Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Domergue-Cloarec Danielle, 2017, La Côte d’Ivoire et la Grande Guerre

préface du Pr Iba Der Thiam, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 336 p.
Fabio Viti
p. 215-218

Texte intégral

1À la veille de la Grande Guerre, au moment où le dispositif colonial s’affaiblissait, du fait du rappel en France de nombreux cadres, civils et militaires, la Côte d’Ivoire n’était pas encore totalement sous le contrôle des autorités françaises. Des régions entières, notamment à l’Ouest, échappaient effectivement à tout contrôle, malgré les campagnes militaires systématiques menées sous les ordres du lieutenant-gouverneur Gabriel Angoulvant, adepte déclaré de la « manière forte », inspirée du général Gallieni. Entre 1911 et 1913, les populations dida, gouro, shien, gagou, bété, ouobé et dan subirent la lourde répression des colonnes militaires qui, vivant à la charge du pays, détruisirent les récoltes et firent des victimes par milliers. Les régions occidentales de la colonie furent dépeuplées par la fuite des populations vers le Libéria, les destructions et les disettes qui en résultèrent. Un bilan des pertes humaines reste difficile à établir, malgré les quelques évaluations opérées par les troupes coloniales à la fin de chaque « opération ». Si le nombre des morts chez les « rebelles » était parfois précisément établi, celui des morts de suites de leurs blessures reste impossible à chiffrer. Ce qui est certain, c’est que la proportion des pertes était nettement en faveur des troupes coloniales, dont l’armement perfectionné (fusils « à tir rapide » contre fusils à pierre et sagaies), la disponibilité en cartouches et l’usage de l’artillerie firent la différence.

2Globalement, les deux premières décennies de colonisation (la colonie de la Côte d’Ivoire avait été proclamée le 10 mars 1893) avaient donc été profondément marquées par la violence de la conquête. Le mode de vie des populations avait subi de profonds bouleversements et un appauvrissement général s’ensuivit, aggravé par la sécheresse qui frappa l’ensemble de l’AOF en 1913. La situation économique avant 1914 était donc très mauvaise : les populations locales étaient affaiblies par les nombreuses impositions, l’industrie quasiment inexistante, et le commerce dominé par les maisons britanniques.

3Tel est le sombre tableau que l’historienne Danielle Domergue-Cloarec dresse de la Côte d’Ivoire pendant les années précédant immédiatement la Première Guerre mondiale. Toutefois, avant que la « prise en main » de l’Ouest ivoirien ne s’achève tout à fait (« À la veille de la guerre, les grandes résistances sont brisées, ce qui ne veut pas dire que les populations soient soumises », p. 51), une autre exigence coloniale vient compliquer l’existence de populations déjà lourdement éprouvées, celle du recrutement militaire. La formation du premier bataillon de tirailleurs sénégalais (BTS), voulue par le gouverneur Louis Faidherbe, datait de 1857, mais, désormais, il s’agissait de garantir la défense de la mère-patrie et non plus seulement la « sécurité » des colonies. Contrairement aux prévisions largement optimistes du général Mangin, père de la « force noire », le recrutement se révéla difficile en Côte d’Ivoire, où les volontaires faisaient défaut. La conscription déguisée vint donc vite remplacer les engagements volontaires, prenant des formes autoritaires et coercitives, ressenties par les populations comme une énième contrainte. Cette situation suscita d’ailleurs les inquiétudes des autorités civiles et des milieux économiques, qui y voyaient une atteinte à leurs intérêts, la main-d’œuvre se faisant encore plus rare, par effet du recrutement des forces vives du pays (les jeunes hommes entre 20 et 28 ans). La « mise en valeur » de la colonie, prônée par le lieutenant-gouverneur Angoulvant, pouvait attendre.

4L’ouvrage de l’historienne s’attarde tout spécialement sur les différentes phases du recrutement militaire, examinées dans le détail, en produisant des décomptes précis et détaillés. Il en ressort que pendant les trois premières phases de recrutement (entre octobre 1914 et juin 1915), la Côte d’Ivoire a fourni un nombre de recrues en proportion plus important que le reste de l’AOF (p. 87). En effet, dès l’ordre de mobilisation connu (1er août 1914), les commissions de recrutement, qui avaient déjà opéré en 1911-1912, se mirent de nouveau au travail en multipliant leurs efforts, basés surtout sur la contrainte et la punition des chefs, incapables d’atteindre les objectifs qui leur étaient fixés.

5Ces premières phases de recrutement furent suivies par d’autres opérations analogues après les débâcles de 1915. Recruter devenait alors vital pour la France, et les nouvelles modalités prévoyaient la baisse de l’âge des recrues (18 ans), une prime pour les tirailleurs, une indemnité pour leur famille et un engagement pour la durée de la guerre ; une somme annuelle était également prévue pour les veuves et les orphelins des tirailleurs tombés au combat. Grâce, peut-être, à ces nouvelles conditions, la colonie dépassa encore une fois le quota de recrues demandé, mais les vrais volontaires demeuraient une minorité.

6Les nouvelles pertes sur les fronts européens exigèrent une autre campagne de recrutement en janvier-février 1917, qui eut les mêmes résultats, au-delà des prévisions ; toutefois, les volontaires étaient encore moins nombreux qu’auparavant par rapport aux appelés (y compris les victimes des rafles dans la population flottante), ce qui atteste d’un manque d’adhésion certain de la part des sujets soumis à ces prélèvements. Les mauvaises conditions dans lesquelles les recrues étaient accueillies dans les camps prévus, à Bouaké et à Dimbokro, réduisirent toutefois de plus d’un quart le nombre des tirailleurs effectivement mobilisables pour le front européen.

7Les vagues successives de recrutement étaient de plus en plus marquées par le refus et la soustraction active ; nombreux étaient les épisodes de fuite et même d’automutilation pour se soustraire à l’appel. Des populations entières, comme les Agni du cercle d’Assinie, émigrèrent en Gold Coast, entre décembre 1916 et janvier 1917.

8En 1918, les recrutements recommencèrent, visant les hommes de 18 à 35 ans et privilégiant explicitement la voie de l’appel, alors que la politique de ravitaillement devait prendre le relais, après la nomination de Jost Van Vollenhoven comme gouverneur général de l’AOF. Ce sera aussi l’occasion d’engager le député Blaise Diagne dans une mission spéciale de recrutement, qui ne touchera toutefois pas la Côte d’Ivoire. Au final, « pour la colonie de la Côte d’Ivoire, faiblement peuplée, à peine pacifiée, le recrutement [eut] aux yeux de la population l’aspect d’une grave punition qui s’inscrivait dans le prolongement des brutalités répétées de la conquête » (p. 148).

9Les recrues issues des différentes campagnes étaient acheminées par bateau au Sénégal, où une préparation militaire sommaire leur était impartie, avant d’être à nouveau embarquées pour Marseille ou Bordeaux. À chaque étape, de nouvelles pertes étaient enregistrées. Une fois au front (y compris le front oriental), le tribut de sang versé par les tirailleurs sénégalais sera important (plus élevé que celui des troupes françaises ; p. 168), d’autant plus que la consigne de ne pas employer les troupes africaines en hiver ne sera pas toujours respectée. Le recrutement continua même après l’armistice, à destination du Maroc et du Levant.

10Si « l’effort de la Côte d’Ivoire a été plus important que la moyenne des colonies de l’AOF » (p. 145), avec presque 23 000 recrues, la contribution de la colonie à l’effort productif a été tout aussi importante. Une « contribution économique » vint ainsi s’ajouter à la « contribution humaine » déjà exigée, constituant une « double charge sur la population » (p. 179), notamment à partir de 1916. Le ravitaillement de la métropole en produits agricoles (céréales et oléagineux), pour lesquels il avait été initialement prévu un prix rémunérateur, tourna rapidement à la production obligatoire, à la corvée : « l’intensification de la production va être conduite localement manu militari » (p. 184). Ces nouvelles obligations permirent aussi un regain d’intérêt éphémère pour le caoutchouc de cueillette et l’essor de la culture du cacao et, dans une moindre mesure, du café. En revanche, la « politique cotonnière » mise en place par la contrainte éloigna les paysans de cette culture. L’ensemble de ces cultures obligatoires était, de plus, assorti de l’obligation du transport vers les centres d’achat. Ce qui est pire, c’est que l’ensemble de ces efforts consentis par les populations ne fut même pas toujours utilisé, à cause de l’improvisation et du manque d’organisation.

11Dans son ensemble, l’économie de la colonie était à l’arrêt pendant la guerre. Le mouvement commercial global se ressentit aussi négativement du conflit. Même la politique des concessions eut moins d’impact que dans d’autres colonies. Mais le problème fondamental, qui se prolongea pendant longtemps, était celui de la main-d’œuvre, domaine dans lequel les politiques coloniales étaient également marquées par l’autoritarisme et la contrainte.

12L’immédiat après-guerre fut marqué par l’achèvement de la conquête du pays lobi, qui avait jusque-là échappé au contrôle colonial, tandis que les problèmes des frontières restaient ouverts, aussi bien à l’est, avec le Libéria, qu’à l’ouest, où la question du Sanwi et ses menaces de sécession continuaient à opposer la royauté à l’administration. Plus généralement, la sous-administration de la colonie continuait et les populations, fortement éprouvées par l’effort de guerre, reprenaient leurs distances, se réfugiant dans les campements et se soustrayant aux attentions des autorités, sans toutefois rentrer en rébellion ouverte. Des problèmes vinrent des anciens tirailleurs démobilisés, qui, n’étant plus soumis au régime de l’Indigénat, revendiquaient de nouvelles conditions de vie, tandis que le rattrapage du retard dans la construction des infrastructures incombait à nouveau à la main-d’œuvre gratuite réquisitionnée.

13La période de la Grande Guerre fut donc marquée par une double violence : celle de la domination coloniale, avec les dernières opérations militaires internes à la colonie, et celle du recrutement contraint pour le front européen, assorti d’une mise à contribution économique généralisée des populations.

14Réélaboration tardive d’une thèse d’histoire soutenue en 1974 à l’université de Toulouse (La Côte d’Ivoire de 1912 à 1920. Influence de la Première Guerre mondiale sur l’évolution politique, économique et sociale), cet ouvrage apporte une contribution certaine à la connaissance d’une phase importante de la colonisation ; mais il aurait pu bénéficier d’une mise à jour plus étendue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Viti, « Domergue-Cloarec Danielle, 2017, La Côte d’Ivoire et la Grande Guerre », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 215-218.

Référence électronique

Fabio Viti, « Domergue-Cloarec Danielle, 2017, La Côte d’Ivoire et la Grande Guerre », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8758

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals