Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Pérouse de Montclos Marc-Antoine, L’Afrique, nouvelle frontière du djihad ?

Paris, La Découverte, 2018, 240 p.
Christian Seignobos
p. 153-155

Texte intégral

1Pour qui veut « comprendre » les histoires récentes que sont les djihads africains, le livre de Marc-Antoine Pérouse de Montclos est particulièrement clair et documenté. Familier du Nigeria, du Kenya et de l’Afrique du Sud, l’auteur fait, pour l’essentiel, référence à la littérature anglophone. Sur les trois djihads, Chebab en Somalie, Aqmi au nord du Mali et Boko Haram dans le bassin du lac Tchad, le dernier, dont il est le spécialiste, se voit traiter plus en profondeur.

2Les Chebab, « le mouvement de la jeunesse des combattants pour la foi », apparaissent sous forme de milices quand l’« union des tribunaux islamiques » s’empare de Modagiscio, en 2006. Ils prennent ensuite le maquis sous la pression de l’armée éthiopienne et se replient dans la région méridionale de la Somalie. En 2012, en quête d’une reconnaissance internationale, les Chebab prêtent allégeance à Al-Qaïda. Mais face aux troupes de l’Union africaine qui soutiennent le pouvoir en place, ils perdent du terrain. Radicalisés, les Chebab se livrent à des attentats suicides. Bien que divisés en factions rivales, ils n’en restent pas moins actifs, principalement dans le sud de la Somalie et le nord du Kenya.

3Aqmi est une nébuleuse qui ne cesse de se reconfigurer. Créée par les Algériens en 1998, elle se retrouve dans le GSPC (Groupe salafiste de prédication et de combat) dirigé par l’émir Abdelmalek Droukdel, secondé par ses « commandants » dont le salafiste aventurier Mokhtar Belmoktar. Aldelmalek installe des bases arrière au Mali, soutient le combat des sécessionnistes touaregs et s’allie au groupe Ansar Dine (les défenseurs de la religion) qui occupe Tombouctou en 2012. Les sahéliens en feront défection, créant, en 2011, le MUJAO (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest). Ce mouvement fusionnera avec des éléments des précédents mouvements pour une nouvelle organisation, les Mourabitoune (les sentinelles). L’opération Serval, après 2013, les contraint à se disperser vers la Lybie et, par là, à étendre leur rayon d’action.

4Boko Haram naît vers 2002 dans l’État de Borno, au Nigeria, aux confins du lac Tchad et du nord Cameroun. Son leader spirituel, Mohammad Yusuf, réclame l’application stricte de la Charia. Passé dans les rangs d’un mouvement wahhabiste, l’Izala (les éradicateurs), il s’en affranchira. Le « mouvement » bascule dans la clandestinité en 2009, après l’exécution de Mohammad Yusuf par la police nigériane. Moins charismatique et plus violent, Abubakar Shekau lui succède. En 2013, l’état d’urgence au Nigeria s’accompagne de la mise en place de milices pour seconder l’armée. Afin de décourager cette collaboration, Boko Haram procède à des massacres de civils. Une coalition des armées des États du circum tchadien cherche, dès 2015, à écraser la « secte », qui va se scinder et se disperser en plusieurs sanctuaires entre monts Mandara et lac Tchad.

5Concernant la « montée de l’islam » et les djihads en Afrique, Pérouse de Montclos s’attache à « déconstruire les clichés » et dénonce les « effets de loupe médiatiques », non seulement dans les chapitres i et iv, mais tout au long de son livre. Il juge les terminologies sur le sujet, employées par les journalistes comme par les chercheurs, évolutives, fluides, remaniées, et il tente une clarification entre islamisme, salafisme, wahhabisme, djihadisme et terrorisme par trop interchangeables. Quant aux rébellions, elles empruntent au même réservoir religieux. Toutefois, certaines proximités lexicales, les combattants de la foi, « ansar », ceux qui se revendiquent de la « sunna », de la Charia, ne valent pas une proximité idéologique et encore moins opérationnelle.

6Parmi les idées reçues, celle d’un djihadisme, surtout en Afrique, comme expression de « la guerre de civilisation », ne résiste pas à l’observation de ces conflits complexes qui opposent essentiellement des musulmans. Pérouse de Montclos réfute « l’arc de crise » qui associe tous les islamismes djihadisants, depuis le Moyen-Orient, Daech et l’Afrique sahélienne. Hormis ce qu’en disent certains médias, on ne relève aucun lien financier et aucun combattant étranger dans les rangs de ces groupes djihadistes. Ces rébellions restent accrochées à un noyau ethnique ou à un support historique fort, les Rahanweyn pour les Chebab, les Touaregs, puis les Peuls au Mali et les Kanuri pour Boko Haram. Ainsi, ces régions impactées par le djihadisme le sont si différemment, au milieu de zones indemnes de toute contamination salafiste violente, que Pérouse de Montclos réfute également le terme de « Sahelistan ». Une « révolution islamiste mondiale » resterait plus encore à écarter. L’influence arabe dans la conduite de ces soulèvements semble limitée, voire absente. Il n’en reste pas moins que la vision scripturaire sunnite et sa radicalité sectaire ouvrent un peu partout, dans le monde musulman, des opportunités pour nombre d’opposants.

7L’auteur s’efforce de démontrer que rien n’est simple, entre les courants wahhabistes sous l’action du magistère de l’université islamique de Médine, et leur confrontation avec des sociétés marquées – mais à quel degré ? – par les confréries soufies. Ce conflit théorisé – des salafistes réformateurs s’opposant aux soufis ouverts aux compromis politiques et aux arrangements syncrétiques traditionnels – cacherait en fait un véritable capharnaüm idéologique. Enfin, Pérouse de Montclos dénonce la méconnaissance entretenue à propos de ces djihadismes qualifiés de « low cost », et dont la crainte qu’ils suscitent se nourrirait de l’incompréhension que l’on a de leurs motivations.

8Pérouse de Montclos essaie de répondre à l’incontournable question : pourquoi des soulèvements islamistes en Somalie, au nord du Mali, dans le bassin du lac Tchad et pas ailleurs ? La pauvreté est pour lui un argument fallacieux, elle existe – et pire encore – dans bien d’autres régions. La cause en serait davantage un sentiment d’injustice et d’inégalité. Si mauvaise gouvernance et injustices sociales baignant dans une culture islamique sont des conditions nécessaires, elles restent non suffisantes. Il faut un carburant plus fort, celui du sentiment de persécution que des répressions officielles disproportionnées permettent de mettre en propagande. Les djihadismes puiseraient leur légitimité dans la recherche d’une justice sociale, la Charia étant un enjeu premier, à la base d’un état théocratique idéalement revendiqué.

9L’auteur insiste sur le côté conjoncturel qui s’attache à ces mouvements : partout, des événements précipitent l’entrée dans une sédition violente. Par exemple, Boko Haram devient un mouvement clandestin armé et sanglant en 2009, après « l’exécution extrajudiciaire » de son fondateur Mohammad Yusuf. Mais au-delà de ces cultures islamiques subsahariennes qui se transforment sous l’incubation d’influences salafisto-wahhabistes, l’auteur s’interroge sur le contrat social des indépendances de 1960. La question de la conciliation des traditions islamiques et du développement d’un État laïc postcolonial avait-elle été résolue ? Le lien n’était-il pas déjà fragile ?

10Pérouse de Montclos propose une histoire « alternative » à celle le plus souvent rapportée de ces djihads, mettant en avant la faiblesse des États, les exactions des coalitions militaires, la complexité des enjeux, la plasticité des doctrines, les raisons multiples de l’engagement dans ces rébellions – autant d’arguments susceptibles de déplacer les responsabilités. Sa conclusion revient précisément sur celle des armées engagées dans ces contre-insurrections. Corrompues et violentes, elles pérennisent des insurrections qui vont se nourrir, en quelque sorte, de la répression. En perdant la « bataille des cœurs et des esprits », elles deviennent à leur tour une partie du problème qu’elles prétendaient résoudre. Ces rébellions, forcément incapables de s’emparer du pouvoir et de contrôler l’appareil d’État, peuvent néanmoins couvrir de vastes espaces où, entre répressions et trêves, se développent toutes les formes de trafic profitables aux insurgés, à l’armée et aux commerçants locaux. Marc-Antoine Pérouse de Montclos dénonce, enfin, une complicité tacite des pays occidentaux avec les régimes qui entretiennent ces armées à travers « le renforcement des capacités militaires » leur assurant, sans fin, formations et fourniture de matériels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Pérouse de Montclos Marc-Antoine, L’Afrique, nouvelle frontière du djihad ? », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 153-155.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Pérouse de Montclos Marc-Antoine, L’Afrique, nouvelle frontière du djihad ? », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7404

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals