Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Simonis Roberta, Ravenna Adriana, Rossi Pier Paolo, 2017, Ennedi. Pierres historiées

Sesto Fiorentino, Edizioni All’Insegna del Giglio s.a.s., 288 p.
Christian Dupuy
p. 159-162

Texte intégral

  • 1 Situé en zone sahélienne, à l’est de la république du Tchad, l’Ennedi est un plateau gréseux de 30  (...)
  • 2 Pour juger des performances de ce logiciel de traitement d’images, se reporter au diaporama de prés (...)

1Les quelques 1 200 photographies en couleur composant ce livre de grand format (290 x 230 mm) donnent à voir la diversité des expressions rupestres en Ennedi1 et la beauté des paysages dans lesquels elles se trouvent. En cela, son contenu répond à l’objectif que se sont fixé les auteurs (p. 16) : « mettre l’accent sur les images les plus significatives se fondant dans les reliefs spectaculaires de la région ». Pour ce faire, ils ont puisé à deux sources documentaires : d’une part, dans la photothèque qu’ils ont progressivement constituée, à partir de 1993, en se rendant régulièrement sur le terrain, et, d’autre part, dans les archives qu’ont mises à leur disposition plusieurs passionnés d’art rupestre saharien. Les photographies retenues permettent de découvrir plus de 6 000 peintures et une centaine de gravures (calculs approximatifs) pour la plupart inédites, parmi lesquelles figurent des images qui n’étaient connues jusque-là que par leurs relevés à l’encre ou à la gouache. Les documents sélectionnés se répartissent dans 87 localités qui, elles-mêmes, comprennent de 1 à 30 sites ornés. Au total, 308 lieux d’expression sont examinés. Les photos des peintures peu contrastées ont été soumises au logiciel ImageJ DStretch pour en améliorer la lisibilité2. En plus de ces traitements numériques, les lecteurs apprécieront les reproductions intégrales, à l’encre, des compositions peintes sur de grandes surfaces, qui permettent de saisir les contextes iconographiques de réalisation de plusieurs sous-ensembles photographiés.

  • 3 Gérard Bailloud a rassemblé ses relevés et analyses dans un livre intitulé Art rupestre en Ennedi, (...)

2Une synthèse des connaissances est dressée dans l’introduction, à la suite de quoi les documents sont présentés localité par localité. Des rapprochements entre sites ornés sont effectués sur les critères des styles et des thèmes. Les trois horizons figuratifs reconnus par Gérard Bailloud au sud-ouest de l’Ennedi dans les années 1956-19573, baptisés par ses soins « période archaïque », « période bovidienne », « période cameline », se trouvent désormais documentés à l’échelle du massif. Les auteurs n’ont conservé de cette terminologie que le qualificatif d’archaïque, lequel aurait mérité lui aussi d’être abandonné, sinon de voir sa signification précisée, car cet adjectif recouvre souvent, aujourd’hui, dans le domaine comportemental, le sens de « peu évolué » et non pas celui d’« ancien » que lui prêtait Bailloud. Or les productions graphiques ainsi désignées ne sont en rien rudimentaires. Il s’agit au contraire de figures soignées qui ont été réalisées selon des techniques variées : traits fins ou lignes pointillées de teinte foncée pour la délimitation des silhouettes, aplats de peinture blanche, ocre ou violette pour le remplissage des corps, chevrons, hachures ou quadrillages pour leur décoration. La « période bovidienne » qui succède à ce premier horizon de peintures est rebaptisée « période pastorale ». Bien que les auteurs ne s’en expliquent pas, ce changement de terminologie est sans doute motivé par la prédominance figurative des taurins – ces bœufs à dos droit dénommés Bos taurus dans la nomenclature zoologique, qui étaient alors les animaux d’élevage privilégiés par les pasteurs –, lesquels taurins ne comptent que pour une seule espèce dans la très grande famille des bovidés dont la plupart n’ont pas de représentants dans l’art rupestre ; d’où l’abandon justifié de bovidien au profit de « pastoral ». Quant aux expressions finales, elles se distinguent des œuvres plus anciennes tant par les images nouvelles de dromadaires (Camelus dromedarius) que par celles également nouvelles de chevaux (Equus caballus). Aussi est-il logique que les auteurs délaissent le qualificatif par trop restrictif de cameline pour désigner cette phase terminale de l’art rupestre régional.

3L’absence de conclusion dans ce livre empêche de saisir aisément ses multiples apports à la connaissance des populations qui ont peint et gravé les rochers de l’Ennedi durant l’Holocène. La présentation synthétique des peintures anciennes qui suit vise à pallier en partie cette lacune. En partie seulement, car les expressions plus récentes étudiées par les auteurs fournissent, elles aussi, quantité d’informations nouvelles sur lesquelles nous ne pouvons nous attarder dans le cadre restreint de cette analyse.

4Les photographies des peintures anciennes composant cet ouvrage s’avèrent quinze fois plus nombreuses que tous les clichés publiés jusqu’ici, les concernant. Cet enrichissement du corpus confirme la place éminente qu’occupent les figures humaines au sein de ces expressions : sept sujets sur huit représentent des personnages. Ceux-ci apparaissent isolés ou groupés. Leur taille, tout comme leur corpulence, varie. Quant à leurs attitudes, elles sont tantôt dynamiques, tantôt statiques. Quelques humains sont identifiables à des femmes grâce à leurs seins dessinés l’un au dessous de l’autre sur des bustes de profil, ou bien rabattus de chaque côté du corps lorsque les bustes sont vus de face. Les vêtements et les parures sont diversifiés. Ces atours témoignent de savoir-faire élaborés, notamment dans le travail des peaux animales et des fibres végétales. L’armement se limite à des arcs et à des bâtons droits. L’un d’eux, de grande longueur, apparaît fiché dans l’arrière-train d’un quadrupède massif, scène unique en son genre qui évoque une chasse au gros gibier. À cette situation exceptionnelle s’ajoute celle d’un pagayeur s’activant à la poupe d’une barque à coque cintrée. Une telle figure, alliée à celle d’un poisson de grande taille exécutée par ailleurs, atteste de la présence de plans d’eau permanents, et ce, dans un paysage de savane arborée puisque le bestiaire de l’époque consiste en quelques représentations d’éléphants, de rhinocéros, de girafes, d’autruches, de bovidés d’identification délicate, de panthères et peut-être de lions. De rares dessins de mains, de monstres et de piquets fourchus soutenant des sacs, participent probablement de cet horizon iconographique. Les animaux domestiques sont absents. Précisons à ce sujet que, contrairement à ce qui est écrit en page 209, aucune peinture de taurin n’est sous-jacente à ces expressions. Un réexamen du cliché à l’origine de cette affirmation, que m’a aimablement communiqué Roberta Simonis, révèle un ordre inverse de superposition. Les peintures anciennes, à la différence de celles plus récentes, n’ont pas d’équivalence en gravure dans la région. Leurs techniques de réalisation, les styles et les thèmes qu’elles développent sur les rochers, les rapprochent, par contre, de peintures, elles aussi anciennes, recensées à 500 kilomètres dans le Jebel el-Uweynat, aux confins de l’Égypte, du Soudan et de la Libye, dans le Gilf Kebir, en Égypte, et… trois fois plus loin, dans la Tadrart Akukas, en Libye, et dans la Tassili-n-Ajjer voisine, en Algérie. Les ressemblances sont, à mon avis, trop nombreuses pour relever de convergences. Elles plaident plutôt en faveur d’un phénomène culturel de grande ampleur, qui soulève la question des modalités de transmission de cet art à prédominance anthropomorphe à travers la savane africaine, à un moment où l’arc est connu et avant que les taurins ne deviennent les sujets de prédilection des peintres et des graveurs : mobilité du peuplement, emprunts culturels de proche en proche ou combinaison de ces deux processus ?

  • 4 Peter Breunig, Katharina Neumann, 2002, « From Hunters and Gatherers to Food Producers : New Archae (...)

5Les milliers de peintures et de gravures de réalisation plus récente renvoient, quant à elles, à l’univers du pastorat avec, en toile de fond, à partir du IIe millénaire av. J.-C., l’avènement de l’agriculture documenté par les restes paléobotaniques mis au jour à l’occasion de fouilles menées au sud-ouest du lac Tchad4. Le développement de l’économie agro-pastorale a conduit à l’affirmation d’aristocraties guerrières dont témoignent, en Ennedi, les nombreuses images de porteurs de lances à pointes métalliques. Le port de la lance s’accompagne de celui de vêtements et d’ornements inusités jusque-là, de l’apparition de greniers sur pilotis, de relations d’un genre nouveau entre femmes et hommes, mais également entre humains et animaux. Aucune fouille archéologique, si minutieuse et étendue soit-elle, ne fournira sur ces aspects des informations aussi précises que celles révélées dans Pierres historiées. De par sa grande valeur documentaire, ce livre intéressera tous ceux désireux d’en savoir plus sur l’art rupestre multimillénaire de l’Ennedi, et sur la dynamique du peuplement qui y est associée dans le bassin du Tchad et au-delà.

Haut de page

Notes

1 Situé en zone sahélienne, à l’est de la république du Tchad, l’Ennedi est un plateau gréseux de 30 000 kilomètres carrés, culminant à 1 450 mètres. Trois caractères exceptionnels ont convaincu le comité de l’Unesco d’inscrire ce massif, en 2016, sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité : l’abondance et la diversité des espèces florales soudano-guinéenne et éthiopienne tapissant les fonds humides des canyons, témoins reliques de l’optimum climatique holocène ; la magnificence de plusieurs arches de pierre naturelles, celle d’Aloba comptant parmi les plus grandes au monde ; la bonne préservation de milliers de peintures et de gravures rupestres datant de la préhistoire et de la protohistoire.

2 Pour juger des performances de ce logiciel de traitement d’images, se reporter au diaporama de présentation mis en ligne par son auteur : Jon Harman, Using Decorrelation Stretch to Enhance Rock Art Images, 2005, http://www.dstretch.com/RA2005YDS/JonHarmanRA2005YDS. html (consulté le 10 janvier 2019).

3 Gérard Bailloud a rassemblé ses relevés et analyses dans un livre intitulé Art rupestre en Ennedi, paru en 1997 aux Éditions Sépia.

4 Peter Breunig, Katharina Neumann, 2002, « From Hunters and Gatherers to Food Producers : New Archaeological and Archaeobotanical Evidence from the West African Sahel », in Fekri A. Hassan (ed.), Droughts, Food and Culture. Ecological Change and Food Security in Africa’s Later Prehistory, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers : 123-153. Marlies Klee, Barbara Zach, 1999, « The Exploitation of Wild and Domesticated Food Plants at Settlement Mounds in North-east Nigeria (1800 cal BC to today) », in Marijke Van Der Veen (ed.), The Exploitation of Plant Resources in Ancient Africa, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers : 81-88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Simonis Roberta, Ravenna Adriana, Rossi Pier Paolo, 2017, Ennedi. Pierres historiées », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 159-162.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Simonis Roberta, Ravenna Adriana, Rossi Pier Paolo, 2017, Ennedi. Pierres historiées », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7413

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals