cette sélection, publiées en 1915) n’est pas la moins surprenante. En effet, réagissant à un discours britannique très politique du 24 février 1915 sur l’avenir des colonies africaines et alors que les premières pertes allemandes (Togo et Sud-ouest africain) sont déjà réelles, la Deutsche Kolonialzeitung, journal progouvernemental berlinois, publie coup sur coup mais sans polémiquer ( !) trois cartes présentant : 1. l’Afrique politique de juillet 1914 ; 2. « l’Afrique telle qu’elle aurait pu être en 1916 » ; c’est-à-dire… si toutes les négociations engagées ou prévues avant la guerre avaient, sans conflit, permis à l’Allemagne de se tailler un plus grand empire au détriment notamment des Belges et des Portugais ; et 3. « l’Afrique telle qu’elle pourrait être une fois la guerre terminée », admettant à l’avance la défaite de l’Allemagne et la perte de toutes ses colonies, c’est-à-dire exactement comme l’orateur britannique vient de le pronostiquer !

7Ultime pièce de cette magnifique sélection : la carte 80, datée de 1921, anonyme, de Leipzig, donc allemande elle aussi, confirme, mais cette fois après coup, le nouveau découpage d’une Afrique coloniale d’où l’Allemagne a complètement disparu. Mais pas tout à fait quand même : un léger tracé rouge nostalgique indique en surcharge les contours d’avant-guerre des territoires confisqués…

8À travers ces précieux documents, on découvre aussi avec émerveillement, d’Amsterdam à Lyon et Paris, d’Anvers et Berlin à Gotha, Francfort, Augsbourg, Weimar et Nuremberg, de Londres à Bâle, Venise, Leipzig et Madrid, la vitalité et la prospérité d’une profession très particulière et mal connue qui a profondément accompagné, pendant six siècles, la connaissance de notre univers. Saluons donc ici, bien tardivement, ces géographes-cartographes-éditeurs de diverses nations, parfois associés, parfois rivaux, tous assurés, dans un monde pourtant encore très peu lettré, d’un public exigeant et fidèle assez nombreux pour faire leur richesse pendant plusieurs générations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Bodenstein Wulf, 2017, Cartes géographiques de l’Afrique », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 185-187.

Référence électronique

Philippe David, « Bodenstein Wulf, 2017, Cartes géographiques de l’Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6889

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search