Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1MélangesComptes rendusAillet Cyrille, Cressier Patrice,...

Mélanges
Comptes rendus

Aillet Cyrille, Cressier Patrice, Gilotte Sophie (dir.), avec la collaboration de Yann Callot, Karyn Mercier et Yves Montmessin, 2017, Sedrata. Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem

Madrid, Casa de Velázquez, 497 p. + 5 f. de dépl.
Jean-Louis Triaud
p. 172-179

Texte intégral

1Voici un beau livre, superbement présenté et illustré par les éditions de la Casa de Velasquez, l’Institut français de recherche en Espagne.

2Cet ouvrage comporte un premier paradoxe. Ce n’est pas le résultat d’un chantier de fouilles dirigé par les auteurs, lesquels ont largement travaillé de seconde main. Comme, dans la région saharienne où se trouve Sedrata, les conditions politiques actuelles ne permettaient pas d’obtenir un permis de fouilles, les auteurs ont pris appui sur un travail inédit et les carnets de terrain d’une archéologue suisse, Marguerite van Berchem (1892-1984), conservés à Genève. Fille d’un spécialiste connu d’épigraphie arabe, van Berchem avait effectué plusieurs fouilles sur place, en 1950-1952. Après avoir commencé dans l’action humanitaire (au CICR, notamment), elle était devenue l’une des rares femmes archéologues de son temps. Admiratifs de son travail, les auteurs considèrent qu’elle est « à l’origine d’un véritable bond en avant dans la connaissance de Sedrata » et dans « la protection du site et des décors actuellement exposés à Alger, Paris et Ouargla. Conciliant expertise et amateurisme, introduite dans le cénacle de l’orientalisme, mais restée en marge de l’Académie, elle a été l’icône et la pasionaria de Sedrata ». Ils soulignent à la fois les dimensions novatrices de son enquête (son utilisation, à deux reprises, de la photographie aérienne et son attention aux problèmes hydrauliques) et ses faiblesses, « mélange de professionnalisme et d’improvisation » : son ignorance de l’histoire du Maghreb et des ibadites, son faible intérêt, en dehors des décors, pour la culture matérielle (céramiques et objets divers), en accord avec l’archéologie monumentale de son temps.

3Cette relecture dirigée de ses archives, éclairée par les connaissances des soixante dernières années, a donné naissance à cet ouvrage à plusieurs mains. C’est assurément, à cet égard, un pari singulier : comment, sans pouvoir mener de fouilles sur place, tout en s’assurant, par plusieurs séjours « trop peu nombreux et trop courts » en avril 2010 et en mai 2011, d’un accès au site et aux habitants de la région, les auteurs ont-ils pu mener leur enquête ? Tel est donc leur défi. L’ouvrage inédit de van Berchem, qui est l’assise fondatrice de cette publication, est en quelque sorte emboîté, et enchâssé, dans ce volume. Une police de caractère particulière permet d’identifier clairement son texte. Des « contrepoints » disposés au fur et à mesure par les auteurs permettent à ces derniers de commenter, augmenter et mettre en perspective, chapitre après chapitre, la contribution de leur devancière. Ce livre se présente ainsi comme une mise en dialogue à partir d’une composition initiale inachevée. Les auteurs auraient pu se contenter d’exploiter le travail de la chercheuse suisse sous la forme de citations ponctuelles. Ils ont préféré lui rendre hommage en restituant une grande partie de sa contribution (textes inédits et plans, photographies et matériaux rassemblés par ses soins), en faisant d’elle, de cette manière, la coauteure de cette édition. Ainsi cet ouvrage contient-il au moins deux livres en un, et c’est précisément l’articulation savamment organisée entre deux temporalités de la recherche qui fait l’intérêt de ce volume atypique, en attendant et dans l’espoir qu’un chantier de fouilles puisse être ouvert dans le futur.

Réunis pour un projet de quatre ans (2010-2014), nous n’avons fait qu’effleurer la réalité matérielle de cette ville médiévale, faute d’y pouvoir mener des prospections systématiques... La masse documentaire que nous avons rassemblée et l’étude critique qui en découle n’en constituent pas moins un apport inédit à l’histoire régionale, voire africaine au sens large. Cette monographie pourrait donc constituer le point de départ d’un nouveau projet sur le terrain.

4Cette publication a le grand mérite de renouveler notre attention sur une « cité perdue ». En effet, les ruines de Sedrata, ensevelies sous le sable, qui occupent une surface assez considérable (« un quadrilatère de deux kilomètres de long sur six cents mètres de large »), ont un caractère spectaculaire. Ces vestiges, situés à quelques kilomètres de la ville actuelle de Ouargla, son héritière, devaient représenter le centre de la grande agglomération médiévale connue sous une variante du même nom, Wārǧlān (selon la translittération des auteurs). Cette Ouargla médiévale était un des grands carrefours du commerce entre le Maghreb, le Sahara et l’Afrique subsaharienne. La réouverture de son dossier est d’autant plus bienvenue qu’elle offre un pendant à un autre site archéologique situé plus à l’ouest, celui de Sijilmāsa, une cité-État qui a également joué un rôle de premier plan dans l’animation du commerce transsaharien entre le xe et le xiiie siècle.

5Ces deux cités, situées aux entrées du désert, à une latitude voisine (31°28 N pour Rissani/Sijilmāsa et 31°56 N pour Ouargla/Wārǧlān), avaient pour point commun d’avoir été animées par des musulmans kharijites de deux branches distinctes (ibadites à Ouargla, sufrites à Sijilmāsa). Les kharijites, en rupture avec les califats sunnites, ont contrôlé, à des époques hautes – jusqu’aux alentours du xe siècle pour Sijilmāsa, avant le xiiie pour Wārǧlān –, les accès aux pistes sahariennes. Ils ont ainsi eu une action pionnière dans l’essor du commerce transsaharien jusqu’à ce que les Fatimides, puis les pouvoirs sunnites, prennent l’avantage au Maghreb. Cet ouvrage consacre une dizaine de pages à ce commerce avec l’Afrique subsaharienne, que les sources ibadites présentent « comme une sorte d’eldorado ». Il en inventorie les itinéraires et en évoque brièvement les marchandises principales (esclaves et or). Le premier axe de circulation reliait Wārǧlān à Awdaghost et Ghāna, en passant par Sijilmāsa, à l’ouest. Il existait un autre itinéraire, plus direct, pour atteindre Gao et le bassin du Niger en suivant le Hoggar et l’Adrar des Ifoghas. La ville partenaire, aux pieds de l’Adrar, était, entre le xe et le xive, celle de Tādmakka, distante de cinquante jours. Enfin, l’accès aux pays du lac Tchad se faisait en passant par le Djebel Nefousa (Libye occidentale), à l’est, autre bastion ibadite.

6Une partie notable de l’activité de la cité était aussi tournée vers le Maghreb. « Le départ pour le Sahel ne constituait pas nécessairement l’ordinaire des marchands de Wārǧlān : lié aux circuits transsahariens, il existait aussi un commerce interrégional actif, facilité par les liens entre les îlots qui constituaient l’archipel ibadite au Maghreb. Ce maillage communautaire innervait à son tour une série de points commerciaux stratégiques. » Étape sur un axe de circulation transmaghrébin, Wārǧlān était, en outre, située sur l’une des routes du pèlerinage vers l’Orient.

7Le développement et la prospérité de Wārǧlān dépendaient étroitement de cette position d’étape et de relais du commerce transsaharien et intermaghrébin, mais on ignore où étaient le quartier des affaires et les magasins entrepôts. À partir du xvie siècle, les sources signalent un déclin, sans doute lié à un rétrécissement du commerce transsaharien autant qu’aux menaces des groupements arabes et touaregs voisins.

8La géographie du site a retenu l’attention des auteurs. Comme d’autres villes africaines, la Wārǧlān médiévale avait une structure polynucléaire. Les auteurs parlent à son sujet de « constellation oasienne ». L’essentiel de la population était concentré dans un premier noyau, le périmètre central, qui rassemblait sept quṣūr (pl. de qaṣr, ou ksar : bâtiment, ou village, fortifié) étalés sur une dizaine de kilomètres du nord au sud. Il y avait, d’autre part, un périmètre élargi, une périphérie intégrée au système urbain, qui représentait un espace plus vaste s’étendant, du nord au sud, sur une quarantaine de kilomètres.

9Au sud du site, deux plateaux tabulaires dominaient le paysage, la Gara Krīma et le Ǧabal (Djebel) ‘Abbād (« la montagne des dévots »). La Gara Krīma avait surtout une fonction défensive. Le Ǧabal ‘Abbād, que les sources locales désignaient, de façon symbolique, comme le « minbar-miḥrāb [chaire de prédication et direction de la prière] de Wārǧlān », était réputé avoir été le lieu de prière des premiers musulmans. Des prières individuelles et collectives y étaient récitées, dont portent témoignage plusieurs dizaines de niches.

10Sedrata était confrontée à un environnement très aride, de nature désertique. L’ensablement y était une menace permanente. La question de l’eau y était donc fondamentale. Sedrata était installée dans le bassin d’un oued, l’oued Mya, mais, selon les géographes qui l’ont étudié, c’était un « oued mythique » (absence de lit visible, absence de dépôts fluviatiles). Il y avait bien de l’eau à proximité du sol mais c’était une eau salée impropre aux cultures. L’approvisionnement venait de nappes artésiennes et de puits profonds (20 à 35 mètres), à partir desquels des réseaux de sāqiya-s, canaux d’irrigation à ciel ouvert ou couverts, rayonnaient dans le territoire urbain et les jardins. Wārǧlān possédait une organisation hydraulique complexe, gérée collectivement. Avec l’aide d’une main-d’œuvre servile noire, les habitants pratiquaient une agriculture intensive, essentiellement basée sur le palmier-dattier et la production de céréales pour la consommation locale. L’eau artésienne a fourni un moment de prospérité, avant de devenir plus rare, ce qui a accéléré une reprise de l’action éolienne et de l’ensablement. Ce fut sans doute l’une des raisons de l’abandon du site.

11L’histoire de la Wārǧlān médiévale traverse plusieurs périodes. Jusqu’au ixe siècle, elle n’est pas connue des géographes arabes. L’islamisation de Wārǧlān, sous sa forme ibadite, « n’est documentée qu’à partir du ixe siècle et se déroule vraisemblablement sous l’impulsion de populations berbères venues des zones montagneuses du nord et ralliées à la doctrine protestataire de l’ibadisme, comme les Sadrāta, affiliés à la grande famille zénète ». Ce nom de Sadrāta est resté.

12Wārǧlān connaît son âge d’or entre le xe et le début du xiiie siècle. Deux dates encadrent la grande histoire de la cité : en amont, c’est la chute de Tāhart, la capitale ibadite, en 296/909, sous les coups des chi’ites fatimides. Wārǧlān devient alors le refuge pour le dernier imam ibadite et ses partisans, assurant ainsi une continuité historique dans la défense de l’ibadisme au Maghreb, sans que, pour autant, soit restaurée l’institution imamale. En aval, c’est sa destruction brutale, vers 626 ou 627/1228-1230, par les troupes des Banū Ghāniya, une dynastie berbère sanhaja almoravide installée aux Baléares qui cherchait à reprendre position au Maghreb. Le site de Sedrata fut alors abandonné.

13Entre-temps, pendant cette période de prospérité, Wārǧlān avait également été exposée à ces mouvements de bédouins qualifiés autrefois d’« invasions hilaliennes ». Ainsi, dans la seconde moitié du xie siècle, l’afflux progressif de ces populations bédouines avait obligé les communautés ibadites, installées dans les oasis du nord du Sahara, à s’accommoder de ces nouveaux venus.

14L’un des apports novateurs de cet ouvrage tient aux sources originales qui ont été mobilisées, soit une cinquantaine de sources arabes d’époque médiévale ou postérieure très diverses, chroniques, etc. L’essentiel de ces sources écrites date des xie-xvie siècles. Les auteurs notent que le document le plus ancien sur Wārǧlān est une source juive, une lettre datée de juillet 1039, provenant des archives de la Geniza du Caire, qui parle des échanges commerciaux dans la cité et attire l’attention sur la présence d’une communauté qaraïte, hétérodoxe par rapport au judaïsme rabbinique. Wārǧlān a, en effet, été, entre le xe et le xiiie siècle, un bastion du judaïsme qaraïte au Maghreb. Elle a ainsi servi de refuge à deux minorités religieuses, au sein des mondes juif et musulman. C’est précisément du côté des sources écrites ibadites que les auteurs ont trouvé de nombreuses indications sur l’histoire de Sedrata. Parmi celles-ci figure en bonne place l’œuvre du savant Abū Ya’qūb al-Wārǧlānī (m. en 570/1175), dont le traité juridico-théologique, Kitāb al-dalīl wa l-burhān, réédité en 3 tomes en 2006, n’avait pas encore été exploré, notent les auteurs, par les historiens de l’Afrique. Abū Ya’qūb al-Wārǧlānī avait aussi rédigé une relation de son pèlerinage aux Lieux saints : Rihlat al-Warğlānī (éditions Ghardaïa, 2006). Autre source ibadite importante pour Wārǧlān, le recueil biographique d’Abū Zakariyyā’ al-Wārǧlānī, Kitāb siyār al-a’imma wa akhbārihā, composé à la fin du xie siècle, mieux connu à l’époque coloniale et édité à Tunis en 1985. Ses connaissances, le long des « routes ibadites », portent ainsi jusqu’à la région du lac Tchad. « Sa chronique a façonné pour des siècles la mémoire historique du groupe », écrivent à son sujet les auteurs.

15Cette mémoire du groupe a également produit « une série de textes hétéroclites, souvent écrits dans une langue rudimentaire, et dont on connaît rarement les auteurs et les dates de rédaction. Nous avons là des chroniques ou des généalogies resserrées sur un horizon tribal, local, anecdotique. Elles sont toutefois le miroir des “traditions” collectives qui ont circulé, entre oralité et textualité [soit] l’écheveau des légendes locales (xvie-xixe siècles) ».

16Cette mémoire historique se manifeste aussi par un rassemblement communautaire périodique. Chaque année, de longue date, en effet, des ibadites viennent de différents points du Maghreb en pèlerinage (ziyāra) sur le site de Sedrata. Ils s’agenouillent sur l’emplacement, connu par eux, de la mosquée enfouie sous les sables. Puis ils vont, cinq cents mètres plus loin, prier sur la tombe de l’imam Ya’qūb – le dernier imam de Tāhart qui avait conduit les fidèles fuyant la conquête fatimide.

17Lors de leurs visites et de leurs entretiens sur place, les auteurs ont pu noter, comme l’avait fait van Berchem, que les ruines de Sedrata représentaient un site toujours commémoré autour de monuments ensablés et de lieux consacrés comme autant de repères historiques et topographiques :

Nous pûmes constater que Sedrata était aussi un lieu de mémoire, dont le rayonnement transparaissait encore dans les discours comme dans les pratiques. Pour les ibadites de la région, la cité enfouie apparaissait comme une seconde Tāhart, symbole ambivalent qui renvoyait à l’âge d’or où la doctrine pouvait s’épanouir au grand jour (le zuhūr, ou « stade manifeste »), mais convoquait aussi une mémoire de la destruction et des exils vécus par la communauté des justes, soumise au règne de la « dissimulation » (le kitmān).

18Cette connaissance des lieux s’étendait à divers bâtiments enfouis, tel celui qui est désigné comme mahakma (tribunal) et que les défricheurs français avaient qualifié de « palais » – en fait, la demeure probable d’un notable.

19L’histoire des fouilles proprement dites, menées à Sedrata et dont cet ouvrage constitue une sorte de point d’orgue, est aussi longue que décevante. Charles Féraud a été le premier à s’intéresser à l’histoire des lieux. Il a eu accès à une chronique historique locale et s’est rendu sur les ruines. En visitant le site et ses abords, il a découvert le pèlerinage ibadite annuel, mais il n’a pas effectué de fouilles. En 1875, à l’occasion d’une prospection géologique, deux militaires visitent les ruines de Sedrata et y auraient relevé, entre autres, des ornements en or et des poteries, mais on n’en a pas retrouvé les traces. En 1877, Victor Largeau, un pionnier de la découverte saharienne, parcourt l’oued Mya et effectue un premier relevé des ruines.

20En 1879-1883, le projet de chemin de fer transsaharien mobilise l’administration coloniale et déclenche le passage de plusieurs missions sur place. Dans ce cadre, un ingénieur, Harold Tarry, effectue, en 1881, les premières fouilles véritables et sensibilise les autorités d’Alger. Van Berchem note, pour le déplorer, qu’il ne reste pratiquement rien des objets décrits par Tarry, en particulier les voûtes, colonnes et décors observés dans plusieurs monuments et maisons, ainsi que des inscriptions. Entre-temps, les estampages faits sur les parois se sont égarés et les voûtes se sont effondrées.

21En 1898, Paul Blanchet, un jeune érudit, dans une courte campagne, a repris des fouilles dont il ne reste que quelques mentions dans les Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles lettres. Il aurait notamment dégagé un certain nombre de pièces du « Palais » et trouvé intacts, sur les murs, 60 mètres carrés de sculptures décoratives et d’inscriptions. Il aurait aussi déblayé partiellement la mosquée dont les voûtes subsistaient encore. Comme Blanchet est décédé l’année suivante, sans avoir publié ses résultats, il ne reste rien de ces fouilles, dont van Berchem craint qu’elles n’aient plutôt, à la longue, nui à la conservation des monuments, ainsi privés de la protection de la couverture sableuse.

22Enfin, durant la Seconde Guerre mondiale, Maurice Faucher, un architecte commissionné par le service des Antiquités, procéda à des excavations avec l’aide de l’armée et d’une main-d’œuvre indigène réquisitionnée de force. Il dirigea des prospections extensives qui permirent de mieux cartographier l’ensemble du site et installa des bornes de signalisation. Cependant, cette entreprise de grande ampleur ne donna lieu à aucune publication et ne laissa que des comptes rendus insignifiants.

23Sensibilisée dès 1946 par la découverte de décors en stuc venus de Sedrata, qui étaient exposés au musée Stéphane-Gsell d’Alger, van Berchem, alors encouragée par la direction des Antiquités et par le commandant du Territoire de Ouargla, allait prendre le relais. Elle héritait de cette longue série de fouilles fragmentaires, inachevées, voire bricolées, accompagnées par de nombreuses pertes de documents et de vestiges. Elle effectua plusieurs voyages sur le site, en forçant à chaque fois la main aux autorités scientifiques et politiques. La guerre d’Algérie mit un point final à ses travaux. Elle-même ne put mener à terme la publication qu’elle souhaitait réaliser.

24Après elle, l’Algérie indépendante se saisit de Sedrata comme d’un site patrimonial utile à son image, mais sa position excentrée, comme par le passé, ne facilitait pas une reprise des fouilles. Dans les années 1990, un archéologue algérien, Ali Hamlawi, s’intéressa à Sedrata et publia différents articles sur la zone, entre 1992 à 2001. En 1997, il procéda à une prospection intensive sur le site, contribuant à une préservation des vestiges alors menacés par un projet de route. Cependant, les résultats de cette campagne n’ont pas été publiés et l’archéologue mourut prématurément, dix ans plus tard.

25En dépit de cette succession de mésaventures, le nom de Sedrata était désormais connu. La notoriété du site devait beaucoup à la mise au jour, par les différentes prospections, de décors en stucs, qui témoignaient d’une grande originalité stylistique, sans que l’on puisse actuellement en retracer l’origine et la genèse. Une telle production est notamment absente du site de Tāhart, l’ancienne capitale ibadite, et du Mzab, le grand foyer ibadite voisin. C’est à Sijilmāsa seulement que « des décors de stucs en tout point identiques à ceux de Sedrata » auraient été relevés lors de fouilles menées dans les années 1980. Faut-il y voir, comme le suggèrent les auteurs, un effet des affinités confessionnelles et de la circulation marchande entre les deux villes ? Sur un échantillon de charbon dans un fragment de stuc, la datation au radiocarbone (la seule mentionnée) a donné une fourchette chronologique située entre 902 et 1148, avec un pic de probabilité autour de 969-1045, ce qui correspond effectivement aux débuts de l’âge d’or de Sedrata.

26Le stuc de Sedrata a des caractéristiques particulières. Il s’agit d’un enduit de composition locale appelé timchent (où l’on trouve notamment du gypse non cuit, de la chaux et des argiles locales). Il était à la fois utilisé comme mortier dans les constructions, comme enduit extérieur et comme support de décor sculpté.

27Van Berchem avait fait transporter nombre de ces stucs en caisses à Alger, Paris et Ouargla. Certains d’entre eux ont disparu ou se sont révélés difficiles d’accès. Quelques fragments ainsi que la documentation photographique conservée dans les archives de van Berchem, à Genève, ont permis aux auteurs de faire une analyse des formes et des motifs. Ce sont des motifs végétaux qui occupent une place prépondérante dans cette décoration, et notamment un type particulier de palmette, dérivé de la feuille de vigne. Pour les auteurs, « il ne fait guère de doute... que la palmette/feuille de vigne de Sedrata soit d’origine orientale. Sa présence obsessive dans les décors des palais et maisons de la ville peut difficilement avoir correspondu à un simple effet de mode ». À cette occasion, se trouve posée par les auteurs une interrogation, par ailleurs récurrente, et jamais entièrement résolue, dans cette enquête, sur la place de l’Orient dans la culture de la cité.

28Pour être complet, on peut aussi examiner ce qui manque à l’appel. Au nombre des lacunes majeures, il y a l’absence de monnaies et la faiblesse du corpus épigraphique (en dépit des efforts des auteurs pour rassembler un corpus très fragmentaire). Comme l’indiquent ceux-ci, le manque de trouvailles monétaires est peut-être à mettre en relation avec le fait que, le plus souvent, le sol d’occupation n’a pas été atteint par les fouilles. Inversement, la perte des inscriptions épigraphiques, généralement placées en position haute, est possiblement liée à l’effondrement des voûtes. Dans tous les cas, il convient de faire aussi la part des pillages et, pour ce qui est des décors et des structures, de la récupération ou du remploi des matériaux.

29D’une certaine manière, et c’est là le talent de présentation des auteurs, nous nous retrouvons au milieu des gravats, ce qui, s’agissant d’un champ de fouilles, n’est pas vraiment déplacé. Ne convient-il pas, en effet, de lire aussi ce livre en creux : de reconnaître, au-delà d’une présentation suggestive et convaincante (l’importance d’un site médiéval enfoui et oublié, le travail pionnier, il y a plus d’un demi-siècle, d’une courageuse chercheuse de terrain et les commentaires qualifiés des chercheurs actuels), le poids de cette malédiction qui entoure les recherches sur cette cité perdue : ses fouilles hâtives ou interrompues, ses matériels artistiques dispersés, et détruits ou égarés, les obstacles administratifs et politiques récurrents, les interrogations pendantes ? Telle est, en effet, l’autre histoire que nous raconte ce livre, laquelle n’est pas non plus dénuée d’intérêt pour le lecteur : celle d’une archéologie en lambeaux, et, malgré cela, porteuse de résultats non négligeables. On doit aux auteurs un état des lieux où abondent des séries de lacunes (difficultés en matière de chronologie et de datation, stratigraphies inexistantes, céramiques inexploitées, incertitudes sur les origines des modèles architecturaux et artistiques, etc.). Cette édition de qualité, en l’absence de nouvelles fouilles, représente donc un document de travail intérimaire.

30Comme l’indiquent à juste titre celle et ceux qui ont conçu cette publication : « Il est bien évident que ce bilan provisoire pourra être dépassé si de nouvelles prospections systématiques, éventuellement accompagnées de fouilles sélectives et respectueuses du site, sont lancées dans l’avenir. » On reconnaîtra, par conséquent, à cet ouvrage, fruit d’un travail collectif scrupuleux, à la fois ce caractère provisoire et cette fonction d’éclaireur, ce que les auteurs formulent en ces termes : « En achevant la lecture de cette monographie, il faut avoir à l’esprit qu’elle se veut avant tout un tremplin vers l’avenir, un outil pour entreprendre de nouvelles recherches. » En composant cet ouvrage aux entrées multiples, les auteurs ont ainsi fait la preuve que le site de Sedrata mérite l’attention renouvelée des historiens de l’Afrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Triaud, « Aillet Cyrille, Cressier Patrice, Gilotte Sophie (dir.), avec la collaboration de Yann Callot, Karyn Mercier et Yves Montmessin, 2017, Sedrata. Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 172-179.

Référence électronique

Jean-Louis Triaud, « Aillet Cyrille, Cressier Patrice, Gilotte Sophie (dir.), avec la collaboration de Yann Callot, Karyn Mercier et Yves Montmessin, 2017, Sedrata. Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.8321

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Triaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search