Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1MélangesComptes rendusHatzky Christine, 2015, Cubans in...

Mélanges
Comptes rendus

Hatzky Christine, 2015, Cubans in Angola. South-South Cooperation and Transfer of Knowledge, 1976-1991

Madison, The University of Wisconsin Press, 386 p.
Virginie Tallio

Texte intégral

  • 1 Écrivain angolais.
  • 2 Écrivain cubain.

1La coopération Sud-Sud est malheureusement un sujet peu étudié, que ce soit en histoire, en relations internationales, en sociologie ou en anthropologie. C’est d’autant plus le cas s’agissant de Cuba, dont l’influence fut, et est encore, fort importante en Afrique, notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation, comme son implication récente dans l’endiguement de la crise Ebola l’a démontré. Les relations entre Cuba et l’Angola furent très fortes et prirent une tonalité spécifique. Elles doivent être comprises dans le contexte à la fois de la guerre civile angolaise et de la guerre froide et de ses différents courants, ou, du moins, de l’indépendance de la politique étrangère cubaine par rapport à l’URSS. L’influence cubaine a été suffisamment marquante en Angola pour que la mémoire collective angolaise, tout comme cubaine, en porte encore la trace, visible notamment dans certaines œuvres artistiques. Bom dia camarada ! (« Bonjour, camarades ! »), de Ondjaki1, dépeint avec pittoresque la vie quotidienne d’un enfant et de ses professeurs cubains dans le Luanda de la guerre civile, scellant ainsi la lutte révolutionnaire portée par le MPLA de l’époque. La quadrilogie de Leonardo Padura2, Las cuatros estaciones (« Les Quatre Saisons »), porte également les traces des souvenirs des envoyés cubains en Angola. Comme l’affirme à un moment Hatzky, durant seize ans, 5 % de la population cubaine (civils ou militaires) se sont portés volontaires pour un départ de deux ans en Angola (p. 90). Le livre de Hatzky est donc le bienvenu pour remplir un vide concernant cette période de l’histoire contemporaine.

2L’ouvrage se découpe en trois parties, chacune abordant une facette de la question. Dans la première partie, la question est contextualisée historiquement, dans le cadre des relations transatlantiques, d’une part, et, d’autre part, au regard de la place spécifique que Cuba souhaitait occuper dans la polarisation des pays entre les deux blocs lors de la guerre froide. Appartenant au bloc communiste, Cuba souhaitait maintenir son indépendance, notamment en termes de politique étrangère, qu’elle justifiait, entre autres, par ses racines africaines. Pour autant, des raisons plus terre à terre ont également conduit à une implication cubaine en terres angolaises, notamment l’accès aux ressources naturelles. En cela, rien n’a changé jusqu’à maintenant, dans les politiques de coopération bilatérale. L’auteur mentionne également l’importance de l’agencéité du gouvernement angolais, qui a préféré la voie cubaine de l’internationalisme à la vision soviétique. Enfin, les différents éléments ayant conduit à une rapide intégration des Cubains au sein de la société angolaise sont analysés. Ceux-ci étaient fortement encouragés à s’engager pour un départ volontaire en tant qu’« internationalistes », ceci participant à une mythologie nourrie par l’idéal de l’« homme nouveau » et l’image de Che Guevara. Pour autant, les explications données à Hatzky lors de sa recherche de terrain par les personnes y ayant participé sont multiples et plus nuancées, et ont à voir avec l’accumulation possible de capital économique et/ou social. Comme elle le souligne elle-même, cela permet de comprendre « comment les individus s’approprient subjectivement les processus historiques » (p. 98). L’importance des politiques d’éducation dans la lutte révolutionnaire, et la réussite particulière dont Cuba pouvait se prévaloir à cet égard, est soulignée dans les deux derniers chapitres, puisque ce domaine est l’exemple choisi par Hatzky pour illustrer son propos.

3Dans une deuxième partie, Hatzky décrypte les mécanismes de coopération entre Cuba et l’Angola en matière d’éducation, en expliquant les bénéfices mutuels qu’en tiraient les deux pays. Ceux-ci ne se sont pas uniquement mesurés en termes développementaux, mais aussi politiques voire économiques. Les coopérants eux-mêmes ont également profité d’avantages économiques et sociaux grâce à leur participation au programme. Il est particulièrement intéressant de voir abordées les différentes échelles, du niveau gouvernemental au niveau local, et ainsi d’obtenir une perspective complète des institutions, programmes et mécanismes de négociation, d’ajustement mutuel et de contrôle étayant cette politique. La troisième partie se place à une échelle micro, en travaillant à partir des souvenirs des acteurs de l’époque et en les replaçant dans une perspective plus globale. Les questions que soulève l’auteur, se demandant quel a été finalement l’impact de cette coopération sur les acteurs de l’époque, mais également dans le développement à long terme des relations entre les deux pays (puisque de nombreux Angolais sont venus à Cuba pour parfaire leur éducation), ouvrent de nouvelles possibilités exploratoires pour les chercheur·e·s intéressé·e·s par ces questions.

4L’utilisation de plusieurs méthodes de recherche, entretiens avec des témoins de l’époque ou des experts, recherches dans les archives sur trois continents ou consultation de récits personnels et de bases de données statistiques officielles et non officielles, permet une analyse à différentes échelles de cette problématique. Cela permet ainsi d’en rendre toute la richesse et la complexité, et de souligner l’importance de cette coopération non seulement dans la rhétorique idéologique, mais également dans l’économie des deux pays. En conclusion, ce livre passionnant aborde d’une manière fine et précise plusieurs thèmes rarement étudiés, et il se révélera sans nul doute du plus grand intérêt pour les chercheur·e·s étudiant la coopération bilatérale, la guerre froide ou la façon dont les politiques de coopération peuvent modeler les politiques nationales.

Haut de page

Notes

1 Écrivain angolais.

2 Écrivain cubain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Tallio, « Hatzky Christine, 2015, Cubans in Angola. South-South Cooperation and Transfer of Knowledge, 1976-1991 », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6929

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search