Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam

Claude-Hélène Perrot (1928-2019)

Gérard Chouin
p. 196-197

Texte intégral

1J’ai rencontré Claude-Hélène Perrot au début des années 1990, au moment même où elle se préparait à quitter ses fonctions d’enseignante à l’université de Paris 1. Je faisais alors mes premiers pas d’étudiant dans la recherche. Entre 1990 et 1991, je suivis son cours d’introduction à l’anthropologie de l’Afrique pour historiens – une révélation –, puis son cours de troisième année sur les relations de voyage européennes dans le golfe de Guinée des xviie et xviiie siècles comme sources historiques. Assis dans la salle Marc Bloch, je me régalais de la puissance intellectuelle et de l’esprit incisif de cette femme qui donnait tout mais semblait ne rien pardonner. Je ne savais pas encore combien elle allait influencer ma vie, comme celle de beaucoup d’autres avant moi.

2Claude-Hélène ne laissait personne indifférent, tant parmi les étudiant·e·s que parmi ses confrères et consœurs. Elle-même avait des idées bien arrêtées sur les gens et les choses. Certain·e·s craignaient sa plume acérée, sa vision sans compromis, ses commentaires critiques qui pouvaient vous envoyer au tapis, mais beaucoup d’entre nous, ses élèves, ses amis et ses collègues, ont eu accès à l’être humain derrière le bourreau de travail aux légendes noires et dorées, et nous avons goûté de sa générosité. Beaucoup d’entre nous, les oiseaux migrateurs de passage à Paris, avions fait de son appartement de la rue Damesme notre nid temporaire, et autour de sa table, nous nous croisions dans la joie et la tolérance. Claude-Hélène, notre inoubliable hôtesse, qui nourrissait les cœurs de sa loyauté envers chacun de nous, qui nourrissait notre âme par ses souvenirs et son esprit, n’oubliait jamais non plus de nourrir les ventres, avec de ses petits repas mijotés qu’accompagnaient une bouteille de vin et un fromage de Franche-Comté. Claude-Hélène aimait les gens, mais pas tous. Quant à nous, les oiseaux de passage, depuis son départ le 16 juillet 2019, nous sommes tombés du nid, mais non sans emporter un peu de l’esprit et de la méthode Claude-Hélène. Il s’agira de les faire vivre à travers nous, tâche ardue tant son œuvre est unique.

3Claude-Hélène Perrot a inventé une manière particulière d’écrire l’histoire. Une histoire au « ras du sol », comme elle aimait le rappeler, une histoire des petites et grandes gens inscrites dans des terroirs aux temporalités enchevêtrées, une histoire épaissie par l’invisible, les rituels, les liens de parenté mais aussi par la réalité du quotidien, du politique et des conflits. Cette manière d’histoire, il me semble, échappe aux étiquettes disciplinaires. Des ouvrages tels que Les Anyi-Ndenye et le pouvoir aux xviiie et xixe siècles (Publications de la Sorbonne, 1982) et, plus récemment, Les Éotilé de Côte-d’Ivoire aux xviiie et xixe siècles. Pouvoir lignager et religion (id., 2008), occupent une place à part dans l’historiographie de l’Afrique. Uniques, ils le sont autant par leur format et leur iconographie, leur ampleur méthodologique, la qualité et la diversité des sources, que par l’humilité de l’artisane-historienne qui savait à la fois transformer des lieux inédits en objet d’histoire, fixer ensemble les fragments subtils du passé en un canevas à la profondeur insoupçonnée et, surtout, s’effacer derrière les voix des gens qui lui confièrent leur connaissance de ce passé qu’ils avaient en partage. En Côte d’Ivoire – ce pays aimé entre tous, et dont les déchirements récents la firent tant souffrir –, les livres de Claude-Hélène sont lus parce qu’ils sont des miroirs qui renvoient à des histoires fortes, vraies, qui entrent en résonance avec un passé tangible, accessible et mémorable. Si je devais ne retenir qu’une chose de Claude-Hélène, ce serait cette humilité et cette simplicité dans sa façon d’être qui renvoie à ses origines provinciales, dans le pays franc-comtois où elle retournait chaque été. C’est là, dès l’enfance, qu’elle puisa les thèmes qui allaient marquer son itinéraire intellectuel – le fait religieux, le rapport à la terre et aux saisons, l’observation du quotidien qui structurent les mondes ruraux.

4Ce n’est pas un hasard si les héros qui inspirèrent Claude-Hélène étaient d’humble extraction, tels Jean Godot, simple garde-marine auquel on doit une superbe description des lagunes du sud-est de la Côte d’Ivoire à l’aube du xiiie siècle, ou le Bressois Marie-Joseph Bonnat, dont elle reconstitua la vie mouvementée entre le delta du Niger et le pays ashanti, dans la seconde moitié du xixe siècle, à l’occasion d’une édition de ses carnets, sans oublier Georges Balandier, fils de cheminot, qui fut son maître à la manière dont elle fut le mien, et qui la devança de peu dans la mort.

5Durant les dernières années de sa vie, Claude-Hélène était demeurée active, défiant avec courage l’inexorable progression de l’âge qu’elle redoutait. Les ouvrages en mémoire d’Yves Person qui se sont succédé ces dernières années témoignent de son désir de ne pas quitter la scène académique avant cet ultime geste à l’égard de celui auquel elle avait succédé en tant que professeure, et dont elle admirait l’œuvre et l’engagement. Dans le plus pur style Claude-Hélène, elle tirait donc sa révérence en célébrant l’œuvre d’un autre. Dans le même temps, elle travaillait à organiser ses propres archives, et plus particulièrement ses cahiers de terrain, où des générations de chercheur·e·s puiseront de quoi poursuivre sa quête d’histoire.

6Ma dernière rencontre avec Claude-Hélène fut difficile, et je perçus dans ses yeux la grande lassitude des derniers tourments. Elle me reconnut ; je lui pris les mains qu’elle serra fort. Elle percevait bien des ombres dans sa chambre d’hôpital, et en appelait au grand départ. Elle laisse derrière elle un sillage que nous nous devons de ne pas laisser se refermer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouin, « Claude-Hélène Perrot (1928-2019) », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 196-197.

Référence électronique

Gérard Chouin, « Claude-Hélène Perrot (1928-2019) », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8738

Haut de page

Auteur

Gérard Chouin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals