Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88-1Mégalithes du Sénégal et pratique...

Mégalithes du Sénégal et pratiques sépulcrales : l’hypothèse de rites funéraires différés

Senegal’s Megaliths and Sepulchral Practices: the hypothesis of deferred funeral rites
Luc Laporte, Jean-Paul Cros, Hamady Bocoum, Maria Teixeira, Adrien Delvoye, Matar Ndiaye, Selim Djouad et Laurent Quesnel
p. 116-147

Résumés

Les données archéologiques concernant le mégalithisme sénégambien ont été considérablement renouvelées depuis une dizaine d’années. En particulier, les travaux de terrain effectués sur la nécropole mégalithique de Wanar révèlent la présence de trois séquences, distinctes et complémentaires, qui ont trait successivement aux pratiques sépulcrales, à la monumentalisation du lieu, et à des pratiques commémoratives. De tels vestiges pourraient-ils rendre compte de rites funéraires semblables à ceux observés chez des populations contemporaines où l’enterrement du défunt, puis la pratique de « grandes funérailles », et enfin la mise en place de son effigie sur l’autel des ancêtres, constituent autant d’étapes parfois très largement différées dans le temps ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pendant quelques semaines après la fin de la saison humide, l’humidité du sol en profondeur ravive (...)

1Plus d’un siècle s’est écoulé depuis le début des recherches archéologiques sur les divers types de monuments sénégambiens, en particulier ceux qui sont constitués de pierres dressées (fig. 11). Il fut très tôt établi que ces mégalithes recouvrent les sépultures de populations africaines qui vivaient autrefois en ces lieux, entre 700 et 1 500 ans apr. J.-C. environ (Holl et al. 2007, Gallay 2010b). Les méthodes d’investigation n’ont cessé de s’améliorer. Mais longtemps, les missions de terrain furent systématiquement réalisées à la saison sèche, alors même que cela privait les chercheurs de nombreuses données stratigraphiques1. Un tel obstacle a été en partie levé sur le site de Wanar, fouillé par notre équipe depuis 2005. La programmation des missions à la fin de la saison des pluies permet désormais de lire « plus facilement » les stratigraphies, et d’appréhender les contextes de dépôt. L’application des techniques de l’anthropologie de terrain nous offre également une lecture beaucoup plus fine des pratiques funéraires (Duday 2005).

2Seule l’archéologie peut en effet nous renseigner sur ces populations. La tradition orale nous indique que de tels mégalithes furent édifiés par d’autres que ceux qui occupent ces régions de nos jours. Ni les écrits de voyageurs arabes qui parcourent l’Afrique subsaharienne à partir du ixe siècle, ni les relations de navigateurs portugais qui abordent ces côtes dès la fin du xve siècle ne font état de tels monuments. Dès lors, ces mégalithes ont souvent été présentés comme les vestiges d’une civilisation disparue. On sait seulement qu’elle fut contemporaine de grands ensembles politiques évoqués par les textes historiques, comme le Grand Jolof dans le courant du xiiie siècle (Boulègue 2013), celui de Ghana entre le viiie et le xiiie siècle, ou encore celui du Mali jusqu’au xve siècle (Gallay 2011, Fauvel-Aymar 2013). Mais aucune de ces entités politiques ne peut être directement associée à ce mégalithisme.

Fig. 1 : Vue générale de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal)

Fig. 1 : Vue générale de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal)

© Jean-Paul Cros.

3Après dix ans de recherches sur le terrain, les résultats acquis sur la nécropole mégalithique de Wanar ont considérablement modifié d’abord nos connaissances et notre perception des architectures, puis des mobiliers et des pratiques sépulcrales qui leur sont directement ou indirectement associés. Ce n’est que dans un second temps que nous avons pris conscience de certaines résonances entre ce nouvel état des connaissances archéologiques et certaines relations ethnographiques, principalement acquises au cours de la première moitié du xxe siècle.

4Le comparatisme ethnologique est appliqué depuis longtemps en archéologie, où il fut pourtant largement critiqué. Pour Alain Testart, un comparatisme bien mené peut être positif pour au moins deux raisons : « il amène un enrichissement de notre panoplie d’hypothèses [dont certaines nous auraient semblé difficilement imaginables…] ; il permet de réfuter, ou au moins de rendre très peu probable, une hypothèse pour laquelle aucun parallèle ethnographique n’est connu » (Testart 2012 : 188-197). Pour le mégalithisme sénégambien, c’est cette démarche prudente et raisonnée de comparatisme ethno-archéologique que nous allons tenter de suivre dans cet article.

Mégalithes protohistoriques du Sénégal et de Gambie

  • 2 Les cartes détaillées de la répartition des mégalithes du Sénégal et de Gambie ont été publiées par (...)

5Parmi celles dont on a gardé une trace, les premières fouilles concernant les cercles de pierres dressées du Sénégal et de Gambie ont été réalisées par le capitaine Pineau, en 1891. La présence de restes humains sous-jacents est mentionnée au début du xxe siècle : la pratique d’inhumations individuelles (Hamy 1904, Boutonnet 1916) et celle de dépôts secondaires (Duchemin 1905), voire de crémations (Jouenne 1918) sont déjà évoquées. L’idée qu’il puisse s’agir, parfois, de sacrifices humains est mentionnée (Todd et Wolbach, 1911). Mais il faudra attendre plus de cinquante ans avant de pouvoir disposer d’une documentation de terrain véritablement détaillée concernant l’étude de ces sépultures (Thilmans et al. 1980). Parallèlement, est édité un patient inventaire de tous les mégalithes dispersés dans les campagnes sénégalaises et gambiennes2 qui ne dispose guère d’équivalent, aujourd’hui encore, pour les pays limitrophes (Martin et Becker 1984).

6La présence d’un nombre important d’inhumations simultanées, ou considérées comme telles, de même que l’association récurrente d’individus inhumés plus profondément que d’autres, fut alors interprétée comme la preuve de la pratique de sacrifices humains (Thilmans et al. 1980). Outre ses propres fouilles à Mbolop Tobé (Gallay et al. 1982), cette même documentation fut ensuite présentée par Alain Gallay (2006a) comme un témoignage de la pratique de morts d’accompagnement. Gallay développe son raisonnement dans le cadre d’une réflexion historique plus large sur la nature de la structure politique propre à ce que l’on appelle encore parfois, et probablement à tort, les grands « empires médiévaux » d’Afrique de l’Ouest (Gallay 2010a, 2011).

7De nouvelles fouilles réalisées à Sine-Ngayène mettaient plutôt en exergue la pratique de dépôts secondaires (Holl et Bocoum 2006), précédemment réfutée par Guy Thilmans (Thilmans et al. 1980). Dans le même volume, Gallay (2006b) tentait de restituer virtuellement chaque contexte de dépôt sépulcral, probablement gêné par l’absence de toute observation stratigraphique dans les fouilles réalisées par Thilmans et Descamps. Résumer en quelques lignes toute la richesse des débats qui ont animé la communauté scientifique, pendant une centaine d’années, sur ce sujet, produit forcément une synthèse caricaturale. Mais tel était l’état de la question quand nous avons commencé à travailler sur la nécropole mégalithique de Wanar (Laporte et al. 2009, 2012, 2015, 2017).

Renouvellement des observations archéologiques

8La typologie précédemment proposée pour décrire ces architectures mégalithiques distinguait notamment cercles mégalithiques et cercles pierriers. Nos propres travaux ont d’abord permis de démontrer que chaque cercle de pierres dressées, tel qu’il se présente à nous aujourd’hui, n’est que la ruine d’une plateforme monumentale : celle-ci pouvait être bordée de murettes en pierre sèche ou de pierres dressées jointives, voire d’une alternance de pierres dressées et de murettes intercalaires (fig. 2). Ailleurs, la murette en pierre sèche qui ceinture de telles plateformes circulaires affleure également sous une masse tumulaire, elle-même recouverte par une carapace de pierres, ou tumulus pierrier.

Fig. 2 : Un village des morts

Fig. 2 : Un village des morts

A. Restitution désormais proposée, sur la seule base des données archéologiques, pour l’architecture dont rendent compte les ruines des monuments mégalithiques du Sénégal et de Gambie (photomontage, d’après un cliché de Laporte). B. Tombe coniagui, d’après Gessain 2004 : 41.

9Un autre acquis important fut de reconnaître l’existence de niveaux de sol enfouis. La mise en évidence de constructions en terre crue élevées au-dessus du sol protohistorique, au centre du dispositif mégalithique, change également la donne : dans le monument II de Wanar, les corps de deux individus adossés contre une telle construction en terre crue furent brièvement exposés sur le sol avant d’être recouvert par la construction de la plateforme mégalithique. Précédemment, ils auraient été interprétés comme les vestiges d’une inhumation située sous le niveau du sol actuel.

10Tous les défunts ne furent donc pas enfouis dans une fosse. À Wanar, la position stratigraphique des inhumations les plus superficielles s’en trouve considérablement modifiée. À Tiékène-Boussoura, la simultanéité des dépôts de corps dits « profonds » et « périphériques » devient peut-être aussi plus incertaine et resterait également à confirmer par de nouvelles fouilles (fig. 3).

Fig. 3 : Vestiges d’une sépulture double « superficielle », appuyée contre une construction en terre crue scellant l’embouchure de la fosse sépulcrale, contemporaine ou antérieure à la construction du monument mégalithique Il, à Wanar, et ses implications quant à l’interprétation des vestiges découverts par Thilmans et Descamps, par exemple à Kodiam 17 et Tiékène-Boussoura 9

Fig. 3 : Vestiges d’une sépulture double « superficielle », appuyée contre une construction en terre crue scellant l’embouchure de la fosse sépulcrale, contemporaine ou antérieure à la construction du monument mégalithique Il, à Wanar, et ses implications quant à l’interprétation des vestiges découverts par Thilmans et Descamps, par exemple à Kodiam 17 et Tiékène-Boussoura 9

Clichés Delvoye et Laporte, schémas d’après Gallay 2006b, parfois retravaillés.

11À Wanar, cette construction en terre crue scelle l’embouchure de fosses sépulcrales sous-jacentes. Celles-ci présentent un profil en silo pour les monuments I, XIV, XIX et XX. Une telle forme en silo peut être indirectement observée sur des clichés pris par Thilmans pendant la fouille du monument 28 de Sine-Ngayène où les ossements appartenant à au moins 59 individus comblent totalement l’espace vide dont ils épousent la forme. À Wanar, ces dépôts concernent un nombre d’individus nettement plus limité. Ils interviennent à différents moments du comblement de la fosse sépulcrale. Deux cas de figure ont été rencontrés :

  • Quelques ossements sélectionnés appartenant à moins d’une dizaine d’individus ont été déposés dans un contenant en matière périssable de 1 mètre ou 2 mètres de côté, placé sur le fond de la fosse (monument XIV) ou dans son comblement (monument XX). Les niveaux sépulcraux sous-jacents aux monuments I et XIX affleurent également dans la partie tout à fait supérieure du comblement de la fosse. La position altimétrique des restes humains ne saurait donc suffire à préciser leur contexte de dépôt : c’est pourtant là le seul élément disponible pour les fouilles effectuées au xxe siècle (fig. 4).

    • 3 Ibrahima Cissé participe régulièrement aux fouilles, ce qui a donné lieu à de nombreux échanges, co (...)

    Un nombre plus important d’ossements fut recueilli dans les niveaux sépulcraux des monuments I et XIX : le nombre d’individus concernés n’est pourtant pas plus élevé que dans le cas précédent. En revanche, quelques connexions anatomiques, dégagées à la base du niveau sépulcral, suggèrent l’inhumation de deux ou trois corps. Dans ce cas, une partie des dépôts secondaires pourrait être liée à un fonctionnement de type sépulture collective. Faute d’une étude détaillée sur le terrain, gageons que ces quelques éléments de connexion seraient passés totalement inaperçus.
    Le dépôt le plus profond rencontré par Thilmans à Saré-Diouldé s’inscrivait strictement au sein d’un périmètre de même dimension que l’empreinte des contenants en matière périssable décrits à Wanar, également marqués par une terre plus sombre. Il correspond aux corps en connexion de onze individus. De tels contenants en matière organique, et leur contenu, pourraient-ils avoir joué un rôle dans la conservation des restes humains, au sein de sols généralement plutôt acides ?
    Si la mauvaise conservation des ossements a souvent été soulignée, la question d’une conservation différentielle en fonction des conditions de dépôt, parfois pour un même site et au sein d’un même monument, n’a jamais été posée. Elle est très naturellement venue à l’esprit du fossoyeur du village3, à Wanar. Ici, il est du moins un cas où cette question se pose avec acuité : pour trois monuments (XIV, XIX et XX), une logette latérale avait été aménagée près du fond de chaque fosse en silo. Chacune était vide de tout dépôt, bien que leurs dimensions soient toutes compatibles avec celle d’un corps humain (fig. 5).

Fig. 4 : Traces de contenants en matière périssable au sein desquels pourraient avoir été déposés les ossements, voire parfois le corps des défunts

Fig. 4 : Traces de contenants en matière périssable au sein desquels pourraient avoir été déposés les ossements, voire parfois le corps des défunts

Comparer avec la forme du couffin en matière végétale coiffé d’un toit et perché au sommet de la « maison des masques » coniagui présentée dans la figure 10. A. Dépôt d’ossements au sein du comblement de la fosse 1 sous-jacente au monument XX de Wanar (Sénégal). B. Dépôt d’ossements sous-jacent au monument II de Wanar. C et D. Différents états de fouille du dépôt le plus profond de corps sous-jacent au tumulus pierrier de Saré-Diouldé (Sénégal).

A et B. Clichés Laporte. C et D. © Descamps, archives de l’IFAN.

Fig. 5 : À Wanar (Sénégal), une logette latérale a parfois été identifiée contre la paroi orientale de la fosse sépulcrale, comme ici pour le monument XIX : celle-ci était vide de tout vestige

Fig. 5 : À Wanar (Sénégal), une logette latérale a parfois été identifiée contre la paroi orientale de la fosse sépulcrale, comme ici pour le monument XIX : celle-ci était vide de tout vestige

© Laporte.

12La fosse en silo du monument XIX de Wanar est particulière en ce qu’elle ouvre sur le fond d’une plus large fosse, peu profonde. Celle-ci fut ensuite remplie par un comblement tumulaire. De larges fosses au comblement tumulaire, de 8 à 9 mètres de diamètre, avaient été précédemment observées par Gallay, à Mbolop Tobé, et suspectées par Thilmans à Saré-Diouldé. À Mbolop Tobé, le dépôt du corps d’un troisième individu sur les dépouilles de deux inhumations antérieures, simultanées, ne peut guère s’expliquer autrement que par l’existence d’une structure en matière périssable, construite sur le fond de la fosse.

13Au centre du monument 1 de Tiékène-Boussoura, deux rangées parallèles de monolithes encadrent le corps de la seule personne inhumée sous le cercle de pierres dressées. Les indices d’une décomposition en milieu ouvert du cadavre suggèrent que ces monolithes peuvent marquer les parois d’une plus vaste construction en matière périssable, telle une maison du mort. Des observations similaires pourraient également aller dans le sens d’une décomposition en milieu ouvert pour l’individu le plus profond dégagé au centre du monument IX de cette même nécropole (fig. 6).

14Ce n’est pas le seul cas où les ossements de personnes décédées successivement se trouvent au même niveau altimétrique. Une observation détaillée des ensembles sédimentaires est alors stratégique, notamment pour identifier l’existence de creusements successifs. Ainsi, des dépôts secondaires d’ossements humains ont été placés ultérieurement auprès du niveau sépulcral, dans les monuments I, XVIII et XX de Wanar. Ils furent introduits, après comblement définitif de la fosse en silo, par le biais de petits puits (à logette latérale) creusés en bordure des édifices en terre crue qui en scellent l’embouchure (fig. 7).

15Deux séquences exclusivement déduites des observations archéologiques s’individualisent donc nettement (Laporte et al. 2009, 2012). Celle qui comporte toute une succession de gestes sépulcraux, d’une part, la construction du monument mégalithique, d’autre part. Un certain délai sépare parfois de ces deux séquences : l’implantation du cercle de pierres dressées du monument XIX de Wanar est légèrement décalée par rapport aux contours de la large fosse sous-jacente. Si la plupart des dépôts de corps et d’ossements humains ont été placés – à différents moments – sous le niveau du sol, quelques autres peuvent aussi être associés à la mise en place du dispositif architectural.

Fig. 6 : Présence d’une maison des morts construite en matière périssable, déduite de l’observation des faits archéologiques

Fig. 6 : Présence d’une maison des morts construite en matière périssable, déduite de l’observation des faits archéologiques

A. Monument I de Tiékène-Boussoura (Sénégal) : le corps de l’unique individu, déposé au centre d’une double ligne de pierres dressées, érigées dans une fosse au centre du cercle de pierres dressées, s’est décomposé en espace vide. B. Tumulus 47 de Mbolop Tobé (Sénégal) : seule la présence d’un abri en matière périssable permet d’expliquer l’introduction du corps d’un nouvel individu sur ceux de deux autres personnes précédemment inhumées au centre de la fosse.

A. Plan d’après Thilmans et al. 1980. Clichés Thilmans, archives de l’IFAN. B. D’après Cros et al. 2013

16Une troisième séquence doit être prise en compte, sur les mêmes bases, qui nous semble plutôt correspondre à des pratiques commémoratives (Laporte et al. 2012, Delvoye et al. 2016). Les dépôts de céramiques effectués en façade de chaque mégalithe s’intercalent dans la stratigraphie avec des épisodes correspondant à la ruine progressive de la plateforme monumentale. Nous aurions tendance à les associer à certaines au moins des pierres frontales, également situées à l’est de chaque monument. Nous avons pu démontrer que toutes les pierres d’une même ligne frontale n’avaient pas forcément été érigées en même temps. Il existe donc trois séquences qui furent bâties exclusivement sur la base d’observations archéologiques.

Fig. 7 : Des dépôts d’ossements ou de corps humains situés à la même profondeur peuvent être le fruit d’événements successifs dans le temps, par le biais de creusements distincts : l’exemple du monument XX à Wanar (Sénégal).

Fig. 7 : Des dépôts d’ossements ou de corps humains situés à la même profondeur peuvent être le fruit d’événements successifs dans le temps, par le biais de creusements distincts : l’exemple du monument XX à Wanar (Sénégal).

© Laporte et Djouad. DAO Quesnel et Laporte.

Discussion préliminaire

17Au vu de ces observations et de la grande variabilité des cas rencontrés, nous avons revisité la documentation à notre disposition (Tableau 1).

  • 4 Aux décomptes produits dans le tableau 1, il faudrait ajouter ceux proposés dans l’ouvrage de Holl (...)

18Sur une vingtaine de monuments pris en compte4 dans cette analyse, soit 0,1 % du corpus de l’inventaire de Martin et Becker (Martin et Becker 1984), la moitié seulement recouvrent une sépulture individuelle en position centrale, avec la présence d’un sujet en position supposée périphérique dans un cas sur deux. Quatre autres monuments contiennent deux ou trois sujets centraux avec la présence, dans trois cas sur quatre, de deux à sept sujets « périphériques » ou plus superficiels.

19Trois monuments coiffent un nombre beaucoup plus élevé (une dizaine ou plusieurs dizaines) de sujets imbriqués avec la présence, dans deux cas sur trois, d’un nombre très variable de sujets « périphériques » ou plus superficiels. Deux monuments montrent des ossements en position secondaire qui se superposent aux restes très partiels de sépultures primaires. Enfin, quatre monuments ne recouvreraient que des ossements en position secondaire.

Tableau 1 : Nombre d’individus décédés par type de pratique sépulcrale : sépultures individuelles, doubles, multiples ou collectives, et dépôts secondaires.

Nb. Indiv.

Sep. Mult.

dont Sep. Dble

Sep. Coll.

Dépôt sec.

Sep. Indiv.

Total

Siné-Ngayène 28

(Coll. ?) 59

59

24 %

Sarré-Diouldé 1

30

12

26

56

23 %

Siné-Ngayène 27

+de 30

30

12 %

Siné-Ngayène 25

28

28

12 %

Wanar XX

13

13

5 %

Siné-Ngayène 32

7

12

3

10

4 %

Wanar I

3

7

10

4 %

Wanar XIX

2

7

9

4 %

Wanar XIV

5

5

2 %

Kodiam 17

4

4

4

2 %

Mbolop Tobé 43

2

2

3

2 %

Tiékène-Boussoura

2

2

13

15

6 %

Total

71

22

64

62

42

242

30 %

9 %

26 %

26 %

18 %

Ce chiffre a plus de chances d’être sous-évalué dans le cas des sépultures secondaires ; bien que, parmi les ensembles qui leur sont attribués, une partie au moins des dépôts peut aussi – parfois – résulter d’un fonctionnement de type sépulture collective. La dernière ligne correspond au cumul des effectifs pour les 9 monuments fouillés sur la nécropole de Tiékène-Boussoura, soit un total de 20 monuments.

20Un premier constat s’impose : au vu de ces données, le modèle « sujet principal central et profond » avec beaucoup d’individus « périphériques et plus superficiels », prôné par Thilmans et repris par Gallay, ne semble pas exister.

21Les restes de 250 sujets environ ont été déposés dans ces structures, dont près de la moitié se trouvent sous les monuments de Saré Diouldé et Sine Ngayène 28. Si on fait l’hypothèse – tout à fait plausible – que ce dernier monument a fonctionné en sépulture collective, cette pratique funéraire concernerait un quart des effectifs, un autre quart correspondrait aux ossements de dépôts secondaires. Ces derniers sont beaucoup plus fréquents dans la zone occidentale la plus explorée du mégalithisme sénégambien. La pratique de la sépulture individuelle semble très fréquente à Tiékène-Boussoura, et peut-être plus largement dans la zone centrale du mégalithisme sénégambien.

22Les sépultures multiples, dont une dizaine sont doubles, concernent un tiers du corpus des sujets inhumés et la même proportion de monuments. Un nombre variable de corps y est présent, souvent imbriqués et déposés à différents niveaux, réalisant de multiples combinaisons, quelquefois pour un même monument. Un tiers des individus dont les ossements ont été recueillis sous les mégalithes du Sénégal semblent donc avoir été inhumés simultanément, avec, dans la majorité des cas, une grande difficulté à prouver une hiérarchie par l’analyse des dépôts.

23Malgré la réfutation du modèle « sujet principal associé à un nombre important de sujets périphériques et/ou superficiels » à laquelle nous conduisent les études récentes, se pose la question de la proportion anormalement élevée d’inhumations simultanées. La présence de morts d’accompagnement reste une hypothèse valide, mais pour un nombre de cas certainement moindre que celui précédemment avancé. Les relations ethnographiques relatives aux populations de la région peuvent-elles nous éclairer ?

Pratiques sépulcrales de populations contemporaines

24Confronter les données archéologiques à des relations ethnographiques est toujours un exercice périlleux. Au départ, juste quelques lignes imprimées sur le papier il y a plus de soixante ans esquissaient très prudemment un rapprochement formel entre les pierres frontales des mégalithes sénégambiens et un alignement de pieux sur la place du village coniagui d’Ithiou, en Guinée (Mauny 1961). Les « Forquilhas da alma » de Pandim, en Guinée-Bissau, étaient à peine citées par le même auteur et présentées comme autant « d’autels des ancêtres » (fig. 8).

25Toute trace de telles comparaisons avait disparu dans l’ouvrage de Thilmans et Descamps. Seul Gallay (Gallay, Pignat, Curdy 1982) justifiait une comparaison entre les pieux plantés à l’est des tumulus sereer contemporains et l’unique monolithe servant de pierre frontale au tumulus 47 de la nécropole de Mbolop Tobé qu’il venait de fouiller. L’idée d’une certaine convergence dans les pratiques funéraires sous-tend ces rapprochements.

26Notre enquête s’est d’abord concentrée sur les pratiques funéraires d’ethnies aujourd’hui minoritaires, qui vivent à moins de 250 kilomètres de l’aire de répartition des mégalithes au Sénégal et en Gambie. Ont plus particulièrement retenu notre attention, outre les Sereer déjà mentionnés, les Joola et les Baïnouk de Casamance au Sénégal, les Manjak sur la côte de Guinée-Bissau (Carreira 1947 ; Teixeira de Mota 1954 ; Meireles 1960 ; Roche 2000 ; Journet-Diallo 2007 ; Teixeira 2007, 2012), les Coniagui à l’ouest de la Guinée et les Bassari à l’intérieur des terres du Sénégal oriental (Delacour 1912, 1947 [texte écrit en 1910] ; Girard 1985 ; Lestrange 1955 ; Gessain 1958, 2004).

Fig. 8 : « Autels » des ancêtres et pierres frontales du mégalithisme sénégambien

Fig. 8 : « Autels » des ancêtres et pierres frontales du mégalithisme sénégambien

« Autels » des ancêtres : A. Alignements de pieux sur la place du village coniagui d’Ithiou (Guinée). B. Détail des encoches gravées à la base d’un pieu fourchu disposé au sein de « l’autel » des ancêtres coniagui (Guinée). C. « Forquilhas de alma » manjak érigées en façade des tumulus de la nécropole « royale » de Pandim (Guinée-Bissau). D. « Autel » de Tiko à Sogotha, chez les Gan (Burkina Faso).

Pierres frontales du mégalithisme sénégambien :
1. Alignement frontal de pierres dressées à l’est du monument XX, sur la nécropole de Wanar (Sénégal).
2. Détail des encoches gravées à la base de la pierre en lyre actuellement exposée à l’entrée du musée de l’IFAN, à Dakar (Sénégal).
3. Pierres frontales de Goudio (Gambie).
4. Pierre frontale érigée au sein de la nécropole mégalithique de Kodiam (Sénégal).

A. Cliché Gessain 1946. B. Détail d’un cliché pris par Gessain en 1946 (Gessain 2004, p. 43). C. D’après Carreira 1947. D. D’après Père 2004, fig. 326.

1. © Laporte. 2. © Delvoye. 3. D’après Jouenne 1916-1918. 4. © Laporte

27Cette enquête a ensuite été étendue aux Kissi de Guinée forestière, où nous avons retrouvé de nombreux éléments communs avec ceux collectés précédemment, toutefois à près de 1 000 kilomètres de notre zone d’étude (Paulme 1946, 1954, Iffono 2011). Kissi, Coniagui et Bassari utilisent des langues fort différentes (on sait peu de choses sur les langues initiatiques) : toutes s’individualisent des autres langues atlantiques de cette partie de l’Afrique de l’Ouest (fig. 9).

Fig. 9 : Cartes de situation des noms donnés – dans le cadre de relations ethnographiques effectuées au cours du XXe siècle – aux principaux groupes humains cités dans le texte.

Fig. 9 : Cartes de situation des noms donnés – dans le cadre de relations ethnographiques effectuées au cours du XXe siècle – aux principaux groupes humains cités dans le texte.

Pour ce qui est des données archéologiques, les mégalithes du Sénégal et de Gambie sont représentés par des pierres dressées isolées, souvent associées également à des cercles de pierres dressées ou à d’autres monuments funéraires en pierre sèche. Chacun correspond à un figuré différent. À titre indicatif, les cercles de pierres dressées du Libéria, de la Sierra Leone et de Guinée forestière – distincts des précédents (et très mal répertoriés) – sont également représentés.

Relations ethnographiques

28La pratique, bien documentée par quelques relations directes chez les Manjak, les Coniagui ou les Kissi, de rites funéraires différés a éveillé notre curiosité. Poussant plus en avant nos recherches documentaires sur ce sujet, nous avons pris connaissance de ce qui avait été écrit à propos d’autres ethnies de la Guinée forestière, de la Sierra Leone et du Libéria, tels les Toma, Kpelle, et Koranko (Laplagne 1921 ; Sayers 1923 ; Kamara 1933 ; Mengrelis 1949 ; Gaisseau 1953 ; Holas 1953 ; Jackson 1977 ; Germain 1947, 1984).

29Chez les Manjak, ces pratiques funéraires sont relatées dans des écrits du milieu du xxe du siècle, mais aussi par quelques articles scientifiques beaucoup plus récents et un film (Teixeira 2003). Elles interviennent en trois étapes qui se succèdent dans le temps : la mise au tombeau, puis les grandes funérailles, et enfin les rites qui permettent au défunt d’acquérir un statut d’ancêtre. Dans tous les cas, différentes pratiques de divination jouent un rôle important pour définir le statut du défunt, et par là même le sort qui sera réservé à son enveloppe corporelle.

30Tout le monde n’a pas droit à une sépulture, et tout le monde n’a pas droit à une sépulture propre. Dans le cas d’une sépulture commune à plusieurs, le caveau initialement aménagé pour un seul individu fonctionne alors comme sépulture collective. Certaines pratiques de prélèvement, notamment celles réalisées par les fossoyeurs (pour la confection d’amulettes, par exemple), restent méconnues car elles sont tenues secrètes. Par la suite, les grandes funérailles sont plutôt réservées à ceux (et celles) qui disposent d’une nombreuse descendance. D’après Carreira (1947), certaines coutumes s’accompagnaient, avant le milieu du xxe siècle, de festivités qui pouvaient conduire à sacrifier plusieurs dizaines de têtes de bétail. Il existe également des funérailles différées chez les Coniagui (Lestrange 1955, p. 69) :

Après la mort, la partie essentielle de l’homme anonkwol, principe spirituel immortel, va mener une vie propre, dont différentes cérémonies et rites funéraires vont déclencher les étapes : après la mort et l’enterrement, dès que l’anonkwol est sorti de la tombe (kadyinda), il se promène dans le village, redoutable. La cérémonie wakuey va fixer l’anonkwol aux poteaux de bois de la porte et du lit du défunt. L’installation de ces poteaux auprès des autres poteaux funéraires (renka) […] apaise définitivement l’anonkwol. Pour celui-ci un nouvel état commence : il n’est plus à craindre mais à prier et ses descendants lui offriront des sacrifices.

31Chez les Kissi (Paulme 1954, p. 135) :

La levée du deuil est marquée par trois événements qui, pour exprimer le même souci d’installation définitive du mort au rang d’ancêtre, demeurent toutefois indépendants. Sacrifice d’expulsion, pose d’une pierre sur l’autel des ancêtres, partage de l’héritage, des raisons d’ordre pratique font que ces trois moments de la levée du deuil ne coïncident presque jamais.

32Cependant, ici comme dans les cas précédents, la plupart des auteurs insistent sur la diversité des pratiques sépulcrales mises en œuvre au sein d’un même groupe, avec de très nombreux cas particuliers : chacun correspond à différents traitements du corps de défunts (premiers nés et morts néfastes, lépreux, aveugles, noyés, foudroyés, sorciers).

33Les tombes sont souvent isolées, creusées ou construites en brousse. Dans le village, la case du défunt lui servira parfois de dernière demeure. Chez les Kissi, seules les dépouilles des premiers-nés sont rassemblées hors du village ; en pays bassari, chaque tombe de « prêtre » a la forme d’une « petite case circulaire dépourvue de porte, au mur de pierres empilées, coiffée d’un toit conique en paille » (Girard 1986 : 166). Ce sont les seules tombes à être rassemblées en nécropoles. Le thème de la maison du mort est récurrent.

34Sans connaissance préalable de ces relations ethnographiques, les données archéologiques concernant les mégalithes protohistoriques du Sénégal et de Gambie nous ont permis d’établir trois séquences successives : 1. Les pratiques sépulcrales ; 2. La monumentalisation du lieu ; 3. Quelques cérémonies commémoratives. La coïncidence avec les données ethnographiques relatant trois grandes étapes, à savoir la mise au tombeau, puis l’organisation de grandes funérailles, puis l’échelonnement de rites conduisant le défunt au statut d’ancêtre, est troublante. Elle nous incite à pousser plus loin les comparaisons.

Comparaisons avec les données archéologiques

35Ces pratiques funéraires différées sont souvent associées à des éléments matériels qui trouvent des correspondances avec ce que l’on peut déduire de l’observation des vestiges archéologiques :
• Les cercles de pierres dressées sont désormais compris comme les vestiges de plateformes monumentales qui elles-mêmes auraient pu supporter la superstructure en matière périssable d’une maison des morts. Ce thème est récurrent dans la littérature ethnographique, pour les Sereer mais aussi les Coniagui et les Kissi. Chez les Bassari, elles prennent la forme de courtes plateformes ceinturées par une murette en pierre sèche, édifiées au-dessus de la tombe et surmontées par le toit de la case du défunt.
• La chambre sépulcrale, de dimensions et de formes variables, est souvent desservie par un puits d’accès. Elle prend la forme d’une simple logette latérale chez les Manjak et chez les Coniagui, mais aussi parfois chez les Sereer. En Guinée forestière, en Sierra Leone et au Libéria, leurs dimensions sont plus importantes. Le cas le plus fréquent chez les Sereer est celui d’une vaste fosse recouverte par le toit de la case. La tombe du défunt est placée au fond de cette fosse. Becker et Martin (1982) ont aussi répertorié quelques cas d’hypogées au puits d’accès débouchant à l’extérieur de la masse tumulaire.
• Ceinturé par plusieurs couches de pagnes, le défunt est parfois emmené vers sa dernière demeure dans un large couffin en matière végétale. Il en va ainsi, par exemple, chez les Manjak. Perchée à plusieurs mètres de haut, la maison des masques qui se tient au centre du carré des dyarar coniagui prend également la forme d’un tel couffin, ici surmonté par une toiture et surélevé par des pieux en bois (fig. 10). De tels dispositifs présentent au sommet une forme assez semblable à la Mama Yomba kissi, qui est cependant de taille beaucoup plus réduite (fig. 11). Lorsqu’il contient quelques ossements d’un défunt, la Mama Yomba peut être utilisée pour interroger le mort, longtemps après son décès. L’empreinte d’un contenant en matière périssable déposé à différents niveaux du comblement de fosses en silo, sur la nécropole mégalithique de Wanar, laisse voir une forme somme toute assez similaire à ces couffins.
• Pour ce qui concerne le traitement du corps, un souci de conservation des chairs semble particulièrement fréquent, notamment sur la côte. Chez les Manjak, il est fait mention d’un spécialiste qui, dans chaque village au début du xxe siècle, aurait été chargé d’enlever jusqu’à la peau du défunt à cet effet : c’est là du moins l’explication qui fut donnée aux observateurs. Plus à l’est, l’enfumage du corps du défunt, suspendu dans sa propre case, peut prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois. De telles pratiques sont pleinement justifiées par le caractère différé des rites funéraires. Elles n’ont guère été prises en compte jusqu’à présent dans l’interprétation des vestiges archéologiques.

36La convergence formelle entre les pieux de bois érigés sur l’autel des ancêtres de populations contemporaines et les pierres frontales des mégalithes sénégambiens, que nous avons eu l’occasion depuis lors d’étayer beaucoup plus largement (Laporte et al. 2015), était notre point de départ. Elle s’inscrit désormais dans un cadre de réflexion beaucoup plus structuré.

Fig. 10 : « Maison des masques », au centre du carré des dyarar coniagui, selon la légende du cliché pris en 1946 par Gessain

Fig. 10 : « Maison des masques », au centre du carré des dyarar coniagui, selon la légende du cliché pris en 1946 par Gessain

Fig. 11 : Mama Yomba prête pour la divination, chez les Kissi

Fig. 11 : Mama Yomba prête pour la divination, chez les Kissi

De forme globalement similaire à un couffin, mais de taille beaucoup plus réduite, ce type d’objet en matière périssable contient parfois quelques ossements du défunt que l’on souhaite interroger (ou une statuette anthropomorphe en stéatite, le pomdo, dont les Kissi attribuent le façonnage à d’autres que leurs propres ancêtres).

D’après Paulme 1954

  • 5 En fonction de l’état de décomposition du (des) cadavre(s), on ignore dans quelle mesure les secous (...)

37Quant à la diversité des pratiques sépulcrales observées par l’archéologue, outre qu’elles s’étalent sur plus de cinq cents ans, dans le cadre de chronologies qui doivent encore être affinées, elles n’ont plus rien pour surprendre, au vu de la diversité de gestes pratiqués dans ce domaine, il y a moins de cinquante ans, au sein d’un même village. Cela dépend certes du statut du défunt de son vivant, mais aussi des circonstances de sa mort, et peut-être plus encore de l’issue de nombreux rites divinatoires parmi lesquels figure une interrogation du mort5 très largement répandue dans la région (par exemple Journet, Juillard 1989).

38Cette diversité n’est d’ailleurs pas sans susciter quelques interrogations sur ce qui nous est présenté comme une norme, tant les relations détaillées d’un enterrement sont rares, contrairement aux fêtes publiques des grandes funérailles, qui ont largement surpris nombre d’observateurs étrangers. Sur ce point, nous disposons seulement de trois cas rapportés de façon précise pour notre région d’étude ; tous trois ont été observés par de jeunes Européennes et concernent le décès de vieilles femmes, souvent sans descendance (Paulme 1954, Lestrange 1955, Teixeira 2012). Le statut des observateurs pourrait-il avoir influé sur la nature de ce que l’on a bien voulu leur montrer ?

Le cas particulier des inhumations simultanées

39Il est inhabituel qu’une société inhume simultanément deux ou plusieurs personnes dans la même sépulture (Chambon et Leclerc 2007 ; Boulestin 2008). Il peut s’agir de décès simultanés résultant d’un épisode de famine, d’épidémie, de conflit armé ou de razzia… Mais il est quelques cas de figure où ce qui, ailleurs, est anormal, devient en quelque sorte la règle, comme pour les sociétés qui pratiquent des sacrifices humains ritualisés, ou celles pour lesquelles un personnage principal est systématiquement accompagné dans la tombe par des membres de sa famille, ou de sa suite. Toute cette littérature ethnographique bruisse en effet de la rumeur, souvent confuse, de la pratique de sacrifices humains. Les relations directes sont rares et proviennent souvent de régions très éloignées de notre zone d’étude : les mises à mort réalisées à l’occasion de funérailles, en pays asante, par exemple, furent interprétées par Alain Testart comme des exemples de morts d’accompagnement. Maintes relations indirectes suggèrent également que la pratique d’un accompagnement funéraire aurait pu affecter de nombreuses sociétés lignagères en Afrique. Les exemples cités sont toutefois très rares à l’ouest de la Côte d’Ivoire (Testart 2004 : 89). Quant à la citation d’Al Bakri, en 1068, concernant les funérailles royales de l’ancien royaume du Ghana, Testart nous incite à la prudence.

La question des sacrifices humains

40Parmi les premiers à faire état de sacrifices humains pour notre zone d’étude, Delacour (1947) nous en offre une relation, si ce n’est directe, du moins argumentée :

Le dernier chef de Bautant, mort en novembre 1908, aurait été, dans les propres déclarations du défunt lors de son interrogation avant d’être enterré, victime de la vengeance des Yameni [divinités], auxquelles il aurait refusé le sacrifice d’une personne qui lui avait été désignée. Lorsque ces divinités demandent un sacrifice de ce genre, elles refusent les captifs, elles ne veulent que des personnes de condition libre. S’agit-il de sacrifices sanglants, d’empoisonnement, ou même ces sacrifices sont-ils purement imaginaires, je n’oserais conclure. Les termes employés par les indigènes semblent confirmer la deuxième hypothèse.

41Le meurtre rituel du neveu, chez les Manjak, sacralisait la terre où celui-ci avait été enterré, qui devenait alors une propriété inaliénable d’une lignée maternelle concernée (Teixeira 2004). L’oncle maternel enterrait le neveu vivant, seulement estourbi par un coup de gourdin. « Lorsque le problème était particulièrement sérieux, une nièce pouvait être étouffée en même temps que le neveu » (Teixeira 2004 : 195). Dans un cas au moins, un chien était enseveli en même temps que la nièce et le neveu. S’il est clair que le neveu était sacrifié, le statut de la nièce est plus difficile à préciser : « Le meurtre rituel du neveu ne le conduisait pas à la mort : il devenait une puissance invisible. » Comment qualifier l’accompagnant, le sacrifié, ou l’offrande, lorsqu’il rejoint un défunt qui est lui-même en train de devenir un ancêtre, un esprit, un génie ?

42Denise Paulme (1946) insiste également sur le caractère contractuel qui résulte du kizo, chez les Kissi. Destiné aux ancêtres, il correspond en général au sacrifice d’un animal, un taureau de préférence. La cérémonie à laquelle elle a assisté en 1945 s’est déroulée en présence du chef de canton et de vingt-deux chefs de village. Pendant tout le temps que dure le dépeçage de la bête, « le vieux chef de canton reste couché sur le côté au bord du chemin, comme mort » (p. 56). L’auteur s’interroge alors (p. 56) : « la victime ne serait-elle ici qu’un substitut ? » Ses informateurs lui confirment du moins l’existence de sacrifices humains, souvent « dans un but il est vrai purement magique » (p. 57). Mais le lien induit par le partage d’un kizo peut aussi concourir à des visées politiques, pour affirmer l’autorité d’un chef ou le destituer.

Les funérailles des personnages les plus importants

  • 6 Les faleg sont des initiés de niveau intermédiaire et les dyarar, des initiés de niveau supérieur ( (...)

43Tout exercice du pouvoir s’entoure de secrets. Dans les sociétés à masques, le secret a été institutionnalisé au point que les initiés disposent souvent d’une langue spécifique. Les pratiques funéraires qui concernent les personnages importants nous sont pratiquement inconnues. Delacour (1947) nous signale seulement que la tombe d’un chef de village coniagui est gardée toutes les nuits par des faleg et des dyarar6 pendant une quinzaine de jours : que se passe-t-il alors ? Nul ne le sait, si ce n’est probablement quelques initiés. Un rapport inédit sur ce sujet, seulement cité par Monique de Lestrange, aurait été rédigé par Bernard Maupoil, élève de Marcel Mauss nommé administrateur colonial à Youkounkoun un peu avant la Seconde Guerre mondiale. Mais il semble s’être perdu. Quelques lignes écrites par Le Mire (1955 : 331), concernant les enterrements sereer, intriguent :

Au cas où le défunt était un chef important, un mbour, il y a une variante dans la cérémonie. Pendant que le village danse, les parents et fidèles du défunt creusent une fosse dans la case même où se trouve le cadavre et l’y placent, souvent en compagnie d’un de ses diarafs ou jarba, que l’on tue à ce moment, afin que le défunt puisse avoir un compagnon qui lui servira à transmettre ses ordres.

44Il s’agit là – peut-être – de la seule mention qui, aujourd’hui, pourrait être interprétée dans le sens d’un accompagnement funéraire. Ce même auteur précise (p. 331) :

L’enterrement, comme il a été décrit plus haut, a lieu dans les mêmes conditions, mais c’est une bille de bois recouverte d’une étoffe qui est placée sur le lit et mise dans la fosse. Cette substitution a pour but d’éviter que les ennemis du défunt viennent troubler son repos. Le cadavre a été caché pour le soustraire à leur entreprise.

45Dans le cas présent, donc, l’archéologue ne trouverait plus dans la tombe que les ossements de l’accompagnant. Car c’est l’absence du personnage principal qui, ici, crée la hiérarchie. Beaucoup plus récemment, Amade Faye (2016) confirme que le corps d’un prince gelwar n’est jamais placé dans la tombe publique qui lui a été dédiée.

46Il est un autre point qu’il nous faudra approfondir : qui sont réellement ces « prêtres » bassari dont seules les tombes seraient regroupées en nécropoles ? Leur rôle exact, leur statut précis et l’étendue de leurs pouvoirs ne sont pas toujours précisés. Quant aux modalités de leurs funérailles, nous les ignorons également. Dans ce large panorama, de véritables nécropoles « royales » sont en revanche attestées chez les Manjak, et beaucoup plus fréquentes encore chez les Sereer. Nous en retiendrons que le regroupement en nécropoles des tombes du mégalithisme sénégambien n’est certainement pas le cas le plus fréquent.

47Les relations ethnographiques nous offrent deux exemples de ce que l’archéologue qualifierait de sépultures doubles (fig. 12) : l’une correspond à un sacrifice, chez les Manjak, l’autre pourrait être associée à la pratique de morts d’accompagnement, chez les Sereer. Quant à l’inhumation simultanée de plusieurs corps, même le décès simultané d’un nombre important d’individus, à l’occasion des funérailles d’un personnage important, en pays asante (par ailleurs fort éloigné de notre zone d’étude), n’aura laissé que peu de traces accessibles aux archéologues, les corps des esclaves mis à mort étant jetés en brousse (Testart 2004 : 92).

Fig. 12 : Exemple de sépulture double dégagée sous les mégalithes sénégambiens

Fig. 12 : Exemple de sépulture double dégagée sous les mégalithes sénégambiens

Tiékène-Boussoura no 9 : les deux squelettes centraux (d’après Thilmans, Descamps et Khayat, 1980).

Discussions

48Ces vingt dernières années, les débats qui ont animé la communauté des archéologues – ceux travaillant sur le mégalithisme sénégambien – opposaient inhumations et sépultures secondaires, sacrifices humains et morts d’accompagnement, dans des logiques un peu binaires qui ne tiennent pas toujours compte de la diversité des pratiques funéraires propres à chaque contexte, tels qu’il nous apparaît au travers de relations ethnographiques. Face aux ossements recueillis sous les mégalithes du Sénégal et de Gambie, la notion même de sépulture ne semble plus aussi évidente, ni systématique, qu’au départ : les ossements déposés dans de grands contenants en matière périssable, parfois à différents niveaux de la fosse sépulcrale, ne pourraient-ils pas – parfois au moins – être interprétés comme des offrandes ? L’existence, parfois également, d’une hiérarchie induite par l’absence du corps du personnage principal ouvre le champ des possibles que l’archéologue doit tenter de prendre en compte.

49D’autres questions tiennent à l’apport de matière organique associé à de tels dépôts, qui auraient pu favoriser la conservation de certains des ossements au détriment de quelques autres, inhumés dans des conditions différentes. Qui furent ceux et celles dont on retrouve les ossements dans les espaces sépulcraux des mégalithes sénégambiens ? Quel était leur statut, et s’agit-il toujours de ceux à qui l’on a destiné cette tombe ? Sur ce point, la confrontation des données archéologiques aux relations ethnographiques disponibles soulève sans doute à peu près autant de questions qu’elle permet d’en résoudre.

50Les précédentes hypothèses sur les pratiques funéraires du mégalithisme sénégambien défendaient l’idée que tous les défunts avaient été inhumés dans une même fosse. Nous avons vu que les gestes sépulcraux sont en réalité beaucoup plus variés, et surtout qu’ils interviennent dans des contextes de dépôt fort différents. L’apport des données ethnographiques à l’interprétation des observations effectuées par les archéologues, pour d’autres sociétés beaucoup plus anciennes, n’en est pas moins stratégique. Plus personne aujourd’hui dans la région n’édifie de mégalithe. Mais les éléments de convergence sont parfois troublants : la pratique de rites funéraires différés, permettant au défunt d’accéder progressivement au statut d’ancêtre, sera désormais intégrée à nos hypothèses de travail pour le mégalithisme sénégambien.

51Quant à la monumentalisation du lieu, l’idée d’un parallèle avec la maison des vivants ressort très nettement tant des observations ethnographiques, pour des structures en matière périssable, que des interprétations proposées par l’archéologue à partir des données exhumées sur le terrain. Celles-ci concernent les ruines de constructions en pierre, en bois et parfois en terre crue, qu’elles soient ou non recouvertes ensuite par un tumulus de terre ou une carapace en pierre. En revanche, l’hypothèse de rites funéraires différés change complètement le cadre des interprétations.

  • 7 À titre d’exemple, la présence d’un corps partiellement momifié, déposé tout contre le corps d’une (...)

52Beaucoup reste à faire. Mais les faits archéologiques sont tenaces : un tiers des décès concernant les personnes dont les ossements ont été recueillis sous ces monuments sont des inhumations simultanées (fig. 13). Voilà qui ne peut pas être fortuit. Prouver l’existence d’une hiérarchie est souvent délicat, et les réponses doivent alors être recherchées au cas par cas. En l’état lacunaire de la documentation archéologique disponible, l’existence de sacrifices humains ne peut pas être définitivement écartée. L’hypothèse de morts d’accompagnement reste néanmoins valide. Pour peu qu’une éventuelle conservation des chairs, associée au dépôt conjoint de plusieurs corps, soit ici toujours le garant de morts simultanées7

53Nous savions déjà qu’il est toujours un peu dangereux d’extrapoler trop rapidement ce que l’on observe au travers des seules pratiques funéraires à l’organisation de l’ensemble de la société. Ici, les relations ethnographiques attirent notre attention sur le poids des pratiques divinatoires, parmi lesquelles l’interrogation du mort semble largement répandue. Ces pratiques divinatoires interfèrent par exemple sur le statut qui sera attribué au défunt, indépendamment de celui dont il disposait de son vivant, et par là même sur le traitement qui sera réservé à sa dépouille. Elles définiront s’il a droit à une sépulture propre, voire à quelque sépulture que ce soit. Indirectement, elles peuvent induire des remaniements dans la tombe, ou des prélèvements sur le cadavre.

54Les débats s’inscrivent alors dans un cadre historique qu’il faut aussi prendre en compte. C’est également le sens des travaux proposés par Gallay (2010). L’analyse de la société wolof occupe une place de choix dans cette étude (Diop 2012). La publication des résultats obtenus à Mbolop Tobé (Gallay et al. 1982) était déjà associée à celle d’une étude tout aussi passionnante des pratiques sépulcrales contemporaines de tradition sereer (Becker, Martin 1982). En revanche, la plupart des exemples qui nous sont venus à l’esprit correspondent plutôt à ce que l’on a appelé des sociétés à masques. Il s’agit souvent de groupes qui furent présentés comme relictuels au début du xxe siècle par les autorités coloniales, qui estimaient seulement à quelques milliers de personnes la population de tous les villages coniagui, alors que les Bassari étaient en voie de disparition, n’arrivant même plus à prendre femme parmi les leurs. Nous resterons donc prudents sur les déductions que l’on pourrait en tirer concernant l’organisation sociale de sociétés beaucoup plus anciennes encore.

Fig. 13 : La question des sépultures multiples du mégalithisme sénégambien.

Fig. 13 : La question des sépultures multiples du mégalithisme sénégambien.

Sine-Ngayène no 25 : plan du monument avec figuration réaliste des sujets inhumés

Gallay 2009, d’après Thilmans, Descamps et Khayat, 1980. Cliché Descamps, archives de l’IFAN

55Plus généralement, les raisonnements des archéologues n’ont guère été soumis jusqu’à présent aux revendications identitaires de ceux qui vivent aujourd’hui à proximité de mégalithes que la tradition orale attribue à d’autres, sans vraiment préciser lesquels. Les pratiques funéraires font aussi partie de l’intime : on peut comprendre que l’on ne souhaite pas toujours dévoiler tous les éléments qui incitent parfois à rapprocher ce que chacun connaît des observations effectuées par les archéologues, avec ce que d’autres savent de la réalité effective des pratiques effectuées par tel ou tel groupe contemporain dont ils font partie (Diouf 2016). Mais ces données seraient précieuses car tout raisonnement scientifique doit être établi sur une argumentation détaillée, accessible à tous.

56Ceux et celles qui ont contribué à édifier les mégalithes du Sénégal et de Gambie, dont on retrouve les ossements sous les ruines de ces architectures, qui ont continué à vénérer les puissances qu’elles incarnent encore, peut-être longtemps après leur construction, ont à jamais disparu. Ils ont vécu il y a 500 ans, pour certains, et 1 000 à 1 300 ans, pour d’autres. Seule l’archéologie peut, dans ces cas, nous renseigner sur ces sociétés du passé. Les informations qu’elle nous apporte sont toujours incomplètes. Encore aujourd’hui, nous ignorons presque tout, par exemple, des habitats correspondants. En ce qui concerne les rites funéraires, ce que l’on peut déduire des vestiges exhumés n’est sans doute qu’une petite partie de toute la diversité des pratiques du passé qui se sont déroulées en un lieu et à un moment donné. Néanmoins, les données archéologiques concernant ces mégalithes suggéraient l’existence de trois séquences – chacune parfois complexe, mais distincte – liées aux pratiques sépulcrales, à la monumentalisation du lieu, comme à la présence de pratiques commémoratives.

57Sur le site mégalithique de Wanar, nous avons d’abord démontré que la forme architecturale observée aujourd’hui n’est pas celle qui fut construite par le passé : les cercles de pierres dressées ne sont que la ruine de plateformes monumentales, ailleurs seulement construites en pierre sèche. L’observation de stratigraphies révélant la forme de fosses en silo sous-jacentes, ou celle de contenants en matière périssable, a aussi permis de préciser chacune de ces séquences : elles apparaissent alors comme largement décalées dans le temps. La mise en œuvre des méthodes d’une anthropologie de terrain particulièrement rigoureuse donne enfin des résultats qui – remis en perspective dans le cadre d’une révision des données acquises depuis une centaine d’années – soulèvent bien des questions précédemment passées un peu inaperçues. Une fréquence « anormale » des inhumations simultanées, relevée de longue date, s’en trouve toutefois confirmée. Depuis plus d’une dizaine d’années, les travaux de Testart ont considérablement influencé les débats comme certaines des hypothèses proposées par les archéologues concernant ce mégalithisme sénégambien. Ce fut le point de départ de notre réflexion, et ces travaux restent aujourd’hui encore particulièrement précieux.

58Parallèlement, ces nouvelles données archéologiques nous ont aussi conduits à rechercher quelques parallèles au travers des relations ethnographiques disponibles localement ; exercice toujours périlleux. Nous nous sommes d’abord heurtés au très petit nombre de relations ethnographiques directes rendant compte de telles pratiques sépulcrales qui soient suffisamment précises pour pouvoir être véritablement comparées aux observations archéologiques. Nous nous sommes aussi interrogés sur les biais qu’elles comportent, au même titre d’ailleurs que pour les données archéologiques. De nombreux éléments de comparaison formelle, souvent totalement inédits, sont cependant apparus. Il restait à les insérer dans un cadre de réflexion plus large, avant de pouvoir les valider : ils concernent, par exemple, la notion de maison des morts, ou les pieux plantés verticalement sur l’« autel » des ancêtres. Les mégalithes du Sénégal et de Gambie, perçus à tort comme autant de petits Stonehenge, furent longtemps présentés comme une singularité un peu incongrue au sein de la protohistoire africaine.

  • 8 À peu près au moment où Thilmans et Descamps publiaient leur propre monographie (Thilmans et al. 19 (...)

59Les trois temps successifs récemment mis en évidence par l’archéologie trouvent alors comme un écho au travers de ce que les sociologues ont identifié de longue date. Il y a plus de trente-cinq ans8, Jacques Lombard résumait de la sorte certains passages de l’ouvrage publié par Louis-Vincent Thomas (Thomas 1982) sur l’idéologie funéraire en Afrique noire :

60L’auteur propose de distinguer les cérémonies de préparation et de funérailles proprement dites du rituel d’« achèvement » , qui a pour but de « canaliser l’éloignement du mort », et surtout des cérémonies finales, véritables rites d’agrégation, qui célèbrent la levée du deuil, l’accès du défunt au statut d’ancêtre et la réintégration de la famille éplorée dans la société, après une période de marginalisation qui peut durer parfois plus d’un an (Lombard 1983 : 747).

61Les exemples précis et diversifiés de relations ethnographiques que nous avons cités s’insèrent tous dans ce cadre plus général. À n’en pas douter, les faits ici décrits pour des vestiges archéologiques datant de plus de 500 ans en rendent compte également. Si ce n’est peut-être que, dans ce cas, l’accession du défunt au statut d’ancêtre pourrait s’accompagner de pratiques rituelles et commémoratives étalées sur une durée beaucoup plus longue encore…

Haut de page

Bibliographie

Becker Charles, Martin Victor, 1982, Rites de sépulture préislamiques au Sénégal et vestiges protohistoriques, Archives suisses d’anthropologie générale 46 (2) : 261-293.

Boulègue Jean, 2013, Les Royaumes wolof dans l’espace sénégambien (xiiie-xviiie siècle), Paris, L’Harmattan.

Boulestin Bruno, 2008, Pourquoi mourir ensemble ? À propos des tombes multiples dans le Néolithique français, Bulletin de la Société préhistorique française 105 (1) : 103-130.

Boutonnet, 1916, Note de M. Boutonnet, Administrateur des Colonies, Annales et mémoires de la Commission des études historiques et scientifiques, AOF : 37-39.

Carreira Antonio, 1947, Vida social dos Manjacos, Lisbonne, Centro de Estudos da Guiné Portuguesa, Bissau.

Chambon Philippe, Leclerc Jean, 2007, Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ?, Bulletin de la Société préhistorique française 104 (2) : 289-306.

Cros Jean-Paul, Laporte Luc, Gallay Alain, 2013, Pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : décryptages et révisions, Afrique : Archéologie et arts 9 : 13-25.

Delacour Alfred, 1912-1913, Les Tenda (Konyagui, Bassari, Badyaranké) de la Guinée française, Revue d’ethnographie et de sociologie, Paris : 287-293 (1912) ; 31-52, 105-153 (1913).

— 1947, Sociétés secrètes chez les Tenda, Études guinéennes 2 : 37-52. Delvoye Adrien, Laporte Luc, Bocoum Hamady, Bernard Régis, Cros Jean-Paul, Djouad Sélim, Dartois Vincent, Lejay Mathieu, Athie Adama, Cissé Fatou, Quesnel Laurent, 2016, L’art et la manière : approche technologique des céramiques de dépôt dans le mégalithisme sénégambien. Le cas de la nécropole de Wanar (Sénégal), Journal of African Archaeology 20 : 115-134.

Diop Abdoulaye-Bara, 2012, La Société wolof, tradition et changement, Paris, Karthala.

Diouf Babacar Sedikh, 2016, Mégalithisme ouest-africain : une interprétation par la tradition orale seereer, in Mickaël Augeron, Fabrice Bonnifait, Amade Faye, Raphaël Ndiaye, Voyages en pays seereer, Le Sine-Saloum (Sénégal) : des patrimoines en partage, La Crèche, Geste éditions : 98-103. Duchemin (capitaine), 1905, Les mégalithes de la Gambie, L’Anthropologie 16 : 633-638.

Duday Henri, 2005, Lezioni di archeothanatologia : archeologia funeraria e anthropologia di campo, Rome, École française de Rome.

Fauvel-Aymar François-Xavier, 2013, Le Rhinocéros d’or. Histoire du Moyen Âge africain, Paris, Alma.

Faye Amade, 1997, Le Thème de la mort dans la littérature seereer. Essai, Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines du Sénégal.

— 2016, Baobabs à griots en milieu sereer ou le paradigme de la mort du roi dans le terroir d’autrui, in Mickaël Augeron, Fabrice Bonnifait, Amade Faye et Raphaël Ndiaye (dir.), Voyages en pays seereer, Le Sine-Saloum (Sénégal) : des patrimoines en partage, La Crèche, Geste éditions : 143-147.

Gallay Alain, Pignat Gervaise, Curdy Philippe, 1982, Mbolop Tobe (Sinthiou Kohel, Sénégal) contribution à la connaissance du mégalithisme sénégambien, A.S.A.G. 46 (2) : 247-259.

— 2006a, Sociétés mégalithiques, pouvoir des hommes, mémoire des morts, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

— 2006b, Le mégalithisme sénégambien : une approche logiciste, in Cyr Descamps et Abdoulaye Camara (dir.), Senegalia, Études sur le patrimoine ouest-africain. Hommage à Guy Thilmans, Saint-Maur-des-Fossés, Sépia : 205-223.

— 2010a, Rites funéraires mégalithiques sénégambiens et sociétés africaines précoloniales : quelles compatibilités ? Bulletin et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 22 (1-2) : 84-102.

— 2010b, Sériation chronologique de la céramique mégalithique sénégambienne (Sénégal, Gambie). 700cal BC – 1700 cal. AD., Journal of African Archaeology 8 (1): 99-129.

— 2011, De mil, d’or et d’esclaves. Le Sahel précolonial, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, « Le Savoir suisse ».

Gaisseau Pierre-Dominique, 1953, Forêt sacrée, magie et rites secrets des Toma, Paris, Albin Michel.

Germain Jean, 1947, L’au-delà chez les Guerzé, Études guinéennes 2 : 27-35.

— 1984, Guinée. Peuples de la forêt, Académie des sciences d’outre-mer, Paris. Gessain, Monique, 1958, Note sur les Badyaranké (Guinée, Guinée portugaise et Sénégal), Journal de la Société des africanistes 28 : 43-89.

— 2004, Coniagui : Guinée, Sénégal et Gambie. L’histoire d’une diaspora, Saint-Maur-des-Fossés, Sépia, 2004.

Girard Jean, 1985, Les Bassaris du Sénégal, fils du Caméléon, Paris, L’harmattan. Hamy Ernest-Théodore, 1904, Quelques observations sur les tumulus de la vallée de la Gambie, Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles lettres 5 : 60-69.

Holas Bohumil, 1953, Décès d’une femme guerzé. Cercle de Nzérékoré, Guinée française, Africa XXIII (2) : 145-155.

Holl Augustin, Bocoum Hamady, 2006, Variabilité des pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : le cas de Siné-Ngayène, in Cyr Descamps, Abdoulaye Camara (dir.), Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain, Saint-Maur-des-Fossés, Sépia : 224-234.

Holl Augustin, Bocoum Hamady, Dueppen Stephen, Gallager Daphné 2007, Switching Mortuary Codes and Ritual Programs: The Double-Monolith-Cercle from Sine-Ngayène, Sénégal. Journal of African Archaeology 5, 1: 127-148.

Holl Augustin, Bocoum Hamady, 2017, Megaliths, Cultural Landscape, and the Production of Ancestors, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes.

Iffono Aly Gilbert, 2011, Naître, vivre et mourir en pays kissi précolonial. Essai d’anthropologie sociale et culturelle, Paris, L’Harmattan.

Jackson Michael, 1977, The Identity of the Dead: Respects of Mortuary Ritual in a West African Society, Cahiers d’études africaines 17 (66/7): 271-297.

Jouenne Pierre, 1918, Les monuments mégalithiques du Sénégal, Bulletin de la Commission des études historiques et scientifiques AOF : 57-86.

Journet-Diallo Odile, 2007, Les Créances de la terre. Chroniques du pays Jaamat (Joola de Guinée-Bissau), Paris, Bibliothèque de l’École pratique des hautes études.

Journet Odile, Julliard André, 1989, Interrogatoire du mort en pays joola felup, Systèmes de pensée en Afrique noire 9 : 135-153.

Kamara Karifa, 1933, Kuranko Funeral Customs, Sierra Leone Studies 19 : 153-7.

Laplagne, P. F. 1921, Coutumes kissiennes au sujet des malades et des morts, Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF : 268-272.

Laporte Luc, Bocoum Hamady, Bernard Régis, Bertin Francis, Dartois Vincent, Delvoye Adrien, Diop Malick, Kane Abdoulaye, Quesnel Laurent, 2009, Le site mégalithique de Wanar (Sénégal). Note préliminaire sur un nouveau programme de coopération entre la France et le Sénégal, Afrique, Archéologie & Arts 5 : 99-108.

Laporte Luc, Bocoum Hamady, Cros Jean-Paul, Delvoye Adrien, Bernard Régis, Diallo Mamoudou, Diop Malick, Kane Abdoulaye, Dartois Vincent, Lejay Mathieu, Bertin Francis, Quesnel Laurent, 2012, Megalithic monumentality in Africa : From Graves to Stone Circles at Wanar, Senegal, Antiquity 86 (332) : 409-427.

Laporte Luc, Delvoye Adrien, Bocoum Hamady, Cros Jean-Paul, Djouad Selim, Thiam Djibi, 2015, Décorations et représentations symboliques sur les mégalithes du Sénégal et de Gambie, Arqueologia y Prehistoria del Interior peninsular 3 : 334-356.

Laporte Luc, Bocoum Hamady, Delvoye Adrien, Sanogo Kléna, Polet Jean, Ceesay Baba, Cros Jean-Paul, Athie Adama, Djouad Selim, Ndiaye Matar, Armbruster Barbara, Ballouche Aziz, Einchorn Barbara, Garnier Aline, Lespez Laurent, Mathé Vivien, Robion-Brunner Caroline, 2017, Les mégalithes du Sénégal et de la Gambie dans leur contexte régional, Afrique, archéologie & arts 13 : 93-119.

Lestrange Monique de, 1955, Les Coniagui et les Bassari (Guinée française), Paris, Presses universitaires de France.

Le Mire, Pierre, 1955, Notes sur les enterrements sérères, in Jean Joire (dir.), Découvertes archéologiques dans la région de Rao (Bas Sénégal). Bulletin IFAN, Dakar, 17 : 330-332.

Lombard Jacques, 1983, Compte rendu d’ouvrage : Thomas L.-V., 1982, La mort africaine. Idéologie funéraire en Afrique Noire, Revue française de sociologie 24 (4) : 746-748.

Martin Victor, Becker Charles, 1977, Sites protohistoriques de la Sénégambie, in Régine Van Chi-Bonnardel (sous la coordination de), Atlas national du Sénégal, Paris, IGN : 48-51.

— 1984, Vestiges, peuplements et civilisations protohistoriques de la Sénégambie. Inventaire des sites protohistoriques de la Sénégambie, Kaolack, Paris, CNRS, Version revue et remise en forme, Dakar, 2003.

Mauny Raymond, 1961, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge, d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Dakar, Mémoire IFAN 61.

Meireles Arthur Martins de, 1960, Mutilações étnicas dos Manjacos, Centro de Estudos da Guiné Portuguesa, Bissau.

Mengrelis Thanos, 1949, Funérailles chez les Malinké de la forêt guinéenne (Nzérékoré), Notes africaines 44 : 118.

Paulme Denise, 1946, La notion de sacrifice chez un peuple « fétichiste » (les Kissi de la Guinée française), Revue de l’histoire des religions 132 (1-3) : 48-66.

— 1954, Les Gens du Riz. Les Kissi de Haute-Guinée, Paris, Librairie Plon. Père Madeleine, 2004, Le Royaume Gan d’Obiré. Introduction à l’histoire et à l’anthropologie. Burkina Faso, Saint-Maur-des-Fossés, Sépia.

Roche Christian, 2000, Les Bañunou Baïnuk, Histoire de la Casamance : Conquête et résistance, 1850-1920, Paris, Karthala : 21-28.

Sayers E. F., 1925, The Funeral of a Kuranko Chief, Sierra Leone Studies 7: 19-29

Testart Alain, 2004, Les Morts d’accompagnement, La Servitude volontaire I, Éditions Errance.

— 2012, Avant l’Histoire. L’évolution des sociétés de Lascaux à Carnac, Paris, Gallimard.

Teixeira Da Mota Avelino, 1954, Guinea Portuguesa, pelo primero tente, Mongrafias do territorios de ultramar, Lisbonne, Agencia general do ultramar.

Teixeira Maria, 2003, Enterrement à Karonkã, Guinée-Bissau, Karonkã, novembre 2001, 15 minutes, URL  :<https://www.canal­u.tv/video/smm/enterrement_a_karonka_rituel_funeraire_guinee_bissau.13026>.

— 2004, Circulation des fluides et transformation des êtres : Les Manjak de Guinée-Bissau, in Françoise Héritier, Margarita Xhantakou (dir.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob : 187-203.

— 2007, Questionner la mort pour préserver la vie : Les Manjak du royaume de Babok, Guinée-Bissau, in Ilario Rossi (dir.), Prévoir et prédire la maladie, Paris, Éditions Aux lieux d’être, « Sous prétextes de médecines » : 49-66.

— 2012, Quand les morts sont célébrés. Les grandes funérailles manjak (Guinée-Bissau), in Thierry-Marie Courau, Henri de la Hougue (dir.), Rites. Fêtes et célébrations de l’humanité, Paris, Bayard : 1103-1115.

Thilmans Guy, Descamps Cyr, 1975, Le site mégalithique de Tiékène-Boussoura (Sénégal), fouilles 1974-1975, Bulletin de l’Institut fondamental d’Afrique noire 37 (2) : 259-306.

Thilmans Guy, Descamps Cyr, Khayat Bernard, 1980, Protohistoire du Sénégal. Recherches archéologiques, t. I : Les Sites mégalithiques, Dakar, Mémoire de l’IFAN 91.

Thomas Louis-Vincent, 1982, La Mort africaine. Idéologie funéraire en Afrique noire, Paris, Payot.

Todd J. L., Wolbach G. B., 1911, Stone Circles in Gambia, Man 96 : 161-164.

Haut de page

Notes

1 Pendant quelques semaines après la fin de la saison humide, l’humidité du sol en profondeur ravive les couleurs comme les contrastes et rend un peu de cohésion aux textures de sols qui ensuite, à la saison sèche, n’apparaissent plus à la fouille que comme une poussière blanche pulvérulente.

2 Les cartes détaillées de la répartition des mégalithes du Sénégal et de Gambie ont été publiées par Victor Martin et Charles Becker (1977). Celles situant ces mégalithes dans leur contexte régional pourront être consultées dans Laporte et al. 2017.

3 Ibrahima Cissé participe régulièrement aux fouilles, ce qui a donné lieu à de nombreux échanges, comme avec d’autres membres du village de Wanar où nous résidons pendant toute la durée des campagnes de fouille.

4 Aux décomptes produits dans le tableau 1, il faudrait ajouter ceux proposés dans l’ouvrage de Holl et Bocoum paru en 2017 ; dans l’attente aussi d’une publication plus détaillée des résultats de l’étude anthropologique. Cette dernière étude renforce encore un peu le poids des dépôts secondaires pour la zone occidentale du mégalithisme sénégambien. Mais, dans tous les cas, le modèle « sujet principal central et profond » n’y est pas plus représenté que précédemment.

5 En fonction de l’état de décomposition du (des) cadavre(s), on ignore dans quelle mesure les secousses du transport – comme celles liées à l’interrogation du mort (même ceinturé de pagnes) – peuvent induire quelques désordres à l’intérieur du couffin, et donc influer sur les observations que l’archéologue fera ensuite sur ce qui a été déposé dans la tombe.

6 Les faleg sont des initiés de niveau intermédiaire et les dyarar, des initiés de niveau supérieur (avant mariage), qui correspondent à autant de classes d’âge. L’initiation des faleg se fait vers une quinzaine d’années. Les dyarar ont notamment pour obligation de cultiver chaque année l’un des champs du chef de village, ou d’entretenir ses cases, par exemple.

7 À titre d’exemple, la présence d’un corps partiellement momifié, déposé tout contre le corps d’une personne plus récemment décédée, risque d’être interprétée de façon erronée comme le fruit de deux morts simultanées, lorsque ne subsisteront plus que les restes osseux (cf. aussi Duday 2005).

8 À peu près au moment où Thilmans et Descamps publiaient leur propre monographie (Thilmans et al. 1980)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue générale de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal)
Crédits © Jean-Paul Cros.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2 : Un village des morts
Légende A. Restitution désormais proposée, sur la seule base des données archéologiques, pour l’architecture dont rendent compte les ruines des monuments mégalithiques du Sénégal et de Gambie (photomontage, d’après un cliché de Laporte). B. Tombe coniagui, d’après Gessain 2004 : 41.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-2.png
Fichier image/png, 616k
Titre Fig. 3 : Vestiges d’une sépulture double « superficielle », appuyée contre une construction en terre crue scellant l’embouchure de la fosse sépulcrale, contemporaine ou antérieure à la construction du monument mégalithique Il, à Wanar, et ses implications quant à l’interprétation des vestiges découverts par Thilmans et Descamps, par exemple à Kodiam 17 et Tiékène-Boussoura 9
Crédits Clichés Delvoye et Laporte, schémas d’après Gallay 2006b, parfois retravaillés.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4 : Traces de contenants en matière périssable au sein desquels pourraient avoir été déposés les ossements, voire parfois le corps des défunts
Légende Comparer avec la forme du couffin en matière végétale coiffé d’un toit et perché au sommet de la « maison des masques » coniagui présentée dans la figure 10. A. Dépôt d’ossements au sein du comblement de la fosse 1 sous-jacente au monument XX de Wanar (Sénégal). B. Dépôt d’ossements sous-jacent au monument II de Wanar. C et D. Différents états de fouille du dépôt le plus profond de corps sous-jacent au tumulus pierrier de Saré-Diouldé (Sénégal).
Crédits A et B. Clichés Laporte. C et D. © Descamps, archives de l’IFAN.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5 : À Wanar (Sénégal), une logette latérale a parfois été identifiée contre la paroi orientale de la fosse sépulcrale, comme ici pour le monument XIX : celle-ci était vide de tout vestige
Crédits © Laporte.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 6 : Présence d’une maison des morts construite en matière périssable, déduite de l’observation des faits archéologiques
Légende A. Monument I de Tiékène-Boussoura (Sénégal) : le corps de l’unique individu, déposé au centre d’une double ligne de pierres dressées, érigées dans une fosse au centre du cercle de pierres dressées, s’est décomposé en espace vide. B. Tumulus 47 de Mbolop Tobé (Sénégal) : seule la présence d’un abri en matière périssable permet d’expliquer l’introduction du corps d’un nouvel individu sur ceux de deux autres personnes précédemment inhumées au centre de la fosse.
Crédits A. Plan d’après Thilmans et al. 1980. Clichés Thilmans, archives de l’IFAN. B. D’après Cros et al. 2013
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-6.png
Fichier image/png, 923k
Titre Fig. 7 : Des dépôts d’ossements ou de corps humains situés à la même profondeur peuvent être le fruit d’événements successifs dans le temps, par le biais de creusements distincts : l’exemple du monument XX à Wanar (Sénégal).
Crédits © Laporte et Djouad. DAO Quesnel et Laporte.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-7.png
Fichier image/png, 715k
Titre Fig. 8 : « Autels » des ancêtres et pierres frontales du mégalithisme sénégambien
Légende « Autels » des ancêtres : A. Alignements de pieux sur la place du village coniagui d’Ithiou (Guinée). B. Détail des encoches gravées à la base d’un pieu fourchu disposé au sein de « l’autel » des ancêtres coniagui (Guinée). C. « Forquilhas de alma » manjak érigées en façade des tumulus de la nécropole « royale » de Pandim (Guinée-Bissau). D. « Autel » de Tiko à Sogotha, chez les Gan (Burkina Faso).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-8.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 9 : Cartes de situation des noms donnés – dans le cadre de relations ethnographiques effectuées au cours du XXe siècle – aux principaux groupes humains cités dans le texte.
Légende Pour ce qui est des données archéologiques, les mégalithes du Sénégal et de Gambie sont représentés par des pierres dressées isolées, souvent associées également à des cercles de pierres dressées ou à d’autres monuments funéraires en pierre sèche. Chacun correspond à un figuré différent. À titre indicatif, les cercles de pierres dressées du Libéria, de la Sierra Leone et de Guinée forestière – distincts des précédents (et très mal répertoriés) – sont également représentés.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-9.png
Fichier image/png, 762k
Titre Fig. 10 : « Maison des masques », au centre du carré des dyarar coniagui, selon la légende du cliché pris en 1946 par Gessain
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-10.png
Fichier image/png, 514k
Titre Fig. 11 : Mama Yomba prête pour la divination, chez les Kissi
Légende De forme globalement similaire à un couffin, mais de taille beaucoup plus réduite, ce type d’objet en matière périssable contient parfois quelques ossements du défunt que l’on souhaite interroger (ou une statuette anthropomorphe en stéatite, le pomdo, dont les Kissi attribuent le façonnage à d’autres que leurs propres ancêtres).
Crédits D’après Paulme 1954
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 12 : Exemple de sépulture double dégagée sous les mégalithes sénégambiens
Légende Tiékène-Boussoura no 9 : les deux squelettes centraux (d’après Thilmans, Descamps et Khayat, 1980).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 13 : La question des sépultures multiples du mégalithisme sénégambien.
Légende Sine-Ngayène no 25 : plan du monument avec figuration réaliste des sujets inhumés
Crédits Gallay 2009, d’après Thilmans, Descamps et Khayat, 1980. Cliché Descamps, archives de l’IFAN
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7045/img-13.png
Fichier image/png, 567k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Laporte, Jean-Paul Cros, Hamady Bocoum, Maria Teixeira, Adrien Delvoye, Matar Ndiaye, Selim Djouad et Laurent Quesnel, « Mégalithes du Sénégal et pratiques sépulcrales : l’hypothèse de rites funéraires différés », Journal des africanistes, 88-1 | 2018, 116-147.

Référence électronique

Luc Laporte, Jean-Paul Cros, Hamady Bocoum, Maria Teixeira, Adrien Delvoye, Matar Ndiaye, Selim Djouad et Laurent Quesnel, « Mégalithes du Sénégal et pratiques sépulcrales : l’hypothèse de rites funéraires différés », Journal des africanistes [En ligne], 88-1 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7045

Haut de page

Auteurs

Luc Laporte

CNRS, Université Rennes, UMR 6566, CREAAH

Jean-Paul Cros

UMR 7041, ARSCAN-Paris

Hamady Bocoum

Musée des civilisations noires, UCAD-Dakar

Maria Teixeira

Université Paris-Diderot, UMR 1123, ECEVE-INSERM

Articles du même auteur

Adrien Delvoye

Université Paris 1, UMR 7041, ARSCAN-Paris, France

Matar Ndiaye

IFAN, UCAD-Dakar

Selim Djouad

HADES, UMR 5608, TRACES-Toulouse

Laurent Quesnel

Université Rennes, UMR 6566, CREAAH

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search