Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1MélangesComptes rendusArnaud Robert, 2016, Le Roman vra...

Mélanges
Comptes rendus

Arnaud Robert, 2016, Le Roman vrai de Tabi. Journal d’une expédition en pays dogon (18 septembre – 26 décembre 1920), texte établi par André Brocher, introduction et notes de Francis Simonis

Aix-en-Provence, AMAROM, Amis des archives d’outre-mer, 272 p.
Cécile Van den Avenne
p. 179-181

Texte intégral

1En septembre 1920, Robert Arnaud, alors inspecteur des affaires administratives de la colonie du Haut-Sénégal-Niger, accompagne le colonel Mangeot lors d’une expédition contre un village dogon rebelle, Tabi (au Soudan français, actuel Mali). Fils de colons français né en 1873 à Alger, où son père exerçait comme interprète militaire, Robert Arnaud a commencé sa carrière en Algérie avant de la poursuivre en Afrique subsaharienne, plus particulièrement au Soudan français, devenant notamment chargé des affaires musulmanes à Dakar en AOF. Il avait une connaissance maîtrisée de l’arabe, ainsi que d’autres langues africaines. Il est, au moment de l’expédition, administrateur en chef des colonies et inspecteur des affaires administratives.

2Ce fonctionnaire aguerri et écrivain polygraphe, également romancier colonial à succès sous le pseudonyme de Robert Randau, tient un journal au jour le jour de l’expédition de 1920, au style bref et télégraphique, dans lequel s’insèrent quelques croquis. Il réécrit par la suite ce journal, pour en faire un récit rédigé, pensant sans doute à une publication qui n’aura pas lieu. Cette seconde version est également illustrée. Les deux manuscrits sont conservés aux AOM (Archives nationales d’outre-mer), à Aix-en-Provence. Le Roman vrai de Tabi, sous-titré Journal d’une expédition en pays dogon (18 septembre – 26 décembre 1920) publié aux éditions des Amis des Archives d’Outre-Mer, propose au lecteur une fusion des deux manuscrits. Si le corps principal est constitué par la version narrativisée longue, l’éditeur du texte (André Brochier, conservateur en chef du patrimoine) a choisi d’insérer des illustrations puisées dans les deux versions du texte. À noter, certaines portions du texte édité sont signalées par un changement de police, sans qu’il soit explicité à quoi cela correspond et s’il s’agit, par exemple, d’insertion du premier journal. L’ensemble est accompagné d’une longue introduction rédigée par Francis Simonis (qui a également rédigé les notes), historien de l’Afrique coloniale (université d’Aix-Marseille), qui contextualise les raisons de l’expédition militaire de 1920 et le déroulé du siège. L’édition est par ailleurs agrémentée de quelques photographies puisées dans trois fonds d’ethnographes (fonds Marcel-Griaule, fonds Annie-M-D-Lebeuf et Jena-Paul-Lebeuf, fonds Solange-de-Ganay), déposés à la bibliothèque Éric-de-Dampierre. Les premières pages du journal, qui courent du 18 septembre au 5 octobre, relatent l’ordinaire du déplacement des administrateurs coloniaux : le transport sur le fleuve, la logistique pour nourrir et coucher les hommes qui les accompagnent, les campements prévus pour l’accueil le long des itinéraires habituels, le microcosme des Français installés dans les postes et petites villes. On retrouve le ton du Randau du Chef des porte-plumes qu’il publiera l’année suivant cette expédition, jusque dans le mélange de langue châtiée, de familiarité, d’expressions argotiques et de jargon colonial ; on y retrouve aussi sa facilité à croquer, de façon quelque peu narquoise voire par moments méprisante, un petit monde colonial et sa sociabilité propre. Tout au long du journal, il se fait l’écho des histoires, racontars et ragots qui forment l’ordinaire des conversations et construisent ce microcosme. Histoires de mœurs plus ou moins sordides, propos graveleux, alcoolisme, l’image qu’il donne de certains de ses compatriotes (nommément pointés) est loin d’être reluisante. Le gros du journal ensuite, qui court jusqu’au 12 novembre, relate l’expédition militaire proprement dite et porte sur celle-ci un regard décalé par rapport aux versions officielles. Arnaud s’y donne un rôle d’observateur à la fois avisé et moqueur, pas toujours en accord avec les décisions prises par la hiérarchie militaire. Le siège dure plus longtemps que prévu et les pertes sont également plus importantes qu’escompté, les adversaires n’avaient pas été estimés à leur juste valeur. Et c’est cette valeur, justement, que leur redonne le regard d’Arnaud. La suite du journal relate le lent retour vers Bamako, et Arnaud se fait, dans cette dernière partie, ethnographe. Il se met en scène apprenant la langue dogon (qu’il nomme kado), dont quelques mots en listes sont insérés dans le texte, décrit très précisément les villages, des fêtes auxquelles il assiste. Si Arnaud est peu indulgent envers ses compatriotes, il est en empathie avec nombre d’« indigènes ». Ressort de son récit la présence importante dans toute cette zone du Soudan d’anciens tirailleurs « libérés », dont beaucoup ont été engagés dans la Première Guerre mondiale et qui gardent une forte déférence et loyauté à l’égard de la hiérarchie coloniale. L’un d’entre eux particulièrement émerge du récit, Goumbou, de son vrai nom Sana Marma, nous dit Arnaud, ancien tirailleur du village rebelle de Tabi, qui se propose comme guide et rejoint la colonne, avec lequel Arnaud prend régulièrement des leçons de langue, et qu’il place à la fin de l’expédition comme chef du village dissident, à la place du chef fait prisonnier.

3On ne peut que saluer l’initiative de publier un tel texte et de le rendre disponible au plus grand nombre. À travers le filtre d’un point de vue certes situé, mais sans langue de bois, nous pouvons appréhender la présence coloniale française from below, par le bas, et, au-delà de l’épisode précis de la prise de Tabi, l’ordinaire de la conquête militaire et de la vie quotidienne des administrateurs en tournée. Les documents officiels présentés en annexe donnent à voir, en contrepoint, la façon dont les archives produites par l’institution coloniale elle-même peuvent rendre compte d’un même événement ; et de ce point de vue, la confrontation des textes (types de discours et types de récits tenus) met en scène aussi ce que peut être le travail de l’historien aux prises avec des archives dont il doit, pour chacune, rendre compte des logiques internes propres (lire à la fois along the grain et against the grain, pour faire écho aux réflexions de l’historienne Ann Stoler).

4Le texte intéressera aussi les chercheurs en études littéraires prenant pour corpus les littératures coloniales. Texte intermédiaire entre le journal brut et le récit fictionnalisé, il permet d’entrer dans la fabrique, la marmite de cet écrivain au statut mal défini qu’était aussi Robert Arnaud/Randau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Van den Avenne, « Arnaud Robert, 2016, Le Roman vrai de Tabi. Journal d’une expédition en pays dogon (18 septembre – 26 décembre 1920), texte établi par André Brocher, introduction et notes de Francis Simonis », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 179-181.

Référence électronique

Cécile Van den Avenne, « Arnaud Robert, 2016, Le Roman vrai de Tabi. Journal d’une expédition en pays dogon (18 septembre – 26 décembre 1920), texte établi par André Brocher, introduction et notes de Francis Simonis », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.7921

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search