Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1MélangesComptes rendusGahungu Céline, 2019, Sony Labou ...

Mélanges
Comptes rendus

Gahungu Céline, 2019, Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain

Paris, CNRS Éditions, « Planète libre », 288 p.
Alice Desquilbet
p. 185-187

Texte intégral

1L’ouvrage de Céline Gahungu est issu de sa thèse, « Élan et devenir », soutenue à l’université Paris-Sorbonne en juin 2016. Il est le fruit d’analyses précises et de recherches fouillées, appuyées sur la génétique des manuscrits de jeunesse de Sony Labou Tansi, lesquels lui permettent de retracer avec beaucoup de justesse et de clarté les prémices de la trajectoire d’écriture de cet écrivain explosif de la République du Congo. En effet, Gahungu suit la piste des « écrits de jeunesse » avec un soin d’autant plus grand que l’étude des premiers textes d’un débutant, avant qu’il ne soit publié, doit éviter bien des écueils. Comme elle le signale notamment, le chercheur pourrait être tenté par une étude téléologique consistant à lire les manuscrits en y cherchant les traces d’une destinée d’écrivain. Dans son souci de retracer l’histoire scripturale du jeune écrivain découvrant l’espace littéraire, Gahungu ne cède en rien à la facilité : elle analyse finement les textes – depuis les cahiers manuscrits jusqu’à la correspondance de Sony avec ses amis et éditeurs –, choisissant ainsi de prendre au sérieux ce que celui-ci appelle « [s]on boulot d’écrivain ». Bien plus que la naissance d’un auteur, cet ouvrage se donne comme le récit d’un élan et d’un devenir, que Gahungu maintient fermement ensemble : elle expose sa quête des traces du bouillonnement stylistique sonyen, de 1967 à 1975, tout en les associant au projet littéraire en train de se forger. Soucieuse de se tenir au plus près de la spécificité de l’écriture sonyenne in progress et reprenant à son compte la méfiance de l’écrivain à l’égard du définitif, Gahungu ne fige rien. Aussi son étude nous semble-t-elle placée sous le signe des métamorphoses.

2D’une part, l’auteur révèle que l’élaboration de cette écriture suit un principe de liberté. De copiste à la fois attentif et irrévérencieux à l’égard de ses modèles – notamment les poètes de la négritude ou les romantiques –, Sony prend peu à peu audacieusement son envol et affirme sa volonté de se distinguer. Cette pratique de la liberté s’incarne notamment dans sa vision des genres littéraires, dont il expérimente les brouillages. Gahungu montre que la circulation des motifs obsessionnels et des personnages entre la poésie, le roman et le théâtre n’annule pourtant pas l’existence marquée des trois genres, reposant notamment sur une concentration de l’écriture au théâtre et un plaisir de la narration qui s’amplifie dans l’espace romanesque. D’ailleurs, c’est aussi la naissance d’un romancier, qui nous est racontée, car l’auteur expose bien comment le poète enthousiaste et éruptif devient un romancier enragé qui s’acharne à inventer une écriture mêlant la force de l’engagement aux pouvoirs de la fable et se distinguant de l’écriture noire, en grande partie pour attirer l’attention des éditeurs – notamment les éditions du Seuil – à qui il envoie des textes. Si Sony écrit en liberté dans ses recueils de poésie non publiés de son vivant, ce principe participe surtout de la transformation de son écriture romanesque : son regard se fait plus distancé grâce à l’usage du comique, plus acéré par l’exploitation de la charge satirique et indépendant des cadres dialogiques avec la logorrhée burlesque. Gahungu analyse aussi que l’écriture romanesque se décentre et s’émancipe peu à peu de la représentation du moi hypertrophié qui caractérise les premiers écrits. Par exemple, les narrations autodiégétiques, fondées sur des personnages d’écrivains brillants conçus comme des doubles flatteurs de Sony, laissent place à des récits plus impersonnels. Enfin, la langue sonyenne, caractérisée par la violence du style qui s’affirme à travers le choc du lexique et la dislocation des phrases, s’emploie à redonner leur liberté et leur souffle aux mots trop usités. L’évolution et le changement perpétuels ne sont donc pas à considérer comme une désinvolture stylistique : c’est un principe créateur que le jeune Sony incarne et que l’on retrouve dans sa pratique des manuscrits, révélant qu’il perçoit une œuvre comme étant infinie. Gahungu montre donc que la métamorphose est un principe d’écriture sonyen à prendre en considération puisqu’il est à la fois le résultat d’un choix et la ligne de force d’une trajectoire, un élan et un devenir.

3D’autre part, l’auteur explique que la naissance de l’écrivain peut se lire comme une mue. Depuis les tout premiers écrits du cancre à l’école coloniale jusqu’aux nombreuses heures de travail acharné sur ses cahiers manuscrits en passe d’être reconnus par le système éditorial français et le concours théâtral interafricain de Radio France international, du poète rêveur des débuts désireux d’affirmer sa singularité littéraire à l’écrivain prophète et résistancialiste, l’auteur retrace le processus de transformation des différents visages de Sony. Elle en fait la démonstration en relevant la succession des neuf pseudonymes qu’il a inventés au cours de ses huit premières années d’écriture, révélant les explorations de Marcel Ntsoni en gésine de Sony Labou Tansi. Elle montre aussi que ces évolutions dans l’autogenèse sonyenne ont des incidences concrètes sur son écriture, notamment visibles dans les changements des thèmes qui émaillent ses textes : l’importance que Sony accorde au milieu scolaire dans ses premiers écrits s’efface au profit de la sphère politique dont il met en avant les aspects troubles, au risque d’être inquiété par le Parti congolais du travail qui surveille les écrivains « politiçons » comme lui. Gahungu allègue le devenir écrivain issu d’un acharnement au labeur qui ne ressemble en rien au mythe du génie précoce auquel les études des écrits de jeunesse seraient tentées de céder. D’ailleurs, en 1976, Sony est en proie à des incertitudes dont la profondeur atteste que cette crise du « poète en panne » n’est pas à considérer comme un topos. En fait, la naissance de l’écrivain Sony Labou Tansi oscille entre les vertiges de la création et la reconnaissance littéraire, et s’il se pressent devenir écrivain, c’est moins parce qu’il se voit comme un poète vates touché par la grâce que parce que sa passion de la littérature grandit furieusement, et, avec elle, les heures de travail.

4Enfin, l’auteur met au jour le monde en mouvement des manuscrits de Sony. En effet, l’écrivain prolifique ne cesse de transformer sa matière littéraire et de la refondre. Aussi les très nombreux cahiers qu’il remplit ne sont-ils pas à considérer comme des brouillons – avant-textes d’une œuvre définitive dont l’édition marquerait la fin – mais comme de véritables objets-livres. D’ailleurs, Sony les agrémente des traits caractéristiques des œuvres publiées, en prenant par exemple soin de la page de titre et en réservant une place précise à la dédicace, à l’avertissement et au sommaire. En s’appuyant, là encore, sur la génétique, cet ouvrage permet ainsi de mieux saisir ce que c’est, qu’écrire au Congo dans les années 1960-1970. On apprend comment le jeune Sony s’entoure d’amis relais, à l’instar de Sylvain Bemba, créateur de la « phratrie » unissant les écrivains congolais ou des journalistes de Radio France internationale José Pivin et Françoise Ligier, créateurs du Concours théâtral interafricain au début des années 1970. Et il est bien montré comment, dans les méandres de la socialisation littéraire, Sony travaille autant dans le but de séduire le jury du Concours théâtral que d’affirmer et de cultiver son originalité : la pratique d’écriture du jeune Sony peut se lire comme un effort entêté de conjuguer l’énergie créatrice et la professionnalisation de l’écriture.

5Les métamorphoses sonyennes sont à l’image de la fusion du magma dont Céline Gahungu file la métaphore dans le récit qu’elle fait de l’éruption du génie flamboyant de l’écrivain. Volcan, foudre, tempête, geyser, éruption et magma sont autant d’heureuses images qu’elle convoque pour caractériser le geste d’écriture des premiers textes de Sony, et que l’on retrouve littéralement dans ceux de la fin de sa vie, où la terre crie et où « les yeux du volcan nous regardent ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Desquilbet, « Gahungu Céline, 2019, Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 185-187.

Référence électronique

Alice Desquilbet, « Gahungu Céline, 2019, Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.7938

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search