Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bohas Georges, Lélouma Alfa Mamadou, SaguerAbderrahim, Salvaing Bernard, Sinno Ahyaf (dir.), 2018, Islam et bonne gouvernance au xixe siècle dans les sources arabes du Fouta-Djalon

textes de Tierno Sadou Dalen, Modi Tahirou Lélouma, Almami Ibrahima Sori Dara, Alfa Gassimou Labe, Paris, Geuthner, « Les manuscrits sauvés des sables », 220 p.
Philippe David
p. 213-215

Texte intégral

1Cinq érudits islamisants ont rassemblé ici cinq manuscrits arabes « sauvés des sables » émanant de quatre lettrés peuls du Fouta-Djalon de la courte période 1851-1873. Les originaux sont reproduits à la fin d’un ouvrage particulièrement précis et scrupuleux dans les détails, qui exige une lecture lente et attentive. En effet, les noms peuls de lieux et surtout de personnes, déjà complexes en eux-mêmes et souvent composés de quatre ou cinq éléments, ont été affectés d’une triple transcription issue de trois « registres » parallèles : français, arabe ou peul (p. 7). Attentifs à tous les détails et à toutes les équivalences, les auteurs ont, en outre, enrichi leur ouvrage d’une longue bibliographie, d’un lexique arabo-peul des noms communs ainsi que d’un indispensable « lexique sélectif des noms propres » de sept pages.

2Les textes constitutionnels fondateurs d’Alsilaamaaku, confédération islamique particulièrement originale fondée par les Peuls du Fouta-Djalon autour de 1725, ont été brûlés cinquante ans plus tard, et il n’en existe pas d’autres (p. 46). Les cinq manuscrits rassemblés ici, particulièrement précieux pour leur rareté, se trouvent concentrés sur une vingtaine d’années déjà tardives du xixe siècle. C’est évidemment bien insuffisant (p. 164) pour jalonner une histoire d’un peu plus d’un siècle et demi, jusqu’à la dislocation coloniale de 1896. On va y revenir.

3C’est en 1851 que le premier de nos quatre lettrés, Tierno Salou Dalen, préoccupé avant tout des liens entre pouvoir et religion dans une époque politiquement déjà difficile, a d’abord adressé son poème « conseil aux pasteurs », puis son texte inspiré par les luttes fratricides en cours, au sommet d’un État confédéral déjà très affaibli. Pour lui, les « grands saints du passé », « savants actifs » et « califes bien dirigés » d’autrefois (p. 96) ne sont plus. Le diagnostic politique est « accablant » (p. 97). Les auteurs ont examiné en détail chaque aspect de sa vie, prenant bien soin de le relier le plus exactement possible à tous ses prédécesseurs connus pour l’ancrer au cœur de traditions islamiques porteuses de valeurs elles-mêmes déjà très anciennes reliées à l’ensemble du monde antique puis médiéval, de l’Inde et de la Perse à la Grèce et à Rome (p. 60-61).

4Figure politique et conseiller des princes, Tierno Dalen affirme évidemment « la gémelléité de la religion et du pouvoir politique » (p. 63) mais bien adaptée au cas précis du Fouta-Djalon, naturellement ancrée dans une civilisation essentiellement pastorale toujours sensible à l’évocation des bergers, des troupeaux, du lait frais et du sel nécessaire au bétail (p. 69 et 100). Ici, la convergence de l’Islam et d’une société peule ouest-africaine se révèle donc très étroite, presque prédestinée.

5Troisième manuscrit, le poème sur « la bataille de Kinsi » est nettement plus historique et directement contemporain des graves événements de 1860 : la révolte, sanglante mais vite réprimée, d’Ilyassa, un « marabout intégriste » local, contre le pouvoir central. L’auteur, Moodi Tahirou Diallo, à la différence de Tierno Dalen, est cette fois un chef politique et un juriste bien ancré en pays lelouma, pressé de condamner sans pitié l’action du rebelle.

6Enfin, les deux lettres de 1873, essentiellement politiques, s’inscrivent directement dans la crise de l’époque, toujours dominée et entretenue par la rébellion des Houbbou, riches en objurgations de toutes sortes pour tenter de « rassembler ce qui a été séparé », « redresser ce qui était tordu [et] joindre ensemble ce qui a été coupé » (p. 144).

7Un tel ouvrage, encore une fois d’une très scrupuleuse et très riche précision, surprendra finalement le chercheur qui aurait pu être jusqu’alors trop vite séduit a priori par la subtilité et l’originalité de cet Alsilaamaaku unique en Afrique occidentale. Car ce que nous en révèlent les cinq textes, concentrés sur une vingtaine d’années sombres, c’est surtout la fragilité, voire la décomposition déjà bien entamée.

8En réalité, cette théocratie n’a jamais été complètement victorieuse des ethnies autochtones. De plus, elle s’est trouvée très tôt confrontée à de graves déchirements politiques internes, aux prétentions centrifuges des régions composantes (diwé) les plus puissantes contre l’hégémonie déclinante de Timbo, capitale fédérale, et soumise en outre aux assauts de séditions internes et sans pitié, comme celle, très brève, de 1860 et surtout la révolte des Houbbou déclenchée en 1851 pour plusieurs décennies. Ce dernier mouvement est ici particulièrement bien analysé, alors qu’il n’a suscité, de la part des Européens de l’époque, que des évocations tardives, assez rapides et peu inquiètes. S’y ajoutent l’impossibilité d’une chronologie complète et parfaite (p. 150), faute de documents écrits, et même les incertitudes concernant les vraies circonstances de création du pouvoir biennal jusqu’alors alterné entre lignée Alfaya et Soraya (p. 46).

9Finalement, Timbo, en principe maîtresse d’une organisation fédérale complexe, trop idéale, aura toujours eu de plus en plus de peine à vaincre, à rassembler, à commander (p. 157), à convaincre, à survivre, même, jusqu’à sa lente agonie coloniale. Lecture faisant, on aura remarqué, entre 1844 et 1848, le passage au Fouta-Djalon, peu apprécié, d’El hadj Omar, prié d’aller s’installer un peu plus loin, (p. 46 et 108), ainsi que le très pittoresque système du prix-des-prières (p. 94 et 105).

10Et puis, ces cinq précieux manuscrits révèlent aussi l’énorme disproportion historique, technique et culturelle évidente entre le poids de l’arabe, à la fois langue savante et écriture importée imposée avec et par l’Islam, et la langue profane non écrite d’une civilisation peule. Il ne pouvait en être autrement, toutes les sociétés ouest-africaines, qu’on le veuille ou non, étant demeurées jusqu’alors sans écriture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Bohas Georges, Lélouma Alfa Mamadou, SaguerAbderrahim, Salvaing Bernard, Sinno Ahyaf (dir.), 2018, Islam et bonne gouvernance au xixe siècle dans les sources arabes du Fouta-Djalon », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 213-215.

Référence électronique

Philippe David, « Bohas Georges, Lélouma Alfa Mamadou, SaguerAbderrahim, Salvaing Bernard, Sinno Ahyaf (dir.), 2018, Islam et bonne gouvernance au xixe siècle dans les sources arabes du Fouta-Djalon », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8756

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals