Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1Cures salées, cures natronées pas...

Cures salées, cures natronées pastorales en savanes centrafricaines

Salt cures, natron cures, and pastoralism in the Central African savanna
Jean Boutrais
p. 84-115

Résumés

En Afrique tropicale, les cures salées ou natronées du bétail sont des moments importants dans les activités d’élevage. L’histoire pastorale des premiers Mbororo installés en Centrafrique a été marquée par des conflits autour des sources natronées de l’Adamaoua. Désireux d’échapper à la tutelle des Fulbe, des Mbororo se sont installés sur les plateaux centrafricains, pourtant dépourvus de sel et de natron. Dès lors, ils ont accordé une grande importance à la fourniture régulière de natron aux animaux. Au sel marin, la plupart des éleveurs préfèrent le natron pour ses effets plus bénéfiques à long terme. Cependant, en saison sèche, des transhumants adoptent le sel. Des éleveurs substituent également le sel au natron, dont les prix peuvent être dissuasifs. Chez les pasteurs « purs », les achats de natron représentent la dépense la plus importante après les achats alimentaires. Ils risquent d’entraîner des ventes excessives de bétail, conduisant à une diminution de la taille des troupeaux. Les éleveurs sont confrontés à un dilemme pastoral : bien entretenir les animaux en leur fournissant du natron de manière généreuse, au risque de compromettre l’avenir des troupeaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le natron est un carbonate de sodium souvent cristallisé sous forme de concrétions. Au Sahel, les e (...)
  • 2 Il s’agit notamment du calcium, du phosphore, du sodium et du magnésium.

1Dans les calendriers pastoraux, en Afrique tropicale, les temps de pâture, ceux de déplacement et d’abreuvement se succèdent de façon quotidienne, mais d’autres faits rythment la vie des troupeaux selon des séquences plus longues. Il en est ainsi de la complémentation des animaux en minéraux, sel ou natron1. Durant quelques jours, les vaches lèchent avec avidité du sel, ou bien, elles boivent goulûment de l’eau natronée. Ensuite, une fois rassasiées, elles cessent d’ingérer ces compléments jusqu’à ce qu’elles en ressentent à nouveau le besoin, au terme d’un délai plus ou moins long. Les spécialistes qualifient de « cures » ces prises périodiques et en abondance de sel ou de natron. Une alimentation équilibrée des animaux doit comporter des aliments minéraux en quantités suffisantes2. Or, la teneur des pâturages en éléments minéraux varie selon les espèces végétales, leur stade de croissance et le milieu naturel. Les besoins des animaux en minéraux étant à peu près constants, des insuffisances interviennent de façon périodique dans les aliments fourragers.

  • 3 Na’i Do woya (informateur : Ardo Hamadou Gadjiwa à Djobé, 24 nov. 1984). Dans les transcriptions en (...)
  • 4 Leebe sawta (Ardo Alhadji Adamou à Tatali, 2 nov. 1984).
  • 5 Se yarugo waDi, na’i wooka masin ; a anndi fakat, manda Di tori yaraago (Ardo Wammi à Nicolas, 23 j (...)
  • 6 To a wurti suudu, Di wara haa maada, Di woya (idem).
  • 7 Na’i daama am, saldori (Ardo Alhadji Lougou à Boudjoula, 15 déc. 1984).
  • 8 Di Bille-te, Di tokku ma tan (Ardo Roua à Bakaba-Sadjo, 21 oct. 1984).

2Comme la plupart des éleveurs, les Mbororo savent quand leurs vaches sont en manque de sel ou de natron. Ils identifient ce manque par les termes suuno (l’envie) et, plus précisément, yoomre. D’une façon générale, yoomre désigne une envie non satisfaite chez les humains mais, à propos des vaches, il s’agit spécifiquement de l’envie de sel. Lorsqu’elles ressentent un déficit en sel ou natron, les vaches adoptent un comportement inhabituel dont les éleveurs restituent les manifestations principales : elles meuglent continûment – « elles pleurent3 ». Si l’attente de complément minéral se prolonge, leur façon de paître change, en devenant plus discontinue ; elles perdent des forces et s’amaigrissent. Leur pelage change d’aspect, il n’a plus le même lustre ni la même souplesse, « les poils se raidissent4 ». Le même indice signifie que les vaches souffrent de vers intestinaux, les deux maux étant liés. « Quand le moment est venu de leur donner du sel, les vaches meuglent beaucoup, tu comprends bien qu’elles réclament du sel5. » C’est comme si les vaches interpellaient les éleveurs : « Quand tu sors de la case, elles viennent vers toi, en meuglant6. » Elles suivent l’éleveur comme le feraient des chiens et essaient de lui lécher les vêtements. « Elles m’importunent, ça dépasse mes forces7 » ; « Elles te tourmentent, elles ne font que te suivre8 ». Tel éleveur avoue qu’il en vient à se cacher du troupeau quand celui-ci souffre vraiment de yoomre. Si le manque de minéraux se prolonge, les animaux s’affaiblissent. Au Sénégal, un vétérinaire (Ba 1982 : 71) a également identifié le pica (une recherche continuelle de quoi lécher ou avaler) comme la manifestation des carences minérales qui, au Sahel, affectent surtout les bovins et les camelins.

3Conscients des besoins de leurs animaux en éléments minéraux, les éleveurs recourent à des pratiques diverses pour compenser les déficits des fourrages naturels. Au cours de leurs transhumances d’hivernage vers le nord, les WoDaaBe du Niger transitent par des terres salées où les troupeaux séjournent quelques jours, tandis que les Touaregs emmènent leur bétail jusqu’à des salines sahariennes (Dupire 1962 : 69). D’autres éleveurs, par exemple les Peuls du Fouta-Djalon, achètent du sel marin pour le fournir aux animaux. Chez eux, la préparation du complément est suivie d’une cérémonie marquée par la récitation d’une incantation pour la prospérité du troupeau (Vieillard 1940). Au Sahel, les cures salées ou natronées donnent lieu à des scènes spectaculaires, par exemple aux environs d’In-Gall, au Niger. Autour des sources salées se rassemblent, chaque année, de nombreux Touaregs et Peuls nomades. « Tous ces étrangers apportent une animation temporaire à la région. Ces plaines désertes voient souvent d’immenses campements, entourés de leurs troupeaux » (Bernus 1972 : 11). Alors qu’autrefois, la cure salée d’In-Gall rythmait uniquement la vie pastorale, elle est devenue à la fois une fête culturelle, une foire économique et une tribune politique pour les autorités. Au sud du Niger, les mares natronées de la vallée du Dallol Bosso sont exploitées de façon artisanale par de nombreux ateliers de chauffage pour confectionner des barres de natron, vendues au marché de Birni Ngaouré, dans une grande animation, en saison sèche.

4En savanes centrafricaines, le recours au natron ou au sel se manifeste de façon beaucoup plus discrète. Avant la guerre civile de 2013, des commerçants musulmans (Haoussa, Fulbe, Arabes) cohabitent souvent avec les Gbaya autochtones, dans les villages établis le long des routes. À côté des boutiques aux étals de produits de première nécessité, des sacs de morceaux pierreux de natron sont empilés en tas. Ces stocks appartiennent parfois aux boutiquiers, mais d’autres sont mis en dépôt par des commerçants de la ville voisine. Des petits marchés isolés en brousse s’animent au rythme des arrivages de natron. Des commerçants-transporteurs installés dans les villes envoient leurs camions chargés de natron sillonner une route puis une autre, selon le calendrier des jours de marché. Les éleveurs achètent au pied du camion et chargent des sacs de natron sur des ânes. En saison sèche, des camionneurs transportant du natron ou du sel prospectent les pistes voisines de zones de transhumance et s’arrêtent à la demande. Tous ces indices restent ponctuels ou fugaces, mais ils attestent l’existence de filières de diffusion de ces produits dans les aires d’élevage.

  • 9 Le texte s’appuie sur des enquêtes effectuées en 1984 en Centrafrique, dans le cadre d’une étude so (...)

5Les experts estiment que les apports traditionnels de terres salées ne comblent pas vraiment les déficits minéraux, et préconisent la confection de « pierres à lécher » à base de sel et de phosphates (Boudet 1978 : 182). Cependant, l’utilisation de ces pierres à lécher, même de fabrication artisanale, reste confinée aux stations d’élevage et aux ranchs privés. Contrairement aux aménagements hydrauliques et aux vaccinations, cette innovation technique n’a pas transformé les systèmes pastoraux. L’attachement des éleveurs aux pratiques traditionnelles de complémentation légitime une restitution de celles-ci, même si notre description se réfère à une situation relativement ancienne9.

6Alors que chez les Peuls du Sénégal et de Guinée, les valeurs culturelles de la cure salée justifieraient une analyse centrée sur les rituels qui l’accompagnent, notre étude prend le parti de restituer des savoir-faire techniques. Cette approche s’inscrit dans la thématique générale des savoirs paysans telle qu’elle a été définie et analysée par Georges Dupré (1991). En parlant de ce qu’ils savent au sujet de la complémentation minérale, des informateurs ont permis de dresser un tableau descriptif de savoirs pastoraux dans ce domaine. Comme l’ensemble des savoirs paysans, ceux-ci sont intimement liés à des pratiques. Cependant, les liens entre le savoir et le faire ne sont pas uniformes ni figés. De plus, l’analyse des pratiques de complémentation ne se suffit pas à elle-même, elle conduit à des enjeux économiques, dans un contexte où prévalent les contraintes de l’économie de marché. Ainsi la pertinence de pratiques de complémentation doit-elle être mise en regard avec leurs implications sur des budgets familiaux de pasteurs.

7Savoirs et pratiques pastorales de complémentation renvoient à des enjeux sociaux qui ont évolué selon les contextes historiques. Dans le passé des pasteurs, la cure minérale des troupeaux a souvent été à l’origine d’affrontements et de violences, notamment en Adamaoua camerounais. En Centrafrique, l’incidence économique de la complémentation s’est imposée comme une composante importante de la crise pastorale. Exacerbée par une guerre civile récente, cette crise affecte les pasteurs de Centrafrique depuis plusieurs décennies.

Les cures natronées dans l’histoire des Mbororo

8Étant rarement partie prenante de grands enjeux politiques, les Mbororo ne sont guère mis en avant dans l’histoire des pays où ils séjournent. Leur histoire spécifique et en marge renvoie surtout à des déplacements dispersés et pacifiques qui suscitent parfois des réactions de la part des autres populations. Des conflits locaux avec les autochtones et des maladies du bétail, toutes vicissitudes de la vie de « gens de la brousse » (himBe ladde), composent la trame chronologique de leur histoire. Les premiers Mbororo de Centrafrique (le groupe des Jafun) étant venus de l’Adamaoua, c’est à cette région que les anciens se réfèrent en évoquant leur passé. Les péripéties de leur histoire pastorale ne s’inscrivent pas seulement dans la quête de pâturages mais également de sources natronées.

Les sources natronées de l’Adamaoua, enjeu pastoral majeur

  • 10 Les « Peuls de l’Est » juxtaposent des Fulbe sédentaires (villageois ou citadins) et des Mbororo pa (...)
  • 11 Kilbu fesaaki, saDi, heBataako (Alhadji Wammi à Biyelé, 20 oct. 1984).

9Arrivés en Adamaoua à la fin du xixe siècle, les Mbororo y coexistaient avec les Fulbe, eux-mêmes éleveurs mais surtout guerriers et conquérants10. D’un côté, les Mbororo bénéficiaient de la domination des Fulbe, de l’autre, ils la subissaient, notamment par la mise à l’écart de pâturages et le versement forcé d’une taxe (sofal) imposée aux éleveurs considérés comme étrangers. Cette taxe était levée lors de l’abreuvement des troupeaux mbororo aux sources natronées. En effet, le natron lui-même était rare en Adamaoua. Même dans les années 1920-1930, « le natron n’était pas abondant, c’était difficile, on n’en trouvait pas (à acheter)11 ». Des plaques de natron, acheminées du nord par des convois d’ânes, n’étaient disponibles qu’au marché de Ngaoundéré et achetées par les notables Fulbe pour leurs élevages proches de la ville. Les Mbororo se reportaient sur les grandes sources natronées (lawre) autour desquelles se focalisèrent des conflits (fig. 1).

Fig. 1 : Les Mbororo en Adamaoua au début du XXe siècle.

Fig. 1 : Les Mbororo en Adamaoua au début du XXe siècle.

10Ainsi, en 1898, les Fulbe de Tignère capturent un arDo (chef mbororo) qui prétendait disposer librement de la source natronée de Falkoumré (Boutrais 1995). Après le versement d’une énorme rançon, les Mbororo s’enfuient et se placent sous la protection des Fulbe de Tibati. Ceux-ci les installent aux environs de Galim où se trouve la source natronée de Bouré. Cependant, les Nyem Nyem (ou Niam Niam) autochtones n’admettent pas que les Mbororo utilisent librement cette source située sur leur territoire. Ils exigent le paiement d’un tribut en bétail pour chaque troupeau amené en cure. Devant le refus de nombreux Mbororo, les Nyem Nyem attaquent sans cesse les bergers à Bouré et aux environs. L’accès à Bouré étant « quasiment interdit par les Niam Niam » et celui à Falkoumré restant étroitement surveillé par les Fulbe de Tignère, les troupeaux mbororo dépérissent (Dognin 1981 : 145).

11En 1900, les Mbororo exhortent les Fulbe de Tibati d’intervenir contre les Nyem Nyem dont les attaques sont de plus en plus audacieuses. Devant leur échec, les Fulbe sollicitent eux-mêmes l’intervention des Allemands en 1906. Survient alors ce que les Mbororo appellent « la guerre de Bouré-Galim ». Les Nyem Nyem sont mitraillés et assiégés dans les grottes de la montagne de Galim. La source natronée, devenue libre d’accès, est équipée d’une pompe et d’abreuvoirs. L’intervention des Allemands, favorable aux Mbororo, est complétée en 1910 par la création d’un bezirk, un canton qui leur confère une autonomie face aux Nyem Nyem mais également vis-à-vis des Fulbe. Cependant, la situation des Mbororo reste précaire pendant toute la période allemande, la résistance des Nyem Nyem n’étant pas anéantie.

12Devant l’insécurité latente aux abords de Bouré, des Mbororo migrent pour se placer sous la protection des Fulbe de Banyo, à l’ouest, et celle des Fulbe de Ngaoundéré, à l’est. Les uns et les autres disposent de sources natronées, en particulier celle de Lougou, au bord de la Vina, près de Ngaoundéré. Cependant, que ce soit à Banyo ou à Ngaoundéré, les Fulbe ne voient pas d’un bon oeil l’arrivée de Mbororo sur leurs pâturages ni les cures des troupeaux à leurs lawre. Ils redoutent peut-être une surcharge des pâturages mais surtout un côtoiement et un mélange des animaux aux abords des sources natronées. Les Fulbe multiplient alors les restrictions d’accès des Mbororo aux lawre : priorité d’accès aux troupeaux des Fulbe, interdiction d’abreuvement de jour, levées brutales de l’impôt religieux (jakka) et de la taxe sur les pâturages (sofal). Les Mbororo ne peuvent pratiquer la cure natronée qu’à la sauvette et dans des conditions pénibles. De plus, l’exhaure de l’eau au lawre de la Vina exige beaucoup de main-d’œuvre, souvent servile, dont les Mbororo ne disposent pas (Boutrais 2001 : 52).

13Ainsi, à Banyo comme à Ngaoundéré, les Mbororo se trouvent-ils dans une situation difficile aux débuts du xxe siècle. Maintenus sous la coupe des Fulbe, ils aspirent à disposer de lawre pour eux seuls.

Échappatoires mbororo de l’Adamaoua

14Pendant la Première Guerre mondiale et l’immédiat après-guerre, les Mbororo de l’Adamaoua entreprennent deux grandes migrations simultanées : l’une de Banyo vers les Grassfields (hauts plateaux à l’ouest du Cameroun), l’autre de Ngaoundéré vers Meiganga et Bouar-Bocaranga, en Oubangui-Chari. Les causes de ces poussées migratoires sont identiques : la recherche de nouveaux pâturages et, surtout, celle de sources natronées libres de la domination des Fulbe.

  • 12 Nokku Do uura, Do hacca ; na’i yaaBa, yaaBa, daBBita (Ardo Abdou à Ouro Djaguindi, 28 août 1984).

15L’exploration de nouvelles aires d’élevage dotées de sources natronées est mentionnée explicitement dans les récits des éclaireurs envoyés aux Grassfields. Pour cela, ces derniers recourent à une méthode astucieuse et rapide : dissoudre du natron dans de l’eau et demander aux autochtones s’il existe sur place de l’eau ayant le même goût (Boutrais 1995 : 74). Une autre méthode plus longue consiste à repérer des lieux de concentration des herbivores sauvages et à observer s’ils y lèchent la terre. Enfin, les Mbororo disent que leurs vaches savent, elles-mêmes, repérer les terres natronées : « tel endroit sent beaucoup, il sent fort, alors les vaches grattent et grattent le sol, elles cherchent12 ».

16Les deux explorations pastorales aboutissent à des résultats différents. Du côté des Grassfields, les Mbororo découvrent plusieurs sources natronées sur le plateau bamoun où, d’abord bien accueillis par le sultan, ils s’installent en 1918. Cependant, les pionniers n’y restent pas longtemps, les pâturages aux environs de la source principale se révélant peu salubres pour le bétail. Surtout, le sultan bamoun manifeste bientôt des exigences comparables à celles d’un laamiiDo (chef éminent des Fulbe). Dès lors, la plupart des Mbororo passent du côté anglais de la nouvelle frontière, dans la région de Bamenda. Ils y découvrent deux sources natronées dont celle de Babanki Tungo qui devient le pivot des élevages sur les hauts plateaux des Grassfields.

  • 13 Bee BiBBe lesdi, waddi baa konu (Ardo Nana Baké à Ouro Badi, 26 août 1984).

17Du côté des plateaux de Meiganga et Bouar-Bocaranga, les prospections des Mbororo se révèlent moins fructueuses. Certes, ils énumèrent une liste de sources découvertes dans la plaine de la Mbéré au Cameroun, mais ce sont de « petites » sources (ngolirDe) dont les teneurs minérales sont moins fortes que celles des Grassfields. De plus, les pâturages environnants, situés à basse altitude, sont insalubres en saison des pluies. Les troupeaux n’accèdent donc aux sources qu’au cours de la transhumance de saison sèche. Enfin, les premiers Mbororo à parcourir la plaine sont confrontés aux autochtones mboum au cours d’escarmouches qui, déclenchées sans répit, « ressemblent à une guerre13 ». En effet, pour les Mboum qui s’adonnent à la chasse en saison sèche, les sources natronées sont des lieux privilégiés qui attirent beaucoup de gibier. Or, cette faune sauvage est perturbée par les allées et venues des troupeaux mbororo aux alentours.

18Des informateurs ont restitué le malaise pastoral des premiers Mbororo séjournant en Oubangui-Chari dans les années 1920. Leurs animaux, privés de natron durant plusieurs mois, dépérissaient. Des Mbororo se sont alors rendus à Baïbokoum, une petite ville frontalière au Tchad, demander l’aide de commerçants haoussa. L’un d’eux a constitué une caravane d’ânes chargés de natron. Dès lors, un commerce de natron s’est mis en place entre Tchad et Centrafrique, mais le transport par caravanes de porteurs ou convois d’ânes ne concernait que des quantités limitées. Ce commerce n’a pris de l’ampleur que plus tard, à la faveur de la construction de routes carrossables, à l’époque coloniale.

L’entrée dans un pays sans sel ni natron

  • 14 Pourtant, à son apogée aux xviie et xviiie siècles et encore plus tard, le Bornou était un grand pr (...)

19Au cours de leurs migrations et transhumances en Oubangui-Chari, aux débuts du xxe siècle, les Mbororo ne pouvaient compter sur les populations locales, elles-mêmes dépourvues de sel. Au contraire, en Afrique de l’Ouest, des « routes de sel » marin gagnaient les régions des savanes jusqu’à la latitude de Kano, tandis qu’en direction inverse, le sel saharien de Taoudeni était diffusé par des caravanes jusqu’à la boucle du Niger dès l’époque précoloniale. Mais l’Afrique centrale n’était pas irriguée par des routes du sel comparables14.

  • 15 Roulon-Doko (1998 : 389-390) fournit une liste d’autres « plantes à sel » chez les Gbaya, que ceux- (...)
  • 16 La même technique de fabrication de sel végétal est décrite par Roulon-Doko (2001 : 91-92) chez les (...)

20Ne disposant pas de ressources sur place, les autochtones remplaçaient le sel minéral par du « sel végétal » (dalam ou cukkuri, en langue peule). C’était une saumure obtenue par le filtrage des cendres de certains arbustes et de graminées. Des informateurs kare et pana ont cité les arbustes Bauhinia, Cussonia et les grandes tiges herbeuses de Pennisetum purpureum, « l’herbe à éléphants15 ». Le filtrat était ensuite chauffé, jusqu’à l’obtention d’une pâte salée16.

  • 17 D’après un mythe relevé chez les Gbaya du Cameroun (Yadji 2017 : 124), le chien serait venu chez le (...)
  • 18 C’était le cas des Gbaya et, plus encore, des Pygmées. Brégeon (1998 : 128) cite le rapport de tour (...)

21La préparation de sel végétal effectuée en saison sèche suffisait à peine à couvrir les besoins alimentaires de l’année. Il en résultait souvent, chez les autochtones, une « faim de sel17 ». Dans ce contexte de pénurie, les administrateurs coloniaux distribuaient du sel, lors de leurs tournées, afin de gagner les bonnes dispositions des populations, en particulier des plus fuyantes18. De même, quand le service d’élevage s’est mis en place, il distribuait périodiquement du natron aux éleveurs pauvres. Pour d’autres, il construisait des auges en ciment.

22Les premiers Mbororo entrés en Centrafrique qualifiaient ces savanes de ladde meere, « de la simple brousse ». Ils faisaient allusion au faible peuplement en cultivateurs, auprès desquels ils avaient l’habitude de se ravitailler en produits agricoles. Mais ils signifiaient également, par cette expression, l’absence de sel et de natron.

La complémentation minérale, impératif pastoral en savanes

  • 19 Ladde Do, sembe walaa (Alhadji Mandjo à Bouba Djongo, 1er août 1984).
  • 20 Haa Do, na’i fottaay dara so manda e kawa walaa (Ardo Wammi à Biyelé, 20 oct. 1984).

23Bien que les savanes centrafricaines offrent de grandes masses herbacées, les éleveurs disent que « cette brousse n’a pas de force19 ». Afin de compenser la faible qualité des herbes, il leur est nécessaire d’apporter des compléments minéraux au bétail : « Les vaches ne peuvent pas rester ici s’il n’y a ni sel ni natron20. » En fait, les besoins en compléments, variables selon les saisons, augmentent en saison des pluies, quand les animaux ingèrent beaucoup d’herbe. D’après les éleveurs, la période la plus délicate se situe aux débuts des pluies (hoore ndunngu) avec la pousse des jeunes herbes. Au contraire, en saison sèche, les animaux consommant moins d’herbe, ils ressentiraient moins l’envie ou le besoin d’éléments minéraux. Des éleveurs affirment cependant qu’après un apport de complément minéral en saison sèche, les vaches paissent plus volontiers des pâturages pourtant devenus peu attractifs.

  • 21 To a acci, n’ai timma fuu, gilDi Don haa reedu, nyaw nasti (Ardo Alhadji Lougou à Boudjoula, 15 déc (...)
  • 22 To na’i heBaay, nafataa ; o kam senndi e na’i (Ardo Alhadji Weeli à Bossemtelé, 20 nov. 1984).

24En Centrafrique, les éleveurs sont donc régulièrement préoccupés par la complémentation minérale de leur bétail. Certes, certains disent que les vaches s’adaptent aux habitudes des éleveurs mais d’autres affirment, au contraire, qu’elles ne peuvent patienter longtemps. L’apport de compléments minéraux est vécu comme un impératif pastoral. « Si tu abandonnes [cela], les vaches finiront, il y aura des vers intestinaux et des maladies affecteront les animaux21 ; si les vaches n’ont pas [de complément], ça ne sert à rien [de s’obstiner], [cet éleveur] n’aura plus de vaches22. »

  • 23 Manda walaa sam, kilbu DuuDaay (Ardo Iyawa à Bakota, 20 oct. 1984).

25Plusieurs décennies plus tard, des informateurs gardent en mémoire le désarroi des premiers éleveurs installés en Centrafrique, face au manque d’éléments minéraux pour leur bétail. « Il n’y avait pas du tout de sel et le natron n’était pas abondant23. » Comment l’élevage a-t-il pu prospérer dans un pays à ce point dépourvu de ressources en compléments minéraux ?

Pratiques des cures minérales en Centrafrique

26En Afrique de l’Ouest, la cure salée n’est pas seulement un soin apporté au bétail. Autrefois, les Peuls du Fouta-Djalon préparaient une mixture de sel marin et de terre de termitière, le tout étant délayé dans de l’eau avec des ajouts de poudre d’écorces et des feuilles médicinales. Non seulement les animaux buvaient cette mixture, mais ils étaient également soumis à un véritable gavage. C’était un jour de fête au village, et même dans la région, car les éleveurs s’entendaient pour faire la cure salée à la même date. Après avoir partagé un repas copieux, on se séparait avec des souhaits de bonheur, de prospérité et de sécurité (Baldé 1939 : 641). Aujourd’hui, chez les Peuls du Sénégal, la cure salée (moonnde) comporte du sel mais aussi des plantes utiles aux vaches, le tout étant mélangé dans des auges remplies de l’eau d’une mare spécifique, liée à chaque lignage. Si les Peuls ne procèdent plus à un gavage des animaux, il s’agit toujours d’un « breuvage rituel » et la cure salée revêt le caractère d’une « fête des vaches » (Ba 2015 : 148). Bien que, chez les Mbororo de Centrafrique, la cure minérale n’ait pas une valeur culturelle et rituelle aussi affirmée, c’est une pratique pastorale considérée comme importante.

Sel marin ou natron ?

27Au fur et à mesure que des Mbororo se sont installés en Centrafrique, des circuits commerciaux de natron en provenance du Tchad se sont mis en place, du nord vers le sud. Bientôt, du sel marin est arrivé en direction inverse. Autrefois à l’écart des routes anciennes du sel, les savanes centrafricaines se sont trouvées, dès lors, à la rencontre des aires de diffusion du natron sahélien et du sel atlantique.

Fig. 2 : Cures natronées/salées en saison des pluies (Ouest centrafricain, 1984)

Fig. 2 : Cures natronées/salées en saison des pluies (Ouest centrafricain, 1984)

28Théoriquement, les éleveurs peuvent donc complémenter soit en sel, soit en natron. En fait, la plupart des Mbororo fournissent du natron à leurs troupeaux, notamment en saison des pluies (fig. 2). Seuls ceux qui stationnent aux environs de Bangui complémentent régulièrement leurs animaux en sel marin. Cette prédominance du natron est étonnante car, à la même époque et dans la même situation, les éleveurs en Adamaoua camerounais voisin complémentent maintenant leur bétail surtout en sel. Bien qu’en Centrafrique, la cure minérale soit une pratique individuelle et non collective comme au Sahel, une préférence générale y prévaut en faveur du natron. À tel point que les nouveaux venus sont fortement encouragés par les éleveurs, depuis longtemps sur place, à remplacer le sel par du natron, pour le bien de leurs animaux.

  • 24 Kilbu Buri jamu, joga na’i (Alhadji Djaoro à Ouro Tassi, 26 août 1984).
  • 25 Kilbu yaha, yaha seDDa, haa yamDita (Ardo Ousman à Boguiri, 31 juil. 1984).
  • 26 Hoore ndunngu, so na’i yari, Di wooDi law, Bikkon fuu wonnataa : « En début de saison des pluies, q (...)

29Presque tous les informateurs affirment que « le natron est plus sain, qu’il tient les vaches en bon état24 ». Les bienfaits du natron sont d’autant plus appréciés que les pâturages sont réputés peu salubres : « le natron fait de l’effet progressivement, jusqu’à guérir (les animaux)25 ». Il a un effet purgatif reconnu par tous les éleveurs contre les vers intestinaux26.

  • 27 Des éleveurs incriminent également wadawnde, « état fiévreux et abattement prononcé de l’animal » q (...)
  • 28 Manda wuufta pi’e (Alhadji Babba Bodeejo, à Mbossarou, 30 août 1984).
  • 29 Manda umminan nyaw haa bandu to sammoore Don (ArDo Iyawa à Bakota, 20 oct.1984).

30Au contraire, le sel aurait l’inconvénient de déclencher des maladies, jusque-là à l’état latent. Les éleveurs mentionnent, en particulier, les maladies pi’e et sammoore qui semblent des formes de trypanosomose bovine27. « Le sel déclenche la fièvre28 ; le sel réveille la maladie dans le corps, quand il y a de la trypanosomose29. »

  • 30 Manda itta suuno, na’i yaran ndiyam bee boDDum, nyaaman geene bee boDDum : « Le sel enlève l’envie, (...)
  • 31 Bikkon na’i yara kosam masin haa kalta : « Les veaux boivent beaucoup de lait et prospèrent. » (Ard (...)

31Certes, le sel présente l’avantage de satisfaire plus vite les vaches en éléments minéraux que le natron30. Le sel présente également des vertus lactogènes, en augmentant rapidement les lactations31. L’effet bénéfique d’une complémentation au sel étant rapide, les vaches qui sont habituées à ce complément sont réputées accepter difficilement du natron. Cependant, les bienfaits du sel sont plus brefs que ceux procurés par le natron.

  • 32 Manda jogataa na’i bana kilbu (Ardo Alhadji Adamou à Tatali, 2 nov. 1984).

32Des éleveurs estiment qu’en saison des pluies, les vaches rassasiées en sel « tiennent » en moyenne pendant quinze à vingt jours, mais d’autres affirment que cet état ne dure qu’une semaine. Au contraire, une fois leur envie assouvie par du natron, elles peuvent tenir un mois, voire un mois et demi. C’est pourquoi les Mbororo estiment globalement que « le sel ne tient pas les vaches en bon état comme le natron32 ».

  • 33 Kilbu je feho, bana maajum woodaa : « Le natron en plaques, il n’y a rien de comparable. » (id.).
  • 34 Pour cette raison, les Mbororo disent rarement qu’ils complémentent (yoomtina : supprimer l’envie, (...)

33En fait, les éleveurs établissent une hiérarchie de qualité entre plusieurs formes de natron. Le meilleur est celui qui était autrefois commercialisé sous forme de plaques ovales (feho ou peho) en provenance du Tchad33. Le natron vendu habituellement en Centrafrique se présente sous forme de morceaux pierreux (hayre/ka’e) concassés et ensachés en gros sacs d’une cinquantaine de kilos. Les cailloux de natron (kilbu) sont mis à dissoudre dans des auges taillées dans des troncs d’arbre en forme de pirogue (kombowal)34. Enfin, du natron en poudre (kawa) est signalé par des Mbororo en provenance du Nigeria où il est commercialisé à partir du Bornou.

34De même, les éleveurs distinguent le sel marin en poudre ou « mou » (manda DigguDam), en provenance du Cameroun, et celui en grumeaux importé au port fluvial de Bangui. Conditionné en petits sacs d’une dizaine de kilos, le sel marin est fourni en sec aux animaux qui le lèchent dans des auges ou simplement étalé à terre. La fourniture de sel est donc moins exigeante en travail que celle du natron, qui implique le puisage d’eau au fur et à mesure de l’abreuvement. Pour éviter cette corvée, des éleveurs écrasent les morceaux de natron dans des mortiers, en recourant souvent à l’embauche de femmes autochtones. Ensuite, les vaches ingèrent à sec la poudre de natron, comme pour le sel.

35Certes, en saison des pluies, les points d’eau ne sont jamais éloignés des campements, ce qui permet de mettre aisément du natron à dissoudre. De même, à cette époque de l’année, les troupeaux stationnent souvent à faible distance des lieux de vente de natron. Afin de faciliter le puisage d’eau, les auges à natron sont toujours installées au plus près de rivières, tandis que les auges à sel sont placées à proximité des lieux de stationnement des troupeaux. Les vaches lèchent (munna) la poudre de sel, puis elles vont d’elles-mêmes s’abreuver.

  • 35 Min on, yimBe Nigeria, min anndaa yarnugo (Ardo Dandi à Mayo Pendé, 9 sept. 1984).

36Les divergences dans les pratiques de complémentation renvoient au passé pastoral des éleveurs. Les Mbororo relevant de lignages « historiques » en Centrafrique (les Jafun Faranko’en, Dabanko’en, Rahaaji et les WoDaaBe) ne fournissent que du natron à leur bétail, en particulier en saison des pluies. Mettre du natron à dissoudre dans des auges en bois fait partie de leurs habitudes pastorales. Au contraire, les Mbororo dits « tchadiens » (les Daneeji, Gerooji, Gorkanko’en...) mélangent souvent du sel au natron écrasé en poudre, le tout étant fourni en sec. Ce faisant, ils reconduisent une pratique de complémentation qui est fréquente non seulement au Tchad mais aussi au Nord-Cameroun et au Nord-Nigeria, où ils séjournaient précédemment. « Nous autres, gens du Nigeria, nous ne savons pas complémenter en abreuvant35 », précisent-ils, pour mettre en avant leur différence. Les pratiques de complémentation participent ainsi aux spécificités pastorales, voire aux identités des groupes peuls.

  • 36 Manda, mi falaaki (Alhadji Mohamadou à Didango, 1er sept. 1984).
  • 37 Mi yarna kawa tan ; manda, mi meeDaay ; min on woni yiDaa manda (Alhadji Sale à Bougoula, 4 sept. 1 (...)

37Les Mbororo des lignages « historiques » revendiquent fortement leur préférence pour le natron. « Le sel, ça ne m’intéresse pas36 » ; « je ne donne que du natron (aux vaches) ; du sel, je n’en ai jamais donné, c’est moi qui ne veux pas donner de sel37 ». La fidélité à l’apport de natron fait partie de l’image des pasteurs « traditionnels » en Centrafrique, mais cette fidélité n’est plus toujours respectée. Dans les savanes du sud (Bossembelé, Boda, Boali), le natron est nettement plus cher que dans le Nord-Ouest. De plus, il n’est pas toujours disponible, ou bien de mauvaise qualité. Dès lors, des Mbororo qui séjournent dans ces régions ont adopté le sel marin, le plus souvent celui en provenance de Douala.

Les complémentations en saison des pluies, un modèle et des variantes

  • 38 To lewru sikki kam, mi yarna tan (Alhadji Oumarou Saguiwa à Bogbado, 24 juil. 1984).
  • 39 To a yejjiti, Di mboya non (idem).
  • 40 To balDe cappande tati yotti, na’i mboyan, daama walaa (Ardo Manou à Koussindoro, 8 août 1984).

38Bien que la décision de complémenter le bétail relève de chaque famille, il existe une uniformité d’ensemble dans la fréquence d’apport de natron en saison des pluies. Celui-ci est effectué selon un rythme mensuel, alors que la fourniture de sel intervient tous les 15 ou 20 jours. Des rythmes aussi rapprochés correspondraient aux besoins physiologiques des vaches. Tel Mbororo Jafun constate : « Dès qu’un mois s’est écoulé, il me faut complémenter à nouveau38. » Le même informateur rappelle : « Quand tu oublies [le terme], les vaches pleurent39. » Un autre confirme : « Quand trente jours ont passé, les vaches pleurent, il n’y a plus moyen [d’attendre]40. » Tout se passe comme si les vaches ne pouvaient supporter longtemps la privation de complément. Le rythme rapproché de complémentation relèverait moins d’une décision partagée des éleveurs que des besoins des animaux, eux-mêmes liés à la nature des pâturages.

  • 41 Doole, Di munya : « bien forcées, elles patientent. » (Ardo Bello à Ouham-Bac, 26 oct. 1984).
  • 42 To lebbi DiDi, suuno mbari na’i boDeeji, sembe jinni : « Si elles attendent deux mois, l’envie de n (...)
  • 43 Doole, sey DaBBita, bee bone (idem).
  • 44 Au Sahel également, « pour être profitable, la cure salée doit être progressive » (Dupire 1962 : 69 (...)

39Pourtant, les Mbororo dits « tchadiens » pratiquent un rythme beaucoup plus lâche de complémentation : une fois tous les 2 mois et même jusqu’à 3 ou 4 mois, voire 5 mois. Ces Mbororo se montrent moins généreux que les autres dans l’apport de natron, et ils contraignent leurs vaches à s’en passer plus longtemps41. Cette capacité à supporter des délais plus longs de complémentation semble une caractéristique des vaches blanches akuuji. Au contraire, les vaches rouges boDeeji seraient incapables de supporter la privation de natron durant deux mois42. Un BoDaaDo en indique les conséquences pour les détenteurs de ces vaches : « bien forcé, il faut alors chercher (du natron) ; c’est difficile43 ». Des Mbororo, en particulier des WoDaaBe, soucieux du bon état de leurs animaux de race rouge, affirment qu’il ne convient pas de les laisser plus d’un mois en saison des pluies sans les complémenter. Par ailleurs, une complémentation brutale après une période d’abstinence pendant deux mois ou plus risque d’être dangereuse, et de provoquer des pertes44.

40Quelques Mbororo fournissent du natron selon un rythme plus rapproché que la moyenne, tous les 15 ou 20 jours, dans le but d’avoir de beaux animaux. Eux-mêmes disent qu’ils ne veulent pas attendre longtemps. D’autres raccourcissent les délais surtout en début des pluies, période considérée comme cruciale pour la reprise de poids des animaux.

41De façon significative, les quantités de natron fournies varient, selon les groupes d’éleveurs, de la même façon que les fréquences de complémentation. Les informateurs savent le nombre de sacs (buhuure) de natron qu’ils apportent à chaque complémentation. Chez les Jafun, un sac de natron sert à complémenter en moyenne un troupeau (sefre) dont l’effectif varie de 80 à 100 têtes. Chez les WoDaaBe, la même quantité de natron est souvent attribuée à des effectifs de 100 à 150 têtes et, chez les Mbororo dits « tchadiens », un sac de natron est rationné pour 150 à 200 têtes de bétail. Un éleveur résume ces différences par l’expression « à chacun selon ses habitudes », pour justifier ses apports inférieurs à la moyenne, mais la plupart incriminent surtout les prix élevés du natron.

  • 45 Na’i haara kilbu ngam Di haari e geene : « Il faut que les vaches soient repues de natron parce qu’ (...)
  • 46 Senaa kilbu, dabare walaa : « À part le natron, il n’y a pas d’autre solution. » (Ardo Sabo à Lissé (...)
  • 47 Kawa, Dum nguure na’i (Sarki Fada Oumaroudji à Mandjowol, 6 août 1984).

42Les Mbororo qui fournissent le plus de natron en saison des pluies s’efforcent d’en rassasier leurs vaches45. Fréquences rapprochées des cures et quantités de natron fournies sont des adaptations à l’abondance des fourrages en saison des pluies. Certes, les masses fourragères représentent un atout pastoral des savanes mais ces herbes, pauvres en minéraux, encombrent la panse des animaux sans vraiment bien les nourrir. L’apport de natron est alors considéré comme indispensable46 . L’envie de natron est un comportement de vaches qui disposent de beaucoup d’herbe. Sans natron, elles maigrissent et perdent des forces, malgré l’abondance fourra­gère. À la limite, « c’est le natron, la vraie nourriture des vaches47 ».

Fig. 3 : Cures natronées/salées en saison sèche (Ouest centrafricain, 1983-1984)

Fig. 3 : Cures natronées/salées en saison sèche (Ouest centrafricain, 1983-1984)

Modifications des pratiques en saison sèche

  • 48 Ngam Di haaraay (Ardo Assom à Boudjoula, 16 déc. 1984).
  • 49 Dabbunde, veelo itta hakkiilo na’i pat (Ardo Issa à Mayo Gam, 9 déc. 1984).

43En saison sèche, les pratiques de complémentation sont modifiées, notamment chez les transhumants. Les apports de natron sont alors allégés, à la fois dans les rythmes et les quantités fournies. La plupart des informateurs mettent ces diminutions en rapport avec des disponibilités moindres en fourrages. Un Jafun de la région de Boda passe ainsi d’un sac et demi de natron à un sac, à partir du mois de décembre, « parce que les vaches ne sont plus rassasiées [en herbe]48 ». A fortiori, quand les vaches ont faim, les éleveurs estiment que cela ne sert à rien de les complémenter. D’elles-mêmes, les vaches tenaillées par la faim n’ont pas envie de natron et elles sont difficiles à rassembler pour être complémentées. « En saison sèche, la faim enlève toute raison aux vaches49. »

44Une autre cause de la diminution des apports de natron tient aux difficultés d’approvisionnement des transhumants. Au fur et à mesure qu’ils se déplacent vers le sud, ils s’éloignent des axes routiers fréquentés régulièrement par les camions qui transportent le natron. Ainsi, dans les régions de transhumance (Carnot, Gadzi, Boda) proches des forêts denses, le natron est très cher et rare (fig. 3).

  • 50 Manda Buri jogaago na’i dabbunde : « Le sel tient mieux les vaches en saison sèche. » (Ardo Guidado (...)
  • 51 Na’i kaarataa boDDum, sey manda : « Pour des vaches qui ne mangent pas beaucoup, il faut du sel. » (...)

45Réduites en quantité, les rations de natron ne sont plus mises à dissoudre dans des auges mais écrasées en poudre et livrées en sec aux vaches. Les éleveurs évitent alors de faire boire à leurs animaux de trop grandes quantités d’eau. Celle-ci, froide en saison sèche, risque, selon eux, de provoquer des troubles intestinaux (des coliques). Dès lors, le mode de fourniture du natron en saison sèche ressemble à celui du sel. Cela explique que des éleveurs mélangent alors natron et sel, en fonction des disponibilités. En fait, de nombreux transhumants remplacent carrément le natron par du sel50. Autant le natron est approprié à des animaux repus en fourrages, autant le sel conviendrait à ceux qui ne le sont pas51. L’alternance saisonnière entre natron et sel tient également aux meilleures disponibilités en sel, à partir du Cameroun et de Bangui, dans les grandes zones de transhumance.

  • 52 Di Yakka haako ledde masin, Di nyaama geene dogol (Ardo Alhadji Djimira à Sanyéré Abbo, 11 déc. 198 (...)
  • 53 To pellel jamel, to na’i kaari kilbu, walaa ko waData (Mallam Eggile à Ngaounderehoy, 19 août 1984)

46Si l’alternance entre natron et sel est une formule qui convient aux transhumants, les sédentaires restent, dans l’ensemble, attachés à la fourniture de natron à longueur d’année. Grâce au natron, les animaux sédentaires s’adaptent mieux aux changements de leurs pâturages habituels en saison sèche. Après une cure de natron, « les vaches broutent beaucoup de feuilles d’arbres et mangent des herbes déjà pâturées.52 » Le natron aide ainsi les animaux à exploiter des pâturages de moins bonne qualité qu’en saison des pluies. Finalement, l’apport régulier de natron serait le garant d’une réussite de la sédentarisation. « Si l’endroit est salubre, si les vaches ont du natron à satiété, il ne peut rien arriver [de fâcheux] à rester sur place53. »

Une pratique familiale

47Alors qu’au Sahel, les grandes cures salées donnent lieu à des rassemblements de groupes pastoraux et à des festivités collectives telles les célèbres danses des WoDaaBe, en Centrafrique, l’apport de natron ou de sel est pratiqué dans un cadre familial. Il ne mobilise pas de grands réseaux d’entraide et d’alliances, notamment pour des arrangements matrimoniaux. Cependant, il donne lieu à une organisation spécifique des tâches et suscite des solidarités.

  • 54 Mi Don dow dabare yarnugo (Alhadji Djaalo à Nouma, 24 août 1984).
  • 55 Yarnugo, min pat min kawti (Ardo Aliou à Ladoumi, 29 juil. 1984).

48Si, en prenant de l’âge, les chefs de famille mbororo se retirent souvent de la conduite effective du bétail, l’achat de natron ou de sel relève encore longtemps de leur compétence. C’est une façon, pour eux, de continuer à s’impliquer dans l’activité pastorale. Ainsi, à propos du déroulement de la complémentation, un chef de famille, âgé d’une cinquantaine d’années et secondé par plusieurs fils, tient à préciser : « C’est moi qui décide de la manière de complémenter54. » Un autre Mbororo âgé vit avec quatre fils mariés à qui il a déjà transmis presque tout le cheptel familial mais il organise toujours les achats groupés de natron. À chaque cure, lui et ses fils fournissent dix sacs de natron à l’ensemble de leurs troupeaux. Alors que la conduite des troupeaux est séparée, « pour complémenter, nous sommes tous ensemble55. » Quand les fils s’occupent déjà du bétail mais qu’ils sont encore jeunes, l’achat du natron relève de la seule responsabilité du chef de famille. Celui-ci peut regrouper ses achats avec ceux de voisins, afin de bénéficier de prix avantageux pour des livraisons de plusieurs dizaines de sacs de natron.

49L’achat de natron donne lieu à des entraides locales qui s’ajoutent à d’autres formes de solidarité entre éleveurs. Tel Mbororo achète du natron non seulement pour ses vaches mais aussi pour celles d’un petit frère qui transhume avec les jeunes. Parfois, c’est l’inverse, quand le chef de famille est en voyage. Lorsque des bergers salariés possèdent un petit lot d’animaux placés avec ceux dont ils ont la garde, le natron acheté par le « patron » est fourni à tous les animaux de façon indistincte. C’est surtout le cas quand le berger est depuis longtemps au service du même patron. L’employeur d’un berger qui détient quelques animaux peut ajouter au salaire un sac de natron. En effet, un cadeau sous forme de don de natron est toujours très apprécié par les éleveurs pauvres.

  • 56 Diga min pini, min tawa wamnde kam : « Depuis que nous sommes éveillés aux choses du monde, nous av (...)
  • 57 Senaa wamnde, min fotaay : « Sans les ânes, nous ne pourrions pas [faire ces transports]. » (Id.)
  • 58 De même, autrefois en France, les ânes de Provence transportaient les affaires des bergers et le se (...)

50La cure natronée représente une tâche pastorale qui mobilise tous les actifs familiaux, notamment les jeunes. L’achat de natron ou de sel s’ef­fectue sur les marchés ou dans les villages qui jalonnent les axes routiers où circulent les camions. Ensuite, les éleveurs doivent acheminer par eux-mêmes les sacs jusqu’aux campements, presque toujours isolés en brousse. Pour cela, ils engagent parfois des porteurs chez les villageois, mais la plupart détiennent des ânes utilisés comme animaux de bât. Alors que les villageois possèdent rarement des ânes (Roulon-Doko 1998 : 241), cet animal fait partie du paysage habituel des campements mbororo56. Comme les peuples sahéliens (Baroin 1999 : 277), les Mbororo méprisent volontiers les ânes mais, en même temps, les éleveurs en Centrafrique ne tarissent pas d’éloges quant à leur utilité. Les ânes permettent d’acheminer jusqu’aux campements les achats vivriers mais surtout le sel ou le natron57. Finalement, sans les ânes, les Mbororo ne pourraient habiter loin en brousse, à l’écart des routes et des villages. Les femmes les chargent de leurs achats vivriers habituels tandis que les jeunes y recourent pour transporter les sacs de natron58.

  • 59 Min Don haa kombowal haa haa... (Ardo Alhadji Djimira à Sanyéré Abbo, 11 déc. 1984.)
  • 60 Mi yarna na’i tan, mi lora (Dari à Létélé, 6 sept. 1984).

51En saison des pluies, la cure natronée mobilise les Mbororo pour puiser l’eau et canaliser les animaux aux abords des auges. En effet, en début de cure, les vaches s’y précipitent et s’y bousculeraient sans intervention humaine. « Nous sommes à l’auge jusqu’à, jusqu’à [des heures tardives]59. » À ces moments-là, les journées de travail pastoral sont longues et épuisantes. Chaque cure dure deux à trois jours, après quoi les vaches, rassasiées en minéraux, refusent de boire encore de l’eau natronée. Le père de famille ou le patron laisse alors les troupeaux aux mains des jeunes. Un Mbororo, âgé de 45 ans, assisté d’un berger et de plusieurs fils, résume ainsi son rôle : « Je complémente seulement les vaches puis je rentre60. »

  • 61 Ndunngu, walaa durngol, sey yarna kilbu : « En hivernage, il n’y a pas de gardiennage, il faut seul (...)

52En saison des pluies, la complémentation natronée représente la tâche pastorale la plus importante, avec le détiquage, pour les éleveurs qui habitent à l’écart des cultures et se soucient peu des dégâts agricoles61. En saison sèche, la conduite des troupeaux s’impose davantage en transhumance et la complémentation est allégée. En même temps, l’approvisionnement en natron est plus difficile pour les transhumants isolés au sud. Il leur faut marcher durant plusieurs jours en convoyant des ânes et traverser de grands cours d’eau en pirogue. S’il faut contenir les vaches en saison des pluies pour éviter qu’elles se précipitent toutes ensemble aux auges, en saison sèche, c’est l’inverse. En manque de fourrage, les vaches ont sans cesse tendance à se disperser. Le travail pastoral consiste alors à les rassembler pour qu’elles soient toutes complémentées.

  • 62 Min naati geene amma kilbu e manda, nawDum (Tayfe à Bowaye, 25 oct. 1984).

53En saison sèche, les jeunes acquièrent une indépendance, à la fois dans la conduite des troupeaux et leur complémentation. Ils vendent d’eux-mêmes des animaux pour se procurer de la nourriture et des compléments minéraux, mais plus ils s’éloignent en brousse, plus ces compléments sont rares. « Nous sommes entrés dans un secteur à herbe mais pour le natron et le sel, c’est difficile62 », avoue un transhumant avancé au sud de Boda. Confrontés à la rareté persistante de natron, les jeunes qui transhument au sud décident de se reporter sur le sel. Ce faisant, ils agissent à l’encontre de la volonté des anciens qui n’ont confiance qu’en le natron. Ceux-ci reprennent la situation en mains dès que les troupeaux reviennent de transhumance.

Enjeux économiques de la complémentation minérale

54Bien qu’il soit difficile d’établir de façon rigoureuse les budgets familiaux des pasteurs, le natron ou le sel représentent une part notable de leurs charges (donngal). Tous se plaignent des dépenses occasionnées, en particulier par le natron.

Le natron, un produit onéreux

  • 63 Les prix sont indiqués en francs CFA, relevés lors des enquêtes en 1984. La dévaluation du franc CF (...)
  • 64 Haala kilbu, saDDirma Don : « À cause du natron, il y a beaucoup de difficultés. » (Alhadji Sodawa (...)

55En provenance des régions centrales du Tchad (Couty 1966), le natron commercialisé dans l’Ouest centrafricain transite souvent via le Cameroun. Ces longs transports se répercutent sur les prix. De 1 500 F le sac à Garoua (Nord-Cameroun), les prix basculent déjà à 4 000-4 500 F au marché de Ngawi, à la frontière camerounaise63. En Centrafrique, ils augmentent rapidement, au fur et à mesure de l’éloignement : 6 500 F dans la région de Bocaranga, 7 000 dans celles de Bozoum et Bossangoa, 7 500 à Bossembélé et Boali mais de 8 000 à 10 000 F dans les aires de transhumance de Boda et Carnot. Cette flambée des prix est due aux difficultés de transport par camions sur les pistes centrafricaines. Les Mbororo qui stationnent à longueur d’année dans les savanes de Boda se plaignent amèrement des prix du natron64.

  • 65 HimBe filooBe Do, min ngalaa daama : « Avec ces boutiquiers-là, nous ne sommes pas bien traités. » (...)

56En fait, ces prix diffèrent selon les modalités d’achat. Le long des principaux axes routiers fréquentés par les transporteurs, ils sont inférieurs de 1 000 à 2 000 F par sac lors d’achats en gros effectués directement auprès des camions, par rapport aux prix demandés par des boutiquiers (filooBe). Mais la plupart des éleveurs, habitant en brousse, ne sont pas sur place au moment du passage des camions. Ils s’adressent donc aux boutiquiers qui écoulent leurs stocks de natron au prix fort. Tout en appréciant les menus services rendus par ces boutiquiers, les éleveurs se plaignent de leurs marges, estimées excessives sur le natron65.

  • 66 Be Do nyaama ribaa masin : « Ils “bouffent” beaucoup de bénéfices. » (Ardo Alhadji Issa à Mbapi, 25 (...)

57Des commerçants-revendeurs acheminent du natron jusqu’à de petits marchés isolés en brousse, en empruntant des pistes établies en dos de terrain par les usagers eux-mêmes. Arrivages et achats de natron constituent les principales activités en tel lieu appelé « marché du natron » (luumo kilbu). Certes, ces marchés de brousse sont aisément accessibles aux éleveurs des environs, mais les prix du natron y sont bien plus élevés que le long des grandes routes. Là aussi, les éleveurs se plaignent des profits excessifs des revendeurs66.

  • 67 Buuhu gootel, a yeftan junngo gootel, nii ! : « Un sac, tu le soulèves d’une main, comme ça ! » (Ar (...)
  • 68 Kilbu boDDum, walaa joonta (Ardo Hamadjoda à Nabongo, 25 juil. 1984).

58Les éleveurs accusent également les marchands de natron de recourir à des subterfuges pour masquer des augmentations de prix. Le plus courant consiste à réduire la taille et le poids des sacs de natron. Ainsi, à partir du contenu de 3 sacs, les marchands qui achètent en gros à la frontière camerounaise ensachent 4 sacs plus petits. Alors que le sac habituel pèse une cinquantaine de kilos, les éleveurs de la région de Boda se plaignent de sacs beaucoup plus légers67. Une autre plainte porte sur la mauvaise qualité du natron. Les éleveurs appellent un natron mêlé de terre : loopoke (d’après loope, la boue) ou kuroori balehi, la poudre noire ; beaucoup constatent avec amertume qu’« il n’y a plus de bon natron maintenant68 ».

  • 69 Yaake, a heBataa sam (Ndotti à Lia, 4 nov. 1984).
  • 70 Yaake, kilbu Do taha, walaa sam (Ardo Alhadji Sale à Bougoula, 4 août 1984).
  • 71 To mi yahdi bee seede DuuDe, mi sooda daama : « Si je vais avec beaucoup d’argent, j’achète beaucou (...)
  • 72 Mi accataa manka, mi siga : « Je n’attends pas que ça manque, je fais des réserves. » (Alhadji Gama (...)

59Les éleveurs en Centrafrique incriminent de fréquentes irrégularités d’approvisionnement en natron. Dès les années 1980, l’insécurité au sud du Tchad et les coupeurs de route interrompent périodiquement les transports par camion. Des ruptures d’approvisionnement qui durent pendant des mois mettent les éleveurs en émoi. Ils essaient, en vain, d’acheter du natron en prospectant d’un marché à l’autre de leur région. « Des fois, tu ne trouves rien69 ; des fois, le natron manque, il n’y en a plus du tout70. » En prévision de ces ruptures répétées d’approvisionnement, de riches éleveurs achètent des dizaines de sacs pour constituer des stocks71. Un riche Mbororo, qui tient en état ses animaux à force de compléments, appréhende beaucoup les ruptures de livraison72. Il peut d’autant mieux entasser chez lui des sacs de natron qu’il est sédentaire mais, pour les transhumants, c’est impossible.

Le sel marin, substitut au natron

  • 73 To seede DuuDi, mi sooda kilbu ; to seede peetel, mi sooda manda : « Quand j’ai beaucoup d’argent, (...)

60Si des transhumants alternent les complémentations en natron et en sel selon les saisons, des éleveurs renoncent carrément au natron en faveur du sel. Ils le font d’abord contraints et forcés, quand il n’y a pas de natron disponible. C’est fréquemment le cas dans la région de Bangui. Par la suite, ils continuent de complémenter au sel, même s’ils reconnaissent que le natron est meilleur pour les animaux. L’approvisionnement en sel est plus régulier qu’en natron et le prix du petit sac de sel est nettement moindre : 2 500 F en moyenne. Certes, les prix du sel varient également d’un secteur à l’autre, mais selon une amplitude moindre que le natron. Ainsi, dans les secteurs de transhumance, le prix du sac de sel atteint 3 000 à 3 500 F. Pour les éleveurs, le sel paraît moins onéreux que le natron. L’achat de quelques sacs de sel ne les contraint pas à débourser, d’un coup, autant d’argent que le natron. Ainsi, un Mbororo complémente soit au natron soit au sel, selon ses moyens, sans afficher de préférence pour un produit73.

  • 74 Haande, kawa naawi ; ko min soodanta haa nyaamdu ? : « À présent, le natron est cher, que vais-je a (...)

61Le remplacement du natron par du sel est surtout le fait d’éleveurs pauvres qui se demandent de plus en plus comment faire face à toutes leurs dépenses74. En même temps, ils savent que les effets bénéfiques du sel sont de courte durée. Il leur faut donc complémenter plus souvent qu’avec le natron. Au final, il n’est pas certain que le sel soit économiquement plus avantageux, mais beaucoup d’éleveurs préfèrent dépenser plus souvent de petites sommes d’argent que d’avoir à faire face à une grosse dépense. En fait, ceux qui complémentent au sel ne le font pas toujours selon la fréquence souhaitable. Tel Mbororo n’apporte du sel à ses vaches qu’une fois par mois. Il reconnaît que ce n’est pas assez souvent, mais il invoque le manque d’argent. Que ce soit en natron ou en sel, la complémentation représente une lourde charge financière.

Une lourde dépense

  • 75 NawDum kam (Alhadjo Djalo à Nouma, 24 août 1984).
  • 76 Kanjum naawi haa lesdi ndi, say munyal tan : « C’est cela [le natron] qui fait mal dans ce pays ; i (...)

62Tous les éleveurs se plaignent des dépenses occasionnées par les achats de natron ; « ça fait mal75 », se lamente un Mbororo jafun pourtant relativement riche. Il fournit trois sacs de natron par complémentation qu’il renouvelle tous les vingt jours, en saison des pluies. Durant cette saison, il estime qu’il dépense plus de 200 000 F en natron, soit l’équivalent de deux grands bœufs ou de huit jeunes taurillons. À cette plainte répond celle d’un Aku qui complémente moins souvent mais achète plus cher le natron76.

  • 77 Kawa wurtinta seede (Ardo Empani à Bawi, 7 déc. 1984).

63Pour les pasteurs, le natron représente la deuxième dépense en importance après la nourriture mais, pour les agro-pasteurs, elle devient la première. Les modalités de ces deux dépenses diffèrent. Alors que les achats vivriers interviennent régulièrement mais n’obligent pas à consentir de grosses sorties d’argent, c’est l’inverse pour le natron : chaque mois en moyenne, il faut disposer d’une somme d’argent conséquente. C’est pourquoi des éleveurs affirment : « C’est le natron qui fait sortir l’argent77. »

  • 78 Kilbu, Dum bone, bone baleejum kurum (Ardo Sefou à Bakéra, 23 oct. 1984).

64Pris au dépourvu par l’impatience des vaches d’avoir du natron, des éleveurs vendent des animaux dans l’urgence ou sollicitent un crédit auprès de boutiquiers revendeurs de natron. Ainsi, tel Jafun emprunte 500 000 F au boutiquier du village pour que lui et ses frères puissent acheter du natron et de la nourriture. Un an plus tard, après avoir vendu 12 jeunes bovins, il lui reste encore 100 000 F à rembourser... La nécessité d’avancer, dans l’urgence, des sommes importantes pour le natron rend cette dépense encore plus difficile à supporter : « Le natron, c’est de la souffrance, de la souffrance vraiment noire78. »

  • 79 To a mari njawdi, doole : « Quand tu possèdes des vaches, c’est [une dépense] forcée. » (Ndotti à L (...)

65Des pasteurs qui dépensent beaucoup pour les achats de nourriture envisagent parfois de réduire ceux-ci en se mettant à cultiver, même si ces cultures ne couvriront pas tous leurs besoins (Arditi 2009 : 39). Par contre, ils ne disposent pas d’alternative au natron, si ce n’est le sel marin. Les dépenses pour le natron sont vécues par tous comme incontournables79.

  • 80 Sey seede kawa tori min (Alhadji Djimira Guidado à Sanyéré Abbo, 11 déc. 1984).

66À raison d’un sac de natron par troupeau et d’un apport par mois en saison des pluies, la complémentation coûte en moyenne 50 000 F pendant cette période de l’année. C’est une dépense qui correspond à peu près à la vente de deux taurillons. Cependant, cette moyenne est dépassée par ceux qui complémentent plus souvent et plus abondamment. Tel Jafun qui possède deux troupeaux et leur donne du natron deux fois par mois déclare dépenser 50 000 F tous les deux mois. Il a aussi des frais d’achat de nourriture et de produits vétérinaires, mais il ne s’en plaint pas comme du natron : « C’est l’argent pour le natron qui nous fait souffrir80. »

67Si, dans l’Ouest centrafricain, les éleveurs disposant d’un troupeau dépensent effectivement 50 000 F en saison des pluies, les débours d’argent montent à 70 000 F dans les régions de Yaloké-Bossembelé et à 80 000 F dans celle de Boda. En fait, tous les revenus des éleveurs provenant des ventes de bétail, il convient d’évaluer la charge réelle des achats de natron moins en numéraire qu’en équivalent en bétail.

Vendre du bétail pour acheter du natron

  • 81 Haaje, walaa ko mi sorra senaa nagge (Ardo Malloum à Ouham, 21 août 1984).

68Les éleveurs en Centrafrique possédant très peu de petits ruminants, ils dépendent encore plus des ventes de bovins que les éleveurs sahéliens : « Pour couvrir les besoins, il n’y a rien que je puisse vendre, sinon des vaches81. »

  • 82 Le père Daigre (1950 : 81) témoigne de l’importance accordée par les femmes à la cueillette des « d (...)
  • 83 Luumo walaa haa Do, seede walaa, soggu walaa : « Il n’y a pas de marché [à bétail] ici, pas d’argen (...)

69Comme les apports de natron interviennent surtout en saison des pluies, c’est à cette période de l’année que les besoins monétaires se font beaucoup sentir. Les difficultés de transport du natron font alors augmenter les prix de ce produit, au moment même où ceux du bétail baissent, par suite d’une diminution de la consommation locale en viande. En effet, des collectes importantes de chenilles sont effectuées par les autochtones en milieu rural, en pleine saison des pluies (Roulon-Doko 1998 : 289). Or, la consommation de chenilles grillées intervient souvent comme un succédané à celle de viande bovine. Si Paulette Roulon-Doko (2001 : 285) a noté que la viande bovine tend à remplacer les chenilles et termites dans l’alimentation des Gbaya de Bouar, ces invertébrés semblent très consommés ailleurs, par exemple chez les Gbaya de Boda82. Les éleveurs se plaignent alors de l’atonie du commerce de bétail83. Pour faire face aux achats de natron, les éleveurs de la région de Boda se trouvent donc contraints de se défaire de davantage de bovins qu’ailleurs.

  • 84 Mi Do sorra na’i haa mi hultora : « Je vends tellement de vaches que cela me fait peur. » (Alhadji (...)

70En une saison des pluies, un éleveur possédant un troupeau d’une centaine de têtes vend en moyenne de 5 à 10 têtes. Contrairement à l’idée répandue selon laquelle les pasteurs vendraient fort peu de bétail, c’est là un taux d’exploitation important. Là-dessus, environ 2 têtes sont vendues uniquement pour couvrir les achats de natron. Un Jafun ayant vendu 10 têtes pour faire face à ses dépenses peut ainsi craindre de mettre en péril l’avenir de son cheptel84.

71Les ponctions de bétail opérées lors des ventes doivent surtout être évaluées d’après les catégories d’animaux mis sur le marché. Trois types principaux de ventes de bétail peuvent être distingués, dans une économie pastorale. Les ventes considérées comme « normales » concernent des gros bœufs (daali) âgés habituellement de 5 à 7 ans, des vieilles vaches (gambaaji) ou des vaches qui présentent des problèmes parce qu’elles sont stériles (dimaadi), malades ou simplement méchantes. D’autres ventes peuvent être qualifiées de prématurées, quand elles entraînent un manque à gagner. Celles-là concernent des taurillons (burutiiri) âgés de 2 à 3 ans, voire d’un an, qui n’ont pas fini leur croissance et peuvent encore prendre du poids après une castration. Enfin, des ventes sont considérées comme critiques parce qu’elles compromettent directement le renouvellement du troupeau. Elles concernent les vaches reproductrices (daadaaji) et les génisses (bijji). Plus les ventes portent sur ces deux derniers types de bovins, plus l’avenir d’un cheptel est remis en question.

72Les indications fournies par plus de 100 informateurs, à la fin de l’année 1984, permettent de caractériser leurs ventes de bétail pendant la saison des pluies précédente (tabl. 1).

Tabl. 1 : Répartition des éleveurs enquêtés selon les types de bétail vendus

Nombre d’éleveurs à ventes normales

48

Nombre d’éleveurs à ventes prématurées

57

Nombre d’éleveurs à ventes critiques

45

73La fréquence des ventes critiques de bétail est étonnamment élevée. Quant aux ventes prématurées, elles sont encore plus fréquentes que le chiffre indiqué car elles interviennent déjà chez les éleveurs qui recourent, en plus, à des ventes critiques. Comme les taurillons n’atteignent pas des prix élevés, leurs ventes jouent souvent le même rôle que celles des ovins chez les éleveurs sahéliens. En Centrafrique, des autochtones sont surtout demandeurs de taurillons, moins chers que les gros bœufs. Ils les abattent pour en faire de la viande boucanée vendue le long des routes ou expédiée à Bangui.

74Les types de ventes de bétail diffèrent selon les aires géographiques où les éleveurs stationnent en saison des pluies (tabl. 2).

Tabl. 2 : Répartition des éleveurs enquêtés par ventes de bétail, selon les aires géographiques (enquêtes personnelles)

Bocaranga-Bozoum

Yaloké-Bossembelé-Boda

Nombre d’éleveurs à ventes « normales »

26

22

Nombre d’éleveurs à ventes prématurées

27

30

Nombre d’éleveurs à ventes critiques

17

28

75Les éleveurs du Centre-Ouest centrafricain (Yaloké, Bossembelé, Boda) qui ne disposent pas de grand marché à bétail et sont éloignés des réseaux de vente du natron sont les plus souvent contraints d’effectuer des ventes critiques de bétail. Cependant, même placés dans des conditions similaires, tous les Mbororo ne gèrent pas leurs ventes de bétail de la même façon (tabl. 3).

Tabl. 3 : Ventes de bétail selon les groupes mbororo (enquêtes personnelles)

Jafun

WoDaaBe

Aku et « Tchadiens »

Nombre d’éleveurs à ventes « normales »

22

7

19

Nombre d’éleveurs à ventes prématurées

27

15

15

Nombre d’éleveurs à ventes critiques

25

15

5

  • 85 Ga’i pamari, kanji woni naawuji bernde : « [La vente] de jeunes mâles, c’est ce qui fait mal au cœu (...)
  • 86 Danndi walaa, sey sorra wiige tan, hunnde Buri sembe kadi : « Il n’y a pas de bœuf, je suis obligé (...)
  • 87 To gambaye walaa, tapanndi walaa, tatiiri walaa, doole sorra wiige, talaka on, bone kam : « Quand i (...)

76Les Jafun qui achètent beaucoup de natron sont, bien malgré eux, les plus grands vendeurs de taurillons85. Ce faisant, la plupart sont conscients de ne pas gérer correctement leur cheptel. Les Aku et « Tchadiens », en imposant de fréquentes restrictions de natron à leur bétail, limitent d’autant leurs achats et organisent finalement les ventes de leur bétail de la façon la plus saine. Au contraire, les WoDaaBe ponctionnent le plus dangereusement dans le potentiel reproductif de leur cheptel. Tel BoDaaDo vend d’abord un bœuf de 4 ans et deux taurillons, puis 5 vaches reproductives et finalement, une génisse86. Or, en être réduit à vendre une génisse est vécu par tous les pasteurs comme le signe manifeste de la pauvreté87.

  • 88 A laari goDDo sorri wiige, na’i yiDi jinnugo : « Si tu vois que quelqu’un vend une génisse, [c’est (...)

77Non seulement les ventes de vaches reproductrices signent la pauvreté pastorale, mais elles annoncent une diminution prochaine de l’effectif d’un troupeau88. De fait, avant même d’être dépossédés brutalement d’une grande partie de leur cheptel pendant les violences des années 2013 et 2014, les éleveurs centrafricains ont connu une longue période de paupérisation, marquée par une diminution de la taille de leurs troupeaux, à partir de 1983 (Arditi 2009 : 39). Arditi attribue cette diminution des effectifs bovins à une augmentation des charges monétaires : produits alimentaires et manu­facturés, médicaments humains et vétérinaires. Il note que l’engagement agricole, très sensible à partir de 1983, a certes permis aux éleveurs de restreindre leurs ventes de bétail, mais pas d’inverser la tendance à la baisse des effectifs de bétail. Cette tendance lourde est à mettre sur le compte de dépenses pastorales incompressibles, à commencer par celles engagées pour le natron. A posteriori, les ventes inquiétantes d’animaux, en 1984, n’apparaissent pas comme exceptionnelles mais attestent l’engrenage de décapitalisation en bétail dans lequel sont entraînés bon nombre d’éleveurs.

Conclusion

Un dilemme pastoral en savanes

78Au Sahel, les cures salées n’interviennent qu’à une courte période de l’année, à l’occasion des grandes transhumances d’hivernage vers le nord. Ainsi les Peuls du Niger orientent-ils leurs itinéraires saisonniers de façon que les troupeaux stationnent successivement sur des terres salées échelonnées. Quant aux Touaregs, ils se rassemblent, en saison des pluies, aux abords de terres salées situées encore plus au nord (Bernus 1981 : 297). En saison sèche, des appoints minéraux n’y sont pas nécessaires, les troupeaux assimilant directement les minéraux contenus dans les plantes. Si certains bergers distribuent parfois à leurs animaux du sel acheté, estimé de meilleure qualité, les minéraux font largement partie des ressources naturelles du Sahel.

  • 89 To kilbu walaa, Bikkon na’i mawnataa, wooDataa : « S’il n’y a pas de natron, les veaux ne grandisse (...)
  • 90 Haa na’i wooDa kam, a yarna ; kuugal duroowo (Ardo Gori à Bossewi, 13 déc. 1984).
  • 91 A neeBDo, a yarnataa, na’i ma wooDataa : « [Si] tu es paresseux, tu ne complémentes pas et tes vach (...)

79Au contraire, dans les savanes centrafricaines, le natron et le sel sont entièrement fournis par les éleveurs aux animaux. L’apport régulier de natron est considéré comme un impératif pastoral, surtout pendant la longue saison des pluies. D’après tous les éleveurs, le complément minéral joue un rôle décisif dans la prospérité du bétail89. Des éleveurs s’efforcent donc de beaucoup complémenter, de façon à posséder de beaux animaux. L’apport régulier de natron distingue ainsi le bon éleveur : « Pour avoir de belles vaches, tu [dois] complémenter ; c’est le travail de l’éleveur90. » À l’inverse, à la fierté de l’éleveur qui prend bien soin de ses animaux en les complémentant abondamment s’oppose le comportement négligent de celui qui n’assume pas cette responsabilité91. L’éloge pastoral du natron se prolonge par celui du bon éleveur. Les critères du bon éleveur en savanes rappellent ceux qui ont cours au Sahel, où les compétences dans la conduite des troupeaux et le dévouement aux animaux sont valorisés (Boutrais 2018 : 172). Que ce soit au Niger ou en Centrafrique, assurer le bien-être des animaux et faire en sorte qu’ils soient beaux relèvent d’une « idéologie pastorale ».

  • 92 Kanjum haaData min seede daro : « C’est cela qui, pour nous, empêche l’argent de rester. » (Alhadji (...)
  • 93 Mi Do wonna seede, mi heBa na’i wooDa : « Je gaspille de l’argent pour que les vaches soient belles (...)
  • 94 Mi wonna njawdi ngam mi wo’ina njawdi (Ndotti à Lia, 4 nov. 1984). L’informateur joue sur les deux (...)

80Cependant, dans les savanes de Centrafrique, maintenir une bonne complémentation à longueur d’année représente un défi. Les sorties d’argent pour se ravitailler en natron obèrent largement les budgets des éleveurs, dans ce pays92. Certains considèrent dépenser trop d’argent pour se procurer du natron93. Ils sont placés devant un dilemme : miser sur la prospérité des animaux grâce à une complémentation généreuse, mais risquer de mettre en péril le renouvellement du troupeau par des ponctions excessives. Un informateur a résumé cette contradiction par une formule incisive en langue peule : « Je gaspille de la richesse pour avoir de plus belles vaches94. »

81En 1984, le dilemme entre la nécessité de complémenter le bétail et le risque de se défaire d’animaux essentiels pour l’avenir des troupeaux était d’autant plus sensible que les éleveurs se trouvaient plus éloignés des frontières camerounaise et tchadienne, ce qui supposait un allongement des itinéraires de transport du natron, et un prix moins avantageux du bétail pour la boucherie. Depuis lors, le dilemme n’a fait que s’accentuer.

82Dès les années 1990, de nombreux éleveurs se sont installés dans les savanes de l’Est centrafricain (Romier 1999) et, à partir des premières années 2000, dans celles du Congo (haut et bas Uélé), encore plus loin des axes habituels d’acheminement du natron. Quant aux guerres civiles de 2013-2014 en Centrafrique, elles ont eu comme résultat un basculement de la géographie de l’élevage, marqué par une désertion de l’Ouest et le Nord-Ouest du pays, et une concentration dans l’Est (Betabelet, Maïna Ababa, Tidjani 2015). Cette nouvelle géographie pastorale implique un éloignement accentué des sources d’approvisionnement en natron. Certes, les marchands de natron s’adaptent aux déplacements des éleveurs mais, au fur et à mesure que les filières commerciales s’allongent et qu’elles sont perturbées par des barrières routières, cela se traduit par une inflation des prix. En même temps, la fermeture de la plupart des marchés à bétail a provoqué un effondrement du prix des animaux, privant les éleveurs de l’essentiel de leurs revenus (Ankogui-Mpoko, Betabelet 2015 : 20). Avec la multiplication des taxes sur les circuits du bétail commercialisé, les éleveurs ne reçoivent plus que 10 % du prix d’un bœuf à Bangui (Schouten et Kalessopo 2017 : 28). Aujourd’hui, au-delà de l’insécurité et des conflits, les pasteurs centrafricains se trouvent ainsi confrontés à une crise « structurelle » de leur activité.

Haut de page

Bibliographie

Ankogui-Mpoko Guy-Florent, Betabelet Julie Roselyne, 2015, Situation de la transhumance et étude socio-anthropologique des populations pastorales après la crise de 2013-2014 en République centrafricaine, rapport FAO, DRC, CRS.

Arditi Claude, 2009, La paupérisation des éleveurs peuls de RCA, in Guillaume Duteurtre, Bernard Faye (dir.), L’Élevage, richesse des pauvres, Versailles, Éditions Quae : 37-49.

Ba Abdou Siidi, 1982, L’Art vétérinaire des pasteurs sahéliens, Dakar, Enda Éditions, « Environnement africain, série Études et recherches » 73/82.

Ba Sada Mamadou, 2015, Du signe au blason. Description des robes et des marques distinctives du bétail chez les Peuls fulaabe de l’est du Sénégal, Paris, thèse de doctorat, EPHE.

Baldé Saikhou, 1939, L’élevage au Fouta-Djalon (régions de Timbo et Labé), Bulletin de l’IFAN 1 (1) : 630-644.

Baroin Catherine, 1999, L’âne, ce mal-aimé, in Catherine Baroin, Jean Boutrais (dir.), L’Homme et l’Animal dans le bassin du lac Tchad, Paris, IRD, « Colloques et séminaires » : 277-298.

Bernus Edmond et Suzanne, 1972, Du sel et des dattes. Introduction à la communauté d’In Gall et de Tegidda-n-Tesemt, Études nigériennes 31.

Bernus Edmond, 1981, Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, ORSTOM.

Betabelet Julie Roselyne, Maïna Ababa Alexis, Tidjani Ibrahim, 2016, Élevage bovin et conflits en Centrafrique, Cahiers d’Outre-mer 4 (272) : 557-575.

Boudet Georges, 1978, Manuel sur les pâturages tropicaux et les cultures fourragères, IEMVT.

Boutrais Jean, 1988, Des Peuls en savanes humides. Développement pastoral dans l’Ouest centrafricain, Paris, ORSTOM, « Études et thèses ».

— 1995, Hautes terres d’élevage au Cameroun, Paris, ORSTOM, « Études et thèses ».

— 2001, Un lieu pastoral historique en Adamaoua : le lahoré de la Vina, Ngaoundéré-Anthropos 6 : 43-62.

— 2018, Races bovines et identités peules, éloges et discrédits pastoraux dans l’Ouest-Niger, in Catherine Baroin, Barbara Cooper (dir.), La Honte au Sahel, Paris, Éditions Sépia : 163-195.

Brégeon Jean-Joël, 1998, Un rêve d’Afrique. Administrateurs en Oubangui-Chari, la Cendrillon de l’Empire, Paris, Denoël, « L’Aventure coloniale de la France ».

Couty Philippe, 1966, Sur un secteur intermédiaire dans une économie de savane. Le natron. Paris, ORSTOM.

Daigre P., 1950, Oubangui-Chari. Souvenirs et témoignages, Issoudun/Paris, Dillen et Cie / Maison provinciale des Pères du Saint-Esprit.

Dewiere Rémi, 2017, Du lac Tchad à La Mecque. Le sultanat du Bornou et son monde (xvie-xviie siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne.

Dognin René, 1981, L’installation des Djafoun dans l’Adamaoua camerounais : la djakka chez les Peuls de l’Adamaoua, in Claude Tardits (dir.), Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire des civilisations du Cameroun, vol. 1, Paris, Éditions du CNRS : 139-157.

Dupire Marguerite, 1962, Peuls nomades. Étude descriptive des WoDaaBe du Sahel nigérien, Paris, Institut d’ethnologie.

Dupré Georges, 1991, Savoirs paysans et développement, Paris, Karthala/ORSTOM.

Lovejoy Paul, 1986, Salt of the Desert Sun: A History of Salt Production and Trade in the Central Sudan, Cambridge, Cambridge University Press.

Romier Gérard, 1999, Peuls Mbororo de Centrafrique : une installation récente, un avenir incertain, in Roger Botte, Jean Boutrais, Jean Schmitz (dir.), Figures peules, Paris, Karthala : 462-480.

Roulon-Doko Paulette, 1998, Chasse, cueillette et culture chez les Gbaya de Centrafrique, Paris, L’Harmattan.

— 2001, Cuisine et nourriture chez les Gbaya de Centrafrique, Paris, L’Harmattan.

Schouten Peer, Kalessopo Soleil-Parfait, 2017, « Laissez piller ». L’économie politique des barrières routières en République centrafricaine, rapport DIIS-IPIS.

Vieillard Gilbert, 1940, Notes sur les Peuls du Fouta-Djallon (Guinée française), Bulletin de l’IFAN 2 (1-2) : 85-210.

Yadji Paul, 2017, La Littérature orale gbaya du Cameroun. Valeurs et figuration, thèse, université de Maroua.

Haut de page

Notes

1 Le natron est un carbonate de sodium souvent cristallisé sous forme de concrétions. Au Sahel, les eaux de sources minéralisées forment, sous l’effet de l’évaporation en saison sèche, des croûtes indurées dans les creux de dépressions. Au Cameroun, notamment en Adamaoua, des sources minéralisées, liées au volcanisme, sont riches en natron dissous.

2 Il s’agit notamment du calcium, du phosphore, du sodium et du magnésium.

3 Na’i Do woya (informateur : Ardo Hamadou Gadjiwa à Djobé, 24 nov. 1984). Dans les transcriptions en langue peule, les [B] et [D] majuscules correspondent à des consonnes implosées.

4 Leebe sawta (Ardo Alhadji Adamou à Tatali, 2 nov. 1984).

5 Se yarugo waDi, na’i wooka masin ; a anndi fakat, manda Di tori yaraago (Ardo Wammi à Nicolas, 23 juil. 1984).

6 To a wurti suudu, Di wara haa maada, Di woya (idem).

7 Na’i daama am, saldori (Ardo Alhadji Lougou à Boudjoula, 15 déc. 1984).

8 Di Bille-te, Di tokku ma tan (Ardo Roua à Bakaba-Sadjo, 21 oct. 1984).

9 Le texte s’appuie sur des enquêtes effectuées en 1984 en Centrafrique, dans le cadre d’une étude socio-économique des éleveurs, en préalable à un projet de développement de l’élevage dans l’ouest du pays. Ces enquêtes ont donné lieu à une publication qui évoque déjà rapidement les pratiques de complémentation minérale et les problèmes liés à leur modernisation (Boutrais 1988).

10 Les « Peuls de l’Est » juxtaposent des Fulbe sédentaires (villageois ou citadins) et des Mbororo pasteurs (nomades ou transhumants).

11 Kilbu fesaaki, saDi, heBataako (Alhadji Wammi à Biyelé, 20 oct. 1984).

12 Nokku Do uura, Do hacca ; na’i yaaBa, yaaBa, daBBita (Ardo Abdou à Ouro Djaguindi, 28 août 1984).

13 Bee BiBBe lesdi, waddi baa konu (Ardo Nana Baké à Ouro Badi, 26 août 1984).

14 Pourtant, à son apogée aux xviie et xviiie siècles et encore plus tard, le Bornou était un grand producteur de sel (Lovejoy 1986) mais les routes commerciales en provenance de ce royaume n’étaient pas dirigées vers le sud. D’après Dewière (2017 : 127), les montagnes au sud du Bornou freinaient les échanges dans cette direction, mais l’explication ne paraît pas suffisante.

15 Roulon-Doko (1998 : 389-390) fournit une liste d’autres « plantes à sel » chez les Gbaya, que ceux-ci prélevaient surtout en forêt-galeries. Ces plantes étaient autrefois simplement cueillies mais, pour l’une d’elles (Pistia stratiotes), l’auteure avance l’hypothèse d’une « semi-culture ». Parmi les plantes à sel, le père Daigre (1950 : 60) mentionne surtout « des plantes aquatiques, des mousses et fougères, des troncs de bananiers ».

16 La même technique de fabrication de sel végétal est décrite par Roulon-Doko (2001 : 91-92) chez les Gbaya.

17 D’après un mythe relevé chez les Gbaya du Cameroun (Yadji 2017 : 124), le chien serait venu chez les hommes parce qu’il trouva qu’il y faisait bon vivre, grâce à la nourriture assaisonnée de sel. Certes, il s’agissait sans doute de sel végétal, mais le mythe atteste l’importance de cet ingrédient alimentaire.

18 C’était le cas des Gbaya et, plus encore, des Pygmées. Brégeon (1998 : 128) cite le rapport de tournée d’un administrateur colonial chez des Pygmées qui, en échange de dons en tissus et sel, lui offrent des cadeaux et, surtout, lui réservent un accueil enthousiaste. Aux débuts de la colonisation, les porteurs étaient également payés en sel et en tissu (Daigre 1950 : 161).

19 Ladde Do, sembe walaa (Alhadji Mandjo à Bouba Djongo, 1er août 1984).

20 Haa Do, na’i fottaay dara so manda e kawa walaa (Ardo Wammi à Biyelé, 20 oct. 1984).

21 To a acci, n’ai timma fuu, gilDi Don haa reedu, nyaw nasti (Ardo Alhadji Lougou à Boudjoula, 15 déc. 1984).

22 To na’i heBaay, nafataa ; o kam senndi e na’i (Ardo Alhadji Weeli à Bossemtelé, 20 nov. 1984).

23 Manda walaa sam, kilbu DuuDaay (Ardo Iyawa à Bakota, 20 oct. 1984).

24 Kilbu Buri jamu, joga na’i (Alhadji Djaoro à Ouro Tassi, 26 août 1984).

25 Kilbu yaha, yaha seDDa, haa yamDita (Ardo Ousman à Boguiri, 31 juil. 1984).

26 Hoore ndunngu, so na’i yari, Di wooDi law, Bikkon fuu wonnataa : « En début de saison des pluies, quand les vaches ont bu [de la solution natronée], elles deviennent vite belles, les veaux eux aussi ne sont plus malades. » (Ardo Bouggerou à Bouyabane, 20 nov. 1984). Kilbu Do mbara gildi ; to yari kilbu, nagge Do saara salete fuu : « Le natron tue les vers ; quand la vache s’est abreuvée de natron, elle chie tous les parasites. » (Ardo Alhadji Lougou à Boudjoula, le 15 déc. 1984).

27 Des éleveurs incriminent également wadawnde, « état fiévreux et abattement prononcé de l’animal » qui sont des manifestations habituelles de la trypanosomose bovine (Morvan, Vercruyse 1978 : 114).

28 Manda wuufta pi’e (Alhadji Babba Bodeejo, à Mbossarou, 30 août 1984).

29 Manda umminan nyaw haa bandu to sammoore Don (ArDo Iyawa à Bakota, 20 oct.1984).

30 Manda itta suuno, na’i yaran ndiyam bee boDDum, nyaaman geene bee boDDum : « Le sel enlève l’envie, ensuite les vaches boivent beaucoup d’eau et mangent bien les herbes. » (Ardo Alhadji Adamou Seoungel à Bouboua, 27 déc. 1984.)

31 Bikkon na’i yara kosam masin haa kalta : « Les veaux boivent beaucoup de lait et prospèrent. » (Ardo Iyawa à Wombo, 10 août 1984.)

32 Manda jogataa na’i bana kilbu (Ardo Alhadji Adamou à Tatali, 2 nov. 1984).

33 Kilbu je feho, bana maajum woodaa : « Le natron en plaques, il n’y a rien de comparable. » (id.).

34 Pour cette raison, les Mbororo disent rarement qu’ils complémentent (yoomtina : supprimer l’envie, yoomre) leur bétail mais simplement qu’ils l’abreuvent (yarna), quand ils lui donnent du natron.

35 Min on, yimBe Nigeria, min anndaa yarnugo (Ardo Dandi à Mayo Pendé, 9 sept. 1984).

36 Manda, mi falaaki (Alhadji Mohamadou à Didango, 1er sept. 1984).

37 Mi yarna kawa tan ; manda, mi meeDaay ; min on woni yiDaa manda (Alhadji Sale à Bougoula, 4 sept. 1984).

38 To lewru sikki kam, mi yarna tan (Alhadji Oumarou Saguiwa à Bogbado, 24 juil. 1984).

39 To a yejjiti, Di mboya non (idem).

40 To balDe cappande tati yotti, na’i mboyan, daama walaa (Ardo Manou à Koussindoro, 8 août 1984).

41 Doole, Di munya : « bien forcées, elles patientent. » (Ardo Bello à Ouham-Bac, 26 oct. 1984).

42 To lebbi DiDi, suuno mbari na’i boDeeji, sembe jinni : « Si elles attendent deux mois, l’envie de natron tue les vaches rouges, elles n’ont plus de force. » (Ardo Mali à Bogola, 19 nov. 1984).

43 Doole, sey DaBBita, bee bone (idem).

44 Au Sahel également, « pour être profitable, la cure salée doit être progressive » (Dupire 1962 : 69).

45 Na’i haara kilbu ngam Di haari e geene : « Il faut que les vaches soient repues de natron parce qu’elles mangent beaucoup d’herbe. » (Mallam Eggile à Ngaounderehoy, 19 août 1984.)

46 Senaa kilbu, dabare walaa : « À part le natron, il n’y a pas d’autre solution. » (Ardo Sabo à Lissé, 12 sept. 1984.)

47 Kawa, Dum nguure na’i (Sarki Fada Oumaroudji à Mandjowol, 6 août 1984).

48 Ngam Di haaraay (Ardo Assom à Boudjoula, 16 déc. 1984).

49 Dabbunde, veelo itta hakkiilo na’i pat (Ardo Issa à Mayo Gam, 9 déc. 1984).

50 Manda Buri jogaago na’i dabbunde : « Le sel tient mieux les vaches en saison sèche. » (Ardo Guidado à Limour, 29 sept. 1984.)

51 Na’i kaarataa boDDum, sey manda : « Pour des vaches qui ne mangent pas beaucoup, il faut du sel. » (Ardo Abdoullay à Gom, 30 juil. 1984.)

52 Di Yakka haako ledde masin, Di nyaama geene dogol (Ardo Alhadji Djimira à Sanyéré Abbo, 11 déc. 1984).

53 To pellel jamel, to na’i kaari kilbu, walaa ko waData (Mallam Eggile à Ngaounderehoy, 19 août 1984).

54 Mi Don dow dabare yarnugo (Alhadji Djaalo à Nouma, 24 août 1984).

55 Yarnugo, min pat min kawti (Ardo Aliou à Ladoumi, 29 juil. 1984).

56 Diga min pini, min tawa wamnde kam : « Depuis que nous sommes éveillés aux choses du monde, nous avons trouvé l’âne. » (Ardo Issiakou à Mayo Kana, 22 oct. 1984.)

57 Senaa wamnde, min fotaay : « Sans les ânes, nous ne pourrions pas [faire ces transports]. » (Id.)

58 De même, autrefois en France, les ânes de Provence transportaient les affaires des bergers et le sel pour les troupeaux qui transhumaient sur les alpages en été. Les éleveurs avaient sélectionné une race spécialement résistante pour assurer ces tâches.

59 Min Don haa kombowal haa haa... (Ardo Alhadji Djimira à Sanyéré Abbo, 11 déc. 1984.)

60 Mi yarna na’i tan, mi lora (Dari à Létélé, 6 sept. 1984).

61 Ndunngu, walaa durngol, sey yarna kilbu : « En hivernage, il n’y a pas de gardiennage, il faut seulement complémenter en natron. » (Ardo Haman à Niamassoré, 18 nov. 1984.)

62 Min naati geene amma kilbu e manda, nawDum (Tayfe à Bowaye, 25 oct. 1984).

63 Les prix sont indiqués en francs CFA, relevés lors des enquêtes en 1984. La dévaluation du franc CFA, en 1994, a renchéri les frais de transport du natron.

64 Haala kilbu, saDDirma Don : « À cause du natron, il y a beaucoup de difficultés. » (Alhadji Sodawa à Djalingo, 15 déc. 1984.)

65 HimBe filooBe Do, min ngalaa daama : « Avec ces boutiquiers-là, nous ne sommes pas bien traités. » (Ardo Alhadji Djimira à Sanyéré Abbo, 11 déc. 1984).

66 Be Do nyaama ribaa masin : « Ils “bouffent” beaucoup de bénéfices. » (Ardo Alhadji Issa à Mbapi, 25 nov. 1984.)

67 Buuhu gootel, a yeftan junngo gootel, nii ! : « Un sac, tu le soulèves d’une main, comme ça ! » (Ardo Alhadji Sodawa à Djalingo, 15 déc. 1984.)

68 Kilbu boDDum, walaa joonta (Ardo Hamadjoda à Nabongo, 25 juil. 1984).

69 Yaake, a heBataa sam (Ndotti à Lia, 4 nov. 1984).

70 Yaake, kilbu Do taha, walaa sam (Ardo Alhadji Sale à Bougoula, 4 août 1984).

71 To mi yahdi bee seede DuuDe, mi sooda daama : « Si je vais avec beaucoup d’argent, j’achète beaucoup [de natron]. » (Ardo Issa à Ngaga, 9 déc. 1984.)

72 Mi accataa manka, mi siga : « Je n’attends pas que ça manque, je fais des réserves. » (Alhadji Gamadawa à Boane, 21 nov. 1984.)

73 To seede DuuDi, mi sooda kilbu ; to seede peetel, mi sooda manda : « Quand j’ai beaucoup d’argent, j’achète du natron ; quand j’en ai un peu, j’achète du sel. » (Alhadji Vammi à Bogelé, 20 oct. 1984.)

74 Haande, kawa naawi ; ko min soodanta haa nyaamdu ? : « À présent, le natron est cher, que vais-je acheter comme nourriture ? » (Alhadji Mandjo à Nabongo, 25 juil. 1984).

75 NawDum kam (Alhadjo Djalo à Nouma, 24 août 1984).

76 Kanjum naawi haa lesdi ndi, say munyal tan : « C’est cela [le natron] qui fait mal dans ce pays ; il faut seulement supporter. » (Ardo Jae à Niémé, 6 sept. 1984).

77 Kawa wurtinta seede (Ardo Empani à Bawi, 7 déc. 1984).

78 Kilbu, Dum bone, bone baleejum kurum (Ardo Sefou à Bakéra, 23 oct. 1984).

79 To a mari njawdi, doole : « Quand tu possèdes des vaches, c’est [une dépense] forcée. » (Ndotti à Lia, 4 nov. 1984).

80 Sey seede kawa tori min (Alhadji Djimira Guidado à Sanyéré Abbo, 11 déc. 1984).

81 Haaje, walaa ko mi sorra senaa nagge (Ardo Malloum à Ouham, 21 août 1984).

82 Le père Daigre (1950 : 81) témoigne de l’importance accordée par les femmes à la cueillette des « délicieuses larves » de chenilles sur les feuilles des patates. D’autres variétés de chenilles se trouvent sur des arbres éloignés des villages et nécessitent des déplacements « de plusieurs jours pour se rendre à la précieuse cueillette ».

83 Luumo walaa haa Do, seede walaa, soggu walaa : « Il n’y a pas de marché [à bétail] ici, pas d’argent, pas de vente. » (Ardo Alhadji Lougou à Boudjoula, 15 déc. 1984.)

84 Mi Do sorra na’i haa mi hultora : « Je vends tellement de vaches que cela me fait peur. » (Alhadji Margui à Lissé, 12 sept. 1984.)

85 Ga’i pamari, kanji woni naawuji bernde : « [La vente] de jeunes mâles, c’est ce qui fait mal au cœur. » (Ardo Hamadou Gadjiwa à Djobé, 24 nov. 1984.)

86 Danndi walaa, sey sorra wiige tan, hunnde Buri sembe kadi : « Il n’y a pas de bœuf, je suis obligé de vendre une génisse, ça dépasse mes forces. » (Ardo Haman à Niamassoré, 18 nov. 1984.)

87 To gambaye walaa, tapanndi walaa, tatiiri walaa, doole sorra wiige, talaka on, bone kam : « Quand il n’y a pas de vieille vache, pas de bœuf, pas de taurillon et qu’on est obligé de vendre une génisse, c’est la pauvreté, c’est la souffrance. » (Ardo Alhadji Mbodowa à Badali, 16 nov. 1984.)

88 A laari goDDo sorri wiige, na’i yiDi jinnugo : « Si tu vois que quelqu’un vend une génisse, [c’est que] ses vaches risquent de finir. » (Ardo Alhadji Laoulo à Niamassoré, 19 nov. 1984).

89 To kilbu walaa, Bikkon na’i mawnataa, wooDataa : « S’il n’y a pas de natron, les veaux ne grandissent pas et ne sont pas beaux. » (Alhadji Ousman à Tolé, 2 nov. 1984.)

90 Haa na’i wooDa kam, a yarna ; kuugal duroowo (Ardo Gori à Bossewi, 13 déc. 1984).

91 A neeBDo, a yarnataa, na’i ma wooDataa : « [Si] tu es paresseux, tu ne complémentes pas et tes vaches ne sont pas belles. » (Id.)

92 Kanjum haaData min seede daro : « C’est cela qui, pour nous, empêche l’argent de rester. » (Alhadji Labi à Kowon, 10 sept. 1984.)

93 Mi Do wonna seede, mi heBa na’i wooDa : « Je gaspille de l’argent pour que les vaches soient belles. » (Ardo Alhadji Djimira à Sanyéré Abbo, 11 déc. 1984.)

94 Mi wonna njawdi ngam mi wo’ina njawdi (Ndotti à Lia, 4 nov. 1984). L’informateur joue sur les deux sens de njawdi : la richesse, et le bétail. Il joue également sur l’assonance des deux verbes – wonna, abîmer, gaspiller et wo’ina, réparer, améliorer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les Mbororo en Adamaoua au début du XXe siècle.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/8126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 2 : Cures natronées/salées en saison des pluies (Ouest centrafricain, 1984)
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/8126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 3 : Cures natronées/salées en saison sèche (Ouest centrafricain, 1983-1984)
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/8126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutrais, « Cures salées, cures natronées pastorales en savanes centrafricaines », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 84-115.

Référence électronique

Jean Boutrais, « Cures salées, cures natronées pastorales en savanes centrafricaines », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.8126

Haut de page

Auteur

Jean Boutrais

UMR 208 PALOC IRD-MNHN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search