Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Schneckenburger Patrick, 2016, Marie Joseph Bonnat. L’Aventurier (1844-1881)

Paris, L’Harmattan, « Biographies série xixe siècle », 480 p.
Claude-Hélène Perrot
p. 209-211

Texte intégral

1Ce livre apporte une masse d’informations soigneusement rassemblées sur un personnage singulier, Marie-Joseph Bonnat qui, durant sa courte vie, affronta en Afrique de l’Ouest des épreuves sans nombre, en mettant plus d’une fois sa vie en danger.

2Si Bonnat connut lui-même, pendant quelques années, une certaine célébrité, grâce notamment au journal L’Explorateur, et à la brève relation que fit de sa vie Jules Gros, peu après sa mort, son nom, par la suite, tomba dans l’oubli. Peut-être la malchance de Bonnat fut-elle d’avoir mené ses entreprises dans une colonie britannique, et non française : le récit de ses aventures aurait sans doute eu en France autant de succès que celles de René Caillié.

  • 1 Journal retrouvé en 1979 dans la bibliothèque municipale de Pont-de-Vaux, dans l’Ain, et publié en (...)

3Bonnat est venu chercher fortune en Afrique en 1866, à un moment où les puissances européennes allaient se livrer à une compétition serrée pour étendre leur domination sur le continent. Il avait 22 ans. La période marquante de sa vie, qui le fit connaître de ses contemporains, ce sont les cinq années (1869-1874) qu’il passa à Kumasi, réduit en captivité par les Asante, et pendant lesquelles il écrivit son journal1, dans l’incertitude totale de ce qu’allait être son sort. Dans ces pages, il ne cesse de déplorer son manque d’instruction, qui l’empêche de décrire comme il l’aurait souhaité ce qu’il voit et observe chez les Asante, dont il a appris la langue, le twi. Bonnat est curieux de tout, de l’organisation politique comme de la culture matérielle, et ressent de l’admiration pour ce peuple qu’il place bien au-dessus de ses voisins, et auquel il se sentira durablement lié. Il ne manque, affirme-t-il à plusieurs reprises, que l’établissement d’une mission catholique à Kumasi, pour assurer à ce pays ce qu’on ne nomme pas encore « le développement »… À peine libéré, il n’a qu’une idée en tête : revenir en ces lieux et reprendre contact avec les Asante, espérant atteindre de nouveaux marchés par leur intermédiaire. L’autre période marquante fut celle où, entre 1877 et 1881, il se consacra à l’exploitation de l’or sur les rives de l’Ankobra et à Tarkwa, selon les techniques modernes qu’il avait introduites en Gold Coast.

  • 2 Patrick Schneckenburger, 2015, Joseph Stauffer, l’histoire retrouvée d’un missionnaire alsacien (18 (...)

4L’auteur de ce livre, Patrick Schneckenburger, n’est pas un historien de profession, ni un connaisseur de l’Afrique. Il n’a passé que deux semaines au Ghana durant la préparation de ce livre. Il est demeuré sur la côte, à Cape Coast et à Axim, où avait séjourné en 1900 son grand-oncle, missionnaire catholique dont il venait d’écrire la biographie2. C’est en collectant la documentation nécessaire à l’élaboration de ce premier travail qu’il s’est mis sur la piste de Bonnat.

5Dans les deux cas, il a usé de la même méthode : prospecter de tous côtés pour rassembler une considérable documentation, sans négliger les possibilités offertes par internet. Il a recherché les innombrables lettres échangées par Bonnat et ses divers correspondants, parfois avec l’aide d’éminents chercheurs tel Gérard Chouin, car après son séjour forcé à Kumasi, Bonnat ne tint plus de journal en continu. Patrick Schneckenburger a fréquenté les archives départementales ; notamment celles de l’Ain – Bonnat est né en Bresse, à Grièges – et les Archives nationales, à Paris, ainsi que celles d’Outre-mer, à Aix-en Provence ; il a de plus interrogé et compulsé la presse de l’époque à la Bibliothèque de France.

6De cette moisson de matériaux, Schneckenburger a tiré des éléments factuels qui, mis bout à bout, lui ont permis d’enrichir l’ensemble du parcours de Bonnat, tout en le situant dans le contexte de l’époque. Il en fait la relation dans son propre langage, donnant les références de ses sources, mais ne les citant que trop rarement.

  • 3 Friedrich Ramseyer et Johannes Kühne, 1876, Quatre ans chez les Achantis, Paris, Sandoz et Fischbac (...)
  • 4 Son beau-père avait mis pour condition à son mariage qu’il fasse fortune.

7Jusqu’ici, on ne connaissait véritablement de la vie de Bonnat que ses années de captivité à Kumasi, grâce à son journal, et par les écrits de ses compagnons d’infortune3. On dispose à présent d’informations plus étendues, tout d’abord sur sa famille, éprouvée par des deuils et sans ressources, sur sa « montée » du village de Grièges, en Bresse, à Paris, où il a été cuisinier à l’Hôtel du Louvre, et sur l’échec de ses premiers projets d’expédition maritime. Surtout, grâce aux correspondances échangées, on en apprend beaucoup sur sa première expérience africaine, dans le delta du Niger, avant qu’il n’aille tenter sa chance, en 1869, en Gold Coast. Enfin, on en sait davantage sur son retour en Gold Coast, après le bref séjour en Europe qui a suivi sa libération, et sur ces années 1877-1881 où il aurait été, selon l’auteur, exclusivement possédé par « la fièvre de l’or » à Tarkwa. Qu’en est-il de l’image de Bonnat donnée à voir par ce livre ? Schneckenburger voit en lui un homme essentiellement mû par le désir de faire fortune. Mais pourquoi avoir pris de tels risques et s’exposer ainsi en terre inconnue ? Bonnat avait rencontré à Paris, à l’Hôtel du Louvre et dans les cafés du quartier, des personnages de haut relief, tel le fameux capitaine Magnan, ami d’Alexandre Dumas. Celui-ci s’était illustré dans des expéditions maritimes aventureuses menées dans différentes parties du monde, tout d’abord en Argentine, puis, au lendemain de la guerre de Crimée, en mer Noire et sur le Danube. Ces expéditions avaient eu deux objectifs, transporter et vendre des marchandises et tenir un rôle politique : ce fut contre le gouvernement en place à Montevideo, et contre l’empire ottoman sur le Danube. Sans se laisser décourager par les échecs subis, le capitaine Magnan songeait à l’Afrique quand Bonnat l’a rencontré, et, plus exactement, à entreprendre une reconnaissance du fleuve Niger. Le capitaine Magnan fut l’inspirateur de Bonnat. Quand celui-ci revint en Gold Coast avec le désir d’ouvrir une route commerciale jusqu’à Salaga, il chercha également à apporter un soutien d’ordre politique aux Asante, qui étaient alors en butte à la fois à la pression du gouverneur anglais de Cape Coast et à la volonté d’indépendance de Juaben. Bonnat avait, semble-t-il, acquis dans la région une certaine notoriété, et il y joua un rôle politique, Patrick Schneckenburger nous le montre. La langue dans laquelle il s’exprimait, le twi, y était largement connue, sans doute en raison de l’ancienne hégémonie asante. On l’appela souvent à régler des conflits locaux et il était généralement (sauf à Juaben) fort bien accueilli, parfois « en grande pompe ». Notons aussi que, jusqu’à la fin de sa vie, Bonnat bénéficia de l’indéfectible amitié du prince Ansah, un fils du roi Osei Bonsu, élevé en Angleterre et devenu pasteur méthodiste, qui partageait ses vues sur le destin à venir des Asante. Notons enfin que si, à Tarkwa, il sembla absorbé par l’exploitation des gîtes aurifères, c’est sans doute parce qu’il se sentait sur le point d’accéder à la richesse4, enjeu qui lui échappa de peu.

Haut de page

Notes

1 Journal retrouvé en 1979 dans la bibliothèque municipale de Pont-de-Vaux, dans l’Ain, et publié en 1994 : Claude-Hélène Perrot et Albert van Dantzig, Marie-Joseph Bonnat et les Ashanti, Journal (1869-1874), Paris, Société des africanistes, 672 p.

2 Patrick Schneckenburger, 2015, Joseph Stauffer, l’histoire retrouvée d’un missionnaire alsacien (1876-1952), Paris, L’Harmattan, 553 p.

3 Friedrich Ramseyer et Johannes Kühne, 1876, Quatre ans chez les Achantis, Paris, Sandoz et Fischbacher.

4 Son beau-père avait mis pour condition à son mariage qu’il fasse fortune.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude-Hélène Perrot, « Schneckenburger Patrick, 2016, Marie Joseph Bonnat. L’Aventurier (1844-1881) », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 209-211.

Référence électronique

Claude-Hélène Perrot, « Schneckenburger Patrick, 2016, Marie Joseph Bonnat. L’Aventurier (1844-1881) », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6968

Haut de page

Auteur

Claude-Hélène Perrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals