Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Augé Marc, Colleyn Jean-Paul, Clippel Catherine de, Dozon Jean-Pierre, 2019, Vivre avec les dieux. Sur le terrain de l’anthropologie visuelle

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, « 54 », 304 p. (+ 2 DVD).
Damien Mottier
p. 206-210

Texte intégral

1Vivre avec les dieux est le titre d’une série de films réalisés par Jean-Paul Colleyn de 1984 à 1993 pour la RTBF (radio-télévision publique de la communauté française de Belgique), la RTSR (radio-télévision suisse romande) et la Sept-Arte. Mais c’est désormais plus que cela : une édition multimédia, publiée dans la collection « 54 » des Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Combinant texte, photographies et films, cette édition réunit pour la première fois les cinq films de la série en 2 DVD et revient dans le livre sur dix années de collaboration entre une équipe d’anthropologues et de cinéastes.

  • 1 Jean-Paul Colleyn, 1988, Les Chemins de Nya. Culte de possession au Mali, Paris, Éditions de l’Écol (...)
  • 2 Sur ces liens étroits, voir : Jean-Paul Colleyn, 1988, Anthropologie visuelle et études africaines, (...)

2Le sous-titre, « sur le terrain de l’anthropologie visuelle », a évidemment son importance. Définie par les auteurs comme une double perspective de recherche – « l’utilisation des techniques audiovisuelles pour l’enquête et la publication d’une part, et l’étude des documents audiovisuels considérés comme sources d’autre part » (p. 11) –, l’anthropologie visuelle a singulièrement frayé son chemin à l’EHESS dans le sillage de cette série. Menant une carrière de réalisateur de documentaires en parallèle de son engagement ethnographique au Mali chez les Minyanka1, Colleyn y a développé, dans les années 1990, une nouvelle conception du film en anthropologie en relation avec Marc Augé et d’autres ethnologues et cinéastes africanistes (Éliane de Latour, Marc-Henri Piault et Jean-Claude Penrad). Ils se réunissaient, parfois en présence de Jean-Pierre Dozon, Gérard Althabe ou encore Emmanuel Terray, lors de séances de séminaires au cours desquelles les liens étroits entre études africaines et film ethnographique2 ont été reconfigurés, pour favoriser l’émergence d’une anthropologie visuelle du contemporain.

  • 3 Marc Augé, 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier.

3Plus de trente ans après la réalisation du premier film, les auteurs ont donc jugé utile de revenir sur leur démarche et de l’inscrire dans un moment important de l’anthropologie française, marqué par la personnalité d’Augé. Le livre est composé en quatre parties. La première offre une synthèse sur l’anthropologie visuelle et l’écriture documentaire de l’anthropologie, tandis que les trois suivantes mettent en perspective, à l’appui d’introductions circonstanciées des phénomènes étudiés, la manière dont les auteurs ont procédé pour réaliser ces ethnographies filmées sur différents terrains. La dimension comparative de la série est justifiée par un cadre théorique qui croise étude du religieux et anthropologie de la maladie puis qui débouche, au terme du parcours, sur une anthropologie des mondes contemporains3.

4Réinvestis dans le texte sous différentes formes (script des films et transcription d’une sélection de rushes), les images et les sons sont les principaux matériaux du livre et la logique de la série demeure son principe organisateur. Une fois n’est pas coutume, il est donc judicieux de partir des films pour discuter cette édition multimédia, dont l’immense mérite est de parvenir à concilier pratique du terrain et théorie générale de l’anthropologie, itinéraires personnels de recherche et travail d’équipe, écriture filmique et ethnographies comparées.

  • 4 Le premier film de la série a été réalisé par Colleyn avec Manu Bonmariage (N’kipti, la rancune et (...)

5L’idée centrale de la série Vivre avec les dieux est de « montrer en divers lieux de la planète l’objet du rite dans le cadre d’une théorie générale des médiations » (p. 10). Réalisés par Colleyn4, les cinq films s’appuient sur une ethnographie préalablement élaborée par quatre anthropologues qui ont mis leur connaissance du terrain au service de l’écriture filmique des savoirs ethnologiques : Augé, Dozon, Véronique Boyer et Gemma Orobigt.

6Les deux premiers films sont consacrés aux prophétismes ivoiriens. N’kipti, la rancune et le prophète (1984) est une étude de cas centrée sur la communauté thérapeutique du prophète Sébim Odjo, analysée par Augé en pays adyukru. Il s’attache à décrire la prise en charge des malades et porte l’attention sur l’organisation de la communauté, les mots qui interprètent le malheur et la maladie, les manipulations corporelles et les gestes thérapeutiques. Bénéficiant d’un accompagnement individuel, chaque malade participe aux activités communautaires et aux rituels collectifs qui structurent l’emploi du temps quotidien, puis s’en retourne à une vie normale après un séjour de durée variable dans ce village thérapeutique. La prise en charge de Delphine, jeune femme avec laquelle Odjo engage un spectaculaire corps-à-corps pour combattre la rancune de ses oncles qui l’accusent d’adultère, est particulièrement frappant et difficilement traduisible autrement que par les moyens de l’image animée et du son.

  • 5 Monsieur Albert prophète a été présenté en « première mondiale » lors de la rencontre international (...)
  • 6 Jean-Pierre Dozon, 1995, La Cause des prophètes. Politique et religion en Afrique contemporaine, Pa (...)

7Introduit par des images d’archives, le deuxième film, Prophètes en leur pays (1988), met en perspective l’histoire récente de la Côte d’Ivoire à travers les mouvements prophétiques initiés par William Wadé Harris au début du xxe siècle. Il présente une multiplicité de figures contemporaines de prophètes-guérisseurs (Papa nouveau, Samuel Gohi, Victor Dogho Nemelin, Essan, Kokangba et John Ahui) et témoigne de l’intrication des dimensions thérapeutiques et politiques, tout en analysant la contribution originale de ces mouvements prophétiques à la construction de la nation ivoirienne. Certes, les absences du célèbre Albert Atcho, que Jean Rouch avait filmé et étudié5, ou encore de Gbahié Koudou Jeannot, qui avait provoqué la « stupéfaction ethnologique » de Dozon (p. 126), sont regrettées par les auteurs. Mais ce film parvient à valoriser la diversité de ces figures de prophètes. Il constitue, en outre, une étape importante du travail de Dozon qui a publié, quelques années plus tard, un livre de référence sur ce sujet6. Et il est remarquable qu’il se cache toujours, en sous-texte des cinq films de cette série, une ethnographie au long cours et un livre achevé sinon en devenir.

  • 7 Marc Augé, 1988, Le Dieu objet, Paris, Flammarion.

8L’exemple le plus frappant de ces affinités entre ethnographie textuelle et ethnographie filmée est sans aucun doute le troisième film, Les Dieux-objets (1989). Inspiré d’un livre au titre (presque) éponyme d’Augé7, ce film déplace le terrain des prophétismes ivoiriens aux pratiques vodu du Togo. Les dieux-objets vodu, à la « figuration volontairement échouée », sont le point nodal de relations sociales fondées sur l’alliance et le lignage (p. 174-175). C’est ici à une pensée anthropologique des réseaux de relations médiatisées par la « pure matérialité » de dieux-objets que nous introduit le film, dans un contexte lignager qui, à la différence de la Côte d’Ivoire, a été peu transformé par l’activité des prophètes. Le film narre la prise en charge par le prêtre vodu Séwavi Wilson de l’un de ces disciples, gravement malade : l’interprétation à donner à sa maladie – « le sens du mal » – est au centre du questionnement, de même que les stratégies d’installation et de renforcement de la puissance agissante de ces dieux-objets.

  • 8 Véronique Boyer, 1993, Femmes et cultes de possession au Brésil. Les compagnons invisibles, Paris, (...)
  • 9 Cabocle est un terme polysémique qui désigne une divinité.

9Cette approche comparée des itinéraires thérapeutiques et de la variété religieuse des offres de soins se déplace ensuite de l’Afrique de l’Ouest à l’Amérique latine. Réalisé en lien avec le travail de Boyer8 sur les cultes afro-brésiliens de l’Umbanda au Brésil, le quatrième film, Les Esprits de la ville (1991), est l’un des plus réussis de la série. Précis sur le plan ethnographique, il est également parfaitement maîtrisé sur le plan narratif : des femmes chefs de culte sont présentées alternativement et convergent vers une célébration organisée par l’une d’elles. Figures ambivalentes (mères de famille et mères de saint), ces femmes médiums sont abandonnées par leurs hommes et élèvent seules leurs enfants et petits-enfants dans la périphérie de Belém. Elles se construisent en double avec leur cabocle9 pour contester le pouvoir des hommes. Otilia est ainsi possédée par Ita, cabocle dont elle interprète personnellement la divine présence. Préparant la fête anniversaire de cette dernière, Otilia invite dans son terreiro d’autres mères de saints qui se regroupent dans une séquence finale donnant à voir et à entendre certains aspects de ces rites de possession.

  • 10 Gemma Orogibt, 1998, Les Pumé et leurs rêves. Étude d’un groupe d’indien des plaines du Venezuela, (...)

10Enfin, le dernier film, La Nuit des Indiens pumé (1993), est consacré à l’activité rituelle et onirique des Indiens pumé du Venezuela étudiée par Orobigt10. S’il rompt en apparence la dynamique de cette série en prenant le risque de figer l’analyse ethnographique et le regard documentaire dans une sorte d’agonie culturelle, l’attention portée à la cérémonie du Tohé, célébrée plusieurs nuits par semaine, introduit subtilement un espace de dialogue entre passé et présent. Une étrange imagerie urbaine s’immisce dans ces voyages chamaniques. Mettant en valeur la spécificité de leur culture visionnaire, le film suggère également que cette cérémonie peut être une manière de répondre aux questions du présent, de résister sinon de reprendre l’initiative. Ainsi, malgré la désolation des Pumé et l’ambivalence du titre du film – La Nuit des Indiens pumé renvoie bien sûr à la cérémonie nocturne du Tohé mais peut également faire craindre l’annonce d’un crépuscule culturel –, ce film contribue à l’unité de la série en inscrivant la dimension thérapeutique des pratiques rituelles dans un comparatisme élargi.

  • 11 Marc Augé, 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier. Et Augé Marc, 1994 (...)

11Produite par la télévision à un moment que l’on peine à se remémorer – la RTBF et la Sept-Arte n’hésitaient alors pas à accueillir des propositions documentaires relevant de l’ethnologie professionnelle –, cette série a connu de nombreux prolongements institutionnels et intellectuels. Elle s’est conclue par deux ouvrages importants d’Augé11 dans lesquels l’anthropologie visuelle a puisé, à l’EHESS, une part importante de son identité.

  • 12 Jean-Paul Colleyn, 1993, Le Regard documentaire, Paris, Éditions du Centre Pompidou.
  • 13 James Clifford, Georges Marcus (eds.), 1986, Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnograp (...)

12En relation avec d’autres ethnologues et cinéastes africanistes, Colleyn a su accompagner le renouvellement des paradigmes de l’anthropologie pour les mettre au service d’une anthropologie visuelle du contemporain. Il a par ailleurs contribué de manière significative à actualiser les manières de concevoir, sans dogmatisme ni prescription méthodologique, l’écriture documentaire, au moment où le documentaire se repensait comme un « cinéma d’auteur » au sein de l’unité de programme dirigée par Thierry Garrel à la Sept-Arte. Son bagage d’homme de télévision n’est donc pas sans importance, d’autant que la réflexion qu’il a menée sur le « regard documentaire12 » – « le film montre toujours le regard qui le produit » (p. 70) – fait directement écho à la remise en cause de l’écriture de l’anthropologie13.

13Ce n’est donc pas le moindre des apports de cette édition que de revenir sur ces affinités entre anthropologie, film ethnographique et télévision, qui ont connu peu de postérité en France alors qu’elles ont été un élément moteur de l’anthropologie visuelle britannique, par exemple, avec les projets de formation et de production développés en lien avec Granada Television.

  • 14 Ces carnets de terrain ont été versés par leurs auteurs aux archives pour être mis à disposition de (...)

14Cette œuvre collective et multimédia, aux auteurs multiples, est donc trop rare pour ne pas être considérée avec la plus grande attention. Elle permet de penser l’anthropologie autrement, en images et en sons, mais aussi de « prendre la mesure du temps écoulé » (p. 285) et d’accorder un retour sur ces différents « moments ». Sa profondeur historique et son épaisseur disciplinaire augmentent le plaisir de lecture qu’elle procure. Outre les synthèses mentionnées sur « l’anthropologie visuelle » (première partie), « l’anthropologie de la maladie et l’anthropologie des prophétismes africains » (deuxième partie) et « le sens du mal » (troisième partie), la discussion engagée autour des cinq films est enrichie par la transcription d’entretiens non montés qui introduisent le matériau filmique dans le texte et par la divulgation d’extraits de carnets de terrain14. Les enjeux épistémologiques, méthodologiques et narratifs de la traduction filmique des savoirs ethnologiques sont subtilement discutés et il ne faudra pas manquer de s’arrêter sur le bel « essai photographique » de De Clippel qui contribue, au-delà du filmique, à l’élaboration photographique de cette anthropologie visuelle.

15« Il y a entre l’ethnographie textuelle et l’anthropologie visuelle la même distinction qu’en linguistique entre la sémantique (ce qui est dit) et la pragmatique (l’attitude envers l’interlocuteur en situation) », écrivent les auteurs (p. 20). Sans jamais opposer les images et l’écrit, mais en les combinant pour favoriser une compréhension sensible de l’expérience ethnographique, cette « équipe d’anthropologie visuelle » (p. 11), qui se définit par ailleurs comme « l’écurie Marc Augé », a su faire école à l’EHESS et inspirer toute une génération d’étudiants préoccupés par la conjugaison de l’anthropologie et du cinéma documentaire.

Haut de page

Notes

1 Jean-Paul Colleyn, 1988, Les Chemins de Nya. Culte de possession au Mali, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales (accompagné du film éponyme, RTBF, Édition TV, vidéocassette VHS PAL/SECAM, 57 minutes)

2 Sur ces liens étroits, voir : Jean-Paul Colleyn, 1988, Anthropologie visuelle et études africaines, Cahiers d’études africaines 111-112 : 513-526.

3 Marc Augé, 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier.

4 Le premier film de la série a été réalisé par Colleyn avec Manu Bonmariage (N’kipti, la rancune et le prophète 1984), le deuxième seul (Prophètes en leur pays 1988), et les trois derniers avec Catherine de Clippel (Les Dieux-objets 1989, Les Esprits dans la ville 1991, La Nuit des Indiens pumé 1993).

5 Monsieur Albert prophète a été présenté en « première mondiale » lors de la rencontre internationale de Bouaké sur les messianismes et syncrétismes en Afrique noire de 1963. Puis Jean Rouch a rédigé, cette même année, pour le Journal de la société des africanistes, une longue « Introduction à la communauté de Bregbo » qui préfigure le programme collectif de recherche qu’il a mis en place au sein de la communauté thérapeutique d’Atcho. Les résultats de ce pro­gramme ont été publiés dans un livre important, auquel Augé a contribué : Marc Augé, 1975, Logique lignagère, logique de Bregbo, in Colette Piault, Prophétisme et thérapeutique. Albert Atcho et la communauté de Bregbo, Paris, Hermann : 219-236.

6 Jean-Pierre Dozon, 1995, La Cause des prophètes. Politique et religion en Afrique contemporaine, Paris, Le Seuil.

7 Marc Augé, 1988, Le Dieu objet, Paris, Flammarion.

8 Véronique Boyer, 1993, Femmes et cultes de possession au Brésil. Les compagnons invisibles, Paris, L’Harmattan.

9 Cabocle est un terme polysémique qui désigne une divinité.

10 Gemma Orogibt, 1998, Les Pumé et leurs rêves. Étude d’un groupe d’indien des plaines du Venezuela, Paris, Éditions des archives contemporaines, « Ordres sociaux ».

11 Marc Augé, 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier. Et Augé Marc, 1994, Le Sens des autres. Actualité de l’anthropologie, Paris, Fayard.

12 Jean-Paul Colleyn, 1993, Le Regard documentaire, Paris, Éditions du Centre Pompidou.

13 James Clifford, Georges Marcus (eds.), 1986, Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press.

14 Ces carnets de terrain ont été versés par leurs auteurs aux archives pour être mis à disposition de ceux qui souhaiteraient engager de nouvelles recherches à partir de cette série de films.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Mottier, « Augé Marc, Colleyn Jean-Paul, Clippel Catherine de, Dozon Jean-Pierre, 2019, Vivre avec les dieux. Sur le terrain de l’anthropologie visuelle », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 206-210.

Référence électronique

Damien Mottier, « Augé Marc, Colleyn Jean-Paul, Clippel Catherine de, Dozon Jean-Pierre, 2019, Vivre avec les dieux. Sur le terrain de l’anthropologie visuelle », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8746

Haut de page

Auteur

Damien Mottier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals