Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

McIntosh Roderick J., McIntosh Susan Keech, Bocoum Hamady (eds.), 2016, The Search for Takrur. Archaeological Excavations and Reconnaissance along the Middle Senegal Valley

Yale University Publications in Anthropology 93, 584 p.
Christian Dupuy
p. 142-146

Texte intégral

1Cette imposante monographie marque l’aboutissement d’un programme américano-sénégalais de prospections et de fouilles archéologiques conçu par les auteurs, au début des années 1990, pour en savoir plus sur le royaume de Takrour, dans la moyenne vallée du Sénégal. Ce que l’on sait de ce royaume se limitait alors aux descriptions qu’en avaient données al-Bakri au xie siècle, al-Idrisi au xiie siècle et Ibn Saïd au xiiie siècle.

  • 1 Susan K. McIntosh (ed.), 1994, Excavations at Jenné-Jeno, Hambarketolo and Kaniana (Inland Niger De (...)

2Les missions se sont déroulées sur la rive gauche du fleuve, en territoire sénégalais. La rive droite, en territoire mauritanien, n’a pas été visitée. Les interventions ont consisté à sonder sept tells répartis dans un rayon de 3 kilomètres autour de Cubalel et un huitième situé 25 kilomètres en aval, près de Siwré. En tout, 230 mètres carrés de dépôts anthropiques ont été dégagés sur des hauteurs atteignant par endroits près de 6 mètres, selon une méthode exposée par R. J. McIntosh. Un tiers de l’ouvrage restitue avec précision les données des fouilles : localisation des sondages, stratigraphies, nature des dépôts, structures anthropiques, position des artefacts. Les deux autres tiers sont consacrés à l’étude des vestiges archéologiques. S. K. McIntosh et Ndèye Sokhna Guèye s’intéressent aux 30 000 tessons de poterie mis au jour, R. J. McIntosh aux objets plus marginaux, R. J. McIntosh et Alioune Deme à l’inventaire des gisements archéologiques dans le secteur de Cubalel, Hamady Bocoum au processus de formation des tells, aux restes d’habitats et aux squelettes humains exhumés, Thomas R. Fenn aux objets en cuivre, David J. Killick aux vestiges de métallurgie du fer, Daphne Gallagher et Shawn Murray aux 3 000 restes botaniques carbonisés recueillis par flottation du sédiment, Kevin C. MacDonald et Rachel Hutton MacDonald aux 87 kilos d’ossements d’animaux récoltés, Wim Van Neer aux 3 800 restes de poissons, Ibrahima Thiaw et Tom Gray à l’archéomagnétisme des plaques de terre brûlée, avec l’espoir que leurs mesures puissent servir à des datations futures. Pour conclure, S. K. et R. J. McIntosh s’interrogent sur les interprétations socio-économiques qu’il convient d’accorder aux vestiges étudiés, en intégrant dans leur réflexion la plupart des données archéologiques connues du bassin hydrographique du Sénégal, avant de comparer le tout aux résultats des fouilles enregistrés sous leur direction durant les années 1970-1980 dans la moyenne vallée du Niger1.

  • 2 Hamady Bocoum, Susan K. McIntosh, 2002, Fouilles à Sincu Bara, Dakar, IFAN/Université Cheikh-Anta-D (...)

3L’analyse des tessons de poterie, niveau par niveau, alliée aux 26 datations au C14 obtenues sur des charbons, conduisent S. K. McIntosh à établir une typochronologie céramique en quatre phases s’inscrivant dans le Ier millénaire apr. J.-C. Cette classification est ensuite utilisée par R. J. McIntosh et Deme pour estimer les âges d’abandon des 178 gisements archéologiques répartis sur 460 kilomètres carrés autour de Cubalel au vu des types de poterie affleurant en surface, lesquels ensembles renvoient à l’une ou à l’autre des quatre phases révélées par les sondages. Les aires de répartition de cette céramique leur permettent, en outre, d’évaluer l’étendue des occupations au fil des siècles : la grande majorité des sites d’habitat n’aurait pas dépassé 2 hectares, à l’exception de deux d’entre eux, qui auraient atteint 4 hectares, avant que ne se développent trois agglomérations, sur près de 11 hectares, au tournant des Ier-IIe millénaires. Plusieurs sondages pratiqués en 1991 et 1992 sur des tells de Sincu Bara, situés une centaine de kilomètres en amont, ont révélé une typochronologie céramique apparentée à celle de Cubalel-Siwré2. Ces affinités plaident en faveur d’une unité culturelle à l’échelle de la moyenne vallée du fleuve durant le Ier millénaire apr. J.-C.

4Les dépôts anthropiques des couches profondes sont de faible épaisseur et se composent de nombreux foyers en superposition ainsi que de tessons érodés de petite taille. D’anciens terriers et trous de termites les traversent. Ces éléments associés témoignent d’abandons répétés et prolongés des sites. L’irrégularité des pluies et, consécutivement, des crues, a pu favoriser cette instabilité du peuplement. Toutefois, des traces d’incendie à divers endroits suggèrent que l’insécurité a pu précipiter quelques départs et dissuader, pour un temps, les occupants de revenir s’installer dans la moyenne vallée.

