Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Biondi Carminella (présentation de), Little Roger (avec la collaboration de), 2016, 1789 : Les colonies ont la parole. Anthologie, t. I : Colonies ; Gens de couleur, XCIII + 216 p. ; t. II : Traite ; Esclavage, 278 p.

« Autrement Mêmes », Paris, L’Harmattan.
Roger Botte
p. 211-213

Texte intégral

1Le 16 pluviôse an II (4 février 1794), près de cinq ans après la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la Convention nationale votait dans l’enthousiasme l’article unique du décret abolissant immédiatement l’esclavage dans toutes les colonies françaises.

  • 1 David Duval-Sanadon, Précis sur l’esclavage des Nègres, Paris, [Marchands de Nouveautés], 1789, p.  (...)

2Mais pourquoi un si long délai entre ces deux moments révolutionnaires, puisque l’esclavage et la traite des Noirs sont évidemment incompatibles avec la Déclaration des droits de l’homme ? Parce qu’en 1789, le débat sur l’abolition de l’esclavage s’était focalisé autour du conflit entre le droit à la propriété, qui protégeait la possession des esclaves, et le droit à la liberté, établi par la Déclaration des droits de l’homme. Or, si la Déclaration des droits de l’homme portait en elle la condamnation sans réserve de l’esclavage, il restait à en faire appliquer les principes aux colonies : « Les Nègres sont esclaves, et vous demandez qu’on les affranchisse. Mais on ne peut le faire qu’en dépouillant les colons de leurs propriétés. Je n’ai pas besoin de vous prouver, et vous savez déjà qu’elles doivent être sacrées comme toutes les autres1. »

3Les échecs du mouvement antiesclavagistes en 1789 tiennent à ses propres contradictions et hésitations. Et principalement à celles de la Société des amis des Noirs (fondée le 19 février 1788 par des aristocrates et de grands bourgeois libéraux), malgré le rôle moteur qu’elle a pu jouer. La Société, animée par Brissot et Condorcet, tente d’obtenir d’abord l’abolition de la traite, laissant la question de l’esclavage au second plan, en particulier parce qu’elle ménage la bourgeoisie (négrière) des ports, intransigeante sur cette question. De fait, les défenseurs de la cause des Noirs ne prétendent pas qu’on supprime l’esclavage, si cette suppression entraîne avec elle la perte des colonies : ils demandent seulement la suppression de la traite. Or, le grand débat sur la traite, préparé si minutieusement par Mirabeau, anti-esclavagiste radical, et les Amis des Noirs, n’eut jamais lieu à l’Assemblée constituante : la défense efficace des colons et des armateurs du club Massiac (c’est-à-dire les esclavagistes), et, plus largement, du lobby colonial, permirent d’éluder le sujet.

  • 2 Aimé Césaire, Toussaint Louverture. La Révolution française et le problème colonial, Paris, Présenc (...)

4Et si, comme le disait Aimé Césaire, la question coloniale avait été la question cruciale de la Révolution française2 ? Cette question est en effet au centre d’enjeux révolutionnaires centraux et contradictoires : l’esclavage, la traite, la condition des libres de couleur, l’« exclusif » et le commerce maritime, l’unité nationale, les principes de liberté, d’égalité, de propriété.

5La question coloniale comporte ainsi divers niveaux de conflit distincts : conflit entre les colons et le pouvoir autoritaire du gouvernement, la puissance sans contrôle du ministre et du gouverneur ; conflit entre les colons libre-échangistes et la bourgeoisie des villes négrières qui soutient la Révolution mais qui est cramponnée à l’« exclusif », c’est-à-dire le monopole du commerce colonial au seul profit de la métropole ; conflit entre colons riches et petits blancs ; conflit entre les blancs et les mulâtres (ou « gens de couleur », dont nombre d’entre eux d’ailleurs sont propriétaires de plantations et ont des esclaves comme les blancs) parce que les blancs entendent leur refuser tout droit politique en raison d’une idéologie ségrégationniste (l’aristocratie de la peau) ; conflit enfin, fondamental, entre les propriétaires d’esclaves, blancs et mulâtres, et la masse des esclaves (500 000 à 600 000 à Saint-Domingue, 80 000 à la Martinique et autant à la Guadeloupe).

  • 3 Yves Bénot, 1988, La question coloniale en 1789 : l’année des déceptions et des contradictions, L’A (...)

6Mais, au total, en 1789, à la fin de l’An premier de la liberté, rien d’important ne sera décidé par l’Assemblée nationale constituante pour porter atteinte au système colonial d’Ancien Régime, si ce n’est le maintien d’un quasi-statu quo : « Il y a même régression puisque l’on est en décembre 89 à discuter sur les droits des “hommes de couleur et noirs libres” à être représentés à l’Assemblée à égalité avec les blancs3 ! »

7C’est ce qu’illustre parfaitement cette anthologie divisée en quatre sections concernant les points cruciaux en débat : les colonies, les gens de couleur, la traite et l’esclavage des Noirs. Les textes choisis, tous de 1789 puisque tel est le sujet, se recoupent volontairement car les problèmes et les débats, on vient de le voir, sont nécessairement interdépendants les uns des autres. Ils sont publiés dans la collection « Autrement Mêmes » qui réédite des textes introuvables en dehors des bibliothèques spécialisées. L’introduction propose une synthèse vivante de ces documents et une mise en perspective claire.

8La bibliographie, non exhaustive, est cependant particulièrement fournie. Elle rend parfaitement compte de l’extraordinaire foisonnement des ouvrages et brochures parus en 1789. Elle est complétée par la bibliographie des journaux et gazettes publiés cette année-là, avec références précises aux textes concernant les colonies, la traite et l’esclavage des Noirs.

9En voici quatre exemples : I. Courrier national de Pussy, séance du jeudi 22 octobre (no 125), [Députation des citoyens libres de couleur : synthèse de leurs doléances et demande d’être représentés à l’Assemblée], p. 3-6 [p. LXXIX] ; II. Journal de Paris, « Aux auteurs du Journal sur la question : si la découverte du Nouveau Monde a été plus nuisible que profitable à l’ancien », par un philanthrope, mercredi 21 janvier, no 21, p. 96-97 [p. LXXXI] ; III. Lettres du comte de Mirabeau à ses commettants pendant la tenue des états généraux et suivantes, Londres et Paris, Hôtel le Bouthiliers, 1789, en particulier son discours cinglant reproduit dans la Lettre X, du 7-12 juin : « Les colonies prétendent-elles ranger leurs nègres et les gens de couleur dans la classe des hommes ou des bêtes de somme ? […] Si les colons veulent que les nègres et les gens de couleur soient des hommes, qu’ils affranchissent les premiers, que tous soient électeurs, que tous puissent être élus » (I, p. 187-190) [p. LXXXIV] ; IV. Le Point du jour ou résultat de ce qui s’est passé la veille à l’Assemblée nationale, Paris, Cussac, 1789, Séance du jeudi 3 septembre, au soir, samedi 5 septembre, t. II, no LXXII, p. 297-299 [Administration des colonies : interventions de Cocherel, Gouy d’Arsy, abbé Macay, Nairac, pour et contre l’Exclusif] [p. LXXXVII].

10Quatre annexes complètent l’ouvrage : A. Chonologie, B. Cahiers des états généraux, C. Biographie des principaux auteurs, D. Nommer les lieux et les gens [Colonies, Saint-Domingue, Franco-américains, mulâtres…]. Enfin, index des noms cités.

11Il s’agit d’un travail de compilation extrêmement utile, voire indispensable, pour tous les chercheurs qui travaillent sur la question de la traite et de l’esclavage.

Haut de page

Notes

1 David Duval-Sanadon, Précis sur l’esclavage des Nègres, Paris, [Marchands de Nouveautés], 1789, p. 12.

2 Aimé Césaire, Toussaint Louverture. La Révolution française et le problème colonial, Paris, Présence africaine, 1961, p. 110.

3 Yves Bénot, 1988, La question coloniale en 1789 : l’année des déceptions et des contradictions, L’Année 1789, Dix-huitième siècle 20 : 179-192.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Botte, « Biondi Carminella (présentation de), Little Roger (avec la collaboration de), 2016, 1789 : Les colonies ont la parole. Anthologie, t. I : Colonies ; Gens de couleur, XCIII + 216 p. ; t. II : Traite ; Esclavage, 278 p. », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 211-213.

Référence électronique

Roger Botte, « Biondi Carminella (présentation de), Little Roger (avec la collaboration de), 2016, 1789 : Les colonies ont la parole. Anthologie, t. I : Colonies ; Gens de couleur, XCIII + 216 p. ; t. II : Traite ; Esclavage, 278 p. », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8751

Haut de page

Auteur

Roger Botte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals