Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bonhomme Julien, Bondaz Julien, 2017, L’Offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal

Paris, CNRS, « Bibliothèque de l’anthropologie », 288 p.
Delphine Manetta

Texte intégral

1Début 2010, une rumeur de sorcellerie sévit au Sénégal : un homme distribue, depuis son 4 x 4, des offrandes de viande et d’argent, complétées parfois par de la percale, une bougie, du riz, une aiguille, des noix de kola ou des sachets de thé, à des mendiants ou des quidams. Or le don généreux, qui a l’apparence d’une aumône charitable, s’avère être un colis mortel pour le récipiendaire. La rumeur, qui se propage depuis les villes de Saint-Louis et de Dakar avant d’atteindre le milieu rural, la Gambie et le Mali voisins, circule pendant quinze jours « en suivant les principaux axes routiers », « comme si la voiture elle-même était le véhicule de la rumeur » (p. 32). Pendant cette période, elle alimente les conversations du fait de son large traitement médiatique (chapitre ii), mais elle embrase également les esprits. Tout en faisant resurgir des rumeurs passées (chapitre iii), l’offrande de la mort déclenche défiance et violences. Elle conduit les mendiants à redouter voire à refuser les aumônes, les donateurs à craindre de donner et des inconnus, soupçonnés d’être des « tueurs charitables », à subir la vindicte populaire et à réchapper de peu au lynchage.

  • 1 Voir Julien Bonhomme, 2009, Les Voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine, Paris, Éditi (...)

2Par-delà l’anecdote, Bonhomme et Bondaz érigent ce phénomène particulièrement volatile et fugace qu’est la rumeur en « cas » (p. 10). Si d’autres textes manifestent la curiosité des auteurs pour les rumeurs1, dans cet ouvrage, ils interrogent plus particulièrement la place et le sens de l’aumône au Sénégal : sarax, en wolof, désigne à la fois la rumeur elle-même, un don et un sacrifice. La force du livre tient à la lumière que les auteurs font sur cette conception polysémique de l’aumône, qu’ils appréhendent dans ses différentes acceptions sociales, politiques et religieuses dans le contexte du Sénégal.

  • 2 Voir Julien Bonhomme, 2012, “The Dangers of Anonymity. Witchcraft, rumor, and modernity in Africa”, (...)

3L’offrande de la mort offre une sorte d’« instantané » de la société sénégalaise, notamment de la ville de Dakar et de sa périphérie. Le péril que la rumeur décrit peut être lu comme un « effet de la ville », prenant racine dans une socialité urbaine marquée par le cosmopolitisme et l’anonymat2. Il peut aussi être envisagé comme un « effet d’époque », celle de la modernité sorcellaire et des « économies occultes ». La rumeur décrit une « sorcellerie de la richesse » liée au contexte de l’alternance néolibérale et à l’accroissement des inégalités économiques. La dissimulation des offrandes, présentées dans un sac plastique noir et opaque, témoigne en effet d’une méfiance grandissante : elle s’exerce contre les élites au pouvoir depuis l’élection de Wade, en 2000, qui sont accusées de corruption, d’affairisme et d’enrichissement illicite (chapitre v) ; elle s’applique en outre contre les « faux mendiants », qui s’engraisseraient sur le compte des travailleurs sénégalais (chapitre vii). Les auteurs dépeignent ainsi une société agitée par le soupçon.

4Tout en proposant une fine analyse du Sénégal urbain et musulman, qui intéressera sans nul doute les spécialistes du pays et de l’Afrique de l’Ouest, les auteurs présentent une lecture inspirante et heuristique de l’Essai sur le don de Mauss. Ils examinent en effet la rumeur dans le cadre d’un double jeu d’échelle, celle, géographique, du Sénégal et celle, anthropologique, du rapport entre don, magie, sorcellerie et religion. Bonhomme et Bondaz décentrent la problématique du don de l’antinomie maussienne entre liberté et obligation, pour la situer au cœur d’une tension entre intéressement et désintéressement. Cette tension leur permet de révéler l’instabilité, non seulement circonstancielle, mais également consubstantielle du don. En s’interrogeant sur l’identité de celui à qui le don profite, les auteurs découvrent « les ambiguïtés inhérentes à l’acte de donner » (p. 138). Les donateurs ont besoin des mendiants qui, bien que perçus comme des indésirables, sont les récipiendaires privilégiés des aumônes, lesquelles participent de l’éthique de la charité musulmane (chapitre viii). Outre le doute qui pèse sur les mendiants – sont-ils véritablement des nécessiteux, les subordonnées d’un marabout ou des criminels déguisés ? – une autre incertitude demeure : quel est l’intérêt caché de celui qui effectue l’aumône – aspire-t-il à s’enrichir, à conquérir le pouvoir ou à obtenir une récompense divine ? – et de celui qui la recommande – le marabout suit-il les recommandations d’Allah ou commerce-t-il avec des « djinns païens », des esprits maléfiques ou des démons (seytaane) ? Bonhomme et Bondaz appréhendent ainsi l’acte de donner dans le cadre d’une « économie relationnelle » complexe et triadique : si le don lie visiblement un donateur à un donataire, il met aussi en rapport les humains avec des puissances surnaturelles, qui sont convoquées par l’entremise des marabouts. La moralité contestée des donateurs qui s’adressent, par l’intermédiaire de donataires (un mendiant ou un marabout) dont la moralité est tout aussi controversée, à des puissances surnaturelles à l’identité trouble, explique alors la conversion d’un don vertueux en un acte pervers.

  • 3 Parmi eux, citons : Alain Testart, 2006 (1993), Des dons et des dieux. Anthropologie religieuse et (...)
  • 4 Voir Claude Lévi-Strauss, 1950 (2006), « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », dans Marcel Maus (...)
  • 5 Voir les travaux d’Alain Marie à ce propos, notamment 1997, « Du sujet communautaire au sujet ind (...)

5En faisant de l’intéressement et du désintéressement des catégories nodales de leur analyse, Bonhomme et Bondaz proposent finalement une épistémologie nouvelle du don. Ils questionnent, à la suite d’autres relecteurs de Mauss3 – tels Testart (1993), Godelier (1996) ou Dianteill (2013) –, la dimension « magique » du don que Lévi-Strauss avait relégué au rang de « mysticisme »4. Replacé dans le contexte des analyses du don en Afrique, leur livre tend, par ailleurs, à se situer en contrepoint des réflexions des politologues et des socio-anthropologues du développement qui étudient l’État et le pouvoir local sur le continent. Ces derniers font du don une technique d’ascension politique qui, parce qu’elle est soumise aux dynamiques d’accumulation, de distribution et de rareté, explique les maux des démocraties africaines. Bonhomme et Bondaz éclairent, quant à eux, les paradoxes de l’acte de donner au regard, non seulement de circonstances extérieures au don expliquant sa précarité et sa nocivité, mais également de son ambiguïté intrinsèque. Si le don peut produire des liens de dette dont la rupture est sanctionnée par la sorcellerie5, les auteurs montrent qu’il peut aussi être un acte de sorcellerie visant à briser la solidarité et la dépendance censées émerger de la transaction. Ils dotent finalement le don d’une part toujours insaisissable. Jamais réductible à un strict échange réciproque supposant un lien de causalité organique entre don, dette et pouvoir, le don évolue, selon les deux auteurs, dans une « zone grise » (p. 15) entre religion, magie et sorcellerie, au cœur de laquelle se trouve la question de la morale.

Haut de page

Notes

1 Voir Julien Bonhomme, 2009, Les Voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine, Paris, Éditions du Seuil, et 2011, « Les numéros de téléphone portable qui tuent. Épidémiologie culturelle d’une rumeur transnationale », Tracés. Revue de sciences humaines 21 (2) : 125-150. Voir également Julien Bondaz, 2012, « Un fantôme sur iPhone. Apparition miraculeuse et imagerie mouride au temps du numérique », Communication & Langages 174 (4) : 3-17.

2 Voir Julien Bonhomme, 2012, “The Dangers of Anonymity. Witchcraft, rumor, and modernity in Africa”, Hau: Journal of Ethnographic Theory 2 (2): 205-233.

3 Parmi eux, citons : Alain Testart, 2006 (1993), Des dons et des dieux. Anthropologie religieuse et sociologie comparative, Paris, Errance ; Maurice Godelier, 1996, L’Énigme du don, Paris, Flammarion ; et Dianteill Erwan, 2013, « De la magie dans le don. Retour sur Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss et Maurice Godelier, » in Erwan Dianteill (dir.), Marcel Mauss. L’anthropologie de l’un et du multiple, Paris, Presses universitaires de France : 159-186.

4 Voir Claude Lévi-Strauss, 1950 (2006), « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », dans Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France : XXXVIII-XL.

5 Voir les travaux d’Alain Marie à ce propos, notamment 1997, « Du sujet communautaire au sujet individuel. Une lecture anthropologique de la réalité africaine contemporaine », in Alain Marie (dir.), L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala : 53-110, mais aussi 2012, Le don est un marché (de la dette). Analyse anthropologique à partir de l’Essai sur le don de Marcel Mauss, Special Issue 4 : 113-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Manetta, « Bonhomme Julien, Bondaz Julien, 2017, L’Offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6896

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals