Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1MélangesComptes rendusTornay Serge, 2017, Ethnographie ...

Mélanges
Comptes rendus

Tornay Serge, 2017, Ethnographie des Fusils jaunes, Éthiopie [4 vol.], I. 1970-1971 ; II. 1972-1973 ; III. mars-juillet 1973 ; IV août-novembre 1973

Paris, Sépia, 232 p., 240 p., 320 p., 356 p.
Philippe David
p. 199-201

Texte intégral

1Des fusils en Ethiopie ? On songe d’abord aux troubles récurrents en Ogaden, ou à la guerre avec l’Érythrée. Mais des « Fusils jaunes » et ces dates bien précises en couverture ? L’avant-propos de l’auteur achève de nous détromper. Ethnologue et ethnographe qui a fait carrière de 1971 à 1996 comme maître de conférences à Paris 10-Nanterre, puis directeur du musée de l’Homme et professeur au Muséum national d’histoire naturelle, Serge Tornay a décidé sur le tard de ne plus mâcher ses mots. Il affirme d’emblée sa volonté de rupture avec les certitudes anciennes ampoulées et dépassées de sa profession et, diaire en main, de tout reprendre à l’origine : « J’ai entrepris de revenir à mon journal de terrain que j’ai décidé de publier tel quel comme une œuvre à part entière » (I, p. 7). Tout ne fait pas système. Son refus délibéré des affirmations longtemps trop prétentieuses, trop abstraites, de plusieurs écoles antagonistes entraîne naturellement le retour au terrain, direct et total. Il faut montrer comment, pour un ethnographe forcément « autodidacte » (I, p. 8) à ses débuts, tout commence toujours dans le flou, l’incertitude, l’ignorance de ce qu’il va vivre et découvrir. D’autres confidences viendront bien sûr par la suite, celle-ci, par exemple : « Ce soir, je ressens toute l’indécence inhérente à la situation ethnographique et je me prends à la détester » (II, p. 77). On est de cœur avec lui dès la première page.

2Éclairante et courageuse, sa résolution nous vaut donc aujourd’hui pas moins de quatre volumes pour nous conter, presqu’un demi-siècle après, une expérience ethnographique exceptionnelle, touffue et complexe, vécue en plusieurs séjours échelonnés entre 1970 et 1973. Il s’agit évidemment d’une « narration impunie » (I, p. 10) quand on est le premier et que personne ne peut vous contredire, d’un journal touffu, désordonné, au gré des découvertes quotidiennes, parfois difficile à suivre, émaillé en prime de quelques discrets helvétismes de jeunesse.

3Voici donc, en 1970, l’ethnographe, rejoint plus tard par son épouse, au cœur d’un petit peuple encore inconnu de l’extrême sud-ouest de l’Éthiopie, les Nyangatom, du groupe karimojong de la famille nilotique, par eux-mêmes surnommés « les Fusils jaunes », au milieu d’une nébuleuse de mini-ethnies plus ou moins apparentées sans pour autant être unies, parfois même antagonistes jusqu’au massacre. On ne sait alors à peu près rien d’eux. Leur langue encore mystérieuse n’a jamais été étudiée ni écrite. Marginaux, ils le sont aussi géographiquement, à la charnière, toujours sensible, de trois pays, et l’auteur qualifie lui-même les confins Éthiopie-Soudan-Kenya de « non-lieu de toutes les frontières » (II, p. 100). Loin du pouvoir central, proches d’un ou deux postes de police frontalière plus ou moins tracassante, les Nyangatom, sujets éthiopiens très périphériques, n’en sont pas moins sollicités de temps à autre pour une élection ou le paiement de l’impôt en bétail sinon en numéraire. Du monde extérieur, ils n’ont connu ou ne connaissent que leurs maîtres successifs plus ou moins lointains : les Amhara, redoutés et arrogants, les Italiens, très appréciés et généreux fournisseurs de fusils et de cartouches, les Amhara, de retour en 1945, et les « Anglais » détestés, qu’il s’agisse des vrais Blancs d’autrefois ou des Kenyans d’aujourd’hui.

4Le vocabulaire nyangatom se glisse lentement dans le journal de l’auteur, mot après mot, des mots qu’on ne sait pas toujours bien lire, d’ailleurs, car on ignore quelle valeur est donnée dans l’alphabet qu’il utilise à certaines lettres comme les c, les x et les ü. Mais d’étonnants progrès dans sa maîtrise de la langue nous valent finalement, dans les tomes III et IV, de longues et surabondantes citations de chants et de litanies.

5Avec ou sans la parole de mieux en mieux maîtrisée, tout était à découvrir, au prix d’une immersion humble et profonde, non parfois sans compromission ou implication personnelles ambiguës mais inévitables. Jour après jour et en désordre, il fallait tout noter, souvent sans rien y comprendre, les mots, les gestes, les pratiques et les attitudes, pour les analyser plus tard, saisir le tout-venant selon les occasions, tandis qu’émergent petit à petit les premiers repères solides : la structure des mots et des phrases, les classes d’âge et les générations enchevêtrées, l’univers déroutant d’un pouvoir sans chefs et l’exubérance de noms de personnes toujours étroitement liés à la faune, au bétail ou aux circonstances de la naissance.

6Les deux premiers volumes décrivent donc, au hasard des révélations, de multiples cérémonies avec festins et ripailles, très subtilement réglées en fonction des clans, générations et parentés intertribales ; la médecine et les guérisseuses traditionnelles ; l’entéromancie ; les femmes battues ou « héritées » ; les « vagins déchirés » ; les concours de pétomanes ; les ornements corporels : colliers, plumeaux, perles et pendentifs ; les scarifications et mutilations ; les corvées d’eau dans de dangereux puisards ; la vaccination – mal acceptée – des troupeaux contre la peste bovine ; la divination par jet de sandales ; l’éclipse de soleil du 30 juin 1973 et le culte de possession loporyang...

7De superbes photos illustrent en détail des scènes exceptionnelles datées et précises. À l’inverse, les quelques petites cartes « floues » (II, p. 84), sans échelle et trop peu nombreuses, sont très insuffisantes pour suivre l’auteur dans ses multiples itinéraires à travers un triple pays, aux frontières subtiles et à la toponymie difficile.

8Et les fusils des « Fusils jaunes », apportés autrefois par des trafiquants d’ivoire puis généreusement distribués par les Italiens ? D’abord rarement évoqués, ils réapparaissent brutalement, à partir de juillet-août 1972, dans un sanglant contexte d’affrontements intertribaux toujours recommencés et de massacres sans pitié que l’ethnographe doit aussi décrire et comptabiliser. Mais les Nyangatom sont jaunes aussi parce qu’ils aiment s’enduire d’argilite jaune, comme la crosse de leurs fusils. Cinquante ans plus tard, ils seraient toujours là, au nombre de 13 000 à 15 000, offerts parfois à la visite d’un reporter de télévision respectueux ou de touristes intelligents et progressivement touchés par la modernisation éthiopienne. Au diable les théories « évolutionnistes, fonctionnalistes, structuralistes, marxistes et postmodernistes » (I, p. 7), Serge Tornay, qui les a encore suivis jusqu’en 2000, a parfaitement tenu son pari d’ethnographe tout court : « Prenons donc mon Journal de terrain pour ce qu’il est : le témoignage, sur une longue durée, d’une relation d’amitié entre des gens pratiquement inconnus du monde réputé civilisé et un étranger arrivé chez eux par hasard » (I, p. 9). Mais il ne s’en contente pas et jette, dans son tome III, les bases d’une ethno-histoire, « discipline complexe, semée d’embûches » (III, p. 291) mais nécessaire, entre l’archéologie consacrée aux peuples disparus et l’ethnologie pure quand elle est privée de dates historiques et de « mémoire des Autres ». Pour les Nyangatom, une ethnie jeune d’agro-pasteurs un peu cueilleurs, encore un peu « hésitante au seuil du Néolithique » (III, p. 261) et qui ignore tout autant le fer et la pierre que le culte des ancêtres, l’ethno-histoire ne remonterait pas au-delà de deux ou trois siècles. Mais déjà, par l’amitié d’un ethnographe ethno-historien de bonne volonté, un certain Loceria, de la génération des Merikopir-Autruches et du clan des Ngitulyangorok-ceux-des-bœufs-tachetés-sauf-au-museau, disparu trop tôt en 1978 (III, p. 196), aura été leur premier écrivain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Tornay Serge, 2017, Ethnographie des Fusils jaunes, Éthiopie [4 vol.], I. 1970-1971 ; II. 1972-1973 ; III. mars-juillet 1973 ; IV août-novembre 1973 », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 199-201.

Référence électronique

Philippe David, « Tornay Serge, 2017, Ethnographie des Fusils jaunes, Éthiopie [4 vol.], I. 1970-1971 ; II. 1972-1973 ; III. mars-juillet 1973 ; IV août-novembre 1973 », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8205 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.8205

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search