Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Moumouni Seyni (édition, traduction et annotation), 2017, Histoire de Sinder. Les Manuscrits de la vallée du fleuve Niger

Bratislava, VEDA, Publishing House of the Slovak Academy of Sciences, texte arabe 64 p. + texte français 56 p.
Bernard Salvaing
p. 146-147

Texte intégral

1Seyni Moumouni a photographié, à la suite d’une mission réalisée en 2008 pour le projet de recherche Prospection, acquisition, et valorisation des manuscrits du Niger, mené par l’Institut de recherche en sciences humaines de l’université Abdou- Moumouni de Niamey, un manuscrit historique rédigé en arabe par un érudit local, Djibril Sounakoye (1945-2009). Il en a réalisé l’édition critique et la traduction.

2Le texte relate l’histoire des habitants de Sinder (dans la région de Tillabéry), depuis leur arrivée, en 1813, en provenance du Mali – où ils fuyaient les attaques des Touaregs – jusqu’en 1986.

3L’intérêt de ce type de documents, recueillis dans de petites localités, est de donner un récit proche du terrain, mêlant histoire politique – les dates des règnes et les conditions de succession sont indiquées de façon précise – et information sur la vie sociale, politique, religieuse et culturelle.

4Ainsi, le chroniqueur note les épisodes climatiques et agricoles importants – sécheresses, bonnes et mauvaises récoltes, invasions de sauterelles. Il indique comment le roi Zindokoy (1830-1857) fit « désensabler le fleuve, afin de permettre aux pauvres gens de traverser en pirogue » (p. 24).

5Il fait part d’une insécurité chronique : les habitants de Sinder doivent ainsi se défendre contre les attaques d’un coupeur de routes, dans les années 1850. On assiste également aux luttes de Sinder contre ses voisins : par exemple, en 1871, à l’occasion du refus la localité de Sinder et des Touaregs de la rive droite de payer l’impôt « à un autre groupe touareg de la rive gauche » (p. 28). Au détour de ces récits, sont livrées des informations fort intéressantes. Ainsi (p. 29), « quand la guerre fut finie, le roi Ousmane réunit ses hommes afin de décider du sort des prisonniers. Plusieurs avis se dégagèrent, certains proposèrent d’utiliser les prisonniers comme esclaves, d’autres pensaient qu’il fallait les tuer. Enfin, Sabaré Djibrilla, frère du roi de Sinder, déclara qu’il est blâmable de faire d’un musulman un esclave, même si c’est un tyran. C’est ainsi que le roi de Sinder décida de relâcher les prisonniers ».

6L’histoire de Sinder, déjà musulmane au début du xixe siècle, est vue ici du point de vue du pouvoir politique. Cependant, l’auteur donne également des aperçus sur la vie religieuse. non moins intéressant est le récit de la venue des Français, qui conduit les notables à des réactions diverses : fuite vers le Hedjaz, exil temporaire à Gwandu, décision de rester sur place.

7Seyni Moumouni donne ici l’exemple de ce que peut apporter l’étude de textes importants en eux-mêmes, et dont la prospection systématique permettra d’approfondir substantiellement nos connaissances générales. Ce document attire également l’attention sur l’intérêt qu’il y aurait de mieux connaître la manière d’écrire l’histoire des auteurs locaux de langue arabe du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Salvaing, « Moumouni Seyni (édition, traduction et annotation), 2017, Histoire de Sinder. Les Manuscrits de la vallée du fleuve Niger », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 146-147.

Référence électronique

Bernard Salvaing, « Moumouni Seyni (édition, traduction et annotation), 2017, Histoire de Sinder. Les Manuscrits de la vallée du fleuve Niger », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7385

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals