Navigation – Plan du site
Mélanges
Informations

Nouveaux membres de la société des africanistes 2017-2018

p. 164-168

Patrick Dewavrin

Psychiatre de formation, Patrick Dewavrin est spécialiste de la maladie d’Alzheimer. Il a créé en l’an 2000, avec l’aide du Dr Gilles Degois, la Fondation pour une maternité sans risque, qui œuvre actuellement au Sénégal oriental et œuvrait anciennement au Mali. Il a été secrétaire général de l’ONG Kinkeliba, responsable d’un centre médical au Sénégal oriental (2007-2009), puis secrétaire général de l’ONG Le Kaicedrat qui a créé, au Sénégal oriental, un centre médical d’équipes mobiles (2010). Il a collaboré avec les anthropologues Louis-Vincent Thomas et Marie-Paule Ferry. Ses intérêts actuels portent sur la santé des populations enclavées et le développement d’équipes médicales mobiles. Il est parrainé par Anne-Marie Bénézech et Gilles Degois.

Jennifer Lorin

Jennifer Lorin est doctorante contractuelle en anthropologie à l’université Paris-Descartes (sous la direction d’Erwan Dianteill, laboratoire Canthel) et chargée de travaux dirigés à l’université Paris-Diderot. Ses recherches doctorales, pour lesquelles elle a effectué de longues missions sur le terrain, portent sur les royautés ajatado du Bénin méridional, saisies dans le temps long de l’histoire. Elle est parrainée par Marie-Luce Gélard et Luc Pecquet.

Élise Zadem

Élise Zadem a obtenu un master 2 de FLE-FLS (français langue étrangère-français langue seconde) à l’université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3. Elle prépare actuellement, sous la direction de Cécile Leguy (LACITO), un projet de thèse relevant de l’anthropologie linguistique et qui portera sur les discours des rappeuses ivoiriennes. Elle travaille également dans la formation linguistique des étrangers en France. Élise Zadem est parrainée par Sandra Bornand et Cécile Leguy.

Muriel Champy

Muriel Champy est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherches (ATER) au département d’anthropologie de l’université Paris-Nanterre et associée au laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, UMR 7186). Ses recherches doctorales – Faire sa jeunesse dans les rues de Ouagadougou. Ethnographie du bakoro (Burkina Faso), thèse soutenue en 2016 – portent sur les jeunes vivant dans la rue ainsi que sur leur devenir après cette expérience. En mettant en perspective les trajectoires de ces jeunes avec d’autres formes historiques de mobilité et d’individuation dans cette région du monde, ses recherches explorent le conflit entre un imaginaire mondialisé qui associe la réussite à l’accumulation monétaire individuelle et un modèle d’organisation lignager et communautaire, structuré par le principe hiérarchique de l’aînesse. Sur ce sujet, elle a publié plusieurs articles et coréalisé un film documentaire. Dans la continuité de ces réflexions, ses recherches en cours développent une approche ethnographique longitudinale et comparative des âges et des générations, auprès de familles mossi au Burkina Faso et twi au Ghana. Elara Bertho et Anne-Marie Peatrik sont ses marraines.

Lucie Buffavand

Lucie Buffavand a mené ses recherches doctorales chez les Mela, pasteurs et horticulteurs de la basse vallée de l’Omo (Éthiopie), et soutenu sa thèse à l’institut Max-Planck d’anthropologie sociale (Halle, Allemagne). Elle a exploré les fondements de l’identité collective des Mela et leur rapport à la terre, dans le contexte d’un accaparement des terres mené par l’État éthiopien. Sur la base d’une recherche ethnographique de plus de deux ans conduite en langue vernaculaire, elle a développé une approche historique en analysant les traditions orales des Mela. Elle a étudié leur forme de royauté sacrée et les types d’intégration qu’elle promeut, ainsi que son articulation avec les systèmes de résidence et de filiation, d’une part, et le système d’âge et de génération, d’autre part. Elle est actuellement postdoctorante de la fondation Fyssen et affiliée au laboratoire d’anthropologie sociale (Paris). Son projet postdoctoral prolonge ces recherches en interrogeant la transmission, chez les Mela, des représentations d’animaux extraordinaires, gardiens de la terre et supports d’une identité autochtone. Elle est parrainée par Julien Bondaz et Michèle Cros.

Carole Sattler

Actuellement étudiante en master 2 de sciences sociales, mention SPPS (« Santé, populations, politiques sociales »), à l’EHESS, Carole Sattler s’intéresse à la place de l’ethnopharmacologie dans les projets de développement. Ses recherches portent plus précisément sur l’application de cette dynamique par les acteurs malgaches et français de l’association AVERTEM (valorisation de l’ethnopharmacologie en régions tropicales et méditerranéennes), dans un cadre de coopération internationale. Elle fait également partie de l’équipe pédagogique du diplôme universitaire d’ethnobotanique appliquée aux plantes médicinales, aux pharmacopées traditionnelles et à la pharmacie humanitaire du laboratoire de botanique de la faculté de pharmacie de Lille. Parallèlement, elle intervient lors de la formation de le SFE (Société française d’ethnopharmacologie) intitulée Ethnopharmacologie appliquée. Plantes médicinales et médecines du xxie siècle. Elle est parrainée par Françoise Le Guennec-Coppens et Claudie Haxaire.

Serge Dewel

Serge Dewel a soutenu une thèse en histoire, sociétés et civilisations à l’Inalco (2017), consacrée à la construction de la capitale éthiopienne en tant que reflet des préoccupations du pouvoir en matière de souveraineté. Il s’intéresse actuellement à l’utilisation des sources graphiques en histoire. Depuis 2016, il est secrétaire de l’ARESAE (Association française pour le développement de la recherche scientifique en Afrique de l’Est), qui édite les Carnets d’Afrique orientale. Il est l’auteur d’un ouvrage sur le pentecôtisme en Éthiopie (Mouvement charismatique et pentecôtisme en Éthiopie. Identité et religion, Paris, L’Harmattan, 2014, 256 p.). Il est parrainé par Serge Tornay et Marc Fontrier.

Hervé Pennec

Hervé Pennec est historien chargé de recherches (CNRS) à l’IMAf (Institut des mondes africains, site d’Aix-en-Provence). Il est membre du conseil scientifique du GIS Moyen-Orient, mondes musulmans et du conseil scientifique du GIS Afrique. Ses thèmes et terrains de recherche concernent l’Europe du Sud (Portugal, Espagne, Italie), en relation avec l’Afrique orientale, à l’époque moderne (xvie et xviie siècles) ; le nord du Maghreb (Tunisie) ; la production des savoirs missionnaires en contexte et les missions religieuses (xvie-xxe siècles) ; la constitution des savoirs parmi les ordres missionnaires. Parmi ses publications : Pedro Paez’s History of Ethiopia, 1622, dirigé avec Isabel Boavida et Manuel João Ramos, trad. Christopher Tribe, Ashgate, Hakluyt Society, 2011 ; « Des jésuites au royaume du prêtre Jean (Éthiopie). Stratégies, rencontres et tentatives d’implantation (1495-1633) », Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 2003. Hervé Pennec est parrainé par Luc Pecquet et Fabio Viti.

Jean-Baptiste Eczet

La thèse de doctorat en anthropologie de Jean-Baptiste Eczet porte sur les Mursi, dans le Sud-Ouest éthiopien, et s’intitule : Humains et bovins en pays mursi (Éthiopie). Registres sensibles et processus de socialité. Ce travail a été effectué sous la direction de Michael Houseman, à l’École pratique des hautes études, en 2013. Depuis, il a obtenu une bourse de postdoctorat de la fondation Fyssen qui lui a permis de travailler au Musée national du Brésil, Rio de Janeiro, sous la supervision de Carlos Fausto (2014-2015, 2 ans) et un postdoctorat à l’École des hautes études en sciences sociales (IIAC - LAIOS) (2016-2018, 18 mois). Il a reçu le prix de thèse du musée du quai Branly en 2014. Jean-Baptiste Eczet est l’auteur de nombreuses publications sur la statuaire et l’esthétique africaine, sur la population soudanaise de la Jungle de Calais et sur les Mursi et leurs rapports aux bovins. Il est chroniqueur hebdomadaire à Radio Nova, émission « L’Heure de pointe ». Jean-Baptiste Eczet est parrainé par Maria Teixeira et Luc Pecquet.

Emmanuel Chauvin

Géographe, Emmanuel Chauvin est maître de conférences à l’université Toulouse –Jean-Jaurès, au laboratoire interdisciplinaire « Solidarités, sociétés, territoires » (LISST) et associé au Pôle de recherche pour l’organisation de la diffusion de l’information géographique (PRODIG). Ses recherches portent principalement sur les Centrafricains déplacés et réfugiés au Cameroun et au Tchad, sujet auquel il a consacré sa thèse (université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, 2015), qui a reçu le prix de la Société des africanistes 2016. Il est l’auteur d’articles, de chapitres d’ouvrages et de rapports d’expertise consacrés au conflit centrafricain, aux mobilités contraintes, à l’aide humanitaire, à l’insécurité et à la recomposition post-crise. Emmanuel Chauvin est parrainé par Véronique Lassailly-Jacob et Jean Boutrais.

Barbara Cooper

Barbara M. Cooper est professeur au département d’histoire à Rutgers University (New Brunswick, New Jersey, États-Unis). Les thèmes principaux de ses recherches largement interdisciplinaires concernent le genre, la vie familiale, l’enfance et l’adolescence, la santé reproductive, la religion (christianisme et islam), l’agriculture et les crises alimentaires, l’esclavage et le travail. Ses terrains de recherche sont principalement la société haussa (Niger) et, plus largement, le Sahel (ancienne AOF). Elle est l’auteur de très nombreux articles et de plusieurs ouvrages, dont Marriage in Maradi : Gender and Culture in a Hausa Society in Niger, 1900-1989, 1997 ; Evangelical Christians in the Muslim Sahel, 2006 (prix de l’African Studies Association’s Melville J. Herskovits) ; Countless Blessings : A History of Childbirth and Reproduction in the Sahel (à paraître en 2019). Avec Catherine Baroin, elle a codirigé le volume collectif La Honte au Sahel, Paris, Sépia, 2018. Elle est parrainée par Catherine Baroin et Jean Boutrais.

Delphine Manetta

Delphine Manetta a obtenu un doctorat en ethnologie à l’université Paris-Descartes, sous la direction d’Erwan Dianteill (2016) ; elle est actuellement postdoctorante à l’EHESS, affiliée à l’IMAf. Elle est membre du comité de rédaction de la revue cArgo. Ses travaux portent sur des groupes jàa du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire, suivant une perspective comparatiste entre les milieux rural et urbain, en prenant, plus spécifiquement, pour objet d’analyse les dynamiques de pouvoir. Dans son travail de thèse, elle a analysé les élections municipales et législatives de novembre 2012 dans des villages jàa du sud-ouest du Burkina Faso. Dans ce travail, elle a défini l’éligibilité par le prisme des deux formes socio-spatiales que sont la maison et la route, en suggérant que l’espace, appréhendé dans ses transformations historiques (architecturales, topographiques, géographiques), peut être un modèle pour penser les rapports politiques. Sa recherche émet l’hypothèse que les rapports politiques contiennent un code géographique attribuant aux hommes, aux entités surnaturelles et aux choses, des identités spatiales qui les situent dans certains lieux physiques et symboliquement construits. Elle est l’auteure de plusieurs articles et d’un ouvrage en cours de publication. Delphine Manetta est parrainée par Cécile Leguy et Hervé Pennec.

Philippe Charlier

Médecin, Philippe Charlier est maître de conférences des universités (UFR des sciences de la santé UVSQ/EA 4498, laboratoire DANTE, Montigny-le-Bretonneux, et chef de service, praticien hospitalier (département de consultations et de santé publique, CASH de Nanterre et maison d’arrêt des Hauts-de-Seine). Actuellement en détachement ministériel (ministère de la Culture et ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), il assure la direction du département de la recherche et de l’enseignement au musée du quai Branly – Jacques-Chirac. Son habilitation à diriger les recherches (biologie et médecine, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) porte sur l’anthropologie médico-légale et l’ostéo-archéologie. Il s’intéresse notamment au corps mort et à la paléotératologie. Il a récemment entrepris une mission de prospection archéologique et d’étude du matériel dans les cours des palais des rois Glélé et Ghézo (Abomey), et d’analyse du matériel ostéologique provenant de leurs tombeaux. Il enseigne l’anthropologie médicale à l’invitation de l’Académie nationale des sciences, arts et lettres de Cotonou (Bénin). Il est parrainé par Françoise Le Guennec-Coppens et Maria Teixeira.

  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals