Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1MélangesComptes rendusBonnet Doris, Duchesne Véronique,...

Mélanges
Comptes rendus

Bonnet Doris, Duchesne Véronique, 2016, Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines

Paris, L’Harmattan, 250 p.
Marie-Luce Gélard
p. 190-193

Texte intégral

  • 1 Si l’appellation est générale et englobante (l’énumération des pays concernés aurait été trop longu (...)

1Cet ouvrage collectif sous la direction de Doris Bonnet et de Véronique Duchesne interroge l’émergence, l’usage et les représentations des technologies de la reproduction en Afrique subsaharienne1. Les cas étudiés et présentés sont nombreux : Afrique du Sud, Ghana, Ouganda, Mozambique, Sénégal, Gabon, Burkina-Faso et Cameroun, et proposent aussi plusieurs analyses sur l’utilisation d’internet ou sur le contexte migratoire français de couples inféconds originaires d’Afrique subsaharienne.

2Les auteurs introduisent le propos en mettant en perspective la question éminemment politique de l’assistance médicale à la procréation (AMP). Les questions sous-jacentes sont celles des modifications des représentations de la famille et l’ouverture d’un débat public encore trop souvent absent. On assiste à une sorte d’invisibilité relative, pourrait-on dire, de l’infertilité et du recours à l’AMP dans certains pays d’Afrique subsaharienne. La présente contribution ouvre ainsi la voie et vient combler ce manque.

3L’ouvrage comprend 12 contributions. Il se divise en trois parties. En raison de la diversité des contributions, les auteurs ont choisi de reprendre le fil conducteur de chacune d’elles, malgré la disparité qualitative des textes, afin de restituer le paysage général de l’AMP tel que ce livre le suggère.

4Dans la première, intitulée la « Pluralité des contextes », Frédéric Le Marcis pose la question de l’infertilité en Afrique du Sud, en abordant les politiques de prise en charge de celle-ci. La domination de la minorité blanche au sein de ces politiques entraîne, mécaniquement, la non-prise en compte de l’infertilité des femmes noires, laquelle n’est pas « conçue comme un problème ». C’est ensuite au sein de l’univers numérique que Luc Massou propose d’étudier la médiatisation de l’assistance médicale à la procréation, sur les sites Web africains de plusieurs cliniques (Togo, Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Cameroun et Afrique du sud). Outre leur intérêt informationnel, les sites permettent de communiquer sur un sujet qu’il est difficile, voire impossible, d’aborder au sein de la famille. C’est un thème qui revient dans presque toutes les contributions contenues dans l’ouvrage, ce qui le rend parfois un peu redondant. Viola Hörbst et Trudie Gerrits décrivent le secteur médical privé, la mobilité des experts médicaux et l’importance des contextes socioculturels au Ghana et en Ouganda. Le fait que des médecins embryologistes étrangers viennent pour travailler dans les cliniques ne facilite pas le développement des expertises locales. C’est la question développementiste, avec toutes les dérives ethnocentriques sous-jacentes, qui aurait pu être ici déployée et qu’on trouve peu questionnée dans l’ouvrage, même si quelques réponses s’y trouvent parfois en filigrane. Véronique Duchesne présente ensuite un tout autre contexte, celui des femmes d’origine subsaharienne qui ont recours, en France, au don d’ovocytes. Elle relève trois paradoxes, pour ces femmes, face aux principes français d’encadrement du don. Tout d’abord, celui de l’anonymat et de la nécessité de trouver une tierce donneuse. Le don direct étant interdit en France, les femmes recourent à une donneuse « relationnelle », ce qui accroît la ressource ovocytaire du centre, pour accélérer la procédure. Le deuxième paradoxe est celui de la gratuité, qui entraîne un sentiment de dette alors que « le rapport marchand dépersonnalise totalement ce qui vient d’autrui ». Et le troisième, celui du consentement du mari, nécessaire, en France, dans la procédure de recours aux dons d’ovocytes. À ces paradoxes s’ajoute un modèle français discriminatoire. Et c’est précisément cette question des phénotypes, lesquels sont notifiés dans les dons d’ovocytes, qu’on aurait aimé voir problématisée plus avant, à plus forte raison dans une perspective anthropologique.

5La deuxième partie, « Parcours de soins et expériences mondialisées », s’ouvre sur une étude, par Emmanuelle Simon, des forums de discussion français en ligne sur lesquels interviennent des « internautes africains ». L’auteur propose une étude biographique de ces internautes qui font face à des problèmes d’infertilité. Dans une optique similaire, Brigitte Simonnot analyse la circulation des savoirs sur l’AMP au sein d’internet. Les blogs personnels deviennent un terrain d’étude spécifique, ils sont surtout utilisés par les internautes pour s’informer à propos de l’AMP. C’est sans doute la limite heuristique des études sur la toile face à la problématique du livre, les résultats proposés à propos de l’utilisation du net demeurent très (trop ?) généraux. Inês Faria se propose d’étudier le cas particulier de couples infertiles au Mozambique qui ont recours à l’AMP en Afrique du Sud. Ces parcours transnationaux démontrent l’inégalité sociale et économique de l’accès au soin et au traitement de l’infertilité. Alternant les terrains et les études sur le continent africain et européen, l’analyse de Sylvie Epelboin suggère une très intéressante mise en perspective des parcours d’assistance médicale à la procréation de couples originaires d’Afrique sub-saharienne vivants en France. L’auteur décrit avec beaucoup de finesse les représentations de la stérilité souvent pensée comme la cause d’agressions sorcellaires. Elle évoque aussi les difficultés de communication et, par-delà, de compréhension entre patients et personnel médical, la présence du père parfois mal vécue dans le processus d’AMP par les femmes ou les oppositions entre les souhaits des couples et la réglementation en vigueur. Une telle confrontation de modèles culturels est peut-être insuffisamment mobilisée dans les autres textes.

6La dernière partie, « Conjugalité et relations familiales », observe la stigmatisation des couples infertiles au Sénégal. Le poids et l’influence des logiques familiales dans les choix thérapeutiques des couples infertiles sont conséquents : tradithérapeutes et/ou AMP. On retrouve la nécessité du secret autour des techniques médicales. Arielle Ekang Mvé offre ensuite une analyse très intéressante de l’infertilité et de la sorcellerie, mettant en parallèle la « sorcellerie familiale » et la « sorcellerie technologique ». Ainsi, le couple infécond pense se libérer de la sorcellerie familiale, tenue pour responsable de son infertilité, en ayant recours à l’AMP. Notons que les individus stériles sont souvent aussi accusés d’être eux-mêmes des sorciers. Le texte évoque différents thèmes, comme celui de la transmission des prénoms aux enfants nés grâce à l’AMP, souvent ceux d’un membre de l’équipe médicale et non pas du lignage, comme c’est la règle habituellement. L’analyse illustre avec beaucoup d’intérêt le fait que ces nouvelles technologies n’ont nullement conduit au « désenchantement du monde », mais bien plutôt à son réenchantement. C’est le syncrétisme qui domine, les explications sorcellaires coexistant avec l’adhésion aux techniques de la reproduction. Puis Maryvonne Charmillot propose d’étudier ce qu’elle nomme « l’expérience de l’épreuve » de couples inféconds au Burkina Faso. C’est le concept d’incertitude qui sert à la compréhension de cette expérience, et, à nouveau, la stigmatisation, le secret et l’impossibilité de s’exprimer sur cette infertilité, thèmes itératifs.

7Doris Bonnet, enfin, produit une précieuse étude sur l’infécondité masculine au Cameroun, un sujet rarement abordé. La difficulté de l’acceptation de leur stérilité par les hommes est grande : honte et humiliation face au regard familial. L’idée d’un « sperme lignager » explique cette difficile acceptation de leur stérilité. Les hommes relatent qu’il était auparavant possible de s’arranger, mais que la « modernité » a brisé cette possibilité d’engendrer – par exemple : pour son frère, en en gardant le secret. Cette difficulté à accepter la stérilité masculine vient aussi « d’une impossibilité sociale et politique à déconstruire des normes de genre et de parenté ».

  • 2 Ce qui n’est pas une spécificité des pays dits « subsahariens ».

8Le développement d’un « marché de la reproduction » est intimement lié aux transformations néolibérales et à l’émergence d’une classe moyenne. La biologisation de la procréation et le rôle déterminant des substances dans la filiation jouent un rôle important2. Et l’utilisation de l’AMP révèle l’idée, pour les individus y ayant recours, « d’un enfant du couple et non plus d’un enfant seulement du lignage ».

9En définitive, les contributions rassemblées dans cet ouvrage illustrent l’intérêt novateur d’une description des usages et des perceptions de l’AMP, dans le contexte subsaharien, qui renseignent implicitement sur des représentations plus générales de la personne, de la société et, par-delà, des enjeux sociétaux contemporains.

Haut de page

Notes

1 Si l’appellation est générale et englobante (l’énumération des pays concernés aurait été trop longue), le sous-titre de l’ouvrage « expériences africaines » est fort bien choisi.

2 Ce qui n’est pas une spécificité des pays dits « subsahariens ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Luce Gélard, « Bonnet Doris, Duchesne Véronique, 2016, Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 190-193.

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « Bonnet Doris, Duchesne Véronique, 2016, Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6905

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search