Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1Ethnologie de sauvegarde et polit...

Ethnologie de sauvegarde et politique coloniale : les engagements de Marcel Griaule

Ethnology of safeguarding and colonial policy: the commitments of Marcel Griaule
Éric Jolly
p. 6-31

Résumés

De 1930 à 1956, les positions de Marcel Griaule vis-à-vis du fait colonial peuvent paraître fluctuantes ou même contradictoires, alors qu’elles témoignent de convictions relativement stables. Pour financer ses missions et conduire ses recherches de terrain, Griaule ne cesse d’utiliser à son profit un contexte colonial qu’il refuse pourtant d’observer et d’analyser. Une telle occultation lui permet de traiter les sociétés africaines qu’il étudie comme des isolats figés et « purs », indemnes de toute contamination extérieure. Qu’elle s’applique à la culture dogon ou à l’Éthiopie rurale, sa crainte de tout changement corrupteur explique ses engagements, en apparence opposés, contre la conquête coloniale de l’Éthiopie par l’Italie fasciste et en faveur d’une politique coloniale « conservatrice » qui respecterait les différences culturelles et sauvegarderait des traditions millénaires. À la Société des nations, en 1935, ou à l’Assemblée de l’Union française, de 1947 à 1956, Griaule se présente ainsi comme le défenseur d’une Afrique « authentique » et comme son porte-parole légitime, en raison de ses connaissances de terrain et de sa familiarité avec les traditions locales.

Haut de page

Texte intégral

1Entre 1928 et 1956, les sentiments successifs de Marcel Griaule vis-à-vis de la colonisation ne sont pas dissociables du rôle qu’il se donne d’un bout à l’autre de sa carrière : celui d’un ethnologue qui serait à la fois le découvreur, l’archiviste, l’expert, le défenseur et le porte-parole d’une Afrique authentique. De la mission Dakar-Djibouti aux bancs de l’Assemblée de l’Union française, Griaule considère le fait colonial comme une opportunité pour ses enquêtes de terrain, comme une menace d’acculturation pour des sociétés « traditionnelles » présumées fermées, ou, inversement, comme un rempart protecteur contre leur « contamination » et leur disparition annoncées. Il ne faut donc voir aucune contradiction entre son occultation du contexte colonial au cours de ses recherches, sa volonté d’orienter une politique coloniale jugée trop assimilationniste, et son engagement anticolonialiste lors de l’invasion de l’Éthiopie par l’Italie fasciste. Pour lui, la colonisation n’est acceptable, voire souhaitable, que si elle respecte et préserve des cultures locales « millénaires » en s’appuyant sur les travaux des ethnologues.

Les missions des années 1930 : la colonisation au service de l’ethnographie

2Les fondateurs de la discipline ont souvent vanté l’utilité de l’ethnologie pour connaître et administrer les sociétés colonisées. Entre 1925 et 1933, Lucien Lévy-Bruhl (1925 : 233-235) et Paul Rivet (1931 : 2) présentaient ainsi l’Institut d’ethnologie et le musée d’Ethnographie comme des vitrines, des laboratoires ou des centres d’enseignement dédiés à l’empire colonial français ; mais s’ils prétendaient mettre ces établissements au service d’une colonisation humaine et rationnelle, ils cherchaient surtout à s’assurer le soutien des coloniaux ou du lobby colonial pour obtenir des financements, augmenter leurs collections et forcer la reconnaissance institutionnelle de l’ethnologie. Sur le terrain, notamment en Afrique, les nouveaux ethnographes de métier se refusaient à observer, à analyser ou à servir le système colonial, même s’ils l’utilisaient à leur profit. Les expéditions Griaule des années 1930 en sont de parfaites illustrations.

Un contexte colonial propice à la maîtrise du terrain

  • 1 Voir Griaule (2015a [1933] : 1247 et 1250-1253 ; 1943 : 58 et 74). Sur l’emploi d’un vocabulaire ju (...)

3Entre 1931 et 1939, les quatre missions collectives dirigées par Griaule – Dakar-Djibouti, Sahara-Soudan, Sahara-Cameroun et Niger-Lac Iro – sont avant tout de vastes entreprises itinérantes de collecte d’objets ethnographiques et d’informations orales. Elles visent à recueillir en chemin, avec rapidité et méthode, le maximum de témoignages sur les sociétés traversées, en privilégiant d’abord une saisie exhaustive, puis en orientant progressivement cette collecte extensive vers les objets et les rites anciens les plus « sacrés ». Par ailleurs, les membres des missions Griaule partagent la même vision stéréotypée de sociétés africaines fermées dont les institutions centrales seraient systématiquement cachées aux étrangers. En quête d’indices ou de preuves pour accéder malgré tout à ces secrets présumés, clés de voûte de la vie sociale et religieuse, les ethnographes – et a fortiori leur chef – jouent de leur autorité vis-à-vis des informateurs pour triompher de leurs mensonges ou de leurs silences et obtenir ainsi des « aveux », selon une conception judiciaire ou policière de l’enquête ethnographique1 :

Les Dogons, par exemple, quoique fort paisibles, sont des gens très secrets, mais grâce à nos méthodes de travail et aux recoupements que nous donnaient nos échanges de renseignements, les indigènes finissaient par croire que nous étions parfaitement au courant de tout ce qui les concernait et qu’il était inutile de finasser avec nous. D’ailleurs, quand ils s’y obstinaient, nous arrivions toujours à les coincer [...]. Nous avons fait, somme toute, de l’ethnographie policière (Griaule 2015b [1933] : 1259).

  • 2 Voir Jolly (2007 : 888-892 ; 2014 : 37-38, 55-61).
  • 3 Sur les milliers d’objets collectés, les vols ou les réquisitions restent néanmoins exceptionnels ( (...)

4Au cours de leurs missions des années 1930, Griaule et ses coéquipiers dirigent les entretiens, organisent des « confrontations », recueillent des « dépositions » et s’emportent parfois face au mutisme ou aux omissions présumées de leurs interlocuteurs. Pour tout saisir, inspecter et inventorier, ils cherchent également à quadriller les lieux : ils se positionnent à différents endroits d’un rituel, effectuent des « tournées » dans les environs, se déploient en nombre dans un village, entrent dans les maisons pour y recenser tous les objets, survolent en avion telle ou telle localité, ou encore fouillent le sol, les grottes et les sanctuaires en quête d’objets fabuleux2. Par la menace ou à la dérobée, Marcel Griaule, Michel Leiris, Éric Lutten et André Schaeffner s’emparent ainsi d’une vingtaine de masques, statuettes ou « fétiches » au cours des missions Dakar-Djibouti et Sahara-Soudan3.

5Dans son journal de voyage, Leiris relate notamment l’« enlèvement » des objets rituels du kono lors de la traversée du Soudan français, en 1931 :

Griaule [...] fait dire au chef de village par Mamadou Vad que, puisqu’on se moque décidément de nous, il faut, en représailles, nous livrer le kono en échange de 10 francs, sous peine que la police soi-disant cachée dans le camion prenne le chef et les notables du village pour les conduire à San où ils s’expliqueront devant l’administration. [...] Avant de quitter Dyabougou, visite du village et enlèvement d’un deuxième kono que Griaule a repéré en s’introduisant subrepticement dans la case réservée (Leiris 1996 [1934] : 194-195).

6Or, si l’intérêt supérieur de la science ou les stratégies disciplinaires justifient de telles pratiques, ce sont les rapports de domination propres au contexte colonial qui autorisent ou même favorisent ces « interrogatoires », ces collectes massives, ces observations intrusives, ces recensements intempestifs et ces vols d’objets. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les méthodes de travail employées par Griaule dans les colonies françaises et en Éthiopie, seul pays indépendant traversé par Dakar-Djibouti. Lors des missions des années 1930 au Soudan français, au Cameroun ou au Tchad, l’appui de l’administration locale garantit l’impunité des ethnographes et leur assure une grande liberté d’action. Au cours de Dakar-Djibouti, par exemple, les autorités coloniales civiles ou militaires partagent leurs interprètes avec la mission, lui accordent l’hospitalité et lui confient des informations, des notes linguistiques, des cartes, des animaux ou des objets.

  • 4 Sur ces esclaves éthiopiens achetés puis affranchis à des fins d’étude et de preuve, voir infra p(...)

7En revanche, lors de leur principale étape éthiopienne à Gondar, les membres de l’expédition doivent composer avec une administration suspicieuse ou hostile qui s’inquiète de leurs achats plus ou moins clandestins de peintures, de manuscrits anciens et d’esclaves4 (Griaule 1934b : 566-567). Par conséquent, les « rafles » d’objets, les tournées collectives et les pressions sur les informateurs disparaissent pour laisser la place à un troc de peintures, à une immersion dans le milieu des possédés et à une collaboration étroite avec des lettrés éthiopiens. Dans ce contexte où le rapport de force est inversé, le suspect, l’accusé ou le menteur n’est plus l’informateur mais l’ethnographe étranger, et l’administration n’est plus un allié indéfectible et complaisant mais un juge ou un ennemi coriace avec qui il convient de ruser afin de sortir du pays des pièces uniques destinées au musée d’Ethnographie du Trocadéro ou à la Bibliothèque nationale. À Gondar, les membres de Dakar-Djibouti disposent néanmoins d’un puissant soutien : le consul italien Raffaele Di Lauro les invite en effet à s’installer sur le territoire de son consulat pour éviter les troubles politico-militaires qui agitent l’Éthiopie. Après avoir profité de l’assistance bienveillante des autorités coloniales françaises, belges et anglaises, ils se placent donc sous la protection d’une autre nation européenne, dès leur arrivée dans le seul pays indépendant de la région. Or ce choix de l’extraterritorialité consulaire ne s’explique pas seulement par l’instabilité du pays hôte : il a l’avantage de leur redonner la maîtrise du « terrain ».

8Au moment de son entrée en Éthiopie, et avant son repli sur Gondar, la mission comptait sur d’autres moyens pour satisfaire le même objectif : Griaule prévoyait d’étudier les pêcheurs wohito en sillonnant le lac Tana avec un bateau à moteur armé d’une mitrailleuse Maxim. Dans ce pays indépendant et instable, cet équipement leur aurait permis, là encore, de quadriller librement l’espace, de le sécuriser et de s’en rendre maître de façon autonome, mais cette embarcation aux allures de vedette militaire paraissait d’autant plus suspecte aux yeux du gouvernement éthiopien qu’elle était sans doute destinée à être offerte, après usage, au prince Haylou, compromis dans un complot contre l’Empereur. Par conséquent, les autorités éthiopiennes interdirent l’entrée de la mitrailleuse et du moteur, contraignant Griaule à abandonner ce bateau démontable au Soudan anglo-égyptien.

Les recherches de terrain et l’occultation de la colonisation

9Au retour de Dakar-Djibouti, Griaule dénonce avec vigueur les « persécutions » subies par la mission en Éthiopie, alors qu’il s’interdit de juger ou même d’évoquer le système colonial, tant dans ses rapports que dans ses écrits scientifiques ou littéraires. Un tel silence peut surprendre, pour une expédition ethnographique dont l’une des ambitions, inscrite dans un texte législatif, était d’améliorer la politique coloniale, mais cet objectif tardif relevait en fait d’une stratégie opportuniste.

  • 5 Griaule, « Projet de mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti », mai 1930, p. 5 (BCM, (...)

10Dans son « projet de mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti » déposé en mai 1930 à l’Institut d’ethnologie, Griaule envisage simplement de former les fonctionnaires coloniaux aux méthodes ethnographiques afin qu’ils envoient des informations et des collections bien documentées au musée d’Ethnographie et à l’Institut d’ethnologie5. Il faut ensuite attendre le projet de loi autorisant le financement de la mission, en mars 1931, pour que l’ethnologie soit présentée comme une contribution indispensable aux méthodes coloniales « en révélant au législateur, au fonctionnaire, au colon, les usages, croyances, lois et techniques des populations indigènes, en permettant avec elles une collaboration à la fois plus humaine et plus féconde et en conduisant ainsi à une exploitation plus rationnelle des richesses naturelles » (anonyme 2015 : 140). Or, l’argument est d’autant plus spécieux que la principale étape de la mission est un pays indépendant, en l’occurrence l’Éthiopie. Si ce texte tente subitement de démontrer l’utilité de Dakar-Djibouti pour la gestion des colonies, c’est uniquement pour peser sur le vote des parlementaires.

  • 6 Furieux des reproches du quai d’Orsay au sujet de ses enquêtes sur l’esclavage en Éthiopie, Griaule (...)
  • 7 Voir notamment Arnaud (1935 : 62-63) et Leiris (1996 : 204).
  • 8 Voir Griaule (1931 ; 2015c) et Jolly et Lemaire (2015 : 1101-1102).

11Dans les années 1930, Griaule n’a aucune intention de se mettre au service de l’administration coloniale, ni même de collaborer avec elle : attaché à l’indépendance de l’ethnologie et à la liberté des chercheurs6, il ne s’appuie sur le lobby colonial que pour financer ses missions et promouvoir l’ethnologie. Sur le terrain comme dans ses écrits, sa priorité est de démontrer la spécificité et la scientificité de l’ethnographie, et non son utilité pratique, avec, comme enjeu personnel, la reconnaissance de son statut d’ethnographe professionnel et de pionnier des recherches de terrain. D’ailleurs, les réquisitions d’objets et les fouilles de nécropoles ou de sanctuaires semblent peu compatibles avec l’image d’une ethnologie appliquée soucieuse d’une colonisation plus humaine et respectueuse des populations locales. Comble de l’ironie, ces méthodes suscitent même l’intervention ou la réprobation de plusieurs administrateurs coloniaux7. Avant guerre, Griaule et ses collègues ne sont pas mus par un idéal colonial ou anticolonial ; ils agissent pour la science ou pour satisfaire en son nom leur goût pour l’aventure et l’exotisme. Leur refus de prendre en compte le fait colonial n’a donc rien d’étonnant, en dépit de leur stratégie de séduction vis-à-vis des coloniaux et des politiques. Au contraire, on peut se demander si Griaule n’a pas cherché à ménager le lobby colonial, en évitant prudemment d’aborder certaines questions épineuses. Sinon, comment expliquer ses études répétées sur l’esclavage en Éthiopie et son silence sur le travail forcé dans les colonies françaises, en dépit des demandes d’enquête formulées par un membre du Bureau international du travail8 ?

12Mais la principale raison de l’occultation de la colonisation par Griaule et par ses collègues dérive de leur vision d’une Afrique préservée, gardienne de traditions millénaires. Pour les ethnologues africanistes des années 1930, leur objet d’étude idéal est une société lointaine, pure, figée et fermée, protégée de toute contamination extérieure et exempte de tout changement en raison de son isolement relatif, de sa culture du secret, de son fonctionnement holiste et de ses coutumes ancestrales. Prisonniers de ce paradigme, les membres des missions Griaule privilégient l’étude des Dogon de la falaise de Bandiagara et des montagnards « païens » du Nord-Cameroun en refusant de considérer – et donc de percevoir – les évolutions historiques et les dynamiques sociales. Ils s’interdisent également de prendre en compte les éléments étrangers qui menaceraient à brève échéance ces mondes présumés clos et immuables, en particulier la colo­nisation, l’islam, le christianisme, la vie citadine et l’émigration, source inévitable de « corruption ».

  • 9 L’urgence des études et des collectes ethnographiques est une justification développée dès la fonda (...)

13Ils étudient ainsi, dans un cadre colonial, des sociétés traitées comme des vestiges primitifs condamnés à une prompte acculturation, à la suite des bouleversements provoqués par les Européens et par les nouvelles religions. Largement partagées, ces représentations expliquent un argument récurrent de Griaule et des promoteurs de l’ethnologie française : l’urgence des missions ethnographiques, afin de repérer puis d’archiver rapidement, dans leur totalité, la culture matérielle et les traditions de sociétés en sursis, avant leur disparition annoncée9. Elles justifient également les méthodes et les objectifs de Griaule au cours de ses missions des années 1930 : opérer collectivement des « coups de sonde » ou tout saisir rapidement, de façon rigoureuse et exhaustive, grâce à une équipe mobile constituée de nombreux ethnographes. Du point de vue des chercheurs, de tels présupposés transforment ainsi le vol d’objets, les interrogatoires pressants et les collectes frénétiques en opérations légitimes et impérieuses de sauvegarde scientifique. Cette vision stéréotypée des sociétés africaines conduit ainsi à un double paradoxe : Griaule s’interdit d’évoquer la domination coloniale et les évolutions qu’elle suscite alors qu’il s’inquiète de ces changements et s’appuie lui-même, pour ses missions, sur l’autorité et l’infrastructure que ce contexte politique lui offre.

  • 10 Voir notamment le carnet de route de Jean-Paul Lebeuf lors de la missions Niger-Lac Iro de 1938-193 (...)
  • 11 Griaule dénigre toutefois l’impôt de capitation dans deux de ses articles grand public (Griaule 193 (...)

14Dans leurs écrits personnels, plusieurs membres des missions Griaule portent pourtant un regard critique sur l’impôt de capitation, la conscription, les travaux forcés, la brutalité de certains coloniaux ou la violence de l’administration civile ou militaire10, mais, à l’exception du journal de voyage de Leiris (1996 : 336, 342), ils gomment le fait colonial de leurs publications ou de leurs conférences11. Sur les photographies prises au cours de ces missions, les fonctionnaires coloniaux demeurent même invisibles (Jolly 2014 : 84-85). Étrangers au monde vierge que Griaule et ses collègues veulent « explorer » et archiver, ils sont escamotés parce qu’ils risqueraient de brouiller l’image d’ethnographes héroïques, découvreurs de sociétés isolées et préservées.

De l’archivage des sociétés à leur conservation patrimoniale

  • 12 Voir Griaule (2015d [1930] : 123 ; 1930 : 370).
  • 13 Anonyme (2015 [1931] : 141).

15Si l’idée de sauvegarde ethnographique des cultures africaines est omniprésente dans les écrits de Griaule depuis la fin des années 1920, la forme de ce sauvetage et le rôle attribué à la colonisation évoluent, malgré tout, au fil des missions. Lors des préparatifs de Dakar-Djibouti, priorité est donnée à l’étude de sociétés vouées à une disparition rapide et inéluctable12, notamment en raison d’une colonisation perçue à l’époque comme un état de fait non réversible. Mises en fiches et en caisses, ces sociétés reliques sont ainsi transformées par les ethnographes et par les institutions métropolitaines en documents d’archives et en objets de musée. Or un tel objectif ou de telles pratiques dévoilent, là encore, l’absence de volonté réelle d’influencer la politique coloniale de la France. Comment, en effet, contribuer « aux méthodes de colonisation » en visant avant tout le recueil de faits et d’objets « à la veille de disparaître13 », dans des groupes minoritaires et en cours d’extinction ?

  • 14 Sur cette évolution, voir Jolly (2014 : 87-90).

16Griaule infléchit son discours à la suite de sa mission Sahara-Soudan de 193514. Après être retourné pour la deuxième fois en pays dogon sans y observer de changements majeurs, il ne croit plus à la disparition imminente de cette culture qui le fascine et qui deviendra le centre de ses recherches pendant plus de vingt ans, mais il reste néanmoins convaincu que cette société demeure vulnérable si l’administration ne protège pas ses « coutumes » et ses institutions (Griaule 1935b : 663). Cette conviction, ainsi que l’absence d’enjeux financiers et l’admiration croissante qu’il voue aux Dogon, le poussent à adopter une position plus critique vis-à-vis de la politique coloniale de la France, jugée trop assimilationniste ou unificatrice. Il renonce par conséquent à un silence prudent sur le fait colonial, sans pour autant remettre en cause le principe de la colonisation ou l’autorité des Européens. Au contraire, Griaule veut placer les sociétés les mieux préservées sous la tutelle protectrice de la France qui, sur les conseils des ethnographes, jouerait le rôle de gardien bienveillant d’une Afrique traditionnelle encore épargnée par l’islam et par le christianisme. Pour expérimenter ce modèle paternaliste de « protectorat » culturel, il propose de commencer par les Dogon, archétypes à ses yeux de la société harmonieuse, enclavée et indemne de toute contamination :

Il est très regrettable, et ceci soit dit autant à propos des Dogons que d’autres sociétés, que l’on n’observe pas plus de ménagements à l’égard de formes sociales aussi vénérables. On n’a aucune raison certaine de ne pas les conserver. Pour ma part, je souhaiterai que sur quelques points (et la région Dogon à cause de son isolement naturel serait l’un des mieux indiqués pour cela) nous nous efforcions de conserver toute une série de sociétés. Nous ne croyons pas qu’il soit profitable d’unifier tous les peuples placés sous notre juridiction. Chaque culture a en elle un potentiel insoupçonnable qui serait détruit de ce fait (Griaule 1935a : 6).

17Publié en juin 1935 dans le magazine Miroir du monde, un autre article de Griaule est particulièrement révélateur de sa nouvelle position différencialiste et « conservatrice », au sens littéral du terme. Sous le titre « Conservons les Dogons des falaises nigériennes », ce texte part du constat que la colonisation n’a pas encore provoqué de « perturbations irréparables au point de vue des coutumes » dogon (Griaule 1935b : 663). Sans remettre en cause l’administration directe, il recommande donc de préserver intégralement cette société idéale en la plaçant sous la protection, la conduite et l’assistance des Français :

[Les] Dogon, actuellement, ont au moins l’air de gens heureux. Le régime leur convient ; pourquoi ne pas continuer ? Pourquoi ne pas faire confiance à ce peuple conscient, aux institutions étranges, certes – n’est-ce pas une qualité ? – mais dignes. Dignes d’eux-mêmes, digne de nous qui leur avons apporté la précieuse paix française, qui leur apporterons mieux encore : l’assistance médicale étendue. Digne de suivre, sous notre intelligente protection, leur destinée particulière (ibid.).

  • 15 Voir l’interview de Griaule dans La Dépêche coloniale du 24 octobre 1936.
  • 16 « [I]l est probable que si nous n’y veillons pas, ces gens, peu à peu, se convertiront à l’islamism (...)

18Un tel point de vue reste lié aux paradigmes de la discipline et à ses pratiques muséales : la culture dogon que Griaule souhaite conserver in situ est en effet celle qu’il veut archiver en métropole dans des fichiers, des vitrines ou des réserves. On peut d’ailleurs se demander si ce projet pilote de conservatoire des traditions n’a pas pour premiers destinataires les ethnographes plutôt que les Dogon, en offrant à Griaule un « terrain protégé » et un triple rôle d’expert, de guide et de défenseur d’une population témoin qu’il souhaite étudier sur la longue durée. Quoi qu’il en soit, ce discours à la fois humaniste et paternaliste cherche à concilier deux idéaux plus ou moins contradictoires : la sauvegarde d’un patrimoine vivant, conservé à l’identique, et un devoir d’assistance pour « contrôler » et « diriger » les transformations à l’œuvre15. Ce paradoxe s’explique en partie par une nouvelle hiérarchisation des menaces d’acculturation : à partir de 1935, Griaule voit dans l’islam – et non plus dans la colonisation – le principal danger d’assimilation, et il compte sur l’administration pour contrecarrer son extension au lieu de l’encourager16.

19Les nouvelles opinions qu’il exprime en 1935 annoncent ses engagements futurs : elles précèdent de quelques semaines sa campagne pour défendre les traditions millénaires de l’Éthiopie indépendante face aux prétentions coloniales de l’Italie fasciste, et elles préfigurent également son engagement politique d’après-guerre au sein de l’Assemblée de l’Union française, lorsqu’il assumera ouvertement une position de représentant et d’avocat de l’Afrique rurale et de ses cultures « traditionnelles ».

Marcel Griaule et la défense de l’Ethiopie indépendante (juin 1935-juillet 1936)

  • 17 Écartelé sans doute entre son amour pour l’Italie, sa haine du fascisme et ses griefs contre les au (...)
  • 18 Le 21 novembre 1935, à la Maison de la culture, Griaule participe, avec René Maran, au « Festival n (...)

20Au moment du conflit italo-éthiopien, Griaule intervient, plus que tout autre ethnologue17, pour soutenir l’Éthiopie et fustiger l’invasion de ce pays par l’Italie. L’intensité de son engagement a plusieurs explications : son goût pour l’exposition médiatique, sa condamnation d’une conquête coloniale fondée sur la force et la violence, sa volonté de sauvegarde d’une société éthiopienne encore préservée du machinisme, et enfin son sentiment de culpabilité après le détournement de ses écrits par la propagande italienne. Si elles ont parfois des racines psychologiques, toutes ces raisons sont liées à la façon dont Griaule conçoit son métier d’ethnographe en se présentant lui-même comme un chercheur de terrain et un homme d’action responsable de la sauvegarde de cultures exotiques menacées. Cela le conduit à défendre simultanément la pureté de la société dogon (en la plaçant sous tutelle) et l’indépendance de l’Éthiopie (en s’opposant au contraire à sa colonisation, aux côtés de nombreux intellectuels africains ou antillais18).

Les écrits de Marcel Griaule détournés par la propagande italienne

  • 19 Sur la manipulation des membres de la mission par le consul, voir Jolly et Lemaire (2015 : 1102-110 (...)

21Comme les pages précédentes l’ont montré, les membres de Dakar-Djibouti et les autorités éthiopiennes entretiennent des relations exécrables. Griaule accuse d’ailleurs les fonctionnaires éthiopiens d’avoir persécuté son équipe, alors qu’il ne tarit pas d’éloges sur le consul italien (Griaule 2015e [1934] : 1280-1281). À Gondar, les principales causes d’hostilité et de conflit remontent à l’acquisition et à la libération d’esclaves par la mission, malgré l’interdiction officielle de ce commerce. Les autorités s’inquiètent en effet de la rédaction d’actes de vente illégaux qui pourraient être utilisés pour discréditer l’Éthiopie. Or leurs craintes s’avèrent justifiées. Irrités par les pressions exercées par l’administration locale, les membres de la mission ne se rendent pas compte que le consul italien Di Lauro encourage et pilote dans l’ombre leurs achats d’esclaves et leurs études clandestines sur l’esclavage afin d’accumuler suffisamment de preuves compromettantes pour mettre l’Éthiopie au ban des nations civilisées et justifier ainsi son invasion. Membre du parti fasciste, le consul enquête lui-même sur ces questions et transmet à Rome les copies des documents établis à la demande de Griaule (actes de vente, jugements, protestations officielles...)19. Sourd aux accusations des diplomates français, Griaule refuse de croire à une manœuvre des Italiens et publie, en 1935, son propre témoignage sur les esclaves achetés par la mission (Griaule 2015c [1935]), en invoquant la neutralité du chercheur face aux politiques.

  • 20 Mémoire du gouvernement italien sur la situation en Éthiopie, septembre 1935 : 82 et 104.
  • 21 Ibid. : 103.
  • 22 Voir par exemple le petit livre de propagande fasciste du Pr Baravelli, publié simultanément en ita (...)
  • 23 Phrase écrite fin octobre 1935, après le déclenchement de la guerre italo-éthiopienne (BED, FMG_C_g (...)
  • 24 Griaule est notamment signataire du « Manifeste pour la justice et la paix » (La Vie catholique, 19 (...)

22Il change toutefois d’avis lorsque les documents envoyés par Di Lauro servent à étayer un mémoire italien dénonçant la « barbarie » et « l’anarchie » éthiopiennes. Déposé à la Société des nations (SDN) le 4 septembre 1935, ce réquisitoire contient notamment des informations sur les vexations douanières infligées à Dakar-Djibouti, sur l’esclave fugitif Radda acheté par la mission20, et sur un supplice décrit dans Les Flambeurs d’hommes (1934a), récit romancé du premier voyage éthiopien de Griaule21. Les médias qui relaient la propagande italienne mentionnent à leur tour ce châtiment moyenâgeux – l’exécution d’un régicide enveloppé de cire et brûlé vif – alors qu’il s’agit d’une invention littéraire inspirée d’un ouvrage du xixe siècle (Jolly 2011b : 53). Ils reprennent également des extraits du communiqué de l’agence Havas dans lequel Griaule, à sa sortie d’Éthiopie, pestait contre « l’anarchie politique du pays » et « la violente xénophobie des prêtres et des chefs22 ». Ces emprunts tendancieux affectent Griaule et l’incitent à soutenir l’Éthiopie indépendante pour éviter d’apparaître comme la caution scientifique et le complice des ambitions coloniales de l’Italie fasciste. Dans ses carnets, l’une de ses réflexions personnelles trahit d’ailleurs ses sentiments, entre colère, culpabilité et aveu d’impuissance : « Est-ce que chaque fois qu’on dira la vérité, est-ce que chaque fois qu’on écrira une thèse sur des populations lointaines, ce sera leur condamnation23 ? » Sa campagne médiatique et diplomatique en faveur de l’Éthiopie se traduit à la fois par plus de soixante articles de presse ou de revue, par son action à la SDN, par sa collaboration avec l’Empereur et par sa participation à de nombreux comités de soutien24. Face à la supériorité militaire de l’Italie, à la faiblesse de la SDN et au jeu diplomatique des puissances coloniales, cet activisme n’aura toutefois aucun impact sur le cours des événements.

Anticolonialisme et sauvegarde des traditions éthiopiennes

  • 25 Pour Griaule, cette « Éthiopie de l’intérieur [est] la véritable Éthiopie » (Griaule 1936c : 2), co (...)

23En juin 1935, lorsque Griaule prend parti pour l’Éthiopie, il défend davantage des traditions millénaires menacées par les prétentions civilisatrices des Italiens que le gouvernement contre lequel il fulminait quelques années plus tôt. À ses yeux, l’Éthiopie féodale et moyenâgeuse, décrite par exemple dans Les Flambeurs d’hommes, est un monde admirable et un « patrimoine » universel qui correspond à son idéal ethnographique de société lointaine, figée et épargnée par le machinisme. Dans le premier article de presse qu’il consacre au conflit – « L’Éthiopie en péril » (Griaule 1935c : 3) –, il prédit, en cas de victoire italienne, « la destruction à bref délai d’une des plus vieilles civilisations, d’une des plus curieuses architectures vivantes du patrimoine planétaire ». Un peu plus loin, il ajoute : « nous pouvons vivre au temps de Salomon, dans un pays d’au-delà de la mer Rouge, et nous voudrions le détruire, raser ces institutions millénaires, ces coutumes qui par une chance unique n’ont pas bougé – ou si peu – depuis Pline ! » Il précise toutefois que son propos ne porte pas sur la ville cosmopolite d’Addis-Abeba, accessible par train, mais sur « la vieille Éthiopie de l’intérieur25 », isolée sur les hauts plateaux.

  • 26 Ce document est publié au Journal des nations, puis repris par Griaule dans son ouvrage La Peau de (...)
  • 27 Du 31 mai au 4 juin 1936, Griaule rend compte également de ses entretiens avec l’empereur dans le q (...)
  • 28 Dans une lettre adressée à sa femme depuis Gibraltar, Griaule écrit, le 29 mai 1936 : « J’ai pris e (...)
  • 29 Voir par exemple les dizaines d’articles de Griaule publiés presque chaque semaine par Marianne, Se (...)
  • 30 Griaule (1936a : 3, 1936d : 3).
  • 31 Hubert Deschamps (1966 : 72-73) évoque brièvement ce plan dont il a eu vent par Rivet, en avril 193 (...)

24Ce pays, dont il vante le charme et l’ancienneté, est aussi le lieu privilégié de ses recherches et il estime ainsi avoir toute légitimité pour en parler, en adoptant de nouveau une posture d’expert scientifique, de défenseur et de porte-parole occidental de la société qu’il étudie. À la Société des nations, à Genève, il se met au service de la délégation éthiopienne et rédige à son intention une trentaine de pages de « commentaires26 », jointes, le 14 septembre 1935, à la réponse officielle réfutant les accusations contenues dans le mémoire italien. Du 29 mai au 3 juin 1936, après la défaite de l’Éthiopie, Griaule accompagne l’empereur Haïlé Sélassié de Gibraltar à Southampton, lors de son voyage d’exil vers l’Angleterre, afin de recueillir ses mémoires sur la guerre italo-éthiopienne. Le résultat de ces entretiens, traduit par Griaule, est publié le mois suivant dans Vu sous la signature du Négus27 (Sélassié 1936). Qu’il s’invite à la SDN ou au côté de l’empereur, Griaule s’impose ainsi en représentant quasi officiel des autorités éthiopiennes et en responsable étranger de leur « propagande28 ». Dans les médias, Griaule s’appuie d’autre part sur sa double compétence d’ethnographe et d’ancien observateur aérien pour ajouter, à son rôle de spécialiste de la civilisation éthiopienne, celui de stratège militaire pointant les difficultés d’une invasion de l’Éthiopie en raison du relief, du climat et de l’absence de routes29. Or ces deux expertises sont fondées l’une et l’autre sur sa maîtrise présumée du terrain et sur sa vision d’un pays inaccessible, comparé à une « forteresse naturelle30 » (à l’instar du pays dogon). Pendant la guerre italo-éthiopienne, Griaule brocarde d’ailleurs les « stratèges de chambre » (Griaule 1935d : 210), après s’être moqué un an plus tôt des « explorateurs de bibliothèques » (Griaule 1934a : 161). Mais il ne se contente pas d’évaluer les tactiques des deux armées pour soutenir la contre-propagande éthiopienne ; au début de l’année 1938, il propose également au ministre des Colonies, Georges Mandel, de diriger une opération pour armer la résistance éthiopienne par voie aérienne31. S’il est finalement abandonné, ce plan révèle néanmoins la proximité des perspectives ethnographiques et militaires adoptées par Griaule pour atteindre le même objectif : le sauvetage d’une société menacée grâce à l’action héroïque d’hommes de terrain, qu’ils soient chercheurs ou aviateurs.

Condamnation de toute conquête coloniale

  • 32 BED, FMG_C_g_01.

25Durant le conflit italo-éthiopien ou à sa suite, le discours de Griaule sur la colonisation évolue, au moins dans le ton : il fustige désormais une idéologie coloniale fondée sur la conquête, la domination, le mépris du colonisé, la supériorité de la civilisation occidentale et la destruction des cultures autochtones. Dès octobre 1935, Griaule stigmatise ainsi « les vieilles conceptions coloniales, où le Blanc s’arroge le rôle de héros civilisateur » alors qu’il est « uniquement préoccupé par la sauvegarde de ses intérêts » (Griaule 1935e : 12). À peu près à la même époque, il note sur un calepin cet aphorisme accusateur : « colonisation : cette rage de vouloir passer aux autres sa syphilis32 ». Et en avril 1936, dans un article dénonçant la bêtise et la violence des colonisateurs, il affirme que la « conquête coloniale a été une chasse à l’homme qui a intéressé, au premier et seul chef, le chasseur » (Griaule 1936e : 48).

  • 33 Voir notamment Brévié (1935 : 7-8 et 63).
  • 34 Autre preuve de cette convergence : les trois articles de Griaule à la gloire de l’administration « (...)

26Ces condamnations virulentes, on l’a vu, ne le conduisent pas à remettre en cause la tutelle coloniale exercée par la France ; elles le poussent simplement à réclamer avec davantage d’insistance une administration fondée sur la connaissance des populations locales et le respect de la pluralité des cultures, et non sur l’assujettissement et l’assimilation. Or, comme il le reconnaît lui-même (Griaule 1936b : 115), une telle revendication a déjà trouvé un écho favorable dans la politique coloniale française mise en place au cours des années 1930, sans l’aide directe des ethnologues33. À partir de novembre 1936, les positions de Griaule et des autorités coloniales tendent d’ailleurs à se rejoindre, comme le prouve la nomination de Griaule au sein du Comité d’étude des coutumes indigènes, institué en 1937 par le ministère des Colonies (Jolly 2001 : 179), ou comme le suggère le texte déroulant du film de Griaule Sous les masques noirs, tourné en pays dogon en 1935 et produit par le ministère des Colonies, au début de l’année 194034 (Jolly 2014 : 89-90) :

Au bord de la falaise de Bandiagara, aux confins sud de l’immense plaine soudanaise, qu’a fertilisée le génie colonisateur de la France, sont demeurées des peuplades respectueuses des coutumes millénaires dont notre administration a maintenu le caractère et les traditions.

27Une autre évolution se dessine, à la fin des années 1930. À son désir de tisser une relation de collaboration et non de domination avec les colonisés, Griaule ajoute une volonté de protection des « vrais » Africains contre un nouveau péril : la « subversion » communiste et les luttes pour l’émancipation ou pour l’égalité de tous devant la loi. C’est du moins ce qu’il laisse entendre lorsqu’il déclare : « [La connaissance de l’Africain] nous permettra de nous en faire des amis au lieu d’en faire des ennemis patients prêts à obéir à des mots d’ordre venus d’ailleurs » (Griaule 1938 : 2). Mais sa méfiance vis-à-vis des élites progressistes africaines ou des mouvements nationalistes se manifestera plus ouvertement dans l’immédiat après-guerre, lorsque Griaule siégera à l’Assemblée de l’Union française.

Marcel Griaule à l’Assemblée de l’Union française (1947-1956)

  • 35 Par provocation, Griaule a l’habitude de se déclarer « animiste », à la tribune de l’Assemblée (Ass (...)
  • 36 De 1947 à 1956, Griaule refuse tout détachement qui le dispenserait de son service d’enseignement ; (...)

28En octobre 1946, quatre ans après l’élection de Griaule à la première chaire d’ethnologie de l’université de Paris, le second référendum sur la constitution transforme l’empire colonial français en une « Union française » regroupant la métropole et les « peuples d’outre-mer ». Plus démocratique, cette nouvelle entité politique dispose d’une Assemblée dont les travaux commencent à la fin de l’année suivante. Ses 150 membres environ sont, pour moitié, des représentants élus des territoires ou départements d’outre-mer, et, pour l’autre moitié, des représentants de la métropole désignés à la proportionnelle par les députés et les sénateurs en fonction du poids respectif de leurs groupes politiques. Siégeant à Versailles, les « conseillers » de cette Assemblée n’ont qu’un rôle purement consultatif : ils proposent ou donnent leur avis sur des lois qui seront ensuite soumises (ou non) aux parlementaires. Dès la première élection de 1947, Griaule est nommé par les députés du Mouvement républicain populaire, grand parti centriste et démocrate-chrétien, mais sa proximité avec le MRP n’est pas liée à ses convictions religieuses35 ; elle s’explique plutôt par une défiance commune vis-à-vis des communistes et par un attachement similaire à des valeurs humanistes teintées de paternalisme. Unique ethnologue métropolitain au sein de l’institution, Griaule est le premier président de la commission des affaires culturelles et des civilisations d’outre-mer – l’une des douze commissions de l’Assemblée – et il conservera ce poste jusqu’à sa mort, en février 1956. Cette nouvelle fonction, exercée en parallèle à sa carrière scientifique36 et dans son prolongement direct, lui permet de poursuivre plus efficacement ses objectifs : la défense des cultures d’outre-mer, la prise en compte de leurs différences, le refus d’un progrès unificateur et la promotion simultanée de l’ethnologie, seule discipline capable de fournir des informations objectives et éclairantes sur les populations « sans machinisme ». Et, qu’il endosse le statut d’ethnographe ou de conseiller politique, il se réclame de sa connaissance exceptionnelle des sociétés africaines pour parler en leur nom.

29Publié en décembre 1947 dans Le Monde illustré, un texte de Griaule rend bien compte de ses points de vue et de ses attentes, au moment où il commence à siéger à l’Assemblée de l’Union française, dans un climat initial d’euphorie générale. Après avoir condamné une nouvelle fois l’esprit de conquête ayant animé les premiers colonisateurs, il y évoque une « France coloniale » dont la grandeur, au lieu de se mesurer à ses « villes surgies du désert », à ses « barrages gigantesques », à ses écoles et à ses hôpitaux, reposerait désormais sur la « gratuité finale de ses amours pour des peuples dont elle voudrait faire le bonheur » et sur la perception « de la beauté de leur culture, de la fraîcheur de leur philosophie, de la hauteur de leur religion » (Griaule 1947b : 21 et 23). Or cette volonté de guider et de protéger « amoureusement » les Africains témoigne de l’ambiguïté des discours sur l’Union française, présentée comme un partenariat égalitaire et démocratique fondé sur une libre association, alors que cette nouvelle organisation correspond davantage à une tutelle centralisée, dans la réalité comme dans l’esprit de Griaule.

Connaître, promouvoir et adapter les sociétés africaines

  • 37 Voir Griaule (1948a : 389 ; 1957 : 80-81, 99-101, 141-143 ; Assemblée de l’Union française, séances (...)
  • 38 Griaule (1952a : 160-162 ; 1957 : 47, 93, 137-139) ; Assemblée de l’Union française, séances du 7 m (...)

30Très actif au sein de la commission des affaires culturelles, dont il est le président, Griaule ne cesse de prôner une meilleure connaissance et reconnaissance des civilisations africaines. Pour valoriser des cultures méconnues et combattre le racisme ou les stéréotypes, il plaide pour une large diffusion de ce savoir dans l’ensemble de l’Union française, notamment par l’intermédiaire des programmes scolaires et universitaires (Griaule 1953 : 500 ; 1957 : 105-110). Par ailleurs, il continue de faire dépendre cette connaissance des ethnologues et réclame des moyens conséquents pour financer l’enseignement de la discipline, les missions ethnographiques et les organismes de recherche37. Il demande également que les personnels d’outre-mer – administrateurs, magistrats, inspecteurs du travail, militaires, ingénieurs, enseignants et moniteurs d’agriculture – soient formés à l’ethnologie pour mieux comprendre « les sociétés autochtones dans lesquelles ils sont appelés à servir38 ». En apparence, ses revendications ne diffèrent guère de celles émises dans les années 1930, mais leurs justifications et les résultats visés ont légèrement évolué. L’objectif avoué de Griaule est désormais de mettre l’ethnologie « au service des peuples » africains (Griaule 1948 : 389) pour encadrer et diriger leur « évolution harmonieuse » (ibid. : 391) en connaissance de cause, en respectant leurs différences culturelles et linguistiques :

[L]’ethnologie donne aux usagers coloniaux [...] la possibilité de déterminer dans de bonnes conditions ce qui, des techniques ou cultures occidentales, a quelque chance de rendre service aux indigènes, ce qui, au contraire, ne ferait que nuire à l’harmonie de leur culture [...]. [Le] Blanc au courant des données ethnologiques prendra conscience des possibilités insoupçonnées d’évolution à partir des bases et de la norme indigènes. Ils se découvriront donc d’autres responsabilités et d’autres vocations : de conquérant supérieur, il se sentira devenir conseiller technique, attentif aux désirs et aux convictions des populations que le hasard des conquêtes ou des influences a fait passer par l’expérience coloniale (Griaule 1952a : 160-162).

31Selon cette nouvelle perspective, l’ethnologie ne sert plus à archiver des sociétés condamnées à disparaître, ni à conserver des « patrimoines » figés ; elle devient, à l’échelle du fonctionnaire ou du législateur, une source de compétence pour sélectionner prudemment les quelques apports occidentaux qui permettront aux populations d’outre-mer de progresser sans perturber ou altérer leur culture (Griaule 1948 : 389-391 ; 1952a : 162 ; 1952b : 163-165). À l’Assemblée de l’Union française, Griaule ne fait d’ailleurs que reprendre un point de vue qu’il exprimait déjà en 1943, lors de sa leçon inaugurale à l’université de Paris :

  • 39 Griaule, « Leçon d’ouverture » de 1943 », p. 8-9 (BED, FMG_B_c_02).

L’idéal serait que les pouvoirs responsables [...] veuillent bien, par l’intermédiaire de l’ethnographe, discerner les nuances, apprécier la diversité des peuples et, avec son conseil, procéder à un dosage discret, à une administration homéopathique de notre culture39.

32Griaule abandonne donc l’idée de sociétés africaines immuables, mais les perçoit toujours comme des civilisations millénaires incapables d’absorber des changements violents et de maîtriser leur propre évolution sans l’aide d’Européens formés à l’ethnologie.

  • 40 Assemblée de l’Union française, séance du 18 décembre 1951.
  • 41 Sur un cahier portant le titre Union française, Griaule note, à une date indéterminée : « Assimiler (...)

33Limités et superficiels, les emprunts et les transformations concédés par Griaule concernent par exemple l’amélioration raisonnée des techniques agricoles40, l’enseignement et l’usage écrit des langues vernaculaires (Griaule 1957 : 95), ou encore l’édification de petits barrages, à l’image de celui qu’il fait construire en pays dogon, en 1949 (ibid. : 76). Pour autant, Griaule reste un adversaire acharné de toute forme d’assimilation culturelle ou linguistique41. Opposé à une législation unique qui plaquerait sur les populations d’outre-mer les normes, les valeurs et les représentations des Européens, il critique, entre autres, un code pénal appliqué aveuglément sans tenir compte des différences culturelles (ibid. : 41). Il obtient aussi l’abandon d’un projet de loi contre la sorcellerie après avoir souligné les dangers, notamment pour les « guérisseurs » africains, d’une législation répressive fondée sur des conceptions occidentales floues et ambiguës (ibid. : 91). Enfin, par un amendement, il rejette l’imposition d’un même insigne pour tous les « chefs coutumiers » de l’Union française, afin qu’ils n’apparaissent pas comme des auxiliaires de l’administration (ibid. : 129-131). Ses critiques ou propositions précédentes reçoivent d’ailleurs un large soutien des Africains et même des communistes, mais un tel consensus n’est plus de mise lorsque Griaule invoque le respect des différences culturelles pour s’opposer à une égalité des droits, revendication majeure des conseillers africains et communistes.

Marcel Griaule, porte-parole des « vrais » Africains

  • 42 À plusieurs reprises, Griaule exprime sa volonté d’endiguer le flux de « désaxés » ou de « déraciné (...)

34À l’Assemblée de l’Union française ou dans les conférences internationales, les débats houleux entre Griaule et les nouvelles élites africaines traduisent un conflit d’autorité. D’un côté, l’ethnographe blanc se targue de parler au nom des sociétés traditionnelles qu’il étudie et dont il souhaite sauvegarder la diversité ; de l’autre, les intellectuels noirs, forts de leur expérience de colonisés, entendent s’exprimer au nom de peuples aliénés en quête d’émancipation, d’égalité, d’unité et de développement. Entre eux, le dialogue est d’autant plus difficile que Griaule se considère comme le seul représen­tant légitime de l’Afrique « authentique » telle qu’elle est décrite dans ses publications, c’est-à-dire une Afrique rurale, « paysanne », « animiste » et « millénaire ». Il se moque ou se méfie inversement des villes42, de l’islam, du christianisme, des éleveurs, des influences occidentales et des Africains « évolués », symboles pour lui de corruption, de travestissement, de reniement ou de déracinement. En retour, certains intellectuels africains, en particulier ceux du Rassemblement démocratique africain, reprochent à Griaule une vision idéalisée, figée et passéiste de l’Afrique ainsi qu’une position de guide autoproclamé reproduisant toujours le même rapport d’autorité et de tutelle entre la France métropolitaine et l’outre-mer.

  • 43 Représentant du Dahomey affilié au groupe des Indépendants d’outre-mer à l’Assemblée de l’Union fra (...)

35Les points de désaccord se manifestent pour la première fois au moment des discussions sur le Code du travail. Alors que tous les conseillers afri­cains, des plus modérés aux plus progressistes43, souhaitent l’adoption de cette proposition, Griaule défend la position inverse dès la séance du 27 février 1948, en présentant cette législation sociale comme une « panacée occidentale » qui, appliquée sans discrimination, menacerait la diversité des institutions (Griaule 1957 : 29). Un tel désaccord se traduit par un vif échange au cours duquel Griaule et le futur historien Boubou Hama revendiquent chacun une meilleure connaissance de l’Afrique :

  • 44 Assemblée de l’Union française, séance du 27 février 1948 : 155.

M. Griaule – Je défends vos institutions, cher monsieur Boubou Hama.
M. Boubou Hama – Je les connais mieux que vous.
M. G. – [...] vous prétendez que je n’y connais rien, bien que j’y travaille depuis vingt ans44.

  • 45 Ibid., séances du 10 et 16 février 1949 : 108-111 et 138-139.

36L’année suivante, en février 1949, un amendement au Code du travail défendu par Griaule suscite, là encore, l’opposition unanime des Africains45 ainsi qu’une cinglante critique du même Boubou Hama, représentant du Niger et membre du Rassemblement démocratique africain (RDA) :

  • 46 Ibid., séance du 16 février 1949 : 139.

[Je] tiens à dire à M. Griaule [...] que nous ne tenons pas du tout à être parqués comme une sorte de curiosité pour les peuples dits « civilisés ». Nous demandons à aller de l’avant ; et que vous le vouliez ou non, l’Afrique noire cherche son unité46.

  • 47 Ibid., séance du 1er juillet 1949 : 848 ; séance du 6 février 1953 : 197. (Griaule 1957 : 92-93 ; A (...)
  • 48 Sur les échanges entre Griaule et Traoré, voir également les analyses de Benoît de l’Estoile (1997  (...)

37S’ils adoptent un ton plus policé, Djim Momar Guèye, Sénégalais du groupe socialiste, et Gabriel d’Arboussier, du RDA, adresseront des reproches similaires à Griaule tout en se défendant de vouloir « faire table rase des traditions pour construire l’Afrique de demain47 ». En mai 1950, nouvel accrochage verbal entre Griaule et un membre du RDA, Tiémoko Diarra : le premier traite le second d’Africain en « faux-col » et, dans un moment d’humeur, lui dénie le droit de parler au nom de ses « frères » tant qu’il ne troque pas son costume européen contre un « boubou » (Griaule 1957 : 78). Dans ses publications comme dans ses discours, la défiance de Griaule envers les Africains « évolués » sera de plus en plus explicite au fil des années : il les accuse d’imiter grossièrement les Européens, souligne leur ignorance des traditions africaines et en conclut qu’ils sont désormais plus blancs que noirs (Griaule 1951 : 4 ; 1952b : 158-166 ; 1953 : 379 et 399). Lors d’un débat public à Genève, en septembre 1951, il discrédite ainsi l’intervention d’un intellectuel soudanais en faisant remarquer que « M. Traoré [...] n’est pas un Noir, c’est un Blanc. Il parle le Français, il a grandi sur les bancs de nos écoles. Il n’est pas allé au Bois sacré. Il n’est plus un Noir48 » (Griaule 1952b : 163). Un tel jugement repose en partie sur sa conception purement holiste de l’africanité, c’est-à-dire sur l’idée que l’Africain se définit uniquement par son inscription communautaire, mais ce discours discriminant répond aussi à une stratégie délibérée.

  • 49 Sur l’usage idéologique de l’anthropologie par le mouvement de la négritude, voir Tai (2010 : 219-2 (...)
  • 50 Griaule n’emploie jamais le terme d’indépendance, sauf pour stigmatiser son usage par les membres d (...)

38Dévaloriser le savoir des nouvelles élites africaines, souligner leur conversion au christianisme ou à l’islam, et nier leur identité « noire » revient à les priver de toute représentativité pour s’imposer comme le seul interprète compétent et le seul guide légitime des « vrais » Africains. L’enjeu est d’autant plus important pour Griaule qu’il est constamment en quête de leadership, que ce soit en tant que chef de mission, professeur d’ethnologie, spécialiste des Dogon, secrétaire général de la Société des africanistes ou président de la commission des affaires culturelles. Sa stigmatisation des « évolués » traduit donc un tempérament, une stratégie discursive et une soif de reconnaissance bien plus qu’un sentiment de mépris, et il serait même excessif de déduire de ces joutes oratoires une opposition radicale entre deux visions de l’Afrique ou de la « mentalité » africaine. Député à l’Assemblée nationale et membre de la Société des africanistes, Léopold Sédar Senghor célèbre, à l’instar de Griaule, la grandeur d’une civilisation et d’une pensée noires fondées sur la force des liens communautaires et sur un rapport harmonieux à la nature, mais, à la différence de son ami ethnologue, cette construction essentialiste d’une identité africaine s’inscrit dans un projet politique de libération et d’unité nationales porté par les nouvelles élites49. En d’autres termes, l’indépendance est une finalité pour Senghor alors que Griaule la perçoit davantage comme une menace et se refuse à l’envisager50. Par ailleurs, ce portrait peu flatteur de l’« évolué » africain, coupé de la tradition, est démenti par les propres recherches de Griaule puisque Dyodo Diallo – le principal informateur de Griaule pour les cultures bambara et bozo – possède toutes les caractéristiques du jeune Africain européanisé et indépendant. Mais en disqualifiant les nouvelles élites, Griaule peut réserver à la France métropolitaine, a fortiori à ses ethnographes, un rôle de guide vis-à-vis des Africains :

  • 51 Griaule, cahier manuscrit « Union française », p. 117 (BED, FMG_A_d). Sur ce rôle de « guide » exté (...)

S’agit-il de suivre aveuglement le désir des Noirs au lieu de les guider ? Alors où est notre rôle de guide réclamé par ces mêmes Noirs ? Les guides sur la route qui les conduit à eux-mêmes51.

  • 52 Des « centres de culture » au « statut des chefs coutumiers », la plupart des propositions législat (...)
  • 53 Si Georges Balandier (1951) est le représentant le plus connu de cette nouvelle approche, de nombre (...)

39Ce modèle colonial est conforme aux conceptions qui régissent l’Union française depuis sa création : la France a le devoir d’instruire, de protéger et d’accompagner les peuples qu’elle a colonisés. D’ailleurs, Griaule ne change guère de conviction entre 1946 et 1956, en dépit des impasses de l’Union française, de l’inefficacité de son assemblée52 et de l’impatience grandissante des Africains. Au cours de la même période, il reste également indifférent aux nouvelles orientations d’une anthropologie ou d’une ethnologie « africaniste » qui, à rebours de l’école Griaule, s’ancre dans l’histoire et le politique, prend parti pour l’indépendance et ouvre désormais ses recherches aux changements, aux dynamiques sociales, au monde urbain et à la domination coloniale, en refusant d’opposer l’Africain « authentique » des villages à l’Africain déraciné des villes53.

40Ses nouvelles recherches sur la mythologie dogon expliquent en grande partie pourquoi Griaule reste insensible aux évolutions de la discipline et du contexte colonial. De ses études, il tire en effet l’idée d’une pensée africaine inscrite dans des mythes et des cultures millénaires, indépendants de l’histoire et du politique. Chaque société africaine formerait donc une totalité harmonieuse et uniforme grâce à une cosmogonie de référence qui régirait ses institutions et la vie de ses membres. Or cette vision, propre à Griaule, explique à la fois : sa stigmatisation de l’intellectuel déraciné, son incapacité à concevoir une Afrique en mouvement, et sa difficulté à saisir les phénomènes d’aliénation et de discriminations inhérents à toute tutelle coloniale.

  • 54 Sur l’évolution des travaux ethnographiques de Griaule, voir Jolly (2001/2002 ; 2009 ; 2011a ; 2011 (...)

41Si l’objectif de Griaule reste toujours la sauvegarde de cultures ou de civilisations menacées, le regard qu’il porte sur la colonisation et le rôle qu’il se donne vis-à-vis des populations colonisées suivent constamment l’évolution de ses travaux ethnographiques54. D’abord explorateur et archiviste de sociétés en voie de disparition, il se sert du contexte colonial pour constituer des collections exhaustives de faits et d’objets en alliant rapidité, sécurité et autorité. En 1935, le passage d’une collecte itinérante à une enquête intensive sur les institutions dogon le pousse à vouloir préserver la société sur laquelle il travaille en attribuant à l’administration coloniale un devoir de « conservation » et non d’assimilation. Quelques mois plus tard, au moment du conflit italo-éthiopien, il défend tout autant ses écrits que l’indépendance du pays qu’il a étudié et décrit. Enfin, après la guerre, le nouveau statut qu’il revendique au cours de ses recherches – celui d’ethnographe « initié » à la pensée africaine la plus profonde – le conduit à assumer un rôle d’interprète et de défenseur de la civilisation africaine, tant dans ses publications scientifiques que dans ses discours sur l’Union française. Dans son livre Dieu d’eau (1948b), Griaule apparaît ainsi sous les traits d’un chercheur blanc qu’un vieux « sage » dogon initie à une métaphysique aussi riche que cohérente.

  • 55 En 1953, après de nouvelles enquêtes chez les Bambara et les Bozo, Griaule étend même cette « unité (...)
  • 56 Lettre du 5 septembre 1951 de Laya Dolo à Griaule ; lettre du 6 octobre 1951 de Koguem Dolo à Griau (...)

42À partir de 1949, il s’appuie également sur les enquêtes menées dans les populations voisines des Dogon pour affirmer « l’unité interne de plusieurs grands groupes de peuples noirs, capables de constituer une ou plusieurs nations selon leur gré55 » (Griaule 1957 : 60). Il se sert de ce nouvel argument pour démontrer que la préservation de la diversité culturelle et linguistique n’est pas un obstacle à la « formation de grandes nations noires » (ibid. : 58), mais il en use également pour s’afficher en porte-parole des Africains, et non des seuls Dogon. Ces derniers sont néanmoins au cœur de sa stratégie de légitimation pour s’imposer, tant sur le plan scientifique que politique, comme le représentant incontestable des vrais Africains. À l’occasion des élections de 1952 au conseil général du Soudan français, Griaule tente ainsi d’être élu conseiller territorial du cercle de Bandiagara sous la bannière de l’Union dogon. Pour que sa candidature soit acceptée, il indique être notoirement connu comme « le Dogon » dans les milieux scientifique, politique et médiatique, mais cette « dogonité » revendiquée ne suffit pas à le rendre éligible dans le collège réservé aux africains, sur la liste d’un parti créé en 1946 sur une base ethnique (même si celui-ci compte également des Toucouleurs de Bandiagara parmi ses membres)56.

  • 57 Lettre du 14 août 1954 de Laya Dolo à Griaule ; lettre de condoléance de l’Union dogon à Jeanne Gri (...)

43En 1954, l’Union dogon le nomme toutefois « président d’honneur » en même temps que deux chefs politico-religieux57, sans doute au titre de garant de la tradition dogon. De 1935 jusqu’à sa mort, Griaule continue donc à tenir son rôle de gardien de la culture sur laquelle il travaille.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 2015 [1931], Mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire, Meurcourt, Les Cahiers : 135-144.

Arnaud Robert, 1935, L’Afrique fantôme (compte rendu), Annales africaines 47 (4) : 62-63.

Assemblée de l’Union française, 1951-1958, Comptes rendus des débats (sessions du 10 décembre 1947 au 20 août 1956), Paris, Imprimerie des journaux officiels, 15 vol. 

Balandier Georges, 1951, La situation coloniale : approche théorique, Cahiers internationaux de sociologie XI : 44-79.

Baravelli Giulio Cesare, 1935, Le Dernier Rempart de l’esclavage. L’Abyssinie, Roma, Societa Editrice di Novossima.

Brévié Jules, 1935, Circulaire de M. le Gouverneur général J. Brévié sur la politique et l’administration indigènes en Afrique occidentale française, Gorée, Imprimerie du gouvernement.

Chambard Olivier, 1984, Marcel Griaule, un ethnologue français et le conflit italo-éthiopien, Journal des africanistes 54 (2) : 101-106.

Conklin Alice, 2013, In the Museum of Man. Race, Anthropology, and Empire in France, 1850-1950, Ithaca/Londres, Cornell University Press.

Deschamps Hubert, 1966, Griaule, Mandel et l’Éthiopie, Journal of Ethiopian Studies IV (1): 71-73.

Di Lauro Raffaele, 1936, Tre anni a Gondar, Milano, A. Montadori.

Estoile Benoît de l’, 1997, Au nom des « vrais Africains ». Les élites scolarisées de l’Afrique coloniale face à l’anthropologie (1930-1950), Terrain 28 : 87-102.

Genova James E., 2004, Colonial Ambivalence, Cultural Authenticity, and the Limitations of Mimicry in French-Ruled West Africa, 1914-1956, New York, Peter Lang.

Griaule Marcel, 1930, En Abyssinie, La Géographie 54 (5-6) : 359-370.

— 1931, Le travail en Abyssinie, Revue internationale du travail XXIII (2) : 3-24.

— 1934a, Les Flambeurs d’hommes, Paris, Calmann-Lévy.

— 1934b, L’enlèvement des peintures d’Antonios, Revue de Paris 19 : 545-570.

— 1935a, La région des falaises du Niger, Revue d’Afrique 13 : 3-6.

— 1935b, Conservons les Dogons des falaises nigériennes, Miroir du monde, 1er juin : 662-663.

— 1935c, L’Éthiopie en péril, Marianne, 19 juin : 3.

— 1935d, Vu d’Éthiopie. L’ombre d’Adoua, Le Monde colonial illustré, novembre : 210-211.

— 1935e, Ce qu’est l’Éthiopie – Ce que sont les Éthiopiens, Excelsior, numéro spécial italo-éthiopien, octobre : 9-12.

— 1936a, Pluies, Marianne, 22 janvier : 3.

— 1936b, La Peau de l’ours, Paris, Gallimard.

— 1936c, La bataille de l’Enderta, Marianne, 26 février : 2.

— 1936d, Le bilan, Marianne, 20 mai : 3.

— 1936e, Connaître l’indigène, Questions du jour, 9 avril : 47-51.

— 1936f, Les Noirs du Cameroun ne sont pas des troupeaux à vendre ni des gages à échanger contre des promesses. Ce sont des hommes, Paris-Soir, 24 novembre : 5.

— 1943, Les Saô légendaires, Paris, Gallimard.

— 1947, La civilisation dogon, survivance d’une Afrique disparue, Le Monde illustré, 25 octobre : 1221-1224.

— 1947b, La France en Afrique, Le Monde illustré, numéro de Noël : 21-23.

— 1948a, L’action sociologique en Afrique noire, Présence africaine 3 : 388-391.

— 1948b, Dieu d’eau. Entretiens avec Ogotemmêli, Paris, Éditions du Chêne.

— 1949, Les religions noires, in Eugène Guernier (dir.), Afrique occidentale française, t. I, Paris, Encyclopédie coloniale et maritime : 133-144.

— 1951, Attitudes réciproques de l’Africain et de l’Européen, Union française et parlement, 19 : 3-4.

— 1952a, Les problèmes de la colonisation et les sciences de l’homme, in Henri Lauga (dir.), De la banquise à la jungle. Les Français, la Terre et les Hommes, Paris, Plon : 157-162.

— 1952b, Connaissance de l’homme noir, La Connaissance de l’homme au xxe siècle, Neuchâtel, La Baconnière : 11-24 et 147-166.

— 1953, Le problème de la culture noire, L’Originalité des cultures, son rôle dans la compréhension internationale, Paris, Unesco : 374-401.

— 1957, Marcel Griaule conseiller de l’Union française, Paris, Nouvelles éditions latines.

— 2015a [1933], Introduction méthodologique, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire, Meurcourt, Les Cahiers : 1237-1253.

— 2015b [1933], Comment nous avons étudié les Dogons, peuplade du Sangha, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire, Meurcourt, Les Cahiers : 1255-1259.

— 2015c [1935], L’esclavage en Abyssinie, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire, Meurcourt, Les Cahiers : 1109-1129.

— 2015d [1930], La mission Dakar-Djibouti dans son rapport avec les études ethnologiques et archéologiques, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire, Meurcourt, Les Cahiers : 121-127.

— 2015e [1934], La mission Dakar-Djibouti, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire, Meurcourt, Les Cahiers : 1265-1281.

Jamin Jean, 1982, Objets trouvés des paradis perdus. À propos de la mission Dakar-Djibouti, in Jacques Hainard et Roland Kaehr (dir.), Collection passion, Neuchâtel, musée d’Ethnographie, 1982 : 69-113.

— 2014, Le Cercueil de Queequeg. Mission Dakar-Djibouti, mai 1931-février 1933, Les Carnets de Bérose no 2, Lahic, Dprps-direction des Patrimoines, en ligne : www.berose.fr/IMG/pdf/jj_6-09web.pdf.

Jolly Éric, 2001/2002, Du fichier ethnographique au fichier informatique. Le fonds Marcel Griaule et le classement des notes de terrain, Gradhiva 30/31 : 81-103.

— 2007, La mission ethnographique Dakar-Djibouti : collecte itinérante et maîtrise du terrain, in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir. Espaces et communautés, Paris, Albin Michel : 875-896.

— 2009, Des jeux aux mythes. Le parcours ethnographique de Marcel Griaule, Gradhiva 9 n. s. : 165-187.

— 2011a, Les notes de terrain de Marcel Griaule : enregistrer et ordonner une société, in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir 2. Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel : 312-332.

— 2011b, Écriture imagée et dessins parlants. Les pratiques graphiques de Marcel Griaule, L’Homme 200 : 43-82.

— 2014, Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan, janvier-avril 1935, Les Carnets de Bérose no 4, Lahic/dprps-Direction des patrimoines, en ligne : www.berose.fr/IMG/pdf/ej_27_10_web.pdf.

— 2016, Les collectes d’objets ethnographiques, À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939), en ligne : www.naissanceethnologie.fr/files/pdf/49.pdf.

Jolly Éric, Lemaire Marianne, 2015, Esclavage, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire, Meurcourt, Les Cahiers : 1101-1107.

Leiris Michel, 1996 [1934], « L’Afrique fantôme », Miroir de l’Afrique, édition établie, présentée et annotée par Jean Jamin, Paris, Gallimard, « Quarto ».

— 1950, L’Ethnographie devant le colonialisme, Les Temps modernes 58 : 357-374.

Lévy-Bruhl Lucien, 1925, L’Institut d’ethnologie de l’université de Paris, Revue d’ethnographie et des traditions populaires 23-24 : 233-236.

Rivet Paul, 1931, Organisation des études ethnologiques, Congrès des recherches scientifiques coloniales. Exposition coloniale internationale Paris 1931, Paris, Association Colonies Sciences : 1-3.

Sélassié Haïlé, 1936, Le drame effroyable que mon peuple et moi venons de vivre ! (traduit de l’amharique par Marcel Griaule), Vu, 24 juin, 1er juillet et 8 juillet : 733-735, 761-764 et 816-819 [repris dans La Vérité sur la guerre italo-éthiopienne. Une victoire de la « civilisation », supplément de Vu, juillet 1936].

Tai Li-Chuan, 2010, L’Anthropologie française entre sciences coloniales et décolonisation (1880-1960), Paris, Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer.

ARCHIVES

BCM : Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

— 2 AM 1 : Archives du Musée d’Ethnographie du Trocadéro et du Musée de l’homme.

BED : Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université Paris-Ouest-Nanterre-

La Défense.

— FMG : Fonds Marcel-Griaule.

— FLEB : Fonds [Annie et Jean-Paul] Lebeuf.

Haut de page

Notes

1 Voir Griaule (2015a [1933] : 1247 et 1250-1253 ; 1943 : 58 et 74). Sur l’emploi d’un vocabulaire judiciaire, policier ou militaire appliqué aux missions Griaule, voir également Jamin (1982 : 87-89 ; 2014 : 34-35) et Jolly (2001/2002 : 91 ; 2011a : 317-318).

2 Voir Jolly (2007 : 888-892 ; 2014 : 37-38, 55-61).

3 Sur les milliers d’objets collectés, les vols ou les réquisitions restent néanmoins exceptionnels (Jolly 2016).

4 Sur ces esclaves éthiopiens achetés puis affranchis à des fins d’étude et de preuve, voir infra p16.

5 Griaule, « Projet de mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti », mai 1930, p. 5 (BCM, 2 AM 1 M2g).

6 Furieux des reproches du quai d’Orsay au sujet de ses enquêtes sur l’esclavage en Éthiopie, Griaule écrit au Pr Léon Bernard, vers janvier 1933 : « Il importe peu – à mon sens – que des observations rigoureusement scientifiques servent ou desservent telle ou telle politique. Je n’ai pas le droit de me demander, avant d’entreprendre une étude, ce que pourra en faire la diplomatie internationale ou la diplomatie de mon pays » (BED, FMG).

7 Voir notamment Arnaud (1935 : 62-63) et Leiris (1996 : 204).

8 Voir Griaule (1931 ; 2015c) et Jolly et Lemaire (2015 : 1101-1102).

9 L’urgence des études et des collectes ethnographiques est une justification développée dès la fondation de l’Institut d’ethnologie (Lévy-Bruhl 1925 : 236). Sur la fonction de sauvetage dévolue à l’ethnologie, voir aussi Jamin (2014 : 12).

10 Voir notamment le carnet de route de Jean-Paul Lebeuf lors de la missions Niger-Lac Iro de 1938-1939 (BED, FLEB_C_a_005).

11 Griaule dénigre toutefois l’impôt de capitation dans deux de ses articles grand public (Griaule 1935a : 6 ; 1935b : 663).

12 Voir Griaule (2015d [1930] : 123 ; 1930 : 370).

13 Anonyme (2015 [1931] : 141).

14 Sur cette évolution, voir Jolly (2014 : 87-90).

15 Voir l’interview de Griaule dans La Dépêche coloniale du 24 octobre 1936.

16 « [I]l est probable que si nous n’y veillons pas, ces gens, peu à peu, se convertiront à l’islamisme (Griaule 1935a : 6). Après la guerre, Griaule manifestera la même volonté d’endiguer la propagation de l’islam (Griaule 1947a : 1221 ; 1949 : 140-144).

17 Écartelé sans doute entre son amour pour l’Italie, sa haine du fascisme et ses griefs contre les autorités éthiopiennes, Leiris refuse par exemple de prendre position.

18 Le 21 novembre 1935, à la Maison de la culture, Griaule participe, avec René Maran, au « Festival noir pour le soutien à l’indépendance éthiopienne » (Le Populaire, 20 novembre 1935 : 4). Sur l’engagement des intellectuels ouest-africains en faveur de l’Éthiopie, voir Genova (2004 : 157-177).

19 Sur la manipulation des membres de la mission par le consul, voir Jolly et Lemaire (2015 : 1102-1107).

20 Mémoire du gouvernement italien sur la situation en Éthiopie, septembre 1935 : 82 et 104.

21 Ibid. : 103.

22 Voir par exemple le petit livre de propagande fasciste du Pr Baravelli, publié simultanément en italien, en anglais et en français (Baravelli 1935 : 24-26 et 47). Dans son livre sur son séjour à Gondar, le consul Di Lauro consacre lui-même plusieurs chapitres accusateurs aux conflits entre la mission Dakar-Djibouti et les autorités éthiopiennes, notamment à propos des esclaves (Di Lauro 1936 : 92-118).

23 Phrase écrite fin octobre 1935, après le déclenchement de la guerre italo-éthiopienne (BED, FMG_C_g_01).

24 Griaule est notamment signataire du « Manifeste pour la justice et la paix » (La Vie catholique, 19 octobre 1935 : 3), conférencier au profit de la Croix-Rouge éthiopienne et de la Caisse de secours des réfugiés éthiopiens (les 14 et 26 février 1936), signataire de l’appel du Comité d’assistance aux victimes de la guerre en Éthiopie (Courrier d’Éthiopie, 3 avril 1936 : 2).

25 Pour Griaule, cette « Éthiopie de l’intérieur [est] la véritable Éthiopie » (Griaule 1936c : 2), comme l’Afrique des villages est la seule Afrique authentique.

26 Ce document est publié au Journal des nations, puis repris par Griaule dans son ouvrage La Peau de l’ours (Griaule 1936b : 191-219).

27 Du 31 mai au 4 juin 1936, Griaule rend compte également de ses entretiens avec l’empereur dans le quotidien Paris-Soir, dont il est l’« envoyé spécial ».

28 Dans une lettre adressée à sa femme depuis Gibraltar, Griaule écrit, le 29 mai 1936 : « J’ai pris en main la propagande abyssine » (BED, FMG_A_d). Sur le rôle de Griaule auprès de l’empereur ou de la délégation éthiopienne, voir également Chambard (1984).

29 Voir par exemple les dizaines d’articles de Griaule publiés presque chaque semaine par Marianne, Sept ou Le Journal entre le 9 octobre 1935 et le 20 mai 1936.

30 Griaule (1936a : 3, 1936d : 3).

31 Hubert Deschamps (1966 : 72-73) évoque brièvement ce plan dont il a eu vent par Rivet, en avril 1938.

32 BED, FMG_C_g_01.

33 Voir notamment Brévié (1935 : 7-8 et 63).

34 Autre preuve de cette convergence : les trois articles de Griaule à la gloire de l’administration « libérale » et « bonhomme » du Cameroun par les Français, dans Paris-Soir des 16, 17 et 24 novembre 1936. Commandée à Griaule pour discréditer l’idée d’une restitution du Cameroun à l’Allemagne, cette série de papiers est toutefois peu représentative de son point de vue sur les liens entre ethnologie et colonisation (Griaule 1936f).

35 Par provocation, Griaule a l’habitude de se déclarer « animiste », à la tribune de l’Assemblée (Assemblée de l’Union française, séance du 26 juin 1952 : 687).

36 De 1947 à 1956, Griaule refuse tout détachement qui le dispenserait de son service d’enseignement ; il continue également à partir chaque année en mission durant les mois d’inactivité de l’Assemblée.

37 Voir Griaule (1948a : 389 ; 1957 : 80-81, 99-101, 141-143 ; Assemblée de l’Union française, séances du 20 février 1951, 27 décembre 1951, 13 janvier 1953).

38 Griaule (1952a : 160-162 ; 1957 : 47, 93, 137-139) ; Assemblée de l’Union française, séances du 7 mars 1950, 20 février 1951, 22 novembre 1951).

39 Griaule, « Leçon d’ouverture » de 1943 », p. 8-9 (BED, FMG_B_c_02).

40 Assemblée de l’Union française, séance du 18 décembre 1951.

41 Sur un cahier portant le titre Union française, Griaule note, à une date indéterminée : « Assimiler fait songer au fauve qui digère l’antilope. Affreuse image. Assimiler, c’est nous frustrer nous-mêmes de certains trésors qu’aucune machine, aucune mathématique, ne saurait trouver, créer ou reconstruire » (BED, FMG_A_d).

42 À plusieurs reprises, Griaule exprime sa volonté d’endiguer le flux de « désaxés » ou de « déracinés » vers les villes afin qu’ils n’y perdent pas leur « santé physique et morale » 43. Représentant du Dahomey affilié au groupe des Indépendants d’outre-mer à l’Assemblée de l’Union française, l’ethnologue Paul Hazoumé déclare que ce Code du travail est « une nécessité absolue » pour éviter les abus (Assemblée de l’Union française, séance du 27 février 1948 : 159). Sur les bancs de l’Assemblée nationale, on retrouvera cette même unité des députés africains en faveur de ce Code du travail qui sera finalement adopté en deuxième lecture, à la fin de l’année 1952.

43 Représentant du Dahomey affilié au groupe des Indépendants d’outre-mer à l’Assemblée de l’Union française, l’ethnologue Paul Hazoumé déclare que ce Code du travail est « une nécessité absolue » pour éviter les abus (Assemblée de l’Union française, séance du 27 février 1948 : 159). Sur les bancs de l’Assemblée nationale, on retrouvera cette même unité des députés africains en faveur de ce Code du travail qui sera finalement adopté en deuxième lecture, à la fin de l’année 1952.

44 Assemblée de l’Union française, séance du 27 février 1948 : 155.

45 Ibid., séances du 10 et 16 février 1949 : 108-111 et 138-139.

46 Ibid., séance du 16 février 1949 : 139.

47 Ibid., séance du 1er juillet 1949 : 848 ; séance du 6 février 1953 : 197. (Griaule 1957 : 92-93 ; Assemblée de l’Union française, séance du 18 décembre 1951).

48 Sur les échanges entre Griaule et Traoré, voir également les analyses de Benoît de l’Estoile (1997 : 98-100) et Li-Chuan Tai (2010 : 213-219).

49 Sur l’usage idéologique de l’anthropologie par le mouvement de la négritude, voir Tai (2010 : 219-228).

50 Griaule n’emploie jamais le terme d’indépendance, sauf pour stigmatiser son usage par les membres du RDA (Assemblée de l’Union française, séance du 28 décembre 1950 : 1599).

51 Griaule, cahier manuscrit « Union française », p. 117 (BED, FMG_A_d). Sur ce rôle de « guide » extérieur dévolu aux Français, voir également Griaule 1952b : 22 ; 1953 : 399 ; 1957 : 97.

52 Des « centres de culture » au « statut des chefs coutumiers », la plupart des propositions législatives défendues par Griaule et votées par l’Assemblée de l’Union française ne seront jamais adoptées par les parlementaires ni même soumises au Parlement.

53 Si Georges Balandier (1951) est le représentant le plus connu de cette nouvelle approche, de nombreux ethnologues français y adhèrent dès le début des années 1950, à l’image de Leiris, coéquipier de Griaule en 1931-1933 (Leiris 1950 ; Conklin 2013 : 331).

54 Sur l’évolution des travaux ethnographiques de Griaule, voir Jolly (2001/2002 ; 2009 ; 2011a ; 2011b).

55 En 1953, après de nouvelles enquêtes chez les Bambara et les Bozo, Griaule étend même cette « unité de civilisation » à « tous les peuples de l’Afrique occidentale » (Griaule, 1957 : 124).

56 Lettre du 5 septembre 1951 de Laya Dolo à Griaule ; lettre du 6 octobre 1951 de Koguem Dolo à Griaule ; lettre du 27 octobre 1951 de Griaule à Max Accard (BED, FMG_B_a).

57 Lettre du 14 août 1954 de Laya Dolo à Griaule ; lettre de condoléance de l’Union dogon à Jeanne Griaule, non datée (BED, FMG_B_a).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Jolly, « Ethnologie de sauvegarde et politique coloniale : les engagements de Marcel Griaule », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 6-31.

Référence électronique

Éric Jolly, « Ethnologie de sauvegarde et politique coloniale : les engagements de Marcel Griaule », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.7598

Haut de page

Auteur

Éric Jolly

Institut Des Mondes Africains (IMAF-CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search