Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1MélangesComptes rendusJoussaume Roger, Cros Jean-Paul, ...

Mélanges
Comptes rendus

Joussaume Roger, Cros Jean-Paul, 2017, Mégalithes d’hier et d’aujourd’hui en Éthiopie

Arles, Errance, « Les Hespérides », 271 p.
Anne-Lise Goujon
p. 201-204

Texte intégral

1Cet ouvrage rend passionnant et accessible à tous le bilan de plus de quarante ans de recherches archéologiques en Éthiopie. Professeur émérite, spécialiste de la préhistoire de la façade Atlantique, Roger Joussaume œuvre dans la Corne de l’Afrique depuis 1970. Tout autant passionné, Jean-Paul Cros l’accompagne, depuis ces vingt dernières années, en qualité de médecin archéologue anthropologue. Ce dernier apporte une contribution remarquable à la réécriture des travaux publiés avec soin par Joussaume à la fin de tous ses chantiers. Ainsi, cet ouvrage est la synthèse d’un important corpus de trois monographies, de dizaines d’articles et de nombreux séminaires ; un travail de titan qui aboutit également au redressage de nombreuses stèles, à la valorisation et à la protection de ce patrimoine, à la sensibilisation du public et à la transmission de compétences.

2Présentés avec force détails sans que la lecture en devienne ennuyeuse ou minutieuse, avec une iconographie, en noir et blanc ou en couleur, souvent inédite, d’excellente qualité et parfaitement commentée, ces travaux archéologiques nous révèlent la richesse du mégalithisme en Éthiopie, et, par là même, la complexité de son peuplement. Dans ce domaine, la contribution de Joussaume est une pierre angulaire à la connaissance de la proto-histoire de l’Éthiopie méridionale. Les auteurs ont su également faire la part belle à l’ethnographie et à l’ensemble des phénomènes mégalithiques les mieux connus en Éthiopie grâce aux différentes missions archéologiques françaises.

3Le premier chapitre est une mise en perspective historique du mégalithisme éthiopien. La description des plus fameuses stèles de l’Éthiopie du Nord, les stèles monumentales d’Axoum (iii-ive siècle), est d’abord l’occasion de rappeler l’usage de stèles funéraires au sein de la culture Gash, à la frontière soudano-éthiopienne, entre 2 500 et 1 500 ans avant J.-C., et de souligner la rareté des connaissances concernant l’histoire du peuplement, dans cette région où la domestication du bovin serait apparu au IIIe millénaire avant J.-C. À la même époque, des sites d’art rupestre attestent de cette domestication dans les montagnes du Harar, à l’est de l’Éthiopie. Dans cette région du Chercher, Joussaume a mis en évidence l’existence de deux périodes mégalithiques. L’une au IIe millénaire avant J.-C., où des architectures de pierre similaires à des dolmens s’apparenteraient à des monuments trouvés au Yémen, où des obsidiennes d’origine africaine sont employées dès le IIIe millénaire. La seconde période mégalithique des monts du Chercher couvre une période allant du viiie au xiie siècle après J.-C. Elle est l’œuvre d’un peuple à l’économie agro-pastorale qui construisit en pierres et en grosses dalles des chambres funéraires collectives circulaires couvertes de cairns. Pour continuer d’introduire l’ancienneté de la tradition de dresser des pierres dans le Sud éthiopien, les auteurs présentent les sites à stèles situés près du lac Turkana (IIIe-Ier millénaire avant J.C.). Ce chapitre est clos par l’historique des recherches en Éthiopie méridionale, développant plus particulièrement le parcours de François Bernardin Azaïs, qui, le premier, organisa de véritables expéditions au cours desquelles il pratiqua quelques fouilles de monuments – l’occasion, pour les auteurs, de revenir sur l’évolution des méthodes archéologiques et de nous faire ainsi mieux mesurer l’ampleur du travail accompli.

4Le chapitre ii est consacré aux traditions actuelles de dresser des pierres en Éthiopie méridionale. Initié par Joussaume, le travail universitaire de Metasebia Bekele chez les Konso et Gewada est mis en valeur et en perspective par rapport aux sources ethnographiques plus anciennes. La présentation du contexte socio-culturel konso met l’accent sur l’originalité de l’organisation architecturale des villages pour mieux comprendre les conditions de l’érection des pierres, qu’elles soient à l’intérieur, sur les places publiques, ou à l’extérieur, sur les tombes, et associées aux célèbres poteaux sculptés en bois que nous retrouvons sur la couverture de l’ouvrage. Tous ces marqueurs renvoient à la reconnaissance publique et familiale de la valeur guerrière du héros vivant ou mort. La variabilité des installations est finement expliquée au regard du statut social de la personne honorée et de la complexité de l’organisation structurelle de la société konso. La question du transport des stèles est également explicitée. Dans le paragraphe consacré aux traditions gewada, les auteurs reviennent plus amplement sur la difficulté de l’approche ethnoarchéologique, mais surtout sur son utilité. Ils soulignent ainsi la nécessité de poursuivre les enquêtes en pays hadiya ; tout comme en pays arsi, où formes et représentations ont particulièrement évolué au cours de ces dernières décennies, mais où seul le récit ancien d’Azaïs permet d’en éclairer la signification.

5Entièrement dédié au mégalithisme ancien à l’est et à l’ouest des lacs de la vallée du Rift, le chapitre iii représente plus de la moitié de l’ouvrage. Il résume les nombreuses prospections et les fouilles dirigées par Joussaume sur quatre principaux sites : Chelba-Tutitti, Tuto Fela, Ofa-Serré et Tiya. Ce récit est exposé en deux parties, selon la distribution occidentale ou orientale des sites, tandis qu’une approche à la fois régionale et typologique est tentée au sein de chacune de ces deux parties. Le texte s’articule avec les écrits du père Azaïs et s’enrichit des références aux travaux d’inventaire et de classification typologique entrepris par Francis Anfray dans les années 1970, et poursuivis par Claude Tournemire ; ainsi qu’aux travaux universitaires plus récents. Les résultats, conclusions et hypothèses qui en émanent permettent de dénombrer huit grands types de stèles, pour la plupart directement associées à une structure funéraire. En fonction du type régional, les stèles sont soit individuellement dispersées dans le paysage, soit plus nombreuses : alignées ou regroupées sur un cairn. L’Ouest offre le plus grand nombre de types, certaines entièrement sculptées, tandis que d’autres sont de simples prismes de roche volcanique. Seuls ces derniers et les stèles phalliques se retrouvent d’un côté comme de l’autre de la vallée du Rift, mais leur concentration à l’Est, en pays Sidama et Gedeo, est particulièrement remarquable. Dans le dernier paragraphe, l’ancienneté de ces stèles phalliques est questionnée, tandis que les datations effectuées à Tuto Fela, à Tiya et à Gattira-Demma permettent de situer ce mégalithisme entre le xiie et le xive siècle de notre ère.

6Les auteurs guident le lecteur dans la découverte du mégalithisme en Éthiopie au travers d’un corpus complexe, composé d’innombrables sites à pierres dressées datés de périodes très anciennes à subactuelles, et dont les formes varient aux grés des époques et de la géographie. Cette approche à la fois chronologique et spatiale se termine avec le chapitre iv qui présente les sites mégalithiques situés au nord d’Addis-Abeba. Concernant les tumulus de la région de Sibilou ou le site à stèles de Gadilomeda, les auteurs suggèrent leur contemporanéité avec les sites du sud étant donné les fortes similitudes mais questionnent néanmoins l’isolement géographique de ces sites. Enfin, la description des tumulus de la région du Menz fouillés par Bertrand Poissonnier et François-Xavier Fauvelle ont prouvé une utilisation funéraire de ces monuments dans le temps long d’une période contemporaine à celle des mégalithes du Harar.

7Le dernier chapitre, « Synthèses et perspectives », reprend en substance les différentes conclusions et interrogations auxquelles aboutissent ces recherches, comme une introduction à tout ce qu’il reste à entreprendre pour une compréhension fine de la variabilité et de l’imbrication de ces sociétés mégalithiques. Les auteurs mettent finalement l’accent sur la conservation des sites et monuments, travail préalable nécessaire à la bonne conduite des recherches futures.

8En conclusion, nous ne pouvons que vivement recommander la lecture de cet ouvrage, indispensable aux spécialistes, mais également à tous les lecteurs curieux ou passionnés par les traditions mégalithiques, comme par l’histoire et le patrimoine d’Afrique.

9Grâce à une organisation simple et raisonnée du foisonnement des données collectées tout au long d’une vie d’africanistes de renom, Roger Joussaume et Jean-Paul Cros parviennent à présenter de manière didactique une vision synoptique de toute la complexité du phénomène des pierres dressées en Éthiopie. Avec toute la rigueur scientifique nécessaire, ils nous en livrent une lecture très agréable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Lise Goujon, « Joussaume Roger, Cros Jean-Paul, 2017, Mégalithes d’hier et d’aujourd’hui en Éthiopie », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 201-204.

Référence électronique

Anne-Lise Goujon, « Joussaume Roger, Cros Jean-Paul, 2017, Mégalithes d’hier et d’aujourd’hui en Éthiopie », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6938

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search