Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam

Claude-Hélène Perrot (1928-2019)

François Gaulme
p. 198-204

Texte intégral

1Il est impossible de ne pas être réducteur, en évoquant la richesse de la vie et des travaux de Claude-Hélène Perrot qui nous a quittés le 16 juillet 2019, paisiblement mais après une douloureuse épreuve ayant fini par priver sa famille et ses amis, en Afrique comme en France, de la joie de vivre et du dynamisme dont elle rayonnait.

2Fière de ses origines, celle qui refusait un intellectualisme sec dans ses publications comme dans sa pratique universitaire se ressourçait en Franche-Comté tous les étés et aimait citer la belle devise de sa province : « Comtois, rends-toi ! — Nenni, ma foi ! » Celle-ci convenait admirablement à cette sœur de grand résistant dont la vie et l’œuvre furent marquées par l’esprit d’indépendance, l’intrépidité sur le terrain et dans les joutes académiques, le désintéressement et la passion incessante pour les causes qu’elle défendait.

3La vie et l’œuvre (au sens large du terme et sans la limiter à son aspect écrit) de Claude-Hélène Perrot sont donc inséparables, comme l’ont révélé deux moments que, dans un regard rétrospectif, elle avait vécus comme très forts dans sa relation à l’Afrique, à la Côte d’Ivoire et à son propre rôle d’historienne de la tradition orale dans l’archipel de l’africanisme.

  • 1 Voir le compte rendu qu’elle en a fait elle-même. Perrot Claude-Hélène, « Claude-Hélène Perrot. Les (...)

4Le premier fut sa visite cérémonielle1 à la cour royale d’Abengourou puis à Abidjan, en octobre 2014 (elle avait alors 86 ans révolus) à l’invitation du roi de l’Indenyé, Boa Kouassi III, pour le lancement de la réédition, en Côte d’Ivoire et aux frais du monarque, de sa thèse d’État publiée par les Éditions de la Sorbonne en 1982 et qui était devenue un classique épuisé depuis longtemps, Les Anyi-Ndenyé et le pouvoir politique aux xviiie et xixe siècles.

  • 2 Claude-Hélène Perrot, « Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017 », Journ (...)

5La seconde fut l’hommage personnel très ému, mais aussi très précis quant aux enjeux scientifiques considérés, qu’elle rendit à son maître Georges Balandier, le 8 juin 2017, au musée du quai Branly, à Paris, devant notre société réunie pour son assemblée générale annuelle2. Cette intervention résume très clairement l’esprit de ses propres travaux et le sens de son positionnement universitaire personnel.

6Elle y a souligné avec force « l’importance décisive », selon ses propres termes, d’une personnalité universitaire majeure que l’on opposait alors volontiers à Lévi-Strauss ou à Griaule dans son orientation scientifique, sa méthodologie et son approche du terrain pour une prise en compte dynamique des sociétés africaines. Dans ses premières recherches sur le monde akan (Anyi) et lagunaire (Éotilé) entamées en 1963 en Côte d’Ivoire où, comme bien d’autres alors, elle se trouvait chargée de contribuer, au lendemain des indépendances, à la transition entre un système éducatif colonial aboli et les générations montantes d’enseignants africains engagés, souvent avec un enthousiasme que l’on a peine à imaginer aujourd’hui, dans une nouvelle construction nationale. Je ne saurais mieux faire que la citer :

Au cours de mes enquêtes et de diverses expériences vécues, une évidence s’imposa à moi : le fluide de l’histoire avait pénétré de toutes parts l’ancienne société anyi. Or, que nous avait appris Georges Balandier ? Qu’aucune société humaine ne s’est trouvée hors de l’histoire.

7Méthodologiquement, cela se traduisait par une pluridisciplinarité, ou plutôt une véritable ambiguïté disciplinaire faisant qu’on l’a décrit tantôt comme un sociologue (des « Brazzaville noires »), tantôt comme un anthropologue (du Bwiti fang) voire comme un historien (du royaume du Kongo). Comme le disait, dans son hommage, Claude-Hélène Perrot, en ajoutant qu’elle avait constaté pour sa part sur le terrain ivoirien la valeur des positions de son maître, « les frontières établies entre les disciplines – en particulier entre sociologie et anthropologie – ne l’intéressaient guère. Ce qui m’apparaissait, c’était la nécessité de conjuguer plusieurs disciplines. »

  • 3 Et notamment de son livre fondateur de cette problématique, en 1961, De la tradition orale. Essai d (...)

8Au croisement d’une autre influence déterminante, qui fut aussi la mienne pour le Gabon côtier, celle de Jan Vansina3, Claude-Hélène Perrot a trouvé une voie de recherche historique dominée par l’étude de la tradition orale. La qualité de ses recherches est telle, dans ce domaine que, rétrospectivement, cette vocation personnelle lui semble venue naturellement, tant elle a compté dans sa vie, son enseignement et ses écrits jusqu’à la fin de sa carrière.

  • 4 Claude-Hélène Perrot, Les Sothos et les missionnaires européens, annales de l’université d’Abidjan, (...)

9Rien n’est plus faux, pourtant. Elle n’aimait pas en effet que je lui parle en bien de son premier travail, d’un talent déjà évident, sur le Lesotho du xixe siècle4 et que, tout jeune africaniste, j’avais découvert par hasard à Libreville ; c’est qu’il avait été effectué à partir d’archives missionnaires françaises et qu’elle le dépréciait en cela ! Pour elle, tout avait commencé finalement dans la plénitude de la recherche historique, en 1963, avec le choc du terrain ivoirien et de sa découverte de la richesse potentielle qui émanait directement de sociétés vivant leur histoire, dominées par un aspect politique inséparable du religieux et surmontant des crises successives. Comme elle le disait elle-même devant notre société :

Après quelques tâtonnements, un objectif ne tarda pas à s’imposer à moi : sortir de l’ombre l’histoire de ces […] peuples antérieurement à la colonisation. Ces sources non écrites, qui ne se limitaient pas aux seuls récits, formaient l’écrasante majorité de ma documentation. Or, la formation d’historienne que j’avais reçue à la Sorbonne avait été basée exclusivement sur l’exploitation de documents écrits.

10L’essentiel de ses recherches est en effet consacré à la Côte d’Ivoire, qui est devenue sa seconde patrie, comme en témoignait la présence d’Ivoiriens accomplissant des rites traditionnels lors de sa mise en bière, à Paris, en juillet dernier.

11N’étant pas moi-même un spécialiste de ce pays, j’ai pu m’appuyer sur le témoignage de collègues pour y replacer avec précision sa carrière et ses travaux en un temps exceptionnellement favorable à la recherche africaniste française, avec une multitude de talents qui convergeaient, bien au-delà de la seule anthropologie.

12Claude-Hélène Perrot arrive en Côte d’Ivoire en 1963, comme enseignant-chercheur en histoire à l’École des lettres d’Abidjan, qui deviendra, en 1964, l’une des composantes de la toute nouvelle université de Cocody. Elle séjournera et travaillera en Côte d’Ivoire jusqu’en 1971, avant de retourner à Paris, mais y effectuera ensuite régulièrement des missions de recherche et d’enseignement, surtout après sa nomination comme maître de conférences et enfin professeur au Centres d’études africaines de l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, où elle reprit la chaire d’Yves Person.

13Parmi un choix alors très ouvert de terrains potentiels de recherches, pourquoi Claude-Hélène Perrot se dirigea-t-elle vers deux sociétés du groupe culturel akan, Anyi, puis Éotilé ? Bien que nous ayons partagé une attirance spontanée envers les sociétés côtières du golfe de Guinée, elle ne m’a jamais vraiment fourni de réponse à cette question. Le contexte politico-économique se prêtait sans doute à son choix. À l’époque du « miracle ivoirien », le pays devenant progressivement le premier producteur mondial de cacao, le développement initial et spectaculaire de cette culture dans le Sud-Est attirait naturellement l’attention sur l’aire de peuplement akan. Le revenu monétaire injecté dans l’économie locale grâce à cette production de rente faisait évoluer très rapidement l’organisation sociale des sociétés concernées et modifiait leurs normes de fonctionnement traditionnelles. L’appréhension de ce passage de la « tradition » à la « modernité », l’un des thèmes dominants de l’enseignement de Georges Balandier, ne pouvait être qu’un sujet de recherche passionnant pour une historienne des faits sociaux plus que des événements comme l’était déjà devenue Claude-Hélène Perrot.

14Un autre élément d’explication entre en jeu : la complémentarité des recherches qu’elle entreprenait avec celles déjà effectuées sur une Côte d’Ivoire comptant quelque 60 ethnies, réparties entre 4 grands groupes culturels (Akan, Krou, « Voltaïques » et Mandé). Avant 1960, plusieurs de ces ethnies avaient déjà fait l’objet d’approches plus ou moins ponctuelles de la part d’administrateurs coloniaux (parmi lesquels il convient de citer Maurice Delafosse). Yves Person (futur professeur à la Sorbonne) entreprit, dans la décennie 1950, un travail colossal sur les Dyula de Kong –, mais quelques-unes seulement ont été appréhendées, dans les années 1950, par des chercheurs en sciences sociales ne relevant pas de l’administration coloniale, et sous la forme d’approches de type résolument monographiques, avec Hans Himmelheber sur les Dan, Bohumil Holas sur les Sénoufo et les Minianka, Denise Paulme sur les Bété, Ariane Deluz et Claude Meillassoux sur les Gouro, François-Joseph Amon d’Aby sur les Anyi.

15Un champ de recherche très large restait ainsi ouvert en Côte d’Ivoire, au lendemain de l’indépendance, pour mieux connaître son univers ethnique. Claude-Hélène Perrot s’orienta alors vers le groupe culturel akan : en un premier temps, sur l’une de ses composantes à structure politique traditionnelle de type étatique de l’Intérieur, le royaume de l’Indenyé du Centre-Est du pays ; en un deuxième temps sur une société lagunaire de type lignager, les Éotilé du Sud-Est.

16Au cours de la même décennie, de nombreuses recherches du même type étaient entreprises sur d’autres groupes ethniques : les Baoulé par Pierre Étienne, Vincent Guerry, Jean-Pierre Chauveau, les Dida par Emmanuel Terray, les Alladian par Marc Augé, les Koulango par Jean-Louis Boutillier, les Adioukrou par Harris Memel-Foté, différentes ethnies du groupe akan par Georges Niangoran-Bouah, les Toura par Bohumil Holas, les Djimini par Jean-Claude Thoret, les Guéré/Wè par Alfred Schwartz. Les connaissances ainsi accumulées allaient d’ailleurs permettre l’élaboration, en 1974, d’une carte commentée des « groupes culturels et ethniques » de Côte d’Ivoire, dans le cadre de la réalisation de l’Atlas de Côte d’Ivoire, carte à l’élaboration de laquelle Claude-Hélène Perrot prit une part active.

17Il est illusoire de prétendre résumer l’itinéraire, professionnel et personnel, de Claude-Hélène Perrot en Côte d’Ivoire, tant il a été riche et engagé. Limitons-nous donc, quelque peu arbitrairement, à deux aspects qui me paraissent essentiels.

18J’insisterai avant tout sur la valeur de sa démarche de terrain, conséquence directe de ses options méthodologiques, mais aussi expression éminente de sa très forte personnalité. Recueillir des traditions orales n’est pas une tâche allant de soi. Elle implique un véritable climat de confiance, voire de complicité avec les détenteurs du savoir traditionnel. Pour cela, il fallait, bien au-delà de l’ethos classique de l’historien, vivre au sein du groupe dont on recherche le passé mémoriel, parler sa langue et s’y fondre au quotidien en partageant pleinement son existence et son destin. C’est le choix que fera Claude-Hélène Perrot, aussi bien à Zaranou, la localité dans laquelle elle décidera de s’établir chez les Anyi de l’Indénye, qu’à Adiaké, son lieu de vie en pays éotile, sur la lagune Aby.

19Un autre aspect plus difficile à cerner et plus délicat à exprimer, mais qui me semble non moins important dans l’attitude de Claude-Hélène Perrot en Côte d’Ivoire et même dans l’ensemble de sa vie, a trait au domaine de l’invisible et de la spiritualité.

20Comme son maître Georges Balandier, elle se rattachait politiquement et intellectuellement à une gauche que l’on pourrait qualifier d’agnostique, mais qui savait pour autant reconnaître la place centrale du religieux en Afrique, y compris au sein d’une « modernité » montante.

21Au croisement de ses préoccupations professionnelles et de sa sensibilité personnelle, elle fut ainsi proche, à Abidjan, d’un prêtre jésuite et anthropologue, Claude Pairault, spécialiste du pays d’Iro du Sud tchadien, l’un des fondateurs, en 1964, de l’Institut africain pour le développement économique et social (Inades), et dirigea aussi pendant dix ans l’Institut d’ethnosociologie de l’université de Cocody. Comme elle me l’a dit, c’est pour éviter l’équivoque dans l’assonance de son nom avec celui de Claude Pairault qu’elle rajouta alors son second prénom, « Hélène », à sa signature scientifique.

22Elle fréquentera aussi un autre jésuite de l’Inades, Raymond Deniel, sociologue de la Haute-Volta (aujourd’hui Burkina Faso), puis de la Côte d’Ivoire à partir des années 1970.

  • 5 Sur ce maître spirituel, voir notamment Marie Miran-Guyon, « Les mille et une vies d’El Hadj G. Bou (...)
  • 6 Gwenolé Jeusset, Raymond Deniel, Ami de Dieu et notre ami : El Hadj G. Boubakar Sakho, Abidjan, Ina (...)

23Claude-Hélène Perrot, Claude Pairault et Raymond Deniel dialogueront ensemble avec un personnage hors norme de la communauté musulmane abidjanaise, El Hadj Sakho Boubacar (1903-1997), surnommé « le sage de Treichville5 », animateur d’un groupe de rencontre informel entre musulmans et chrétiens fondé en 1970, et dont le chef de file était un franciscain, Gwenolé Jeusset, membre de la commission « Islam » du Vatican. De cette rencontre sortira notamment un petit livre publié par l’Inades, Ami de Dieu et notre ami, un recueil de sagesse dont El Hadj Sakho Boubacar souhaitait faire part au plus large public possible dans le cadre de ce dialogue islamo-chrétien6. Jusqu’à la fin, Claude-Hélène Perrot resta très proche de la famille de celui qu’elle considérait comme un véritable père spirituel, dont elle conservait la photo chez elle à Paris et qu’elle tint à me faire rencontrer lors d’un passage à Abidjan, en 1994.

24Par ailleurs, elle fut toute sa vie extrêmement sensible à l’esprit et à la survie des croyances et des rites de la tradition africaine, et singulièrement du monde akan, mis à mal par le changement social et religieux. Dans son comportement personnel, elle en respectait et défendait tous les impératifs au quotidien, avec une « piété » digne de celle des Anciens.

25Faute de place, je n’évoquerai qu’allusivement ses nombreux combats comme professeur à Paris 1. Ils allèrent de la critique du courant « afro-centriste » (une querelle scientifique fort heureusement un peu atténuée aujourd’hui) à la défense ces dernières années de la mémoire d’Yves Person, dont elle vénérait la mémoire à l’égal de celle de Georges Balandier.

  • 7 Claude-Hélène Perrot, François-Xavier Fauvelle (dir.), Le Retour des rois. Les autorités traditionn (...)

26Pour moi qui l’avais connue au séminaire des Hautes Études de ce dernier, au début des années 1970, son principal apport de cette dernière partie de sa vie professionnelle fut double : fidélité à une historiographie de la tradition orale « précoloniale » des peuples africains, face à une nouvelle école plus portée désormais sur l’étude de la période coloniale et postcoloniale ; mise en évidence du phénomène de « retour des rois7 » et de la chefferie traditionnelle dans des pays africains confrontés à une crise politique et sécuritaire montante depuis la fin de la confrontation Est-Ouest au niveau mondial, ce qui se traduisit par le travail pionnier entrepris conjointement avec François Xavier-Fauvelle et de nombreux jeunes chercheurs.

  • 8 Claude-Hélène Perrot, Les Éotilé de Côte d’Ivoire aux xviiie et xixe siècles. Pouvoir lignager et r (...)
  • 9 Claude-Hélène Perrot, Albert van Dantzig (dir.), Marie-Joseph Bonnat et les Ashanti. Journal (1869- (...)

27Pendant ce temps, Claude-Hélène poursuivait aussi, avec sa passion habituelle, des travaux purement personnels, comme son histoire des Éotilé8, non moins remarquable que celle de l’Indenyé qui l’avait précédée, et l’édition critique du journal du commerçant français Bonnat, prisonnier des Ashanti à la fin du xixe siècle9. Ce dernier ouvrage montre qu’elle était loin d’avoir une vue sectaire de la « tradition orale » comme source presque exclusive de l’histoire précoloniale.

28Elle entretenait parallèlement, depuis Paris, des amitiés idéologiques et personnelles avec nombre d’universitaires africains, au-delà de la seule Côte d’Ivoire : je ne citerai ici que des très proches, comme Bintou Sanankoua, à Bamako, et Théodore Nicoué Gayibor, à Lomé.

29Pour conclure, rien ne résume mieux la vie et les engagements de Claude-Hélène Perrot que cet extrait de faire-part publié à Abidjan, le 22 juillet 2019 :

  • 10 Fratmat Info, Nécrologie de Claude-Hélène Perrot, consultée le 29 novembre 2019 sur le site https:/ (...)

Nanan Boa Kouassi III, Roi de l’Indénié et la famille royale, les membres de la famille Perrot, les Chefs traditionnels de l’Indénié, les Chefs traditionnels Éotilé, Madame La Grande Chancelière Henriette Dagri Diabaté, Monsieur le ministre Amoakon Edjampan Thiémélé, les élus et les cadres de l’Indénié, les élus et les cadres Éotilé, ses collègues universitaires en France et en Côte d’Ivoire, la famille El Hadj Boubacar Sakho à Abidjan, ses nombreux amis, ses anciens étudiants, ont la tristesse de faire part du décès de : CLAUDE-HÉLÈNE PERROT Historienne de l’Afrique, Spécialiste des Anyi-Ndenyé et des Éotilé10.

30Paris, 28 novembre 2019

Haut de page

Notes

1 Voir le compte rendu qu’elle en a fait elle-même. Perrot Claude-Hélène, « Claude-Hélène Perrot. Les Anyi-Ndényé et le pouvoir politique aux xviiie et xixe siècles », Afrique contemporaine, 2015/2 (no 254), p. 129-132, URL : www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2015-2-page-129.htm.

2 Claude-Hélène Perrot, « Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017 », Journal des africanistes 87 (1-2), 2017, en ligne : http://journals.openedition.org/africanistes/5946 (consulté le 26 novembre 2019).

3 Et notamment de son livre fondateur de cette problématique, en 1961, De la tradition orale. Essai de méthode historique, « Annales Sciences humaines » no 16, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale.

4 Claude-Hélène Perrot, Les Sothos et les missionnaires européens, annales de l’université d’Abidjan, série F, t. II/1, 1970.

5 Sur ce maître spirituel, voir notamment Marie Miran-Guyon, « Les mille et une vies d’El Hadj G. Boubacar Sakho, le sage de Treichville (1903- 1997) », in Alain Rouaud (dir.), Les orientalistes sont des aventuriers, Guirlande offerte Joseph Tubiana par ses élèves et ses amis, Paris, Sépia, 1999, p. 267-272.

6 Gwenolé Jeusset, Raymond Deniel, Ami de Dieu et notre ami : El Hadj G. Boubakar Sakho, Abidjan, Inades, 1986.

7 Claude-Hélène Perrot, François-Xavier Fauvelle (dir.), Le Retour des rois. Les autorités traditionnelles et l’État dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2003.

8 Claude-Hélène Perrot, Les Éotilé de Côte d’Ivoire aux xviiie et xixe siècles. Pouvoir lignager et religion, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008.

9 Claude-Hélène Perrot, Albert van Dantzig (dir.), Marie-Joseph Bonnat et les Ashanti. Journal (1869-1874), Paris, Société des africanistes, 1994.

10 Fratmat Info, Nécrologie de Claude-Hélène Perrot, consultée le 29 novembre 2019 sur le site https://www.fratmat.info/index.php/necrologie/necrologie-claude-helene-perrot-historienne-de-l-afrique-specialiste-des-anyi-ndenye-et-des-eotile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gaulme, « Claude-Hélène Perrot (1928-2019) », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 198-204.

Référence électronique

François Gaulme, « Claude-Hélène Perrot (1928-2019) », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8741

Haut de page

Auteur

François Gaulme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals