Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Testart Alain, 2018 [2001], L’Institution de l’esclavage. Une approche mondiale

édition révisée et complétée par Valérie Lécrivain, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences humaines », 384 p.
Roger Botte
p. 225-228

Texte intégral

  • 1 Étude parue in Jean Guillaine (dir.), 2009, Sépultures et sociétés. Du néolithique à l’histoire, sé (...)

1Cette nouvelle édition complétée et actualisée vient remédier à une insuffisance de l’ouvrage paru en 2001 sous le titre L’Esclave, la dette et le pouvoir (Éditions Errance), concernant le rôle de l’esclavage dans la genèse du pouvoir. Il y a, en effet, pour l’auteur, un lien direct entre l’esclavage et l’émergence de l’État. Cette thématique centrale est illustrée par l’ajout d’un texte intitulé « Partir dans l’au-delà accompagné. Rôle des fidélités personnelles dans la genèse du pouvoir1 ». Il s’agit d’étudier la raison de tuer des gens pour accompagner un homme qui vient de mourir, une coutume autrefois extrêmement répandue à travers le monde. L’homme ainsi honoré est toujours un individu d’une certaine importance, tantôt un roi ou un dignitaire, tantôt un chef de moindre importance ou, plus simplement, un homme riche, mais ce n’est jamais un homme de rien. L’idée est que ceux qui étaient à son service continueront à le servir dans sa vie d’outre-tombe.

2Alain Testart substitue au terme « victimes humaines », qui suscite généralement l’effroi et l’horreur pour des mentalités modernes, ceux de « morts d’accompagnement » ou d’« accompagnement funéraire ». En fait, il récuse l’usage habituel des historiens des religions, des anthropologues et des archéologues qui consiste à parler de « sacrifices ». Il est en effet très important, pour la compréhension de ces phénomènes, d’écarter l’interprétation sacrificielle et, plus largement, l’interprétation religieuse. On ne tue pas des gens pour des raisons religieuses : on tue ces gens pour des raisons sociales et prosaïques, pour attester la puissance du défunt, pour lui ménager une vie agréable dans l’autre monde, pour lui laisser la jouissance de ses biens, de ses femmes, de ses esclaves et de tous ceux qui étaient à son service.

  • 2 L’Esclavage dans les sociétés lignagères de la forêt ivoirienne (xviie-xxe siècle), 2007, édition é (...)

3Au moment où écrivait Testart, la thèse magistrale d’Harris Memel-Fotê n’avait pas été publiée2. Lui aussi récuse le terme de « sacrifices humains » pour le remplacer par celui d’« immolation d’esclaves ». Il montre comment, dans les sociétés lignagères de la zone forestière de la Côte d’Ivoire, les personnes riches acquéraient des esclaves pour faire montre de leur richesse et ainsi, aussi, les mettre à mort pour accéder à la gloire post mortem réservée aux personnages prééminents. Les esclaves, lors de leur immolation, servaient d’instruments de glorification sociopolitiques des chefs de lignage et des lignages libres.

  • 3 Il s’agit de vingt et un squelettes d’hommes qui gisent allongés sous un autre et dont il ne fait a (...)

4L’un des cas examinés par Alain Testart, celui d’une tombe impressionnante dans le Panama ancien, un peu avant la conquête par les Espagnols, au xvie siècle, faisant partie des cultures amérindiennes et, précisément ici, de la « culture de Coclé3 », permet à l’auteur d’affirmer que ces pratiques, ces « fidélités d’accompagnement » dans la mort, étaient déjà présentes dans les sociétés sans État. Il en conclut, de manière un peu abrupte reconnaît-il, que ces fidélités personnelles, parce qu’elles étaient présentes dans les sociétés primitives, ont pu donner naissance à l’État sous sa forme despotique. Cette idée est d’ailleurs reprise dans un autre chapitre du livre, dans lequel l’auteur avance l’idée que, parmi les nombreuses institutions pourvoyeuses d’inégalités, l’esclavage pour dettes est le plus à même d’avoir favorisé l’émergence d’un pouvoir politique de type despotique.

  • 4 Voir Léonie Archer (ed.), 1988, Slavery and Other Forms of Unfree Labour, Londres/New York, Routled (...)

5Les études rassemblées ici sont consacrées aux fondements de l’esclavage dans la perspective d’un travail comparatif de grande envergure. Elles s’organisent autour de plusieurs thèmes : la nécessité de définir ce qu’il convient d’entendre par « esclavage » en élaborant des concepts qui permettent de comprendre les différentes formes de contrainte au travail, d’unfree labor et aussi de non slave labor4, toutes ces formes sociales de dépendance confondues à tort avec l’esclavage, comme la mise en gage, et qui, par contraste, permettent de mieux définir ce qu’est l’esclavage ; affirmation de l’auteur, au demeurant plutôt traditionnelle, celle du primat du juridique : chaque forme d’esclavage est caractérisée par un statut, ce statut varie d’une société à l’autre, mais partout il existe, ce qui permet de relativiser le rapport esclavage-travail en mettant l’accent sur le caractère non spécifique du travail servile ; les critères de l’esclavage selon les types de société et son extraordinaire diversité de formes et, en particulier, la pluralité de l’utilisation des esclaves dans les mondes extra-européens ; c’est d’ailleurs au cœur des sociétés considérées comme les moins hiérarchisées et les moins oppressives que se rencontre la pire condition de l’esclave : il n’y est protégé, ni par un roi ni par la loi, et la coutume autorise à l’utiliser pour les immolations ; on peut parler d’esclave lorsque, dans une société, deux incapacités sont réunies : l’exclusion d’une des relations tenues pour fondamentales par la société (exclu de la Cité dans les sociétés antiques, exclu de la parenté dans les sociétés lignagères, exclu en tant que sujet dans les sociétés monarchiques, exclu de la communauté des croyants dans les sociétés musulmanes) qui fait de l’esclave un homme sans identité et, deuxième incapacité, un dépendant dont on peut tirer profit ; l’esclavage pour dettes ou « esclavage interne », qui résulte de la possibilité de vendre ses enfants en esclavage, de se vendre soi-même ou d’être réduit en cette condition pour dette insolvable, à ne pas confondre avec la mise en gage qui ne relève pas de l’esclavage.

6Parmi la redéfinition des concepts et la critique épistémologique qui traverse tout l’ouvrage, on retiendra ici l’accent mis par Testart sur l’importance de l’« esclavage interne ». Ainsi, par contraste avec une grande partie de l’Afrique et de l’Asie orientale, la tradition occidentale repose entièrement sur l’esclavage externe (par la guerre, notamment). La Cité grecque, la Rome antique, le monde musulman, le monde chrétien, tous sont régis par une même loi : les membres de la communauté ne peuvent pas être réduits en esclavage. L’esclave en Occident se présente toujours sous la figure de l’étranger. Et c’est bien parce que l’Occident ne connaît que l’esclavage externe que ses penseurs ont tant de mal à reconnaître ailleurs la réalité d’un esclavage interne.

7L’ouvrage comporte un index, une liste des cartes et des figures, les références des sources citées (impressionnantes). Cet ouvrage novateur a ouvert à l’époque des perspectives de recherches inédites, comme le montre depuis l’élargissement considérable du corpus.

Haut de page

Notes

1 Étude parue in Jean Guillaine (dir.), 2009, Sépultures et sociétés. Du néolithique à l’histoire, séminaire du Collège de France, Errance : 71-80.

2 L’Esclavage dans les sociétés lignagères de la forêt ivoirienne (xviie-xxe siècle), 2007, édition établie par Joseph Brunet-Jailly, préface d’Emmanuel Terray, Cocody, Paris, Les Éditions du CERAP, IRD, 1009 p.

3 Il s’agit de vingt et un squelettes d’hommes qui gisent allongés sous un autre et dont il ne fait aucun doute qu’ils ont été tués pour suivre leur chef ou leur maître dans la mort.

4 Voir Léonie Archer (ed.), 1988, Slavery and Other Forms of Unfree Labour, Londres/New York, Routledge, xii et 308 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Botte, « Testart Alain, 2018 [2001], L’Institution de l’esclavage. Une approche mondiale », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 225-228.

Référence électronique

Roger Botte, « Testart Alain, 2018 [2001], L’Institution de l’esclavage. Une approche mondiale », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8772

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals