Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam

Lilyan Kesteloot (1931-2018)

Lilyan, mon amie, tu nous manques
Jean Derive
p. 129-133

Texte intégral

1Avec la disparition de Lilyan Kesteloot, c’est une grande dame des lettres africaines, dont elle fut une véritable pionnière au plein sens du terme, que nous, les africanistes, avons tous perdue. Et nous ne pouvons que nous sentir orphelins. Avec ses bientôt 87 ans, toujours sur la brèche, pleine d’énergie, elle aura déployé jusqu’au bout une époustouflante activité, témoignant à la fois d’un bouillonnement intellectuel permanent et d’un constant souci d’humanité, manifesté par l’attention bienveillante portée à ses collègues comme à ses anciens étudiants, dont elle a toujours pris soin de diffuser les travaux, lorsqu’ils le méritaient. Dans les dernières semaines de sa vie, elle se préoccupait encore d’assurer, depuis Paris, les meilleures conditions de soutenance à l’HDR d’un collègue ivoirien au sein de l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar. Quelques jours seulement avant sa mort brutale, elle m’avait téléphoné à propos de la collection « Oralités » que nous codirigions à L’Harmattan, pour me parler de talents par elle récemment découverts et solliciter mon avis sur l’opportunité de les publier prochainement.

2Lilyan est trop universellement connue pour qu’il soit besoin ici de faire sa biographie détaillée, disponible en maints ouvrages, articles ou enregistrements radiophoniques. Inutile, également, de présenter sa bibliographie exhaustive qu’on peut aisément se procurer. Je me contenterai donc d’évoquer quelques aspects de l’immense travail de promotion de la culture verbale africaine qu’elle est parvenue à mener, à partir de l’expérience que j’en ai eue dans le cadre d’une amicale collaboration de plus de quarante ans.

3Je l’ai découverte d’abord par son premier succès de librairie, à la parution de son Anthologie négro-africaine (1967, constamment rééditée), alors que, jeune enseignant à Bangui, j’effectuais mon service militaire en coopération. Cet ouvrage pionnier me fut une bible pour une initiation à la littérature africaine. Amie de Senghor, de Césaire, d’Hampâté Bâ et de nombreux auteurs africains, Lilyan était déjà considérée comme la référence en matière de littératures africaines. Elle avait, à l’époque, essentiellement focalisé son intérêt sur la littérature africaine écrite en langue française, même si, dès les premières éditions, son anthologie témoignait d’une ambition plus vaste et d’une ouverture à d’autres champs littéraires.

4Tout d’abord, celui des littératures africaines écrites en d’autres langues européennes :
– Littérature anglographe, en traduction française, en provenance du Nigeria (Gabriel Okara, John Pepper Clark, Christofer Okigbo, Wole
Soyinka, Amos Tutuola, Nkwame Nkrumah) et du Ghana (Michaël Dei Anang, Efua Theodora Sutherland) pour ce qui est de l’Afrique de l’Ouest ; du Kenya (Joseph Kariuki, Jomo Kenyatta) pour l’Afrique de l’Est ; de l’Afrique du Sud (Peter Abrahams, Denis Brutus, Blok Modisane, Ezéchiel Mphalele, Alfred Hutchinson) pour la partie australe du continent ;
– Littérature lusographe, d’Angola et du Mozambique, toujours en traduction française (Antonio Jacinto, Noemia de Souza, Castro Soromenho).

5Ensuite, celui des œuvres écrites de la diaspora noire hors d’Afrique :
– En français : René Maran, Etzer Vilaire, Carl Brouard, Roger Dorsainville, Jean-François Brièrre, Jacques Roumain, Aimé Césaire, Guy Tirolien, Paul Niger, René Depestre, Joseph Zobel, Jacques Stephen Alexis, Édouard Glissant, Jean-Claude Bajeux, pour l’ensemble
des Antilles francophones, y compris Haïti ; Léon Gontran Damas et Bertene Juminer, pour la Guyane ; Édouard J. Maunick, pour l’île Maurice dans l’océan Indien ;
– En anglais : les écrivains du mouvement de la négro-renaissance, aux États-Unis (Langstone Hughes, Claude McKay, Countee Cullen, Sterling Brown) ainsi que leurs héritiers (Richard Wright, Chester Himes).

6Enfin, dès la première édition, l’Anthologie s’ouvrait à des œuvres francographes inspirées de la littérature orale traditionnelle du continent, en particulier des textes épiques :
Le poème historico-mythologique des Mwamis adapté par l’écrivain rwandais Alexis Kagame, des épisodes du mvet, épopée d’Afrique centrale (Cameroun, Gabon) respectivement édités par Gaspard et Françoise Towo-Atangana et par Eno Belinga, des morceaux choisis de l’épopée de Ségou édités par Amadou Hampâté Bâ, des passages de la célèbre épopée mandingue Soundiata adaptée par l’écrivain et historien guinéen Djibril Tamsir Niane (tous ces extraits étant présentés en version française). Cette prédilection pour l’épopée ne se démentira jamais, dans la suite des recherches de Lilyan Kesteloot.

7Je n’ai rencontré cette dernière de visu qu’en 1973, à l’occasion d’un colloque à Paris-Nord (Négritude africaine, négritude caraïbe) dont elle était, avec son amie Maryse Condé, l’une des invitées les plus en vue. Son ouverture et sa simplicité nous ont permis de tisser rapidement les liens d’une relation solide qui ne s’est jamais démentie, au cours de nos quarante- cinq années de collaboration. Elle fut donc une amie, une sorte de grande sœur bienveillante en même temps qu’une collègue proche, puisque nous travaillions tous deux dans un même champ disciplinaire, au carrefour des littératures africaines écrites et orales, ce qui nous a maintes fois conduits à coopérer dans le cadre des institutions et sociétés savantes que nous fréquentions de concert : l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA), le Réseau euro-africain de recherche sur l’épopée (REARE), l’International Society for Oral Literature in Africa (ISOLA), etc.

8Ce sont son enfance au Congo alors belge, puis ses séjours universitaires prolongés en divers pays d’Afrique, au Cameroun, au Mali, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, qui l’ont amenée à s’orienter de plus en plus vers la collecte et l’étude des chefs-d’œuvre des patrimoines oraux africains, auxquels elle consacra plus tard l’essentiel de ses publications, dont plusieurs recueils de contes et mythes : Contes et mythes du Sénégal (avec Bassirou Dieng et Souleymane Faye, 1986), Contes, fables et récits du Sénégal (2006), Contes et mythes wolof (avec Cherif Mbodj, 2006). Mais ce sont surtout ses travaux sur l’épopée qui ont fait sa renommée : La Prise de Dionkoloni, coédité avec Gérard Dumestre, (1975), L’Épopée traditionnelle (1971), Da Monzon de Ségou, l’épopée bambara (avec la collaboration d’Amadou Hampâté Bâ, Amadou et Jean-Baptiste Traore, 1972). Sa passion pour la geste épique du royaume de Ségou était telle qu’elle avait alors donné à son fils Frantz (ainsi baptisé en hommage à Fanon) le surnom de Biton, en référence au roi de Ségou, Biton Coulibaly. Elle a enfin, pour couronner son engagement dans les études épiques africaines, réalisé, en collaboration avec son collègue et ami sénégalais Bassirou Dieng, lui aussi récemment disparu, une magistrale anthologie des grandes épopées du continent, Les Épopées d’Afrique noire (1997). C’est un livre qui fait aujourd’hui autorité en la matière. Elle fut, en 2000, membre fondatrice du REARE dont elle a été une figure de proue.

9À partir des années 1980, sans renoncer à son intérêt pour les littératures africaines écrites, Lilyan a consacré l’essentiel de ses travaux de recherche à la littérature orale – une littérature qu’elle collectait elle-même, avant de la faire transcrire et traduire par des informateurs compétents. Alors que la plupart des chercheurs en oralité se limitent à un ou deux terrains de collecte et de recherche, la notoriété internationale de Lilyan Kesteloot et la variété géographique de ses séjours en Afrique lui ont offert l’opportunité d’approcher les plus grands artistes de la tradition orale africaine en divers points du continent. Esprit curieux et toujours en éveil, elle n’avait pas son pareil pour dénicher des griots de grand talent, tels Sissoko Kabiné ou Taitou Bembera pour ce qui est de l’épopée bambara de Ségou, par exemple. Le revers de la médaille de cette diversité, c’est qu’elle ne pouvait pas connaître toutes les langues des différentes aires culturelles d’où provenaient les œuvres recueillies. La reconnaissance dont elle jouissait un peu partout en Afrique lui a permis de combler cette lacune en s’assurant de la collaboration des meilleurs chercheurs et intellectuels africains (Senghor, Hampâté Bâ, Bassirou Dieng…) ou de chercheurs européens reconnus pour leur compétence dans la langue et la culture d’où provenait l’œuvre orale (Dumestre).

10L’apport de Lilyan Kesteloot aux études épiques africaines ne s’est pas borné à la diffusion des grandes épopées du continent par des éditions de texte. Elle a aussi contribué, en particulier dans la somme monumentale que constitue le volume sur Les Épopées d’Afrique noire, à un approfondissement de la théorisation du genre en Afrique, en en définissant les contours et en mettant en lumière sa spécificité par rapport à d’autres poèmes épiques produits en d’autres cultures. C’est ainsi que Lilyan Kesteloot a proposé, dans une des sections de cet ouvrage, une typologie des épopées africaines, en distinguant l’épopée royale ou dynastique, l’épopée corporative (les récits qui concernent une fraction laborieuse de la société, par exemple des épopées consacrées aux activités de la chasse, de la pêche, de l’agriculture), l’épopée religieuse (dont la Geste d’El Hadj Omar serait l’archétype), l’épopée mythologique clanique (dont le mvet représente une illustration emblématique). Pour chacune de ces variétés à l’intérieur du genre épique, elle a établi des critères qui permettent le classement des œuvres dans l’une ou l’autre de ces catégories de second degré.

11Dans une autre section de ce recueil, elle étudie les conditions d’énonciation du genre épique africain propres à sa nature orale. Qui dit ce type de récit, en quel lieu et à quelle occasion, devant quel public, selon quelles modalités énonciatives (parlé, chanté, cantilé, accompagné ou non d’un instrument), avec quels enjeux de pouvoir ? La réponse à ces questions est naturellement susceptible de varier suivant les catégories secondaires envisagées. Lilyan reprend à son compte la question posée par de nombreux africanistes travaillant sur l’épopée : Pourquoi certaines sociétés ont-elles des épopées et d’autres non ? Sur cette question comme sur tant d’autres, sa réflexion continue à enrichir le débat.

12Parmi les pays africains où elle a séjourné et noué de nombreux contacts, c’est le Sénégal qui fut, avec la France, l’une de ses deux patries d’adoption. Chaque année, depuis plusieurs décennies, elle partageait son temps entre les deux pays, dispensant, d’une part, un semestre de cours à l’UCAD et à l’IFAN de Dakar, d’autre part, un autre semestre à Paris 4-Sorbonne. Parmi ses étudiants, ceux que j’ai rencontrés, aussi bien en Afrique qu’en Europe, m’ont tous dit combien elle leur avait apporté, aussi bien en termes de connaissances que de méthodologie. Ils appréciaient notamment sa grande disponibilité : malgré les multiples sollicitations dont elle était l’objet, elle était toujours prête à les rencontrer pour les accompagner dans leurs projets et, sa jeunesse d’esprit et son enthousiasme étant contagieux, elle redonnait du dynamisme aux plus découragés. Plusieurs de ses collègues sénégalais dont elle avait autrefois dirigé le mémoire ou la thèse insistaient aussi sur sa grande fidélité. Avec elle, à l’inverse de ce qui se passe hélas trop souvent à l’université, la relation n’était pas rompue une fois la thèse soutenue, à la fin du cursus universitaire. Elle continuait à s’intéresser au parcours en aval, du moins pour tous ceux qui envisageaient de se consacrer à l’enseignement et à la recherche, leur dispensant ses encouragements et conseils avisés.

13Membre fidèle de la Société des africanistes, elle venait de s’acquitter de sa cotisation 2018, montrant par ce geste qu’elle n’entendait pas décrocher de la recherche ni abandonner son constant intérêt pour l’Afrique, ce continent qu’elle a si passionnément aimé. Nous ne sommes pas près de retrouver, dans le domaine des études littéraires tout au moins, un chercheur de cette trempe. Heureusement, il nous reste ses nombreux travaux, pour cultiver sa mémoire.

Ouvrages cités

14Kesteloot Lilyan, 1967, Anthologie négro-africaine. Panorama critique des prosateurs, poètes et dramaturges noirs du xxe siècle, Verviers (Belgique), Éditions Gérard/Marabout, « Marabout université ».

15— (textes choisis par), 1971, L’Épopée traditionnelle, Paris, Fernand Nathan.

16— (en coll. avec Amadou Hampâté Bâ, Amadou Traore, Jean-Baptiste Traore), 1972, Da Monzon de Ségou, épopée bambara, Paris, Fernand Nathan. Réédité sous le titre L’Épopée bambara de Ségou, Paris, Orizons, 2010.

17(en coll. avec Gérard Dumestre), 1975, La Prise de Dionkoloni, Paris, Armand Colin, « Classiques africains ».

18— (en coll. avec Bassirou Dieng et Souleymane Faye), 1986, Contes et mythes du Sénégal, Paris-Dakar, CILF/IFAN.

192006, Contes, fables et récits du Sénégal, Paris, Karthala.

20— (en coll. avec Bassirou Dieng), 1997, Les Épopées d’Afrique noire, Paris, Karthala.

21(en coll. avec Cherif Mbodj) 2015 [2006], Contes et mythes wolof : du tieddo au talibé, Paris/Dakar, L’Harmattan.

22Négritude africaine, négritude caraïbe, 1973, Centre d’études francophones, Université Paris-Nord, Nivelles (Belgique), Éditions de la Francité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Derive, « Lilyan Kesteloot (1931-2018) », Journal des africanistes, 88-2 | 2018, 129-133.

Référence électronique

Jean Derive, « Lilyan Kesteloot (1931-2018) », Journal des africanistes [En ligne], 88-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7585

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals