Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gutierrez Manuel, Honoré Emmanuelle (dir.), 2016, L’Art rupestre d’Afrique. Actualité de la recherche

Actes du colloque international, Paris, 15-16-17 janvier 2014, université Paris 1, Centre Panthéon & musée du quai Branly, L’Harmattan, 326 p.
Christian Dupuy

Texte intégral

1Contrairement à ce que l’expression « Actualité de la recherche » intégrée dans le titre pourrait laisser supposer, ces actes ne dressent pas un bilan des travaux en cours sur les arts rupestres africains, mais se limitent à la présentation de quelques développements récents : 9 articles traitent de peintures d’Afrique australe, 8 de peintures et de gravures d’Afrique septentrionale, 2 des manifestations d’art rupestre de la corne de l’Afrique. Les productions graphiques de la zone intertropicale tout comme celles de la vallée du Nil et de ses déserts adjacents sont ignorées. Plusieurs oublis et coquilles altèrent malheureusement la tenue de cette publication.

2Au niveau méthodologique, on retiendra la judicieuse utilisation qui est faite du système d’information géographique (SIG) pour enregistrer les positions de plus d’un millier de gravures présentes sur près de 2 kilomètres de parois basaltiques, au nord-ouest de la République de Djibouti (p. 165-176). Ce système permet de restituer avec une grande précision la répartition spatiale des documents, préalable indispensable à leur étude contextuelle. Notons incidemment que mériteraient d’être redéfinis les critères utilisés par les auteurs pour distinguer les représentations de « vaches » aux corps cloisonnés – il s’agit en réalité de taurins de sexe indistinct –, de figures d’« antilopes » montrant, elles aussi, des corps barrés de traits évoquant les robes bigarrées de taurins. Toujours à propos de méthodologie, une auteure nous expose comment elle projette d’analyser les documents rupestres de l’Akoukas (Libye) et de la Tassili-n-Ajjer (Algérie), après avoir jugé en ces termes les travaux de ses prédécesseurs (p. 122) :

Unfortunately, this art is instead not best known [il aurait été préférable d’écrire « these arts are », l’emploi du pluriel s’imposant au regard de la diversité d’âges et d’expressions des œuvres rupestres sahariennes]. Up to now, this important heritage (including also the other Saharan rock art contexts from Mauritania to Egypt) has not been adequately explored as a real informative archive of past living societies: in fact, its study has been mainly focused on chronological and stylistic issues.

3Forte de cette appréciation, l’auteure met en avant sa méthode de travail qui consiste en un géoréférencement systématique des documents rupestres, suivi de leur positionnement sur des vues satellitaires. Les densités des œuvres sont ensuite restituées, secteur par secteur et époque par époque, grâce à des auréoles de couleurs aux nuances variées. Son objectif, à terme, est de retracer l’histoire régionale du peuplement en liant spatialement expressions rupestres et vestiges d’occupation humaine, sur des critères laissés sous silence. Dans l’attente de ces éclaircissements, on notera que la chronologie et la terminologie adoptées, non argumentées, prêtent à discussion. On ajoutera que la nouveauté de la méthode réside essentiellement dans les outils utilisés pour la mener à bien, à savoir GPS, vues satellitaires et logiciels numériques. Rappelons que, dès les années 1970, plusieurs chercheurs se sont appliqués, dans diverses zones du Sahara à noter les emplacements des documents rupestres qu’il leur était donné de découvrir. Les coordonnées géographiques de chaque document rupestre inventorié étaient alors établies grâce aux cartes et aux photographies aériennes de l’Institut géographique national (IGN). De plus, les théodolites étant fragiles et par trop encombrants pour être transportés en terrain d’accès difficile, le relevé topographique des œuvres était effectué visuellement. Ces chercheurs se sont ensuite appliqués à exploiter au mieux les photographies argentiques de ces manifestations artistiques, non pas en limitant leur étude aux questions de chronologie et de style comme l’auteure l’indique ci-dessus, mais en tenant compte de leur répartition spatiale, des thèmes et de la structuration des compositions, des superpositions liant certaines réalisations entre elles et de leur ordre de recouvrement, des attitudes des animaux et des personnages et de leurs relations figuratives, des vêtements, parures, armes et autres éléments de la culture matérielle, tout en intégrant dans leur réflexion l’état des connaissances archéologiques et paléoécologiques du moment. Il en est allé ainsi dès les années 1970 dans l’oued Djerat (Algérie) et à Termit et Dibella (Niger) ; puis, dans les années 1980, au sud-ouest de l’Aïr (Niger), au nord-ouest de l’Adrar des Iforas (Mali), au sud de ce même massif et sur le Dhar Tichitt (Mauritanie) ; et, par la suite, dans d’autres régions d’Afrique septentrionale (Messak libyen, Haut Atlas marocain…).

  • 1 Bonneau Adelphine, Pearce David, Mitchell Peter, Staff Richard, Arthur Charles, Mallen Lara, Brock (...)

4L’une des contributions véritablement nouvelles de ces actes réside dans la présentation du protocole mis en œuvre pour dater au 14C des peintures noires d’Afrique australe (p. 245-251). Pour ce faire, une centaine d’échantillons de ces peintures a été prélevée, scalpel et gants stériles en main, sur 0,5 mm2 à 2 cm2 de surface, sous 14 porches rocheux situés respectivement au Botswana (3 abris sous roche), au Lesotho (5 abris) et en Afrique du Sud (6 abris). Le pigment noir a été caractérisé en laboratoire par spectrométrie et microscopie électronique. Le choix pour les datations s’est porté sur le noir de cuisson tiré des résidus de préparations culinaires. Étant donné que ces restes sont issus de la calcination d’aliments frais et qu’ils ne se conservent pas longtemps, leur âge radiocarbone s’accorde forcément avec la date d’exécution des peintures. Ce synchronisme n’est pas assuré lorsque les pigments noirs consistent en de la poudre de charbon ou d’os brûlés, ou bien en de la suie. En effet, si les charbons utilisés sont issus de vieilles souches, ou s’ils sont tirés des cernes internes d’arbres pluriséculaires, ou bien extraits d’anciens gisements préhistoriques, comme cela peut aussi se produire pour les os brûlés et pour la suie, alors les âges radiocarbones fournis par ces pigments seront forcément plus anciens que les dates de réalisation des peintures dont ils sont constitutifs. Des traitements thermochimiques ont été ensuite effectués sur les échantillons retenus, afin d’en éliminer les contaminations organiques liées aux activités humaines et biologiques (fumée, insectes, bactéries, champignons, lichens…) et à la formation naturelle d’oxalates (carbonates de calcium hydratés). Après vérification de leur pureté par spectrométrie, le comptage de leur 14C résiduel a été réalisé par un accélérateur de particules associé à un spectromètre de masse. Aux trois datations radiocarbones AMS (Accelerator Mass Spectrometry) ainsi obtenues et présentées dans ces actes, viennent de s’ajouter quarante nouveaux résultats1. La plus ancienne date enregistrée renvoie à une peinture du Botswana sud-oriental exécutée à un moment ou à un autre au cours des VIe-Ve millénaires av. J.-C. Précisons qu’aucun de ces résultats n’est utilisé pour dater les vestiges archéologiques présents parfois à proximité des peintures, pas plus que les âges de ces vestiges, lorsqu’ils sont établis, ne sont appliqués aux œuvres rupestres avoisinantes, et cela pour une simple raison : les groupes qui peignaient les parois des abris n’étaient pas forcément contemporains de ceux qui venaient camper à leur entour. L’étude consacrée aux questions de territorialité en Afrique du Sud souligne la difficulté qu’il y a à attribuer des vestiges spirituels, et plus largement archéologiques, à des groupes particuliers (p. 270) :

People live and act differently in different areas and this may be reflected in the archaeological record. However, this does not mean that we can assume that differences in material culture mean distinct groups or that similarities necessarily mean the same cultural group.

5Les vestiges préhistoriques s’appréhendent en effet rarement de façon univoque, sur le plan socioculturel. Les relations entre traces d’occupation et pratiques économiques s’avèrent particulièrement délicates à établir au moment de l’adoption de l’agriculture et de l’élevage. Quels artefacts témoignent des nouvelles stratégies suivies, en l’absence de restes organiques conservés, en particulier de graines et d’ossements de morphologie domestique ? Qui se tourne vers ces nouveaux modes de subsistance et qui s’en détourne ? Les articles consacrés, dans ces actes, aux productions graphiques anciennes de l’Akoukas (Libye) et de la Tassili-n-Ajjer (Algérie), et à l’identification de leurs auteurs, ne font pas grand cas de ces interrogations. Dans ces contributions, les datations 14C obtenues pour les niveaux préhistoriques de l’Holocène ancien du Sahara central sont extrapolées aux expressions peintes et gravées régionales, elles-mêmes étant attribuées à des groupes dont les modes de vie et les croyances auraient évolué comme un seul homme sous l’effet de la contrainte climatique : après avoir vécu de chasse, de cueillette et quelquefois de pêche, ces groupes se seraient immanquablement tournés vers l’élevage. Quelques auteurs vont jusqu’à se prononcer sur l’origine et la couleur de peau des peintres et des graveurs, sans que l’on saisisse sur quoi se fonde leur affirmation. L’élaboration de modèles de peuplement est un exercice intellectuel de plus en plus prisé en préhistoire. Mais comment juger de la fidélité à la réalité des scénarios proposés lorsqu’aucune donnée tangible ne les étaye et lorsque, simultanément, aucun contre-argument ne peut leur être opposé ? N’est-ce pas là succomber aux délices de la science-fiction ?

6Il est aussi question, dans ce volume, de la valeur archéologique à accorder aux gravures d’armes métalliques du Haut Atlas marocain, au regard de quelques exemplaires d’armes retrouvés en fouille au Maghreb et dans la péninsule Ibérique, de typologie des motifs abstraits du Sahara, d’ethnohistoire appliquée aux arcs musicaux peints dans le sud du continent, de signification des œuvres et des motivations de leurs auteurs (les réflexions sur les raisons d’être des figures marginales de thérianthropes dans les peintures d’Afrique australe, joliment baptisées « humanimaux », sont particulièrement stimulantes), de bilan des recherches dans la corne de l’Afrique et en Afrique du Sud, de protection et de patrimonialisation des sites d’art rupestre.

7Les trois aires géographiques auxquelles renvoient les contributions favorisent les comparaisons interrégionales. Ces approches croisées aiguisent l’esprit critique, lequel, ainsi affûté, permet de mieux cerner les limites au-delà desquelles l’archéologie ne peut aller dans l’appréhension des époques d’expression, des modes de pensée et des genres de vie des artistes de la préhistoire africaine. C’est en cela que me semble résider le principal intérêt de ces actes.

Haut de page

Notes

1 Bonneau Adelphine, Pearce David, Mitchell Peter, Staff Richard, Arthur Charles, Mallen Lara, Brock Fiona & Higham Tom, 2017, “The Earliest Directly Dated Rock Paintings from Southern Africa: New AMS Radiocarbon Dates”, Antiquity 91: 322–333.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Dupuy, « Gutierrez Manuel, Honoré Emmanuelle (dir.), 2016, L’Art rupestre d’Afrique. Actualité de la recherche », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6921

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals