Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Le Lay Maëline, Malaquais Dominique, Siegert Nadine (dir.), 2015, Archive (re)mix. Vues d’Afrique

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Arts contemporains », 244 p.
Marie-Dominique Mouton
p. 219-222

Texte intégral

1L’ouvrage Archive (re)mix. Vues d’Afrique rassemble une partie des interventions données au cours de l’atelier du Congrès biennal international de l’APELA (Association pour l’étude des littératures africaines), qui a réuni, à Bordeaux, en 2013, de jeunes chercheurs français et allemands autour du thème « Archive, texte, performance ». Organisée conjointement par l’université de Bordeaux et l’université de Bayreuth, cette rencontre se voulait l’occasion d’un dialogue entre disciplines, études littéraires, études artistiques et sciences humaines.

  • 1 Carolyn Hamilton, Verne Harris, Jane Taylor et alii (eds.), 2002, Refiguring the Archives, Cape Tow (...)

2Dans leur préface Alain Ricard et Ulf Vierke soulignent l’importance de l’ouvrage Refiguring the archive1 dans la conception générale de cette rencontre. Édité en 2002 à Johannesburg, ce volume rassemble divers articles portant sur la notion d’archive et sur son lien avec le pouvoir, suivant en cela les réflexions de Michel Foucault et Jacques Derrida. Dans le contexte sud-africain post-apartheid, les auteurs de l’ouvrage insistent sur l’importance de collecter et de constituer des matériaux capables de rendre compte de la vie de tous ceux dont on ne trouve pas trace dans les archives officielles.

3C’est dans cette perspective que s’inscrivent Maëline Le Lay, Dominique Malaquais et Nadine Siegert qui introduisent l’ouvrage Archive (re)mix. Situant la réflexion, qu’elles souhaitent interdisciplinaire, à l’échelle du continent africain, elles entendent montrer comment les différentes formes artistiques, textuelles et visuelles développées autour des archives peuvent exprimer les violences de la colonisation, de la guerre et des discriminations sous toutes leurs formes, et peut-être offrir une chance de les dépasser.

  • 2 Ann Laura Stoler, 2009, Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Pr (...)

4Il ne s’agit pas, dans cet ouvrage, de présenter des expériences de relecture des archives à rebours ou « le long du grain archivistique », comme ont pu le faire Ann Stoler2 ou certains historiens du groupe des Subalternes. Pour retrouver la trace de celles, ceux dont on ne parle pas dans les archives coloniales, les différents articles laissent la parole à des artistes et des écrivains qui s’emploient à constituer leurs propres archives ou à créer à partir de matériaux déjà archivés et alors détournés de leur vocation première. Les directrices de l’ouvrage parlent, dans leur introduction, de « remixer l’archive », « violer l’archive », « performer l’archive », « re-construire l’archive ». Trois de ces thématiques organisent les articles du volume. L’injonction la plus provocante, « violer l’archive », ne donne pas lieu à un chapitre particulier, même si on peut penser qu’elle sous-tend une partie des expériences rapportées dans l’ouvrage.

5Cinq articles composent la première partie intitulée « Remixer l’archive ». Érika Nimis, parlant de la guerre d’indépendance en Algérie, développe le concept de « passeuses d’histoire » en insistant sur l’importance des familles et des femmes dans la transmission des récits de vie. Elle met en relation le travail des artistes visuels, dont les créations ont pour projet de donner à voir cette histoire des « obscurs », avec celui de l’écrivain Assia Djebar, pour qui mêler l’intime à l’histoire permet de combler les vides des archives officielles et donc de les remettre en question. Pour sa part, Marian Nut Goni s’applique à « labourer » l’histoire coloniale (p. 55), en étudiant comment les artistes réévaluent l’histoire de la colonisation italienne en Éthiopie. Elle présente les montages élaborés par Anouck Durand et Bridget Baker à partir d’archives publiques et privées et particulièrement de collections de photographies qui se sont donné pour but de réparer le passé, en faisant émerger l’histoire de ceux dont on a occulté et tu l’histoire. Quant à Dominique Ranaivoson, elle s’interroge sur l’utilisation de l’archive dans le roman africain. À partir de l’étude des textes de trois écrivains contemporains, Rachid Boudjedra, Assia Djebar et Raharimanana, elle analyse comment, dans chaque cas, et de façon différente, les auteurs choisissent leurs sources, les utilisent pour cautionner leur travail et, partant du passé, parler du présent. Dans l’article suivant, Viviane Azarian étudie comment le développement du numérique permet la réalisation de films entretiens ou films témoignages, qui bénéficient d’une grande fluidité de circulation, donnant la possibilité aux Africains de se réapproprier des moyens de production et de diffusion. Sur ce dernier point, elle donne l’exemple des films réalisés dans le contexte de l’Afrique des Grands Lacs, films qui témoignent de la violence subie par des réalisations se situant à mi-chemin entre archive et performance. Ces films-témoignages participent à la collecte de la tradition orale locale, à la constitution d’une mémoire africaine, et, par là même, de la mémoire mondiale. Pour terminer cette section, Sam Hopkins et Nadine Siegert échangent autour du projet Mashup the Archive de l’Iwalewahaus, un des départements de l’université de Bayreuth. L’Iwalewahaus, dont les collections font l’objet d’un autre article, abrite des recherches et des réflexions muséologiques qui portent en particulier sur l’expérimentation de nouveaux modes d’exposition des arts extra-européens et particulièrement africains. Le projet de déconstruction des archives d’art africain s’insère très précisément dans ces perspectives.

6La deuxième partie, « Performer l’archive », réunit trois articles. Maëline Le Lay, l’une des trois éditrices de l’ouvrage, s’applique à étudier comment la création s’empare des faits historiques à travers l’exemple de deux artistes congolais, le plasticien Sammy Boloji et l’écrivain Patrick Mudekereza, et de leur travail à partir des archives du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren, pour l’exposition Congo Far West. Encore une fois, il s’agit de redonner la parole à ceux qui en ont été privés et d’analyser le travail de revisite des archives coloniales. Plus avant Katja Gentric se penche sur le travail de trois artistes, Willem Boshoff, Lothar Baumgarten et Moshekwa Langa qui, dans le contexte de l’Afrique du Sud post-apartheid, essaient de se libérer du poids des mots qui véhiculent des conceptions racistes. Elle s’attache en particulier à montrer comment l’attribution, par le colonisateur, de toponymes occultant les noms vernaculaires, montre que ce qui semble être une réalité scientifique n’est en fait qu’une construction réalisée à des fins précises. Sylvie Moulard, enfin, présente le parcours du rappeur congolais Elom 20ce, ses aspirations au panafricanisme, ses positions sur la colonisation et la postcolonisation. Son écriture, réalisée à partir du butinage des archives historiques et de la connaissance de la tradition orale, se veut une représentation construite du passé et une tentative de faire renaître une histoire enfouie, confisquée à des fins politiques.

  • 3 Réédition en 1998.

7Dans une troisième et dernière section, « (Re)construire l’archive », sont analysées des expériences de constitution d’archives réalisées par des créateurs ou des chercheurs. Une réflexion sur le processus de construction du fonds de Ulli et Georgina Beier, déposé à l’Iwalewahaus de Bayreuth, vient compléter l’article, déjà présenté, sur le projet Mashup the Archive porté par la même institution. Katharina Greven et Pierre-Nicolas Bounakoff parlent ainsi à leur tour de l’histoire des collectes d’objets, réalisées entre 1950 et 2011, des documents déposés après la mort de Ulli Beier, des processus mis en oeuvre pour la constitution des fonds, et de leur volonté de créer un musée vivant grâce à la présence d’artistes en résidence, aux expositions temporaires et aux manifestations artistiques diverses. Dans un deuxième article, Emmanuelle Spiesse s’attache à la trajectoire de l’artiste plasticien nigérian Dilomprizulike, dit Dil, et à l’étude de son oeuvre. Pour Dil, dont le travail s’élabore à partir des déchets produits par la ville, l’objectif est de « transformer l’objet abandonné à la rue en document visant à conserver la mémoire d’un pays » (p. 172), et cela, même si ses réalisations sont bien souvent temporaires et vouées à la destruction. Alain Ricard, à son tour, s’attache au travail d’un photographe tanzanien, John Kiyaya, et à ses archives conservées à Paris. Loin de l’Afrique des cartes postales ou des photographies de guerre ou de violence, Kiyaya présente une image apaisée des populations du lac Tanganyika au travers de portraits mais également par la consignation de leurs activités quotidiennes, pêche, culture, transport, construction, commerce, tous thèmes en général peu exploités par les artistes. Claire Ducournau, mobilisant ensuite conjointement les pratiques de l’analyse sociologique, littéraire et de génétique textuelle, s’attelle à reconstituer la naissance et la réception du roman de l’écrivain ivoirien, Ahmadou Kourouma, Monnè, outrages et défis, paru en 1990 aux éditions du Seuil3. Une grande partie de ce travail a été réalisée à partir des archives de l’auteur déposées à l’IMEC en 2011. Pour terminer cette section, Éloi Ficquet, Dominique Malaquais, Malika Rahal et Cédric Vincent présentent le projet Panafest, une archive en devenir des quatre festivals panafricains de culture ou d’arts nègres de Dakar (1966), Alger (1969), Kinshasa (1974), Lagos (1977), quatre événements qui, avec leurs différences, ont eu un grand retentissement sur la structuration des états nations et des imaginaires politiques et peuvent être étudiés comme des objets politiques.

  • 4 Marie-Aude Fouéré, 2016, Politique africaine 141 : 191-192 [en ligne], URL : www.cairn.info/revue-p (...)
  • 5 Hal Foster, 2004, An Archival Impulse, October 110: 3-22.

8L’ouvrage Archive (re)mix, paru en 2015, a déjà fait l’objet d’un certain nombre de recensions4 qui mettent en valeur son apport à la problématique de la relation entre art et archive dans la lignée de l’article de Foster sur la « pulsion d’archives5 ». Ces recensions insistent également sur l’importance des expériences présentées dans l’élaboration de la réflexion en cours sur la revisite de l’histoire coloniale et postcoloniale, et sur le rôle des archives officielles dans la constitution de cette histoire.

9Principalement tourné vers les chercheurs, les artistes et les conservateurs de musée, on pourrait penser que l’ouvrage ne concerne pas particulièrement le monde des archivistes. Pourtant, et malgré l’emploi systématique du terme « archive » au singulier, l’ouvrage rassemble des expériences concrètes dans lesquelles les archives (au sens classique du terme) ne sont pas toujours très loin. « Remixées », « violées », « performées » ou « reconstruites », elles servent de matériau de base aux travaux des artistes, ou appuient une réflexion sur leur organisation et leur destination.

10De ce fait, cet ouvrage pourrait être, pour les archivistes aussi, une source d’inspiration en ce qu’il insiste, après d’autres certes, mais très concrètement, sur les lacunes des archives actuellement conservées, et montre les efforts pour rendre visibles les oubliés, celles et ceux dont on ne trouve pas trace dans les documents officiels. Comment donc ne pas se poser la question de la subjectivité inhérente à toute politique de collecte et aux choix opérés dans la conservation, l’élimination et la valorisation des documents ?

11Un ouvrage comme celui-là ne peut que venir conforter les archivistes dans la politique d’ouverture déjà mise en œuvre dans un certain nombre de structures : l’extension de la collecte à des documents atypiques, personnels, représentatifs de toutes catégories de population, et l’accueil, au sein des structures, d’artistes qui, en s’affranchissant du respect des principes de structuration et de contextualisation des fonds, ouvrent et rendent visibles les documents à un tout autre public que celui qui fréquente habituellement les archives.

12Difficile enfin, pour les archivistes, de ne pas se poser la question de la sauvegarde et de la conservation de toutes ces réalisations, souvent éphémères, à moins que la notion de pérennité ne doive, elle aussi, être remise en cause.

Haut de page

Notes

1 Carolyn Hamilton, Verne Harris, Jane Taylor et alii (eds.), 2002, Refiguring the Archives, Cape Town, David Philipps Publishers (pour l’Afrique du Sud) ; Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

2 Ann Laura Stoler, 2009, Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton/Oxford, Princeton University Press.

3 Réédition en 1998.

4 Marie-Aude Fouéré, 2016, Politique africaine 141 : 191-192 [en ligne], URL : www.cairn.info/revue-politique-africaine-2016-1.htm ; Seiderer Anna, 2016, Marges 23 : 140-141 [en ligne], URL : https://journals.openedition.org/marges/1216 ; Lotte Arndt, 2016, Cahiers d’études africaines 223 : 736-739 [en ligne], URL : https://journals.openedition.org/etudesafricaines/18567 ; Marie-Laure Allain Bonilla, 2017, Critique d’art, URL : https://journals.openedition.org/critiquedart/21404. Toutes les notes de lecture en ligne ont été consultées le 30 octobre 2019.

5 Hal Foster, 2004, An Archival Impulse, October 110: 3-22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Dominique Mouton, « Le Lay Maëline, Malaquais Dominique, Siegert Nadine (dir.), 2015, Archive (re)mix. Vues d’Afrique », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 219-222.

Référence électronique

Marie-Dominique Mouton, « Le Lay Maëline, Malaquais Dominique, Siegert Nadine (dir.), 2015, Archive (re)mix. Vues d’Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8763

Haut de page

Auteur

Marie-Dominique Mouton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals