Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Viti Fabio (dir.), 2016, La Côte d’Ivoire et ses étrangers

Paris, L’Harmattan, « Études africaines », 278 p.
Marie Lorillard
p. 229-232

Texte intégral

1Cet ouvrage aux multiples entrées explore une question sensible : le traitement que la Côte d’Ivoire réserve à « ses étrangers ». Dès l’introduction, on comprend que les contributeurs cherchent à se départir des analyses clivées à ce sujet qui peuvent apparaître comme le fruit d’une instrumentalisation médiatique liée aux événements politiques récents : la crise post-électorale de 2011, notamment, mais également celle, plus ancienne, qui a pu contribuer à cristalliser les identités autour de la problématique de l’ivoirité. Cet écart par rapport à la mise en discours médiatique de la crise ivoirienne apparaît comme une très juste précaution pour penser en profondeur la catégorie d’étranger dans une pluralité de composantes de la société ivoirienne, laquelle enchevêtre à la fois des significations « émiques » propres aux sociétés traditionnelles et des représentations qui se dessinent sur la scène nationale ou internationale.

2Plus que de se saisir d’une question brûlante et maintes fois étudiées, les auteurs se proposent ici d’y « revenir » avec le recul nécessaire pour penser sa complexité, à travers quatre axes majeurs : la position de l’étranger dans la vie politique actuelle et plus précisément dans le jeu électoral ivoirien, les représentations de l’étranger en milieu rural « traditionnel », la place de l’étranger dans l’économie rurale qui implique des enjeux fonciers, les figures de l’étranger telles qu’elles affleurent dans la culture populaire et médiatique et, plus largement, dans l’imaginaire collectif lié aux médias.

3L’ambiguïté contenue dans la définition-même de « l’étranger-hôte », repérable dans de nombreux parlers ivoiriens, permet aux différents auteurs de soulever d’emblée des significations essentielles qui lui sont attachées : il est, à l’instar de l’hostis de l’Antiquité, support de représentations à la fois positives et négatives, source d’angoisse et sujet de fantasmes. Si le prisme ethnique apparaît restrictif pour penser cet ouvrage, il n’en demeure pas moins que l’étude précise des conceptions relatives à l’extranéité dans des groupes sociaux ivoiriens relativement méconnus est d’une très grande richesse. Sans faire de la figure de l’étranger une « essence », en prenant soin de l’inscrire dans l’histoire, les auteurs de cet ouvrage nous invitent à un voyage dans les représentations de groupes sociaux divers, qui oscillent bien souvent entre fascination et crainte à l’égard de celui qui représente l’altérité. Cette analyse est renforcée par l’étude de certaines notions polysémiques de la langue de ces peuples, qui marquent par leur ambivalence : l’étranger n’est pas qu’un hôte, il incarne l’inconnu en tant qu’être de passage, venu d’ailleurs ou d’un autre monde… Cette position liminaire confère à la catégorie d’étranger un caractère englobant qui lui permet d’intégrer toute personne dont l’origine apparaît comme mystérieuse ou « limite », participant de près ou de loin du divin ou du monde invisible : le nouveau-né, le revenant, le visiteur ou encore l’errant.

4En outre, ce que montre remarquablement cet ouvrage, c’est le caractère relatif de la notion d’extranéité. Dans des sociétés segmentaires longtemps décrites comme « acéphales » ou gérontocratiques, le village a longtemps constitué et demeure une entité souveraine sur le plan politique. Comme le rappelle Gadou Dakouri, en pays dida du Sud-Ouest ivoirien, on est citoyen de par son appartenance à un village. Le lien avec l’État ne peut se substituer à cette relation fondamentale : le fait de venir d’un autre village est donc suffisant pour conférer à un individu le statut d’étranger. La résidence étant virilocale, la femme venue d’ailleurs pour épouser un homme dida est donc également considérée comme une étrangère et est par conséquent privée de droits sur la terre. Or, dans cette société, la maîtrise de la terre et la paternité du sol, même si elles s’actualisent par l’entremise d’un maître de la terre, sont fondatrices de la citoyenneté. « Est citoyen celui qui est d’ici », nous dit l’auteur à ce sujet.

5À partir de cette recontextualisation, on perçoit différemment les relations qui s’instaurent entre « autochtones » et « allochtones » ou « allogènes » et le contrat « implicite » qui les lie, le fameux tutorat rural, qui offre au lignage fondateur la prééminence sur les terres d’un village et qui donne à l’étranger un statut de débiteur. On saisit également de manière plus précise les revendications d’autochtonie qui ont pu se développer sur fond de crise politique et de saturation foncière, et ce, dès les années 1990. En revenant sur des notions déjà analysées précédemment dans la littérature, mais en y connectant, au-delà des enjeux fonciers et politiques, des discours émiques ou endogènes, ces articles nous permettent d’échapper à une analyse strictement juridique ou politicienne.

6Pour autant, bien que s’enracinant dans l’étude de sociétés qui entretiennent un rapport fondamental à la terre comme support de représentations symboliques, l’aspect diachronique n’est pas éludé, qui nous permet de revenir à l’histoire comme révélateur de constructions identitaires. L’historicisation de la présence burkinabè en Côte d’Ivoire passe par une réflexion sur l’utilisation d’une partie du territoire de ce qu’on appelait alors la Haute-Volta comme réservoir de main-d’œuvre lors de la période coloniale. La relecture, par Jonas Ibo Guéhi, des propos de l’administrateur Gaston Joseph, qui préconise de traiter « convenablement » la main-d’œuvre originaire du Burkina Faso afin d’utiliser au mieux sa « force » de travail, est à cet égard éclairante en ce qu’elle met à jour l’instrumentalisation des étrangers par l’État colonial.

7Par ailleurs, ce recours constant à l’histoire nous permet de penser le lien subtil qui se tisse entre l’esclavage et la condition d’étranger, en milieu rural baoulé. Dans la contribution de Fabio Viti, on découvre que « l’esclave-étranger »souvent intégré dans le tissu social par capillarité, peut se voir, dans de rares conditions, rappeler ses origines. Cette contribution se clôt sur le portrait saisissant d’un étranger inséré de longue date dans un village baoulé, ramené à la précarité de sa condition à l’instant critique des funérailles d’un natif de ce même village. Cette description nous rappelle la violence « contenue » au cœur de l’espace rural.

8C’est d’ailleurs la force de cet ouvrage : il s’intéresse à ce qui est caché, aux pratiques et aux discours qui, parce qu’ils demeurent voilés, sont opérants dans le monde social. On a accès à tous ces « petits arrangements avec l’ethos traditionnel » ayant eu lieu « par le bas », dans les interstices des zones forestières de Côte d’Ivoire émaillées de plantations – entre étrangers ou allochtones et jeunes autochtones déscolarisés –, mais également à des formules politiques ambiguës venues « d’en haut », qui ont pu influencer durablement les politiques foncières en maintenant un flou juridique autour de l’accès à la terre : l’exemple de cette phrase célèbre que reprit Houphouët Boigny, « La terre appartient à celui qui la travaille », est ici rappelé dans sa dimension performative.

9Dans ces analyses dont on devine qu’elles ont été glanées sur un « terrain miné », la place de la parole est bien souvent essentielle : parole proverbiale qui ponctue la réflexion, parole issue des entretiens qualitatifs menés sur le terrain, parole quotidienne stéréotypée véhiculée par les chansons et les émissions populaires, parole politique qui, si elle n’a pas été assortie de lois, a pu durablement influencer le développement des fronts agricoles et les pratiques culturales, parole qui sanctionne une absence de place véritable pour l’étranger dans l’espace villageois et qui rappelle la fragilité de sa condition.

10Chaque article, tout en développant un regard singulier, est animé d’une forme de réflexivité : on comprend comment les données ont pu être produites et dans quel contexte, éclairage qui manque parfois cruellement en sciences sociales. Les écrits présentés ici ne font pas l’impasse sur les aspérités du terrain et les difficultés qui peuvent se glisser dans la relation d’enquête, dès lors que le chercheur fait l’anthropologie de sa propre société. Ceci nous permet de comprendre la démarche de certains auteurs qui ne se limite pas à un exercice purement spéculatif, mais qui tente de contribuer à l’édification de solutions concrètes pour les acteurs du monde rural.

11Certains articles marquent par leur originalité : ainsi, Aghi Bahi montre que la culture populaire ivoirienne vient confirmer ou infirmer les multiples assigna­tions identitaires de l’étranger en Côte d’ivoire, prenant le risque de l’enfermer dans certains stigmates, mais permettant de désamorcer par un rire vainqueur des conflits sociaux larvés : rejoindrait-elle ici, comme le laisse entendre l’auteur, des formes plus anciennes de parenté à plaisanterie qui permettaient une forme de détente des relations sociales ?

12Outre sa dimension critique vis-à-vis de nombreux lieux communs liés à l’extranéité, cet ouvrage donne à entendre la voix de certains peuples minoritaires ou présentés comme tels par les élites politiques, majoritairement issus du milieu rural. Prenant le risque de l’hétérogénéité et du rapport au réel, s’écartant de toute analyse binaire que le biais religieux aurait pu favoriser, ce livre s’attache à décrire des situations vécues sur un terrain rural fragmenté, qui retrouve ici une forme de légitimité qu’il n’aurait peut-être jamais dû perdre.

13Loin d’incarner l’archétype d’une terre hospitalière, la Côte d’Ivoire apparaît dans ses contradictions : on y associe le terme de xénophobie, tout en opérant à un retour critique sur cette notion qui renvoie tout autant à l’arène villageoise qu’à la scène internationale et médiatique. Il est important de lire cet ouvrage pour tenter de comprendre ce qui se joue derrière la catégorie labile d’étranger, dans ce pays à l’histoire complexe. Il est aussi pertinent de réfléchir à cette question de xénophobie aujourd’hui, quelques années après la publication de cet ouvrage, dans le contexte de l’Europe actuelle où l’autre est trop souvent envisagé comme une menace et où les frontières se ferment sur des identités confinées. On peut espérer que vienne un meilleur temps, un temps d’hospitalité où l’adage dida cité par l’un des auteurs retrouverait tout son sens : « Il ne faut rien refuser à l’étranger, car les temps peuvent changer. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Lorillard, « Viti Fabio (dir.), 2016, La Côte d’Ivoire et ses étrangers », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 229-232.

Référence électronique

Marie Lorillard, « Viti Fabio (dir.), 2016, La Côte d’Ivoire et ses étrangers », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8778

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals