Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1MélangesComptes rendusGutherz Xavier (dir.), 2017, Asa ...

Mélanges
Comptes rendus

Gutherz Xavier (dir.), 2017, Asa Koma. Site néolithique dans le bassin du Gobaad (République de Djibouti)

Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, « Mondes anciens », 276 p.
Christian Dupuy
p. 187-191

Texte intégral

1L’Asa Koma, « la colline Rouge », est un petit volcan éteint depuis plus d’un million d’années, circonscrivant une surface de quelques 100 000 mètres carrés. Il se présente sous la forme d’un dôme de faible convexité, dominant d’une quarantaine de mètres la plaine avoisinante. De son sommet, on aperçoit vers l’ouest, à une vingtaine de kilomètres, le lac Abhé qui fait partie intégrante du bassin du Gobaad, aux confins de la république de Djibouti et de l’Éthiopie. Le lac est alimenté en eau par la rivière Awash et, occasionnellement, par les oueds. Dagadlé et Gobaad, lorsque de fortes pluies s’abattent sur la région. L’Asa Koma est couvert de vestiges archéologiques sur près de 2 500 mètres carrés. En 1982, Roger Joussaume souligne l’intérêt qu’il y aurait à fouiller ce site, au vu de l’outillage lithique et des tessons de poterie jonchant le sol. Un programme franco-djiboutien est élaboré à cet effet. Les missions se succèdent sous sa direction dès 1984, puis sous celle de Xavier Gutherz à partir de 2001. Cette responsabilité incombe à Jessie Cauliez depuis 2014. Les résultats de ces recherches trois fois décennales sont détaillés dans cette monographie interdisciplinaire d’excellente tenue, à laquelle contribuent 17 chercheurs. De concert, des archéologues, des anthropologues et des naturalistes spécialistes de sédimentologie, paléontologie, anthracologie s’appliquent à restituer les modes de vie des groupes qui fréquentèrent, d’une part, l’Asa Koma au moment de l’apparition de l’élevage, il y a grosso modo quatre mille ans, et, plus largement, la plaine du Gobaad, du ive millénaire av. J.-C. à l’islamisation.

  • 1 À défaut de collagène conservé, les mesures radiométriques ont porté sur la bioapatite des os, c’es (...)
  • 2 Le site de Wakrita, éloigné de deux kilomètres de l’Asa Koma, est l’un d’eux. La bioapatite d’un os (...)

2Les décapages réalisés sur 70 mètres carrés au sommet du volcan ont livré des dizaines de milliers d’artéfacts et d’écofacts et trois tombes individuelles en fosse avec cairn. Six datations au carbone 14 sur charbons situent les occupations entre la fin du iiie millénaire et le milieu du iie millénaire av. J.-C. La bioapatite1 de l’un des squelettes exhumés a livré un âge radiocarbone d’au moins deux siècles plus récent que les dépôts anthropiques encaissants. Parallèlement à ces fouilles, les prospections menées dans la plaine du Gobaad ont permis les découvertes de 9 gisements recelant des vestiges comparables à ceux mis au jour sur le volcan2 et, par ailleurs, l’inventaire de milliers de tombes avec ou sans superstructure lithique. Près de trente d’entre elles ont été fouillées. Leur édification s’échelonne entre le ive millénaire av. J.-C. et l’islamisation. Jean-Paul Cros et Henri Duday consacrent quatre chapitres à leur étude. À la suite de quoi, les auteurs, avec les collaborations de Gutherz, Coralie Demangeot, Stéphane Hérouin, Joséphine Lesur et Jean-Michel Pène, dressent un bilan des connaissances sur les pratiques funéraires anciennes dans la Corne de l’Afrique.

3L’autre apport important de ce livre réside dans les informations techno-économiques qui sont tirées des vestiges mis au jour sur l’Asa Koma. Les données des fouilles sont restituées avec précision, relevés de terrain à l’appui, par Gutherz, Pène, Dominique Sordoillet, Laurent Bruxelles, Guedda Mohamed Ahmed et Luc Laporte. Le sol préhistorique se compose d’une juxtaposition de lits cendreux et charbonneux pris dans un limon pulvérulent riche en ossements brûlés de poissons. Ces dépôts, épais de 30 à 50 centimètres, reposent sur le substrat volcanique graveleux. Les coupes ne révèlent aucune stratigraphie, et les décapages, aucune structure d’habitat. La nature farineuse du sédiment a favorisé les migrations verticales du matériel archéologique. Les seuls aménagements visibles consistent en de grands foyers à plat qu’individualise une fine nappe de limon rubéfié par la chaleur et, d’autre part, en quelques foyers empierrés de faible diamètre. Les données de l’anthracologie conduisent Claire Newton à penser que les habitants utilisaient comme combustibles les ligneux et les herbages qui se développaient sur les flancs du volcan et sur les terrains caillouteux avoisinants, auxquels pouvaient se substituer les déjections de grands mammifères dont des restes partiellement consumés sont apparus sous les pinceaux des fouilleurs. La micromorphologie des dépôts, étudiée par Sordoillet, témoigne de cycles d’occupation-abandon, pour partie responsables de la fragmentation de la céramique et de la dispersion des 9 104 tessons mis au jour. Le quart de cet ouvrage présente ces fragments de poterie méthodiquement étudiés par Cauliez, Gutherz et Pène. L’examen des cassures révèle que les vases étaient montés aux colombins à partir d’une argile qui était dégraissée, soit avec du sable, soit avec des coquilles de mollusques pilées. L’unicité de cette technique de modelage, alliée à la simplicité de forme des poteries et à leur faible contenance, jamais supérieure à trois litres, suggère que ses fabricants et utilisateurs appartenaient à une même communauté culturelle. Pour autant, la diversité des motifs incisés et imprimés témoigne de la grande liberté dont disposaient les potières/potiers pour décorer leur production. La forte représentativité, en tout lieu, des meules et des molettes tirées d’un basalte vacuolaire local, auxquelles s’intéressent Gutherz et Laporte, plaide également en faveur d’une fréquentation du site par des groupes aux us et coutumes apparentés. Cette même idée est alimentée par les 21 247 pièces de l’industrie lithique presqu’exclusivement en obsidienne analysées par Amélie Diaz, les segments de cercle et les petits éclats retouchés et/ou esquillés constituant l’essentiel des outils taillés. La population de l’Asa Koma prisait les parures en os, en œuf d’autruche, en coquilles dulcicoles et en coquillages marins, ces derniers provenant du Golf d’Aden situé à 150 kilomètres. L’étude de ces atours en matière animale est intégrée dans les deux chapitres consacrés à la faune. Les résultats enregistrés en ce domaine par Lesur, Charpentier, Agathe Jacquet et Wim Van Neer, sont fondamentaux pour appréhender les modes de subsistance des habitants et, corrélativement, pour s’interroger sur les fonctions de leurs objets usuels.

  • 3 Les analyses micromorphologique des dépôts anthropiques réalisées par Sordoillet ont permis l’ident (...)

4Les deux tiers des 30 559 restes de vertébrés examinés sont des ossements de poissons, le tiers restant ceux de mammifères et d’oiseaux. L’étude ichtyologique révèle une prédominance des tilapias et des poissons-chats. Ces deux espèces ont en commun de se reproduire durant les pluies de la mousson, dans les eaux peu profondes des marécages et dans les marigots se formant à leur entour au moment de la crue. Il est alors plutôt facile de les harponner. Que les petits segments de cercle en obsidienne de l’Asa Koma, ou tout au moins une partie d’entre eux, aient servi d’armatures à des harpons, apparaît, de fait, logique. Que les grands foyers à plat aient été dévolus au séchage et au fumage des poissons dont les prises, au moment du fraie, devaient dépasser les besoins quotidiens en protéines des pêcheurs, est vraisemblable. Et que les cristaux de thénardite3 retrouvés dans les sols d’occupation aient été destinés à leur salage des prises à des fins de conservation et de consommation différée, est une autre hypothèse retenant l’attention. Le matériel de broyage, quant à lui, a pu servir à la confection de farine de poisson et les poteries, à son stockage ; ce que des analyses biomoléculaires mériteraient de confirmer.

5Les occupants d’Asa Koma ne faisaient pas qu’exploiter les ressources halieutiques locales ; ils élevaient aussi du gros et du petit bétail, comme l’attestent, d’une part, les 215 restes de taurins exhumés des fouilles, et, d’autre part, les sphérolites calcitiques (ces cristallisations se forment dans les crottes des chèvres et des moutons) observés par Sordoillet dans les lames minces tirées des sols d’occupation. Les extrémités brûlées de certains os longs attestent d’une cuisson des quartiers de bœuf par rôtissage. Les cinq fragments osseux de chèvres et/ou de moutons découverts dans le site de Wakrita tout proche apportent les preuves directes de la présence locale de caprinés. Ces données fournissent un précieux jalon chronologique en ce qui concerne la diffusion du pastoralisme dans la Corne de l’Afrique, lequel est pratiqué dans la plaine du Gobaad à la charnière des iiie-iie millénaires av. J.-C. La morphométrie des quelques ossements d’ânes retrouvés en fouille ne permet pas de se prononcer sur leur statut sauvage ou domestique.

6Aux produits issus de la pêche et de l’élevage, s’ajoutaient ceux tirés de la chasse. Le chacal était la proie privilégiée des chasseurs, peut-être parce que ce canidé constituait une menace pour les stocks de nourriture, attiré qu’il était tant par les poissons fumés et salés, que par les jeunes caprinés. Le léger déficit de phalanges au regard des autres parties conservées de son squelette suggère un traitement de sa peau, travail qui pouvait s’effectuer au moyen des poinçons en os dont quelques exemplaires ont été retrouvés en fouille. Signalons, comme autres espèces chassées, la gazelle dorcas, le guib harnaché, le dik-dik, d’autres bovidés non identifiés, l’autruche, divers oiseaux indéterminés, le lièvre, le chat sauvage, la gerbille, le crocodile, l’hippopotame. Ce spectre faunique atteste d’un biotope moins marqué par l’aridité qu’aujourd’hui. Près de 30 % des os longs présentent des fractures spiralées, caractéristiques de leur cassage à l’état frais pour la récupération de la moelle. Les outils employés à cet effet étaient peut-être équipés des éclats d’obsidienne esquillés, retrouvés en grand nombre sur l’Asa Koma, qui précisément portent les stigmates d’un travail par percussion. La quasi-absence de restes botaniques ne permet pas de se prononcer sur la part que jouaient les végétaux dans l’alimentation et dans l’équipement des pêcheurs-éleveurs-chasseurs qui parcouraient la plaine du Gobaad, il y a à peu près quatre mille ans. Les abondantes données rassemblées dans cet ouvrage montrent que les fouilles menées avec persévérance dans un secteur restreint de la Corne de l’Afrique, l’Asa Koma et ses alentours, ont porté leurs fruits. Puisse le programme franco-djiboutien d’archéologie, initié dans les années 1980, se poursuivre encore longtemps et continuer ainsi à produire régulièrement de nouveaux fruits !

Haut de page

Notes

1 À défaut de collagène conservé, les mesures radiométriques ont porté sur la bioapatite des os, c’est-à-dire sur leur fraction minérale. La datation par le carbone 14 de ce matériau commence seulement à se développer en Afrique de l’Est, alors que sa mise en œuvre en Afrique de l’Ouest remonte aux années 1990. Pour en savoir plus sur cette méthode, se reporter à : Jean-François Saliège, Alain Person, François Paris, 1995, « Preservation of 12C/13C Original Ratio and 14C Dating of the Mineral Fraction of Human Bones from Saharan Tombs, Niger », Journal of Archeological Science, 22 : 301-312. Paris, Saliège, 2010, « Chronologie des monuments funéraires sahariens. Problèmes, méthode et résultats », Les Nouvelles de l’archéologie, 120-121 : 57-60.

2 Le site de Wakrita, éloigné de deux kilomètres de l’Asa Koma, est l’un d’eux. La bioapatite d’un os de taurin issu de ce gisement a fourni l’âge radiocarbone de 3561±27 B.P. (UBA-20229), soit un âge calendaire compris entre 2013 et 1778 av. J.-C., avec une probabilité de 95,4 % (calibration effectuée selon la courbe de Reimer et al. 2009). À propos de ce site, lire: Gutherz, Joséphine Lesur, Jessie Cauliez, Vincent Charpentier, Amelie Diaz, Mohamed Omar Ismae, Pène, Sordoillet, Antoine Zazzo, 2015, « New Insights on the First Neolithic Societies in the Horn of Africa: The Site of Wakrita, Djibouti », Journal of Field Archaeology 40 (1): 55-68.

3 Les analyses micromorphologique des dépôts anthropiques réalisées par Sordoillet ont permis l’identification de cette évaporite à base de sulfate de sodium qui se forme, aujourd’hui encore, en bordure du lac Abhé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Gutherz Xavier (dir.), 2017, Asa Koma. Site néolithique dans le bassin du Gobaad (République de Djibouti) », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 187-191.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Gutherz Xavier (dir.), 2017, Asa Koma. Site néolithique dans le bassin du Gobaad (République de Djibouti) », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7945 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.7945

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search