5Les bases conservées de maisons révèlent un habitat de plan circulaire qui était fait de clayonnages simples ou doubles enduits de terre. Des bâtiments aux murs rectilinéaires, composés de galettes d’argile empilées ou de terre damée, sont construits à partir du viie siècle.

6Sept squelettes d’enfants, dont deux aux os partiellement calcinés, deux de nouveau-nés et deux de femmes, sont apparus isolément à différents niveaux sur des sols rubéfiés par la chaleur, ou dans des sédiments riches en cendres. Les fouilleurs n’ont observé, à leur entour, ni puits funéraire, ni amoncellement de terre. Le nombre limité de ces découvertes ne permet pas de se prononcer sur leur signification.

7Les restes botaniques et fauniques témoignent de la pratique de l’agriculture du mil, et, peut-être, de celle du fonio, de la cueillette de graminées spontanées, de la collecte de fruits sauvages, notamment de jujubes, de l’élevage de chèvres, de moutons, de bovins et de chiens, de la chasse au gros et au petit gibier, de la pêche en basses eaux et dans le cours principal du fleuve, au moyen d’embarcations et de filets dont quelques poids ont été retrouvés en fouille. Est-ce à dire que les habitants de Cubalel-Siwré étaient, tout à la fois, agriculteurs-éleveurs-chasseurs-cueilleurs-pêcheurs, ou faut-il plutôt considérer qu’ils appartenaient à différents groupes, aux modes de subsistance spécialisés, qui échangeaient leurs produits ? Seuls des décapages à venir sur de grandes surfaces permettront peut-être de trancher cette délicate question.

  • 3 Précisions de Monique Chastanet par courriel du 29 mai 2018, dans lequel elle ajoute que le couscou (...)
  • 4 Ibrahima Abou Sall, 2002, « Les céréales et le lait au Fuuta Tooro (Mauritanie, Sénégal) : un métis (...)
  • 5 On notera qu’au Niger, les épis de mil sont parfois cueillis au stade laiteux pour être grillés sur (...)

8Une parenthèse s’impose au sujet de la consommation des céréales. L’abondance des grains de mil entiers et carbonisés dans les couches du Ier millénaire surprend, au regard des préparations culinaires actuelles, dans la vallée du Sénégal, qui consistent essentiellement en des bouillies de mil préalablement mondé ou en la cuisson à la vapeur du couscous de cette céréale, obtenu par roulement de sa farine avec de l’eau, entraînant l’agglutinement de sa poudre en de petites billes3. Ces recettes n’impliquent aucun grillage des grains. Seule la fabrication d’une boisson locale, le tufam gawri4, nécessite un tel traitement. Les plats élaborés à base de mil durant le Ier millénaire semblent donc avoir été différents de ceux prisés aujourd’hui5. Précisons en outre que l’absence de grains de sorgho et de riz dans les tells sondés ne signifie pas forcément l’absence de consommation de ces graminées, pour peu que le grillage n’ait pas fait partie de leur mode de préparation, et qu’en conséquence, aucun résidu de grain ne se soit conservé, à moins que cette opération, si elle a existé, se soit déroulée en dehors des zones fouillées.

9Une phalange carbonisée de dromadaire, probable rebut d’un repas, a été retrouvée, à Siwré, dans une couche datée de 250 à 400 apr. J.-C. Cette pièce osseuse est le plus vieux témoin de la présence de cet animal dans le Sahel ouest-africain. Les tells de Cubalel et de Siwré ont aussi livré les plus anciens restes d’équidés, ânes ou chevaux de petite taille, de l’Afrique occidentale. Ces ossements, eu égard aux nouveaux jalons qu’ils posent, auraient mérité d’être directement datés par la méthode du radiocarbone. Leurs âges ne sont en l’état qu’estimés au regard des datations au C14 obtenues sur des charbons de bois retrouvés à leur voisinage. Or ces derniers peuvent provenir de la calcination de vieilles souches ou de cernes internes d’arbres centenaires. Dans ces conditions, leur datation aura pour effet de vieillir l’âge réel des ossements qui leur sont contigus. Autre écueil possible : les restes de camélidés et d’équidés dans les tells de Cubalel et de Siwré peuvent être intrusifs dans les couches archéologiques en raison des creusements, comblements et nettoyages qui devaient s’opérer à chaque réoccupation. De fait, leur contemporanéité avec les charbons datés n’est pas garantie.

  • 6 Alioune Deme, 2003, Archaeological Investigation of Settlement Evolution and Emerging Complexity in (...)

10La présence d’objets en cuivre et en fer dans la moyenne vallée est attestée au cours des derniers siècles av. J.-C. à Walaldé, un site voisin de Siwré fouillé en 1999 par Deme6. Le fer est ensuite omniprésent dans le secteur, à la différence du cuivre qui ne réapparaît qu’à l’aube du IIe millénaire. Aucun déchet métallurgique ne témoigne d’une production locale de cuivre. Par contre, quelques scories de forge, et quantité de scories de réduction associées à du minerai de fer issu de la latérite affleurant sur la rive droite du fleuve, attestent la maîtrise de la chaîne opératoire du fer en sidérurgie directe. Entre 1 000 et 1 400 apr. J.-C., des ateliers de réduction comprenant des centaines de fours à scories piégées et à usage unique se multiplient en périphérie des habitats. Leur étude, menée par Killick, données des fouilles et examens visuels et métallographiques des scories à l’appui, mériterait une présentation détaillée. Notons seulement ici que cette activité métallurgique, par son ampleur, a sans doute permis une importante production d’armes et d’outils aratoires qui a vraisemblablement contribué à l’avènement du royaume de Takrour au début du iie millénaire. Le programme de fouilles et de prospections archéologiques américano-sénégalais n’a pas permis d’en localiser la capitale, laquelle pourrait se situer sur la rive mauritanienne du fleuve, non prospectée.

11Les informations contenues dans ce livre n’en demeurent pas moins très précieuses. Elles témoignent du développement d’une économie agropastorale dans la moyenne vallée du Sénégal durant le Ier millénaire apr. J.-C. Dans ce secteur comme plus à l’est à la même époque dans la moyenne vallée du Niger, ce mode de subsistance a engendré des excédents de production. Dispensés de la contrainte de devoir produire leur nourriture grâce à la redistribution de ces surplus vivriers, des artisans ont pu s’adonner à temps complet à leur activité et fabriquer des objets toujours plus nombreux et performants pendant que quelques élites affirmaient leur autorité, armes en main, affichaient leur richesse, biens de luxe à l’appui, confortant ainsi leur pouvoir, avant de promouvoir l’un ou l’une des leurs au rang de roi ou de reine. Les données intangibles de l’archéologie rassemblées dans ce livre révèlent en pointillé ces enchaînements socio-économiques et technologiques sans lesquels le royaume de Takrour n’aurait pu se constituer.

Haut de page

Notes

1 Susan K. McIntosh (ed.), 1994, Excavations at Jenné-Jeno, Hambarketolo and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali), the 1981 Season, Berkeley and Los Angeles, University of California Press 20. Susan K. McIntosh, Roderick J. McIntosh, 1980, Prehistoric investigations in the Region of Jenne, Mali : A Study in the Developpment of Urbanism in the Sahel, Oxford, Cambridge Monographs in African Archaeology 2, BAR International Series 89.

2 Hamady Bocoum, Susan K. McIntosh, 2002, Fouilles à Sincu Bara, Dakar, IFAN/Université Cheikh-Anta-Diop, CRIAA-Université de Nouakchott.

3 Précisions de Monique Chastanet par courriel du 29 mai 2018, dans lequel elle ajoute que le couscous de sorgho au Sahel et celui de riz à Tombouctou sont obtenus suivant le même procédé. Ces couscous se différencient du couscous « maghrébin », préparé à partir de semoule de blé mélangée à de l’eau et de la farine.

4 Ibrahima Abou Sall, 2002, « Les céréales et le lait au Fuuta Tooro (Mauritanie, Sénégal) : un métissage culinaire », in Monique Chastanet, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Dominique Juhé-Beaulaton (dir.), Cuisine et société en Afrique. Histoire, saveurs et savoir-faire, Paris, Karthala : 191-204.

5 On notera qu’au Niger, les épis de mil sont parfois cueillis au stade laiteux pour être grillés sur les braises ou sur une pierre chaude, à la suite de quoi leurs grains rôtis sont croqués. Se reporter à Edmond Bernus, 1981, Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, « Mém. ORSTOM » 94. Anne Luxereau, 2002, « Variation autour des mils au Niger », in Monique Chastanet et al, op. cit. : 217-232.

6 Alioune Deme, 2003, Archaeological Investigation of Settlement Evolution and Emerging Complexity in the Middle Senegal Valley, Houston, Ph.D. dissertation, Rice University. Alioune Deme, Susan K. McIntosh, 2006, « Excavations at Walaldé : New Light on the Settlement of the Middle Senegal Valley by Iron-using Peoples », Journal of African Archaeology 4 (2) : 317-347.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « McIntosh Roderick J., McIntosh Susan Keech, Bocoum Hamady (eds.), 2016, The Search for Takrur. Archaeological Excavations and Reconnaissance along the Middle Senegal Valley », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 142-146.

Référence électronique

Christian Dupuy, « McIntosh Roderick J., McIntosh Susan Keech, Bocoum Hamady (eds.), 2016, The Search for Takrur. Archaeological Excavations and Reconnaissance along the Middle Senegal Valley », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7381

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals