Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89-1MélangesComptes rendusNixon Sam (ed.), 2017, Essouk-Tad...

Mélanges
Comptes rendus

Nixon Sam (ed.), 2017, Essouk-Tadmekka. An Early Islamic Trans-Saharan Market Town. Journal of African Archaeology

« Monograph Series » 12, 424 p.
Christian Dupuy
p. 193-198

Texte intégral

  • 1 La graphie d’« Essouk-Tadmekka » reprend celle du livre dont nous rendons compte. « Essouk » vient (...)
  • 2 Marie-Laure Derat, 2018, « Du lexique aux talismans : occurrences de la peste dans la Corne de l’Af (...)
  • 3 Hélène Claudot-Hawad, 1985, « Adrar des Iforas. Histoire du peuplement », Encyclopédie berbère, II  (...)

1En 2005, Sam Nixon ouvre trois sondages à Essouk-Tadmekka1 à des emplacements que lui commandent ses prospections à pied. C’est la première fois que de telles recherches sont entreprises, dans cette cité médiévale de l’Adrar malien dont les ruines s’étendent sur 50 hectares. Les fouilles révèlent des vestiges accumulés sur 6 mètres à un endroit, sur 2 mètres par ailleurs. Quatorze datations au carbone 14 – huit sur le dégraissant végétal incomplètement consumé de poteries, et six sur des graines carbonisées – attestent de huit siècles d’occupation. Le viie siècle apr. J.-C. constitue la limite basse du cadre chronologique obtenu. Ce seuil est appelé à s’abaisser, étant donné que l’ancienneté des couches profondes n’a pu être établie, faute de matériel datable. La limite haute renvoie, quant à elle, au xve siècle apr. J.-C. Ce résultat radiométrique s’accorde avec l’époque de la dernière mention écrite de l’existence de Tadmekka par l’historien égyptien al-Maqrizi. Le silence des textes postérieurs suggère un abandon de la cité selon des circonstances que les fouilles n’ont pas permis d’établir. Cette ville de transit pour nombre de négociants, dont certains d’origine lointaine, a pu être touchée par l’épidémie de peste noire qui, aux xive-xve siècles, frappa le bassin méditerranéen, l’Égypte et l’Éthiopie2. Les sources orales évoquent, de leur côté, des destructions liées à des conquêtes et à des rivalités politiques sur fond de gestes épiques3. L’aridité et/ou la désertification et, corrélativement, les problèmes d’approvisionnement en eau ont pu aussi contraindre les habitants à quitter les lieux.

  • 4 Moraes Farias a commencé à s’intéresser à ces inscriptions dans les années 1970. Son premier articl (...)
  • 5 Les 13 autres annexes rassemblent les données suivantes : B. Les plans des ruines et des cimetières (...)

2Après une présentation détaillée des restes de bâtiments en dur mis au jour, Nixon analyse les dizaines de milliers d’artéfacts et d’écofacts retrouvés à leur entour. Pour ce faire, il sollicite autant de fois que nécessaire l’expertise de spécialistes. Douze d’entre eux contribuent à cet ouvrage : Stephanie Black (rayons X), Sophie Desrosiers (textiles), Laure Dussubieux (verre), Thomas Fenn (cuivre), Dorian Fuller (botanique), James Lankton (verre), Kevin MacDonald (faune et poterie), Mary-Anne Murray (botanique), Thilo Rehren (métaux), Peter Robertshaw (verre), Jane Sidell (oeuf d’autruche), Benoît Suzanne (architecture). Paulo Fernando de Moraes Farias, en sa qualité d’épigraphiste, collabore également à cette monographie, en consacrant un chapitre aux inscriptions en écriture arabe gravées, d’une part, sur les rochers dominant la ville d’Essouk, et, d’autre part, sur les monolithes à épitaphes dressés dans cinq des six nécropoles musulmanes entourant la cité4. Ces recherches interdisciplinaires fournissent quantité d’indications sur la religion, l’architecture, les modes de vie, l’artisanat et le commerce, qui vont bien au-delà des succinctes descriptions qu’en avaient données douze auteurs arabes entre le xe siècle et le xve siècle. Leurs récits sont rassemblés dans l’annexe A de ce livre qui en compte quatorze5, toutes de grande valeur documentaire. Eu égard à l’âge des vestiges mis au jour, le haut Moyen Âge constitue logiquement le thème principal de cette monographie d’excellente tenue. La protohistoire est rapidement évoquée dans le quatrième chapitre, lorsqu’il est question des pétroglyphes présents sur les escarpements rocheux dominant la vallée d’Essouk. Il est dommage que rien ne soit dit sur le rôle joué par cette période dans le développement de la complexification sociale en Afrique sud-saharienne. Cette omission pourrait donner à penser que l’époque médiévale fut à elle seule déterminante. Or, son influence en ce domaine, si importante qu’elle ait été, mérite d’être quelque peu relativisée, au regard des faits suivants.

  • 6 Pour en savoir plus sur ces expressions rupestres et leurs apports archéologiques, se reporter à Du (...)

3Les expressions rupestres d’Essouk-Tadmekka d’âge protohistorique comprennent non seulement des figures de personnages et d’animaux, mais aussi celles de chars équipés de timon simple. Des engins roulants comparables se trouvent gravés en des dizaines d’exemplaires le long de vallées voisines, où leurs dessins participent d’une iconographie intégrant des motifs caractéristiques de l’âge du bronze atlantique, méditerranéen et nilotique6. À ces relations culturelles de vaste ampleur suggérées par l’art rupestre s’ajoutent 5 faits de société concomitants documentés par les données de fouilles archéologiques enregistrées au cours de ce dernier quart de siècle dans le sud du Sahara : la construction de tombeaux à superstructures lithiques imposantes ; l’érection de haies autour de lieux de vie délimitant des surfaces d’une dizaine d’hectares ; le développement de l’agriculture du mil ; l’exportation de cultivars de cette graminée d’origine ouest-africaine jusque dans la péninsule indienne ; l’émergence d’artisanats à hauts savoir-faire technologiques, comme ceux de métallurgistes, de lapidaires et de charrons. Ces données s’accordent pour témoigner de l’existence, en Afrique subtropicale, d’une société agropastorale aux hiérarchies sociales prononcées qui était ouverte aux échanges à longue distance, plus de vingt-cinq siècles avant l’époque médiévale. En cela, cette dernière ne fait qu’emboîter le pas à la protohistoire. Le passage de la protohistoire à l’histoire est marqué par l’apparition, à partir des ive-ve siècles apr. J.-C., d’inscriptions composées de caractères dont les formes s’apparentent aux tifinagh utilisés aujourd’hui par les Touaregs pour transcrire quelques messages dans leur langue berbère. Des dessins de dromadaires et de chevaux montés par des guerriers armés de javelots sont fréquemment associés à cette écriture, dans une aire géographique recouvrant la majeure partie du domaine touareg actuel. Ces données attestent de la mise en place au Sahara, Adrar malien inclus, d’un peuplement amazighophone. Les niveaux profonds d’Essouk-Tadmakkat, d’âge indéterminé faute de matériel datable, rappelons-le, pourraient se rattacher intégralement ou pour partie à cette vingtaine de siècles séparant l’adoption du char dans le courant du iie millénaire av. J.-C., du début de l’usage local de l’écriture libyco-berbère aux alentours des ive-ve siècles apr. J.-C.

4La plus ancienne profession de foi en l’islam en écriture arabe est gravée sur un bloc rocheux dominant la vallée d’Essouk ; elle porte la date de 401 de l’Hégire (1010-1011 apr. J.-C.). Quelques années plus tard, un texte funéraire, faisant lui aussi référence au calendrier hégirien, est incisé sur une pierre tombale. Ces documents s’accordent avec les propos d’al-Bakri qui rapportent, en 1068, que les habitants de Tadmekka sont musulmans. Les formes des lettres les plus élaborées de ces premiers textes dénotent des influences venues de Kairouan et de Tripoli. Une inscription rupestre à l’entrée de la ville parle d’un marché comparable à celui de La Mecque. Quelques épitaphes citent des noms d’étrangers qui témoignent du cosmopolitisme de la ville : là apparaît le patronyme d’un chiite sud-marocain, plus loin, celui d’un perse... Parmi les 114 textes funéraires et non funéraires recensés, aucun de ceux datés n’est postérieur au xive siècle.

  • 7 Ces précieux clichés ont été récupérés par Raymond Mauny avant sa mission de reconnaissance de 1952 (...)
  • 8 Mosquées auxquelles s’est intéressé Patrice Cressier, en 1992, dans son article « Archéologie de la (...)

5Les datations par le carbone 14 situent l’apparition d’une architecture permanente de plan rectangulaire alliant murs de pierres sèches crépis d’argile et murs de pisé vers 950-1100 apr. J.-C., soit au moment de l’islamisation. La qualité de ces bâtiments en dur fait écrire à al-Bakri que Tadmekka est mieux construite que Ghana ou Kawkaw [Gao]. Leurs assises soigneusement appareillées sont utilisées comme fondation pour les édifices suivants. Cette stratégie de réemploi de structures préexistantes se perpétue durant près d’un demi-millénaire. Il en découle plus de cinq mètres de bâtis superposés à l’endroit de l’un des sondages, qui fournissent de précieux renseignements sur les techniques de maçonnerie, sur les aménagements intérieurs – banquette, escaliers, latrine, silos – et sur l’éventail des matériaux utilisés : pierres de taille bien équarries, moellons de pierre irréguliers, pisé, briques de terre, argile ocrée et plâtre pour les enduits, terre damée et sable fin pour les sols, probablement bois et fibres végétales pour les toitures, volets et portes. Une clé en fer longue de 10 centimètres, munie d’un anneau de suspension, retrouvée en fouille, assurait probablement le verrouillage d’une porte équipée d’une serrure. L’exploitation des photographies aériennes de bonne définition prises en 1948 par l’escadron français d’Outre-mer à la demande de Raymond Mauny7 permet, en outre, de mieux cerner, analyseurs numériques d’images à l’appui, les plans de quelques-uns des derniers établissements occupés et de deux mosquées8.

6Les dizaines de milliers d’artéfacts et d’écofacts mis au jour dans les périmètres de fouilles apportent, de leur côté, de précieux renseignements sur le commerce régional et international, l’artisanat et les traditions du peuplement.

  • 9 Les éponges sont des animaux multicellulaires qui sécrètent dans leur tissu des substances minérale (...)
  • 10 Ces cruches avec col et anse, apparues dans l’Aïr à la fin du Moyen Âge, sont ignorées dans cette m (...)

7Parmi les 19723 fragments de poterie exhumés, quelques tessons ornés d’impressions de fibre plate pliée, rapportés au tournant des ier-iie millénaires, seraient caractéristiques du monde mandé. D’autres, issus de niveaux datés des xiie-xive apr. J.-C., se singularisent par leur dégraissant. Les spicules d’éponges9 et la balle de sorgho incorporées dans leur pâte les rattachent aux rivages du Niger, que 250 kilomètres séparent d’Essouk-Tadmekka. Leur décoration, obtenue par roulement d’un peigne fileté rigide sur la surface plastique de l’argile avant cuisson, plaide aussi en faveur de cette provenance. Ces récipients ont pu servir au transport de beurre de karité et/ou de miel depuis des contrées méridionales, ce que des analyses biomoléculaires mériteraient de confirmer. Des cruches à fond sphérique munies d’une ou de deux anses à la jonction des corps et des cols sont utilisées au xive siècle. Des récipients similaires, datant de la même époque, ont été découverts dans l’Azawagh et l’Ighazer nigériens, et plus à l’est, en Aïr central et oriental10. D’autres artéfacts témoignent d’échanges internationaux. Ainsi en va-t-il de ces fragments de céramique tournée et vernissée d’origine maghrébine caractéristiques des xe-xie siècles, de ce morceau de porcelaine chinoise blanc crème de Qingbai produite en Chine orientale aux xie-xiiie siècles, de ces perles et de cette vaisselle en verre provenant d’Égypte, d’Inde et du sud-est du Nigeria, de ces pièces d’étain et d’argent du xiiie siècle – celles d’argent comprennent des isotopes de plomb caractéristiques des minerais marocains –, de ces pierres semi-précieuses, notamment agate et bauxite dont des gisements sont connus respectivement au Nigeria et en Guinée, de ces cowries parmi lesquels figurent des Cypraea moneta importés du Pacifique. Une place particulière mérite d’être réservée aux découvertes exceptionnelles de deux morceaux de tissu : d’une part, un damas – voile de soie adhérant à une sorte de feutre rose dans lequel entre du coton – d’origine probablement chinoise se rapportant aux xe-xie siècles ; d’autre part, une gaze de soie importée d’un pays lointain non encore localisé.

  • 11 Christian Dupuy, Philippe Fluzin, Alain Ploquin, Alain Durand, Christiane Rolando, 2001-2002, « Nou (...)

8Ces divers produits de luxe sous-tendent la présence, à Essouk-Tadmekka, de notables qui devaient tirer pour partie leur richesse du commerce de l’or et de la traite des esclaves. Ces activités marchandes lucratives sont plusieurs fois mentionnées dans les textes arabes relatifs au Bilãd al-Sudãn ( = « pays des Noirs »). Seul le premier terme de ces échanges est documenté par les fouilles, plus spécifiquement par deux creusets partiellement vitrifiés, exhumés de couches datées des xiie-xiiie siècles, et par trois fragments de moules discoïdes à cupules sur lesquelles adhéraient encore des gouttelettes d’or, tous trois se rattachant à la charnière des ier-iie millénaires. Il s’agit des plus anciens témoins d’une production d’or dans le sud du Sahara. Les analyses archéométriques révèlent que les creusets étaient destinés au raffinage de paillettes et de pépites collectées par batées d’orpaillage dans les alluvions aurifères du Sahel. Cette matière première d’importation, chargée d’impuretés, était mélangée à du verre de récupération réduit en poudre pour servir de fondant. Le tout était placé dans des creusets, puis chauffé à plus de 1 000 °C. À la fusion, les scories remontaient en surface pendant que l’or de densité plus élevée se formait en dessous. Le bain superficiel indésirable était éliminé au moyen d’une raclette ou d’une écumoire. À la suite de quoi le métal liquide purifié était versé dans les petites dépressions ménagées à la surface de moules discoïdes en terre. Les analyses chimiques de trois éclaboussures, adhérant aux fragments de moules mis au jour, révèlent des teneurs en or de 98 à 99 %. Ces pièces brutes de fonderie, auxquelles al-Bakri fait référence, étaient vendues à des marchands qui les acheminaient vers les ateliers de frappe monétaire du Maghreb où elles étaient estampillées en écriture arabe du nom de leurs commanditaires. Les fouilles montrent que d’autres artisans, maîtrisant eux aussi les hautes températures, travaillaient à proximité des métallurgistes de l’or. Certains d’entre eux produisaient, dans des creusets, de l’acier à fort pourcentage de carbone. Des métallurgistes du cuivre opéraient à leurs côtés en usant d’autres savoir-faire, peut-être hérités de la protohistoire régionale. La présence, en bordure des vallées de l’Adrar malien, de dizaines de gravures rupestres représentant des objets coudés équipés de lames métalliques avec crochet en partie proximale, sans équivalence connue, et contemporaines de l’époque des chars, témoigne, en effet, d’une longue tradition métallurgique dans ce secteur11.

  • 12 Jean Devisse, Maurice Picon, 1995, « Questions de pots : à propos des céramiques de Tegdaoust », Ac (...)

9Les 50 échantillons de 5 litres de sédiments, prélevés lors des sondages, soumis à flottation, puis tamisés, ont révélé 1 539 restes botaniques. Parmi eux figurent des grains et rachis de blé dur et de blé tendre, impliquant un décorticage in situ de ces céréales, soit parce qu’elles étaient cultivées localement, soit parce qu’elles arrivaient de l’extérieur en gerbes ligaturées, ou bien dans des sacs remplis d’épis. Des grains carbonisés de mil et de fonio sans balle associée plaident en faveur d’une importation du Sud. Les analyses n’ont révélé aucune trace de sorgho et de riz. La pratique de cultures irriguées à l’ombre de palmiers est suggérée par les découvertes de noyaux de dattes, de graines de coton, d’une graine de pastèque et d’une de lin, inconnue jusqu’ici en Afrique de l’Ouest. Des fusaïoles attestent du filage de fibres végétales et/ou animales. 7 tessons percés de trous millimétriques pourraient provenir de couscoussiers, à moins que ces artefacts ne représentent des fragments de vases munis d’un filtre, à l’instar des gargoulettes en usage à la même époque à Tegdaoust12. Des restes de semoule repérés dans un niveau daté des alentours du xiiie siècle, malheureusement non prélevés en fouille et, de fait, non analysés, alimentent plutôt l’hypothèse de couscoussiers. Les abondants rejets de cuisine retrouvés dans des dépôts cendreux attestent, en outre, de la consommation de graminées spontanées, de fruits d’arbres et d’arbustes sauvages, d’œufs d’autruche frais, de viande d’animaux domestiques (moutons, chèvres, bœufs, chevaux, chameaux, chiens, poulets et/ou pintades) et d’espèces sauvages (gazelles et petit gibier : rongeurs, oiseaux, reptiles), de poisson séché ou fumé. Le large éventail de ces restes de repas traduit des goûts et des pratiques alimentaires variés, indirectement révélateurs du cosmopolitisme d’Essouk-Tadmekka, déjà évoqué plus haut à propos des noms d’étrangers gravés sur des pierres tombales. Cette situation n’est pas pour surprendre, eu égard à la position géographique de ce centre urbain aux portes du désert et à la croisée des principales pistes caravanières issues du Sahara et du Sahel. Sa fréquentation encouragea politiques, religieux, architectes, maçons, marchands, artisans, jardiniers, éleveurs, d’appartenances culturelles diverses, à s’y établir avec l’espoir d’un avenir prometteur. Cette monographie interdisciplinaire, savamment orchestrée par Sam Nixon, enrichit notre connaissance sur les multiples activités de cette cité florissante qui fut ouverte sur le monde entre le xe et le xive siècle.

Haut de page

Notes

1 La graphie d’« Essouk-Tadmekka » reprend celle du livre dont nous rendons compte. « Essouk » vient de l’oralité. On peut penser que ce nom s’est imposé au cours du Moyen Âge, en raison des importantes transactions commerciales qui s’opéraient dans la cité, et dont la résonance était forte à travers le monde arabo-musulman, le marché se disant al-sûq ou as-sûq, en arabe. L’appellation « Tadmekka », plusieurs fois mentionnée dans les textes arabes d’époque médiévale, signifierait, selon al-Bakri, « celle [la ville] qui est comme La Mecque ». Les Touaregs parlent aujourd’hui des ruines d’Essouk-Tadaghmakkat ou d’Essouk-Tadamakkat, comme le laissent entendre les enregistrements des discours officiels prononcés localement, le 31 décembre 2004, lors de l’ouverture des « Nuits sahariennes », enregistrements que m’a aimablement communiqués le reporteur-cinéaste Robert Di Popolo.

2 Marie-Laure Derat, 2018, « Du lexique aux talismans : occurrences de la peste dans la Corne de l’Afrique du xiiie au xve siècle », Afriques, http://journals.openedition.org/afriques/2090. Daphne E. Gallagher, Stephen A. Dueppen, 2018, « Recognizing Plague Epidemics in the Archaeological Record of West Africa », Afriques, http://journals.openedition.org/afriques/2198.

3 Hélène Claudot-Hawad, 1985, « Adrar des Iforas. Histoire du peuplement », Encyclopédie berbère, II : 147-153.

4 Moraes Farias a commencé à s’intéresser à ces inscriptions dans les années 1970. Son premier article les concernant a été publié dans le Journal des africanistes, 1990, 60, 2 : 65-113. Il leur a ensuite consacré un livre, en 2003, chez Oxford University Press (The British Academy): Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali: Epigraphy, Chronicles, and Songhay-Tuareg History. Sa présente contribution a valeur à la fois de synthèse et de complément d’information, eu égard aux 8 textes non funéraires inédits d’Essouk-Tadmekka qu’il analyse dans l’annexe C, portant ainsi à 114 le nombre d’inscriptions locales en écriture arabe étudiées par ses soins.

5 Les 13 autres annexes rassemblent les données suivantes : B. Les plans des ruines et des cimetières dessinés à partir de photographies aériennes ; C. Huit inscriptions rupestres en écriture arabe inédites ; D. Les observations en fouille, niveau par niveau, propres aux trois sondages ; E. La typologie et la position des tessons de poterie mis au jour ; F. La position de chaque fragment de vaisselle en verre découvert ; G. La position de chaque fragment de perle en verre découvert ; H. La composition chimique des artéfacts en verre ; I. La morphologie de chaque vestige métallurgique mis au jour ; J. Les monnaies en argent et les résultats des analyses archéométriques leur étant relatives ; K. Les analyses physico-chimiques sur chutes de métal ; L. Les deux fragments de tissus découverts ; M. L’identification et la position de chaque reste faunique découvert ; N. L’identification et la position de chaque reste botanique découvert.

6 Pour en savoir plus sur ces expressions rupestres et leurs apports archéologiques, se reporter à Dupuy 2006, « L’Adrar des Iforas à l’époque des chars : art, religion, rapports sociaux et relations à grande distance », Sahara, 17 : 29-50, et Dupuy 2018, « Du port d’objets coudés au port de la lance dans l’Adrar des Iforas : la traduction figurative d’un important virage sociétal », in Dirk Huyge et Francis Van Noten (ed.), What Ever Happened to the People ? Humans and Anthropomorphs in the Rock Art of Northern Africa, Brussels, Royal Academy for Overseas Sciences: 101-117.

7 Ces précieux clichés ont été récupérés par Raymond Mauny avant sa mission de reconnaissance de 1952 à Essouk. Il les a ensuite remis à Moares Farias, qui lui-même les a communiqués à Nixon.

8 Mosquées auxquelles s’est intéressé Patrice Cressier, en 1992, dans son article « Archéologie de la dévotion soufi », Journal des africanistes, 62, 2 : 69-90.

9 Les éponges sont des animaux multicellulaires qui sécrètent dans leur tissu des substances minérales en forme de petits bâtonnets, appelées spicules. La famille des Potamolepsis est commune dans le fleuve Niger.

10 Ces cruches avec col et anse, apparues dans l’Aïr à la fin du Moyen Âge, sont ignorées dans cette monographie. Lire, à leur propos : Jean-Pierre Roset, 1977, « Un site à céramique peinte dans l’Aïr oriental (Niger) », Cahiers ORSTOM, série « Sciences humaines », XIV, 3 : 333-346. Jean-Pierre Roset, 1989, « Assodé », Encyclopédie berbère, VII : 998-1004.

11 Christian Dupuy, Philippe Fluzin, Alain Ploquin, Alain Durand, Christiane Rolando, 2001-2002, « Nouvelles données sur l’Âge ancien des métaux au Mali », Sahara, 13 : 61-90.

12 Jean Devisse, Maurice Picon, 1995, « Questions de pots : à propos des céramiques de Tegdaoust », Actes du Ve Colloque sur la céramique médiévale. Rabat, 11-17 novembre 1991, Rabat, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine : 235-240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Nixon Sam (ed.), 2017, Essouk-Tadmekka. An Early Islamic Trans-Saharan Market Town. Journal of African Archaeology », Journal des africanistes, 89-1 | 2019, 193-198.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Nixon Sam (ed.), 2017, Essouk-Tadmekka. An Early Islamic Trans-Saharan Market Town. Journal of African Archaeology », Journal des africanistes [En ligne], 89-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.8325

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search