Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1MélangesComptes rendusMarliac Alain, 2016, Problèmes d’...

Mélanges
Comptes rendus

Marliac Alain, 2016, Problèmes d’archéologie développementale en Afrique

Paris, L’Harmattan, 216 p.
Jacques Aymeric Nsangou
p. 191-192

Texte intégral

1Sur un continent où l’intervention scientifique et technique occidentale encourage les disciplines des sciences « dures », supposées pouvoir agir sur les situations désastreuses qu’il connaît, quelle est la place de l’archéologie ? À travers sept points de réflexion, Alain Marliac, archéologue et membre de l’IRD, ne se contente pas de répondre à cette question, il met également la discipline au centre des interactions entre développeurs et développés. En se servant des réflexions qu’il a menées durant des années, il parle de son expérience au sein de cet institut (ex-Orstom) et de ses interrogations sans réponses.

  • 1 Orthographe du mot savoir au xvie siècle. Selon Marliac, « La Science » classe les savoirs traditio (...)

2L’archéologie est une discipline aux données souvent spectaculaires, nécessitant d’importants fonds financiers, mais dont les résultats sont plus interprétatifs qu’explicatifs. Passant par une introspection, l’auteur questionne d’abord le processus de construction, de légitimation et d’idéologisation des savoirs, en insistant sur le formatage de la pensée, qui induit une vision du développement sous l’angle de l’idéologie dominante dite « moderne ». Passé ce premier point, il aborde, dans les trois sujets suivants, les usages des résultats archéologiques. En Afrique, cette archéologie intervient de plus en plus dans la construction des identités. Identité cachée ou ignorée, l’auteur conclut en se positionnant contre l’utilisation des produits archéologiques à des fins de réclamation identitaire. La discussion sur l’identité débouche sur celle concernant le passé, et l’archéologie se révèle alors comme une discipline servant à construire un passé modernisé. Cette autre construction est un conflit entre le WSK (Western Scientific Knowledge), tout-puissant car « scientifique », et les autres formes de savoir rassemblées dans le panier du TK (Traditional Knowledge), incapable de jauger son adversaire. C’est aussi la confrontation entre « La Science » et les sçavoirs1 traditionnels, opposition présente et prégnante aussi bien dans les articles que dans les discours. Le conflit ne se pose pourtant pas pour les peuples concernés, car ceux-ci « utilisent et associent sans aucune angoisse, des mots qui dérivent de concepts nés dans des domaines différemment ordonnés ». D’où les cas de modernisation du passé qui permettent à certains peuples de se revendiquer une filiation avec Lucy !

3Marliac a rassemblé, dans cet ouvrage, le fruit de différentes communications développées et présentées dans des colloques ou dans des articles. Le déclic qui l’a conduit à l’anthropologie du savoir lui est venu à la fois du désintérêt des peuples qu’il étudiait, mais aussi, et malheureusement, de celui de sa hiérarchie. Avec simplicité et parfois humour, l’auteur a exploité sa longue expérience de terrain, tout en s’abreuvant à la source de différents philosophes du savoir pour prendre le contre-pied des approches scientifiques. Ces regards scientifiques, loin d’être innocents, signifient généralement exclusion de tout autre regard. Nous lisons également dans cet ouvrage une autre histoire de la discipline qui se base sur l’objet (ostensif et/ou performatif) et l’approche qu’en ont les deux principaux acteurs : l’observateur et l’observé. Différents problèmes se posent alors, notamment celui de la traduction des savoirs d’une langue à une autre. Cette difficulté est aussi partie intégrante de la collaboration entre développeurs et développés, devant conduire, dans l’idéal, à un dialogue interdisciplinaire. Cette interdisciplinarité, tant vantée dans les discours scientifiques, est cependant très peu pratiquée sur le terrain.

4Sur un continent où le « développement » est au centre de tous les discours, la publication d’Alain Marliac vient rappeler qu’il est nécessaire de s’interroger sur le sens de ce mot, afin que développeurs et développés soient au même diapason. Les premiers doivent, bon gré mal gré, questionner les connaissances qu’ils produisent et tenir compte des conceptions des seconds. Un tel dialogue est nécessaire afin que les productions scientifiques produites soient effectivement assimilables et utilisables au quotidien par les développés. Dans sa vision globale, l’ouvrage ne prend malheureusement pas en compte la vision des « nouveaux développeurs » de l’Afrique que sont les Asiatiques et principalement les Chinois. Ce manquement est peut-être dû au fait que l’auteur, pendant qu’il exerçait encore sur le continent, n’a pas particulièrement travaillé avec ces disciples de l’Eastern Science. Enfin, au-delà du cadre de la discipline archéologique, cette publication peut être très utile si elle est accessible aux décideurs africains, qui négocient généralement les termes de la collaboration avec les développeurs venus d’ailleurs.

Haut de page

Notes

1 Orthographe du mot savoir au xvie siècle. Selon Marliac, « La Science » classe les savoirs traditionnels au même rang que les opinions, les idéologies, les pensées archaïques, les religions, les mythologies, les normes et l’intégrisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Aymeric Nsangou, « Marliac Alain, 2016, Problèmes d’archéologie développementale en Afrique », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 191-192.

Référence électronique

Jacques Aymeric Nsangou, « Marliac Alain, 2016, Problèmes d’archéologie développementale en Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/7950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.7950

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search