Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Baumann Eveline, 2016, Sénégal, le travail dans tous ses états

préface de Jean-Michel Servet, Rennes/Marseille, Presses universitaires de Rennes/IRD Éditions, « Économie et Société », 354 p.
Fabio Viti
p. 135-137

Texte intégral

1« Donner une image aussi complète que possible du travail au Sénégal » (p. 26) est la tâche à laquelle Eveline Baumann, socio-économiste à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), s’est appliquée dans cet ouvrage, issu de ses enquêtes commencées dans les années 1980 et poursuivies depuis, aussi bien sur place qu’à distance. L’auteur déclare en effet avoir eu recours à différents types de sources : des données statistiques (reconnues tout de même comme incomplètes, hétérogènes, pas toujours fiables et concentrées sur la capitale, Dakar), la presse locale (consultée sur place dans les années 1980-1990 et sur internet par la suite), des entretiens avec des « acteurs » (un corpus constitué entre 1994 et 2005, composé principalement d’hommes). Une abondante bibliographie – dont de nombreux rapports officiels et de la littérature grise – vient compléter les apports documentaires à cet ouvrage dense et fouillé.

2Le « marché » et la marchandisation du travail font l’objet d’une analyse critique pertinente, dans une réalité comme celle, sénégalaise – et plus largement africaine –, où l’offre excède largement la demande ; il s’ensuit que pour accéder au travail (ou, du moins, à l’information sur les opportunités d’en avoir un), les réseaux personnels de toute sorte (familiaux, religieux, politiques, clientélistes) sont mobilisés, l’État étant absent de toute activité d’intermédiation. Cette situation semble toucher aussi bien les emplois dans l’économie formelle, dont la fonction publique, que les activités informelles, avec le résultat que l’auto-emploi et les pluriactivités dominent la scène du travail, tant dans les zones rurales qu’en milieu urbain, où les inégalités se creusent. Si devenir son propre patron semble être un impératif social et économique majeur, l’émigration reste une issue prisée, notamment chez les jeunes Sénégalais, pour lesquels une réussite à l’étranger peut signifier recevoir la reconnaissance du cercle familial tout en s’émancipant, du moins en partie, de celui-ci.

3L’enchevêtrement entre entreprises « modernes », fonction publique et auto-emploi est une caractéristique stable du travail au Sénégal, où les stratégies de survie débouchent normalement sur des conduites visant à contrer la cherté de la vie et sur des pluriactivités, qui concernent de plus en plus les femmes et les enfants. Il s’ensuit que, l’informel étant la norme, l’attention des politiques publiques (toujours insuffisante dans ce domaine) se concentre sur le travail « décent », catégorie récemment adoptée par les organismes internationaux et les ONG, très actifs dans le pays.

4L’auto-emploi si recherché par les acteurs économiques génère tout de même précarité matérielle et insécurité sociale, qui produisent à leur tour la nécessité de revenus complémentaires, y compris pour la fraction – très minoritaire – des travailleurs employés dans l’économie formelle (environ 6 % des actifs) (p. 87). Si les emplois générés par l’économie informelle (y compris le secteur rural et le petit commerce) sont en expansion constante, ceux de l’économie formelle subissent une régression contractuelle qui les apparente désormais aux emplois informels, au point que « même le secteur public prend beaucoup de liberté avec la législation du travail » (p. 94). Il n’en faudrait pas plus pour développer une critique serrée des politiques, nationales et internationales, inspirées des dogmes néolibéraux que semblent constituer l’horizon indépassable des décideurs, au Sénégal et ailleurs.

5Ainsi, les transformations récentes vont dans la direction d’un « assainissement » du secteur public, tandis que la croissance dans d’autres secteurs économiques n’est pas créatrice d’emploi, du moins pas en mesure satisfaisante. Dans le secteur primaire (agriculture, élevage, pêche), la main-d’œuvre familiale est encore prépondérante et s’accompagne d’une faible rentabilité ; de plus, les fluctuations et les incertitudes alimentent les flux migratoires aussi bien vers les villes que vers des destinations internationales. Dans l’industrie, les emplois formels ont tendance à reculer, remplacés par une main-d’œuvre fluctuante et temporaire. Même les secteurs sur lesquels l’État sénégalais – qui reste, malgré tout, le premier employeur du pays – avait le plus misé, le tourisme, le BTP ou les nouvelles technologies, ne semblent pas en mesure d’absorber la demande d’emploi, y compris chez les jeunes diplômés, et cela, en dépit de programmes spécialement consacrés à cette catégorie. Seul le commerce semble ne pas connaître de crise majeure, avec ses success stories et un engouement à toute épreuve qui en font un secteur de refuge pourvoyeur d’emplois informels.

6Comme le reconnaît l’auteur, dans cette phase de néolibéralisme triomphant, les rapports de force sont certainement défavorables à la main-d’œuvre, considérée comme une variable d’ajustement et dont le coût apparaît relativement élevé par rapport à une faible productivité. Celle-ci ne peut toutefois pas être imputée à la mauvaise volonté des travailleurs, de nombreux éléments défavorables y contribuant largement : un environnement naturel de plus en plus dégradé, l’insécurité foncière, un « climat des affaires » peu favorable, un cadre politique marqué par la corruption, le clientélisme, la négligence ou la passivité. Ces facteurs, ainsi que les difficultés liées au transport, à l’obtention de crédits ou à l’approvisionnement en énergie, minent l’économie sénégalaise et dégradent les conditions de travail en son sein.

7Tout en critiquant les dogmes du néolibéralisme qui inspirent la politique économique des gouvernements sénégalais et des bailleurs des fonds et qui produisent une croissance sans création d’emplois et sans redistribution des ressources, Eveline Baumann en appelle à une plus grande flexibilité du travail (p. 192), oubliant peut-être pour un moment que les conditions d’embauche (et de licenciement) prétendument trop rigides ne concernent qu’une minorité infime de travailleurs – une partie à peine de ceux employés dans l’économie formelle.

8Un rappel historique des formes de travail depuis l’époque coloniale ne peut que servir à brosser un tableau plutôt sombre, où les politiques volontaristes plus récentes, y compris l’impulsion donnée à la microfinance, apparaissent condamnées à l’échec, entre plans d’ajustement imposés et mesures improvisées et, qui plus est, minées à la base par les omniprésentes logiques clientélistes. Ni création d’emplois, ni réduction de la pauvreté ne figurent au bilan des gouvernements sénégalais qui se sont succédé après l’indépendance.

9Ce bilan globalement négatif s’accompagne du constat, par les organismes internationaux eux-mêmes, que la faible productivité du travail est imputable à l’inadéquation de la formation, en amont, et à la vulnérabilité des travailleurs et de leur famille, en aval. Or, éducation et santé constituent précisément les domaines desquels l’État est poussé à se désengager, tout en promouvant la responsabilisation des individus, ce qui implique le creusement des inégalités. Tout cela crée un cercle vicieux dont on imagine mal comment et par qui il pourra être brisé.

10En définitive, un constat amer s’impose : l’« informalisation » étant désormais acceptée comme « normale » par tous les acteurs, il s’agirait tout juste d’en mitiger les effets négatifs, en concentrant les efforts publics sur un travail qui fût au moins « décent ».

11L’apport de cet ouvrage dépasse largement le seul sujet du travail, touchant à l’ensemble de l’économie et des politiques sociales (le plus souvent marquées d’échec) de l’État sénégalais et de ses partenaires internationaux. Cependant, la variété des formes de travail – contractuelles ou informelles ; familiales ou extrafamiliales ; gratuites ou rémunérées ; urbaines ou rurales ; salariées, à la tâche, au partage du produit (métayage), etc. – aurait mérité une plus grande attention analytique, précisément parce que la plupart des « formes difformes » échappent aux définitions canoniques, et non seulement aux relevés statistiques.

12Une critique de style, pour finir : un paragraphe titré « Conclusion » revient à chaque fin de chapitre, au total une bonne douzaine de fois, au point que lorsqu’on en arrive à la « Conclusion générale », on tire un soupir de soulagement. Il aurait peut-être fallu trouver un autre titre à ces paragraphes, finalement pas si conclusifs que cela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Viti, « Baumann Eveline, 2016, Sénégal, le travail dans tous ses états », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 135-137.

Référence électronique

Fabio Viti, « Baumann Eveline, 2016, Sénégal, le travail dans tous ses états », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7363

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals