Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1MélangesComptes rendusSaint Martin Monique de, Scarfò G...

Mélanges
Comptes rendus

Saint Martin Monique de, Scarfò Ghellab Grazia, Mellakh Kamal (dir.), Étudier à l’Est. Expériences de diplômés africains

Karthala, Paris, 300 p.
Amalia Dragani
p. 206-209

Texte intégral

1Quel est le point commun entre l’écrivain égyptien Sonallah Ibrahim, le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako et l’ancien président angolais José Eduardo Dos Santos ? À première vue pas grand-chose, si ce n’est qu’ils ont tous étudié dans l’ancien bloc socialiste à l’époque de la guerre froide, comme des milliers d’autres jeunes Africains entre 1947 et 1991, dont l’histoire est longtemps restée méconnue. Paru en 2015, Étudier à l’Est. Expériences de diplômés africains ne vient pas seulement remplir un vide, mais il le fait d’une façon très originale, par la richesse et la complémentarité des contributions. Ce livre, coordonné par Monique de Saint Martin, Grazia Scarfo-Ghellab et Kamal Mellah, vise à faire connaître les expériences de vie et les mobilités africaines vers l’ex-bloc soviétique non seulement des étudiants, mais aussi des militants de mouvements de libération (de l’Angola, de la Guinée et du Cap-Vert, par exemple) et des stagiaires s’étant rendus dans l’espace communiste pour des formations courtes.

2L’ouvrage est une émanation du groupe de recherche Élites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique (ÉLITAF), créé en 2011 sous la responsabilité de Monique de Saint Martin, Michèle Leclerc-Olive et Patrice Yengo, et sous les auspices de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), en collaboration avec l’Institut de recherches interdisciplinaires sur les enjeux sociaux (IRIS). À la frontière entre la soviétologie et les études africaines, entre la sociologie des élites et les migration studies, cet ouvrage s’inscrit dans la poursuite des réflexions et des travaux du Réseau interdisciplinaire Afrique/Monde (RIAM-FMSH).

3Ce volume s’ouvre sur une préface de Jean-Pierre Dozon encadrant l’ensemble des travaux d’ÉLITAF, qui est un chantier réunissant plus d’une centaine de chercheurs autour d’institutions africaines et européennes. Ce programme à thématique innovante a donné vie à des tables rondes organisées à Paris, Dakar, Moscou et à un colloque tenu à Mohammadia, au Maroc, en 2013, à l’origine de ce texte. Par une « ruse de l’histoire », souligne Dozon, « les étudiants africains souvent issus de milieux ruraux et réputés “traditionnels” qui sont allés dans “les pays de l’Est” au cours des années 1960-1970 (et qui parfois ont également suivi une formation en Europe) ont accompli un parcours, vécu des expériences que bien peu de leurs homologues occidentaux issus, eux, de milieux bien plus “avancés” étaient susceptibles de connaître à la même époque » (p. 13). De ces chemins individuels d’étudiants imprégnés de cosmopolitisme et de cette page d’histoire africaine « oubliée », très peu avait été écrit auparavant, peut-être à cause du renversement du communisme, de la désintégration de l’Union soviétique et « de notre contexte épistémologique qui tend à renvoyer dans les marges les expériences des vaincus » (Leclerc-Olive 2016). Ou encore parce que la formation de milliers de cadres en trois décennies seulement, qui sont aujourd’hui au sommet des institutions politiques et économiques d’Afrique, fait partie de ces réussites africaines (et soviétiques) qui dérangent ?

4L’introduction, signée par trois co-directeurs, permet de se familiariser avec les différents terrains dont la plupart, à l’exception de la République démocratique Allemande (RDA), étaient dépourvus d’un passé colonial en Afrique, pour retracer l’histoire des relations politiques et universitaires entre les pays africains nouvellement indépendants et les pays « rouges ».

5Dans cette vaste enquête, opérée par l’intercession de la biographie, c’est une approche d’« en bas » qui est privilégiée par les contributeurs. Si la méthode choisie est l’analyse des biographies d’anciens étudiants formés dans ces pays, leur devenir professionnel et politique ainsi que les récits de formation, cette recherche est doublée de recherches historiques, témoignant d’une maîtrise du corpus des archives (Archives d’État de la Fédération de Russie, GARF à Moscou, CIA, Unesco et ambassades des pays africains concernés). Sont en outre parfois mentionnés des témoignages littéraires, notamment les romans écrits par les diplômés à leur retour, tels Moscou n’est pas ma Mecque du Guyanais Jan Carew ou Un beur à Moscou d’Abdellah Ouahhabi.

6L’ouvrage rassemble 17 contributions et se compose de 3 parties, chacune comprenant 5 ou 6 articles. La première partie est consacrée à l’expérience vécue dans l’ex-bloc communiste ; la deuxième, au retour des diplômés en Afrique ; et une troisième, à l’héritage que cette expérience a produit dans la longue durée.

7Au fil des pages et des chapitres, différentes facettes de l’expérience soviétique sont mises en lumière : l’annonce de l’orientation et le départ du pays, l’arrivée dans le bloc « rouge », le choc climatique et chromatique (l’absence frappante de couleurs), les vacances leur permettant de découvrir des localités comme Bakou en Azerbaïdjan, Sotchi sur la mer Morte, Tallin en Estonie. Une grande attention est consacrée à l’apprentissage du russe, de l’allemand en RDA ou de l’espagnol à Cuba, ainsi qu’au pouvoir symbolique de la langue de formation et à son maintien une fois rentré au pays, avec la création d’associations d’ex-étudiants en URSS. Il est important de souligner que des familles afro-soviétiques se sont formées, malgré la politique de découragement de mixité conjugale et de métissage culturel, et que nombre d’entre elles résident actuellement en Afrique, parlant couramment le russe. Bien que dépourvus de passé colonialiste, les Russes font souvent preuve de racisme ordinaire envers les étudiants africains, culminant dans des homicides et des réactions violentes de rejet, en particulier envers les couples afro-soviétiques (où il peut arriver qu’un partenaire maghrébin soit qualifié de « Tarzan », p. 89). Dans les foyers universitaires, le vol systématique des affaires personnelles des Africains et la rédaction des rapports de police à leur insu par les étudiants « autochtones » montrent à quel point une hostilité larvée accompagnait la vie quotidienne des boursiers. Il est nécessaire de rappeler qu’à la différence de leurs collègues russes, les étudiants africains étaient dispensés des cours obligatoires de marxisme-léninisme, libres de voyager en Occident, d’où ils revenaient avec des biens de consommation qu’ils revendaient, incrémentant leur bourse trois fois plus élevée que celle des Soviétiques.

8Mais les témoignages positifs et les moments forts de découverte de l’altérité ne manquent pas non plus : l’appréciation du dévouement des enseignants, les amitiés nouées malgré tout, l’aspiration à dépasser le complexe d’infériorité inculqué dans la période coloniale, se résument dans la phrase du Gabonais Antoine Ngè : « C’est de vous, de ce pays légendaire pour nous qu’est l’URSS que nous attendons cette lumière qui nous aidera à chasser l’ombre obscure qu’est le colonialisme et ses conséquences » (p. 81).

9Les expériences postsoviétiques sont aussi variées : les effets des études en URSS se déclinent selon l’État africain d’appartenance. Pour les ressortissants des pays ayant opté pour la voie du socialisme (Angola, Bénin, Congo, Mali, etc.) des équivalences des diplômes sont instaurées et les étudiants, de retour de l’Est, intégrés rapidement à la fonction publique. Différents destins rencontrent les boursiers originaires de pays étroitement liés à leur ancienne métropole coloniale, comme le Maroc ou la Côte d’Ivoire. Dans ce cas, les étudiants ont assisté au déclassement de leur diplôme, leur formation étant dénigrée comme « médiocre » face à la supposée « excellence » des études dans le bloc capitaliste, ce qui a donné lieu à des reconversions ou à des doublements d’études en Occident, avec reclassement successif.

  • 1 Voir aussi Michèle Leclerc-Olive, 2016, « Editorial », in Michèle Leclerc-Olive, Marie- Antoinette (...)

10L’ouvrage proposé est assurément une contribution importante à l’histoire contemporaine de l’Afrique, de l’espace communiste, et un éclairant affresco sur les échanges Sud-Est1. À la fin de la lecture, on aperçoit une cohérence d’ensemble au-delà des histoires singulières. La portée documentaire est atteinte. Il reste donc à espérer des circonstances qu’elles renouvelleront bientôt les occasions d’échanges scientifiques et de publications sur la formation des élites africaines sous le « drapeau rouge ».

Haut de page

Notes

1 Voir aussi Michèle Leclerc-Olive, 2016, « Editorial », in Michèle Leclerc-Olive, Marie- Antoinette Hilly (dir.), « Former des élites : mobilités des étudiants d’Afrique au nord du Sahara dans les pays de l’ex-bloc socialiste », Revue des migrations internationales (REMI) 32, 2 : 7-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amalia Dragani, « Saint Martin Monique de, Scarfò Ghellab Grazia, Mellakh Kamal (dir.), Étudier à l’Est. Expériences de diplômés africains », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 206-209.

Référence électronique

Amalia Dragani, « Saint Martin Monique de, Scarfò Ghellab Grazia, Mellakh Kamal (dir.), Étudier à l’Est. Expériences de diplômés africains », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6962

Haut de page

Auteur

Amalia Dragani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search