Navigation – Plan du site

Enfants et jeunes d’origine africaine en contexte européen. Réaménagements familiaux, thérapies et maladies. Présentation

Charles-Henry Pradelles de Latour et Maria Teixeira
p. 7-11

Texte intégral

1La pluridisciplinarité est l’apanage de ce numéro spécial du Journal des africanistes : l’anthropologie, la sociologie, la médecine, la psychologie et la psychanalyse y sont mobilisées. Nous avons rassemblé des articles présentant les difficultés et les réaménagements familiaux, sociaux et culturels vécus par les jeunes ayant des origines subsahariennes en Europe.

2Les premiers textes retracent des histoires de vie de personnes originaires d’Afrique, des jeunes mères nigérianes immigrées en Italie, un père de famille soninké et ses enfants en banlieue parisienne, et des mineurs non accompagnés arrivés récemment dans le Bordelais. Signalons que ce numéro du Journal des africanistes présente l’originalité de réserver pour la première fois une place aux thérapies transculturelles en Europe.

3Simona Taliani en réfère à l’histoire de sept femmes catholiques en provenance du Nigeria qui, venues à Rome comme les musulmans vont à La Mecque, ont connu à leurs arrivées les tribulations des femmes exploitées sexuellement et économiquement. Dominées par des « Madames » et fragilisées par la précarité, elles n’ont que de très rares opportunités de retrouver un statut socialement acceptable. « Si j’ai un enfant, je ne suis pas prostituée. » Mais après un temps de rémission, leurs conditions de vie de nouvelle mère ne permettent pas aux femmes d’assurer à leur enfant tous les soins tels qu’ils sont pratiqués dans la société d’accueil. Elles sont alors suspectées d’avoir un comportement préjudiciable, voire trop risqué pour le développement équilibré de leur progéniture. De nouvelles difficultés commencent car, en Italie, l’enfant fait l’objet d’une adoption plénière, a clear break. Toutefois, dans ce monde sans lumière, Taliani évoque une lueur, le cas d’une mère qui, ayant appris à se familiariser avec le vocabulaire juridique de l’adoption pour faire valoir ses droits, a lutté contre vents et marées pour ne pas se détacher complètement de ses enfants et arriver à les récupérer, avec leur assentiment. Voilà un accompagnement réussi.

4Charles-Henry Pradelles de Latour relate le cours de la thérapie d’un père de famille soninké qui s’est terminée par l’éradication du maraboutage dont celui-ci était victime avec sa femme et ses enfants. Cette expérience lui a fait découvrir que le maraboutage répandu chez les Soninké n’est pas sans lien avec les accusations de sorcellerie dont il a eu connaissance lors de sa première enquête de terrain chez les Bamiléké du Cameroun. Ces affaires, induites au départ par des querelles entre parents ou entre voisins, relèvent toutes deux, dans leur développement, d’un délire de persécution commun. Les accusations de maraboutage et d’ensorcellement sont délirantes car, hors norme, elles sont incontestables et incontestées. Si les accusations des Soninké et celles des Bamiléké relèvent d’une position subjective identique, la persécution, les formes culturelles qu’elles revêtent chacune dans leur contexte sont différentes. L’une est marquée par les paramètres de l’Islam et la seconde, par l’anthropophagie mythique des Bantous. Autrement dit, le savoir délirant émanant de l’inconscient et les représentations culturelles qui le mettent en scène ne sont pas interdépendants. Grâce à cette séparation, la thérapie du père de famille soninké a été transculturelle car, en occupant la place de tiers extérieur au savoir sous-jacent au maraboutage, le thérapeute occidental a permis à un patient africain de se détacher de sa malédiction sans qu’il sorte pour autant de sa culture.

5Claire Mestre et l’équipe de soins de la consultation ethnopsychiatrique du CHU de Bordeaux postulent au contraire que les données de l’inconscient et de la culture sont étroitement associées. La connaissance de ces associations est au principe même des thérapies effectuées auprès des mineurs non accompagnés africains que des éducateurs viennent leur présenter. L’équipe de soins constituée des représentants de plusieurs disciplines, psychiatres, psychologues, anthropologues, donne pour chaque cas des lectures différentes qui sont discutées en groupe, puis sélectionnées en fonction de leur pertinence avant d’être communiquées au consultant. Le malheur des jeunes immigrés, chargés de nombreux événements traumatiques, est exprimé sous couvert de formes culturelles traditionnelles – malédiction, sorcellerie, esprits nocturnes – qui poussent à leur donner sens. Ce sont ces figurations culturelles des souffrances psychiques qui sont mises en relation avec les conflits oedipiens du sujet en attente de résolution. En fonction de ce présupposé psychanalytique, le thérapeute principal établit les articulations jugées pertinentes entre les données psychiques et culturelles, afin que le patient puisse acquérir une maîtrise nouvelle de son devenir.

6Les dernières contributions rassemblent des textes écrits à plusieurs voix. Le premier, de Doris Bonnet (anthropologue) et Daniel Delanoë (anthropologue, psychiatre), s’appuie sur des consultations de pédopsychiatrie transculturelle pour analyser les parcours de jeunes mineurs non accompagnés. Le second, de Maria Teixeira, François Lionnet, Malika Benkerrou, Serge Gottot et Constant Vodouhe, rassemble une anthropologue, des médecins et le président d’une association de lutte contre la drépanocytose pour analyser le vécu de la douleur et de la souffrance de jeunes atteints de cette pathologie. Enfin, le troisième article, de Gilbert Coyer, Aliou Sy et Fanta Fadiga, s’inscrit dans une approche associant anthropologie et psychologie interculturelle pour identifier les difficultés de communication et les incompréhensions rencontrées par les professionnels de la petite enfance, les parents d’enfants pris en charge et les enfants eux-mêmes.

7L’article de Doris Bonnet et de Daniel Delanoë propose une lecture dynamique de la situation dans laquelle se trouvent les mineurs non accompagnés en France. Pour cela, les auteurs se réfèrent au concept de désaffiliation de Robert Castel en tant qu’effet d’un processus. Les jeunes qu’ils ont rencontrés ont été orientés par l’Aide sociale à l’enfance vers des consultations de pédopsychiatrie, lorsqu’ils avaient des attitudes de repli, présentaient des affects dépressifs, de l’agressivité, ou lorsqu’ils somatisaient et consommaient des psychotropes. Les auteurs ont analysé les entretiens qui se sont déroulés lors de ces consultations de pédopsychiatrie transculturelle. Dans leur analyse, ils ont également mobilisé la notion d’agency d’Alan Prout pour étudier la réactivité des jeunes face à leurs ruptures biographiques. Différents parcours sont retracés dans cet article, et nous pouvons voir que les portraits sociologiques des jeunes se trouvent à cheval sur les sept typologies établies par Angélina Étiemble : l’exilé, le mandaté, l’exploité, le fugueur, l’errant, l’aspirant, le rejoignant. Les auteurs présentent pour leur part des désaffiliations « subies » mais aussi des désaffiliations « choisies ou volontaires ». Pour eux, ce qui caractérise ces jeunes, ce sont des séries de ruptures biographiques, des crises de solidarité familiale et des modèles culturels, ainsi que des situations qui relèvent soit du désengagement familial, soit d’une agency intergénérationnelle.

8Si l’anthropologie dans le champ de la santé s’est intéressée depuis longtemps aux représentations sociales de la maladie, et à ses thérapeutiques, elle s’est pour l’instant, tout du moins en France, peu intéressée aux sensations. Le texte de Maria Teixeira, François Lionnet, Malika Benkerrou, Serge Gottot et Constant Vodouhe adopte une approche phénoménologique du vécu de la douleur et de la souffrance et une analyse thématique recherchant à la fois les spécificités mais aussi les récurrences qui permettent d’identifier un substrat logique commun conduisant à une catégorisation partagée des sensations. La douleur ressentie par les jeunes drépanocytaires provient de l’intérieur ou de l’extérieur du corps, elle peut être médiatisée métaphoriquement par un objet ou non, avoir son ontologie ou s’incarner dans l’image du professionnel de santé sourd aux plaintes douloureuses. Si certains tentent de contrôler la douleur par des actes d’automutilation ou ressentent par moments une volonté d’en finir, d’autres se tournent vers d’autres sphères du social pour trouver des réponses. Les jeunes peuvent avoir recours à plusieurs références religieuses, parfois les cumuler ou passer de l’une à l’autre à la recherche de sens, pour trouver un soulagement à leurs maux, quand ce n’est la guérison. La religion est mobilisée aussi par celles et ceux qui cherchent à trouver la force d’affronter la vie quotidienne, atteindre un bien-être existentiel et demander une protection non seulement pour soi mais aussi pour son entourage.

9L’expérience de Gilbert Coyer, Aliou Sy et Fanta Fadiga auprès des professionnels de la petite enfance les a conduits à constater les difficultés de ces derniers dans le suivi de familles d’origine rurale d’Afrique de l’Ouest, et le désarroi des familles face aux modèles de maternage et d’éducation de la société d’accueil. Dans certaines situations interculturelles, les professionnels ont besoin d’informations culturelles. Cependant, lorsqu’elles sont délivrées, ces informations doivent être ajustées aux réalités des différentes professions de la petite enfance : pour qu’elles soient efficaces dans leurs pratiques, les professionnels doivent, en effet, pouvoir se les approprier. Dès l’accueil en crèche, des adaptations sont nécessaires afin qu’une relation sécurisante s’installe entre l’enfant, les parents et les professionnels de la petite enfance. Aussi une compréhension globale de la situation et une approche ethnographique sont-elles nécessaires à une bonne compréhension des cas pris en charge. « Tant que les problèmes familiaux ne sont pas traités à leur source, les professionnels de la protection infantile sont vécus comme intrusifs et les tensions familiales ne manquent pas de se reporter sur eux », soulignent les auteurs. Aussi faut-il aider les professionnels à ne pas se noyer dans la recherche d’informations culturelles, ou à ne considérer que des aspects partiels de la parentalité : leurs compétences viennent de leurs capacités à relier chaque point à un ensemble pour le rendre intelligible.

10Ces apports pluridisciplinaires s’adressent à un large public, qui inclut les professionnels de la santé et de l’aide sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-Henry Pradelles de Latour et Maria Teixeira, « Enfants et jeunes d’origine africaine en contexte européen. Réaménagements familiaux, thérapies et maladies. Présentation », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 7-11.

Référence électronique

Charles-Henry Pradelles de Latour et Maria Teixeira, « Enfants et jeunes d’origine africaine en contexte européen. Réaménagements familiaux, thérapies et maladies. Présentation », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8341

Haut de page

Auteurs

Charles-Henry Pradelles de Latour

Maître de recherches honoraire du CNRS

Articles du même auteur

Maria Teixeira

Anthropologue, UMR 1123 ECEVE-INSERM Université de Paris, ICM-HEALTH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals