Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

N’Koué Bantée, Kpakou Bakoukaléré, Sewane Dominique, 2018, Koutammakou. Lieux sacrés

Paris, Édition Hesse (préface de Jean Malaurie, postface de Marcus Boni Teiga), 128 p.
Suzanne Lallemand
p. 147-149

Texte intégral

1Ont contribué à ce livre, à parts égales, deux Togolais et une ethnologue française. Le premier auteur a recherché les lieux sacrés du Koutammakou, au nord du Togo, et nous y conduit ; le second a dévoilé leur signification et effectué de superbes prises de vue photographiques qui accompagnent l’ouvrage ; et la troisième a présenté la société des Batammariba.

2L’ouvrage nous renseigne sur l’histoire des habitants de cette région, leurs origines, leurs croyances, leur rapport à la terre des ancêtres. Il nous dévoile un univers étrange, merveilleux, hétéroclite, encore très respecté, constitué de bosquets, sources, termitières, cascades, tombes et autres sites parfois insoupçonnables, chacun d’entre eux détenteur d’une puissance occulte parfois bénéfique, souvent dangereuse, et toujours révérée par la population de ces lieux.

3Dans le Dinaba mythique se trouvait un Serpent ancêtre, qui couvait les œufs, à l’origine des Batammariba. Ces derniers s’associèrent aux Babietiba – premiers occupants du sol –, entretenant des rapports étroits avec l’énergie primordiale des lieux, et détenteurs d’une boule de terre séchée contenant les souffles de plusieurs générations d’ancêtres, gage de la fertilité et du renouvellement du groupe familial.

4En un autre endroit, la maîtrise des pluies, vitale pour la population, s’effectue grâce à la source Noire, située sur la montagne de Koutougou. Intarissable, elle a pour uniques régulateurs les Maîtres de la Terre qui, par la célébration de sacrifices et la manipulation d’une pierre, contrôlent son débit lorsque les eaux sont trop basses ou trop importantes. En prélever de l’eau suscite la colère des Dibo, que seuls les Maîtres de la Terre peuvent apaiser.

5Mais attention aux imprudents : ces lieux sacrés (marigots, bosquets…) sont dangereux. Y pénétrer conduit certains au vertige, à la maladie... que la consultation des Maîtres de la Terre permet d’éviter : ces derniers parviendront à réparer la transgression en sacrifiant des œufs de poule sur l’autel des Dibo. Gare, aussi, au promeneur qui répond à l’appel de son nom à proximité de certaines forêts du Koutammakou : il risque de rejoindre l’âme d’un esprit souterrain. Le recours à l’invisible est souvent périlleux.

6Tous les quatre ans, accroupis à côté du baobab sacré, réunis au commencement de l’initiation, les jeunes garçons, le visage entre les mains, rencontrent le Serpent femelle dont la fille protège les garçons vierges. Mais attention : les étrangers ne peuvent s’y risquer, sous peine de perdre la vie.

7Si, aux yeux de la population actuelle, la puissance mystique de certains lieux s’affaiblit ou même disparaît, d’autres peuvent surgir et participer du sacré. Les auteurs donnent l’exemple d’un trou, réservoir d’eau de pluie, jadis insignifiant, qui, en quelques années, se transforma en mare, puis en bosquet verdoyant où sont maintenant conduites les jeunes filles au moment de l’initiation.

8De certaines de ces puissances invisibles émanent des valeurs morales très fortes. Ainsi en est-il des parcelles de terre cultivées qui forment un espace soumis à l’arbitrage de forces surnaturelles. Chaque année, après les récoltes, les Batammariba renouvellent auprès des génies locaux le serment de respecter les limites de leurs aires sacrées. De mutuels accords se concluent dans une fête et des flots de bière de mil. Les champs cultivés, les arbres et les vergers peuvent être protégés des voleurs par des charmes qu’on y a plantés, susceptibles de paralyser ces derniers, voire de provoquer la maladie ou leur mort. Les pouvoirs que possèdent certains lieux incitent le promeneur à la sagesse et à l’observation constante des périls.

9Espérons que la lecture de ce livre, issu d’expéditions de ses auteurs dans des paysages souvent grandioses, comparables à certains sites du Mali et parsemés d’architectures remarquables, contribuera à sensibiliser les touristes au respect de lieux sacrés aux yeux de la population. Il serait bon, aussi, que de nouvelles recherches viennent approfondir la connaissance de leur passé, et valoriser la richesse et l’originalité des croyances locales, qui constituent un lien fort de la société du Koutammakou et participe de son entente particulière avec la nature.

10On ne peut que se réjouir de l’initiative de ces trois auteurs, trop peu fréquente, qui a associé la population de ces lieux à la réalisation du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Lallemand, « N’Koué Bantée, Kpakou Bakoukaléré, Sewane Dominique, 2018, Koutammakou. Lieux sacrés », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 147-149.

Référence électronique

Suzanne Lallemand, « N’Koué Bantée, Kpakou Bakoukaléré, Sewane Dominique, 2018, Koutammakou. Lieux sacrés », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7390

Haut de page

Auteur

Suzanne Lallemand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals