Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Macola Giacomo, 2016, The Gun in Central Africa. A History of Technology and Politics

Athens, Ohio University Press, 272 p.
Nelly Leblond
p. 139-142

Texte intégral

1The Gun in Central Africa explore les interactions entre les sociétés africaines et les armes à feu, du xixe au début du xxe siècle, en Afrique centrale. Giacomo Macola associe historiographie, étude des sciences et des technologies (STS) et consumption studies pour éclairer comment les fusils, mousquets et autres revolvers sont incorporés, transformés ou négligés par plusieurs sociétés africaines (carte 1). Il analyse les usages et les valeurs symboliques attribués aux armes à feu, refusant une lecture déterministe et fonctionnaliste. L’auteur contribue ainsi à l’histoire précoloniale de l’Afrique centrale et à enrichir le champ des STS. En explorant les savoir-faire, les choix et les engagements technologiques des sociétés africaines, ce cas d’étude démasque et déjoue le piège épistémologique qui conduit à se focaliser sur la production technologique dans les sociétés occidentales et sur leur réception passive, ou leur imposition forcée, dans le reste du monde.

2L’argument central du livre reprend un credo fondateur des STS, selon lequel le devenir des objets et des faits est dans les mains des utilisateurs. La « domestication » (Macola) et la carrière des artefacts ne peuvent donc être dissociées des structures sociales, des circonstances politiques et des valeurs culturelles avec lesquelles ils entrent en friction. Macola fonde sa démonstration sur l’exploitation des écrits d’explorateurs, de missionnaires ou encore de militaires rédigés en portugais, en français et en anglais. Il s’appuie également sur des récits oraux collectés en Zambie et en RDC, sur l’analyse de chants guerriers, ainsi que sur l’étude d’armes à feu et de photographies d’époque. La présence systématique de références, les cartes de localisation et l’appréhension critique des sources, contextualisées, recoupées ou contestées, rendent l’ouvrage particulièrement convaincant et accessible.

3D’une part, ce livre enrichit l’histoire régionale, brossant un tableau à la fois synthétique et minutieux de plusieurs sociétés précoloniales. L’entrée par une technologie importée éclaire les ressorts endogènes des échanges marchands, notamment esclavagistes. D’autre part, cet ouvrage pousse les STS dans leurs retranchements, avec des cas originaux de réappropriation (via les compétences des forgerons africains), de détournement (certaines armes n’acquièrent pas de valeur militaire) et de refus d’adoption (malgré l’incontestable efficacité des fusils) (carte 1). Enfin, cette étude inscrit les armes et la violence comme moyens d’extraction de ressources, d’autorité symbolique, ou encore d’émancipation dans la longue durée – ce qui contribue à historiciser les proliférations d’armes et les effusions de violence contemporaines.

Carte 1 : Cartographie des sociétés d’Afrique centrale explorées par Giacomo Macola dans The Gun in Central Africa et de leur domestication des armes à feu au xixe siècle.

Carte 1 : Cartographie des sociétés d’Afrique centrale explorées par Giacomo Macola dans The Gun in Central Africa et de leur domestication des armes à feu au xixe siècle.

Nelly Leblond, mai 2018.

4Trois parties composent The Gun in Central Africa. La première contextualise l’Afrique centrale du xixe siècle. La deuxième aborde les sociétés du haut Zambèze et du Katanga, entre 1860 et 1930. Les armes à feu y connaissent une adoption variable, tantôt centralisées et symboliquement attribuées à la royauté, tantôt outils de chasse individualisés. L’implosion du royaume yeke, en 1891, démontre que la puissance des fusils ne suffit pas à asseoir l’autorité. La troisième partie étudie le « dédain » de sociétés Ngoni pour les mousquets entre 1880 et 1900 et le retournement de situation provoqué par leur insertion dans l’Empire britannique.

5Les armes à feu sont introduites en Afrique centrale au xixe siècle, à partir de Kilwa et Zanzibar, sur l’océan Indien, et de Luanda et Benguela, sur l’Atlantique, pour protéger les caravanes, et surtout en échange d’ivoire, d’esclaves ou de caoutchouc. 5 000 armes sont importées annuellement par Zanzibar dans les années 1840 et près de 100 000 armes par an dans les années 1880 (p. 40). Leur domestication varie d’une société à l’autre. Dès 1830, les Luvale possèdent de nombreux fusils, devenus des instruments communs de chasse et des attributs de virilité (p. 60-64). Au contraire, les élites lozi centralisent le commerce de l’ivoire et des armes à feu. La distribution des mousquets aux chasseurs et aux guerriers est une prérogative royale (p. 66-70). Des éléments, plus rares, suggèrent que les fusils sont une forme de tribut lors des cérémonies et des alliances kaonde (p. 72). Simultanément, plusieurs sociétés se dotent de nouveaux savoir-faire : forge, recyclage et réparation de pièces (p. 61, p. 112), production de balles en fer et en cuivre (p. 87), fabrication de poudre (p. 88).

6La centralisation des armes à feu et des échanges est au cœur du royaume garenganze, inauguré par Msiri Yeke, au sud du Katanga, dans la seconde moitié du xixe siècle (p. 74-89). Armé de 2 000 à 3 000 mousquets (p. 81), Msiri déploie une économie de pillage fondée sur le prélèvement de tributs, la capture d’esclaves et la chasse. Diverses tactiques permettent toutefois d’y faire face. Les Luba déjouent la puissance de feu des Yeke via des guerres amphibies (p. 86), les Lomotwa tirent profit de grottes et de caches (p. 87), les Sanga interrompent l’approvisionnement en poudre de Msiri via Benguela, mettant à genoux le Katanga (p. 90-92). Ces éléments relativisent le poids technologique des armes à feu. L’effondrement du royaume du Garenganze, dont le pouvoir et les fusils ne seront jamais perçus comme légitimes par les différents peuples dominés, souligne comment les modalités de domestication des artefacts façonnent in fine la puissance de ces derniers (chapitre iii).

7Les Ngoni maseko, mpezeni et M’mbelwa exemplifient la non-adoption des armes à feu et un conservatisme militaire (p. 120-133). Ces sociétés maintiennent des armes tranchantes et des boucliers malgré les opportunités commerciales et les défaites imposées par leurs adversaires. Macola attribue ce fait aux cadets dont l’ascension sociale est fondée sur le combat au corps-à-corps et le maniement de la lance, de la sagaie et du bouclier (p. 133-135). Si les Ngoni peuvent avoir recours à des mercenaires armés de mousquets pour l’emporter militairement, et possèdent des fusils d’apparat, ils ne s’en servent pas dans leurs opérations militaires ou leurs duels. La structure du système social des Ngoni et leur conception de la bravoure contribuent ici à un refus de domestication des armes à feu.

8La colonisation a altéré les relations aux armes à feu des sociétés africaines de manière différenciée. En Rhodésie du Nord, le gouvernement colonial ne s’est imposé que dans les années 1920, laissant les Lozi, les Luvale et les Kaonde armés jusque-là (p. 97-102). Dès 1923, les lois sur les armes à feu et la chasse ont limité leur accès aux fusils et l’usage de ces derniers. Au contraire, dans le Katanga, les Yeke ont entretenu des alliances avec l’État indépendant du Congo, et ont recomposé leurs expéditions militaires sous ses ordres jusqu’à la fin du xixe siècle (p. 106-110). Puis la possession des fusils s’est individualisée et réorientée vers la chasse (p. 111-112). En Rhodésie et au Malawi, les Central African Rifles, force armée par les Britanniques à partir de la moitié des années 1890, ont mis un terme aux raids ngoni et reconfiguré les relations de ces derniers aux armes (p. 144-151). Sans tomber dans l’assimilation coloniale des Ngoni à une « race guerrière », Macola souligne la façon dont leur engagement dans les forces de police et dans le maniement des mousquets a permis la reproduction de leur ethos guerrier (p. 152-160).

9Les enseignants-chercheurs en études africaines, en géographie et histoire précoloniale ou encore en STS gagneraient à inclure The Gun in Central Africa dans leurs listes de lecture. La diversité des cas d’étude permet d’explorer une palette de domestication des armes à feu par les sociétés africaines en même temps que les structures politiques de ces dernières et leurs savoir-faire militaires. Cette entrée révèle des dynamiques endogènes qui ont facilité la conquête coloniale. Ce livre renouvelle en outre l’exploitation des archives et illustre un usage critique des sources. Enfin, il donne à réfléchir quant à la capacité de choix, d’intégration, de subversion ou encore de résistance des sociétés africaines. Il enrichit ainsi les lectures de l’impérialisme et de l’esclavagisme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Cartographie des sociétés d’Afrique centrale explorées par Giacomo Macola dans The Gun in Central Africa et de leur domestication des armes à feu au xixe siècle.
Crédits Nelly Leblond, mai 2018.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/7374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Leblond, « Macola Giacomo, 2016, The Gun in Central Africa. A History of Technology and Politics », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 139-142.

Référence électronique

Nelly Leblond, « Macola Giacomo, 2016, The Gun in Central Africa. A History of Technology and Politics », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7374

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals