Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Lifchitz Deborah, Paulme Denise, 2015, Lettres de Sanga. À André Shaeffner, Michel Leiris, Marcel Mauss, George-Henri Rivière…

Édition augmentée, présentée et annotée par Marianne Lemaire, Paris, CNRS Éditions, 278 p.
Doris Bonnet
p. 204-206

Texte intégral

1L’ouvrage édité en 2015 aux éditions du CNRS par Marianne Lemaire, anthropologue au CNRS, membre de l’IMAF (Ivry), regroupe un ensemble de lettres écrites ou reçues par Denise Paulme (1909-1998) et Deborah Lifchitz (1907-1942), anthropologues françaises, alors qu’elles étaient en mission à Sanga (village dogon, Soudan français, actuel Mali), de janvier à octobre 1935. Ces lettres sont adressées par Deborah Lifchitz à sa famille et par Denise Paulme à André Schaeffner, ethnomusicologue au musée d’Ethnographie du Trocadéro, qu’elle épousera deux années plus tard. D’autres lettres sont écrites, quelquefois conjointement, à leur collègue et ami Michel Leiris, ethnologue et homme de lettres, ou à Georges Henri Rivière, muséologue et sous-directeur du musée d’Ethnographie du Trocadéro, ou encore à leur maître d’ethnologie Marcel Mauss. À cette correspondance, s’ajoute, en appendice à l’ouvrage, un courrier entre Michel Leiris et André Schaeffner, lorsque ce dernier résidait à Sanga dans le cadre de la mission Sahara-Soudan, en 1935.

  • 1 Marianne Lemaire, 2011, « La chambre à soi de l’ethnologue. Une écriture féminine en anthropologie (...)

2Partiellement publiée en 1992 aux éditions Fourbis, cette correspondance est, dans cette édition du CNRS, précédée d’une présentation de Lemaire qui a une excellente connaissance de la vie scientifique des femmes ethnologues de cette période. Le texte publié en 2011 dans la revue L’Homme, « La chambre à soi de l’ethnologue. Une écriture féminine en anthropologie dans l’entre-deux-guerres », en témoigne1. Lemaire retrace, dans cette présentation, ce qui a amené ces deux jeunes femmes à s’intéresser à l’ethnologie, à se rencontrer au musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1934 et à être recrutées par Marcel Griaule pour la mission « Sahara-Soudan » en 1935, à la suite de l’expédition « Dakar-Djibouti » qu’il avait dirigée de 1931 à 1933.

3La mission « Sahara-Soudan » rassemble sept ethnologues. L’objectif de Griaule est de mener des enquêtes collectives et plutôt extensives durant les deux mois de la mission, alors que Lifchitz et Paulme revendiquent une méthode intensive et descriptive inspirée d’une méthodologie acquise auprès de leur maître Mauss.

4Très vite, des divergences apparaissent avec les autres membres de l’équipe. Lifchitz et Paulme acceptent avec difficulté la présence de trop nombreux observateurs européens sur le terrain. À son départ de Sanga, Griaule ne partage aucune fiche de terrain avec celles qu’il ne désigne plus comme étant ses collaboratrices. Elles en feront de même, envoyant régulièrement un double de leurs fiches uniquement à Leiris, qui a pour consigne de ne pas les communiquer à Griaule et à son équipe. À leur retour en France, les relations entre les trois ethnologues ne s’améliorent guère, Paulme regrettant le manque d’intérêt de Griaule pour son travail, et, ultérieurement, sa détermination à ne jamais citer ses publications (critique aussi formulée par Schaeffner à l’égard de Griaule pour ses propres travaux). Ultérieurement, Paulme lui reprochera également d’avoir refusé de publier un texte de Lifchitz en 1941 dans le Journal de la Société des Africanistes, « arguant du fait qu’elle était juive » (p. 50).

5Malgré ces divergences, Lemaire souligne que les deux jeunes femmes héritent avec satisfaction du cadre de vie de la mission Griaule : résidence dans un campement construit par l’administration coloniale à l’écart du village dogon, recours à de nombreux informateurs de la mission Griaule. Huit décennies plus tard, on s’interroge tout de même sur le rapport de ces ethnologues aux villageois. Elles évoquent recourir quelquefois à « des menaces » pour obtenir informations et droits de passage (p. 152, 154), et reconnaissent aussi le vol d’objets à l’insu des villageois (p. 189, 194). La lecture des lettres fait aussi valoir un climat de tensions au sein du musée d’Ethnographie du Trocadéro et une pression à leur égard pour faire état, chaque mois, de l’avancement de leurs travaux et pour alimenter la collection d’objets du musée. Cette situation peut s’expliquer par le contexte colonial de l’époque, du reste reconnu par Paulme. Pour autant, elles critiquent vivement les représentants de l’administration coloniale que Lifchitz qualifie de « calamité humaine » (p. 157). Lemaire précise que la présence de ces deux femmes dans un village isolé suscitait une certaine curiosité chez les Européens de Mopti ou Bandiagara, dont les visites étaient très mal vécues par les deux ethnologues.

6À la lecture des lettres, on est d’abord surpris par le peu d’analyses de ces deux ethnologues sur leur travail ethnographique. Progressivement, on comprend que ces lettres visent essentiellement à maintenir un contact avec la famille et les amis, et à s’enquérir des nouvelles de leur entourage professionnel. Cette correspondance ne prend pas la place d’un journal de terrain.

7À ceux qui n’ont pas connu les représentants de cette période, la lecture de ces lettres renseigne notamment sur les conditions de travail dans ce contexte colonial, les modes de financement de ces missions, les rapports que ces ethnologues entretenaient avec les mouvements artistiques et littéraires de l’époque. Cette lecture nous éclaire aussi sur les enjeux de pouvoir au sein de la discipline, dans le contexte des années 1930. Par ailleurs, dans le cas de l’une des deux auteurs, on anticipe avec effroi le destin qu’on lui connaît, sachant que Lifchitz sera arrêtée en 1942 et déportée dans un camp de concentration dont elle ne reviendra jamais.

8L’émotion suscitée par la lecture de cette correspondance ne m’a pas facilité la tâche pour la rédaction de ce compte rendu. Élève de Paulme au cours des années 1970, j’ai pu constater que ses conseils et recommandations avant mon départ sur le terrain sont ceux qu’elle dit avoir reçus de Mauss dans plusieurs lettres. J’ai réalisé aussi combien cette tradition épistolaire était importante pour elle, et même d’un point de vue historique, et j’ai amèrement regretté, au cours de cette lecture, la perte des lettres qu’elle m’avait adressées en Haute-Volta (actuellement Burkina Faso). Plus tard, au début des années 1990, quand je lui rendais visite à son domicile, elle ne manquait pas de revenir sur cette mission et sur la disparition de son amie. Elle évoquait aussi, lorsque nous allions voir des expositions, notamment à la Fondation Dapper, des pièces qu’elle avait rapportées des villages dogon. Au cours d’une de ces sorties dans un musée, elle m’a montré la statue qu’elle avait fièrement déterrée et dont elle parle dans un courrier à Georges Henri Rivière (photo p. 237). Beaucoup d’autres souvenirs sont venus troubler ma lecture de l’ouvrage, me rappelant combien j’étais « attachée » à elle, et à quel point la fidélité est une valeur à transmettre dans cette discipline. Remercions Marianne Lemaire d’avoir contribué à rappeler cette nécessité.

Haut de page

Notes

1 Marianne Lemaire, 2011, « La chambre à soi de l’ethnologue. Une écriture féminine en anthropologie dans l’entre-deux-guerres », L’Homme 200 : 83-112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Doris Bonnet, « Lifchitz Deborah, Paulme Denise, 2015, Lettres de Sanga. À André Shaeffner, Michel Leiris, Marcel Mauss, George-Henri Rivière… », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 204-206.

Référence électronique

Doris Bonnet, « Lifchitz Deborah, Paulme Denise, 2015, Lettres de Sanga. À André Shaeffner, Michel Leiris, Marcel Mauss, George-Henri Rivière… », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6950

Haut de page

Auteur

Doris Bonnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals